Palestine occupée

Gaza, au seuil d’une tragédie humaine


Dans la même rubrique:
< >


Dimanche 20 Janvier 2008

Gaza, au seuil d’une tragédie humaine
Les économistes évoquant le bouclage total de la bande de Gaza qui empêche également tout approvisionnement en carburant et en produits alimentaires à l’origine également de coupure d’électricité ont mis en garde contre une tragédie humaine dans la bande de Gaza.

Selon notre correspondant à Beyrouth, les Gazaouis se sont précipités dans les épiceries pour se procurer les denrées alimentaires de base comme le pain et il est prévu à partir de 20 heures ce soir que les centrales électriques de la bande de Gaza suspendent toutes leurs activités en raison de la pénurie de carburant provoqué par le bouclage du territoire palestinien par le régime israélien.


Ce bouclage total de la bande de Gaza, imposé par le régime israélien aggravant la pénurie de carburant a suscité l'inquiétude de l'ONU.


L'armée du régime israélien a parallèlement poursuivi ses opérations et en particulier ses raids aériens dans la bande de Gaza. Elle a en outre arrêté dix Palestiniens.


Depuis jeudi, l'approvisionnement en carburants, en produits alimentaires et en aide humanitaire est stoppé.


Conséquence immédiate: de nombreuses stations-services n'avaient plus de carburant, dès samedi, nécessaire au fonctionnement des générateurs qui fournissent l'électricité lors des coupures de courant, qui sont de huit heures par jour.


Kanaan Abeïd, directeur adjoint de la Direction palestinienne de l'Energie, a déclaré que l'une des deux turbines de la centrale avait été mise à l'arrêt dans la matinée et que la seconde serait arrêtée dans l'après-midi.


"Il n'y a plus de carburant qui arrive et nous n'avons pas de réserves", a-t-il expliqué, estimant à un million le nombre d'habitants qui seront affectés par la fermeture totale de la centrale.


Le régime israélien a fermé tous les points de passage y compris pour les carburants. Vendredi, il n'y a eu aucune livraison.


Selon le responsable de l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés de Palestine (Unrwa) à Gaza, John Ging, la seule centrale électrique de Gaza, qui ne fonctionne déjà qu'à moitié de sa capacité, devrait rapidement cesser sa production sans approvisionnement rapide.


"Nous sommes très inquiets car il y a déjà de très importantes coupures d'électricité" en raison de la réduction en décembre de l'approvisionnement du régime israélien de courant à Gaza, a-t-il dit, précisant que les hôpitaux du territoire avaient du mal à fonctionner. Des quartiers sont sans électricité depuis quatre jours.


Face à cette situation, le porte-parole du Hamas, Taher al-Nounou, a appelé l'Egypte à ouvrir le point passage de Rafah pour "faire entrer les produits de base ».La frontière de Rafah, entre le sud de la bande de Gaza et l'Egypte, est fermée depuis la prise du pouvoir à Gaza par le Hamas en juin. L'Egypte n'a autorisé son ouverture que très rarement.


A Ramallah en Cisjordanie, le premier ministre palestinien Salam Fayyad a appelé la communauté internationale à "offrir une protection internationale à notre peuple à Gaza face à la tyrannie de l'occupant qui place injustement sur un pied d'égalité l'affolement des Israéliens et le sang des Palestiniens".


Il faisait allusion à la peur que provoque dans le sud d'Israël la chute de roquettes palestiniennes qui font rarement des victimes et aux représailles du régime israélien meurtrières à Gaza, où 36 Palestiniens ont été tués depuis le 15 janvier.


Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exprimé son inquiétude après le bouclage de Gaza et appelé à la fin à l'escalade des violences qui selon lui pourraient donner un coup fatal à la récente relance des négociations israélo-palestiniennes.

http://www2.irna.ir http://www2.irna.ir



Dimanche 20 Janvier 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires