Propagande médiatique, politique, idéologique

Gaza – Médias en guerre (3) : « Bavures » audiovisuelles



Lundi 26 Janvier 2009

Gaza – Médias en guerre (3) : « Bavures » audiovisuelles

Au moment où cet article paraît, la plupart des médias ont, depuis plusieurs jours, amorcé de légères inflexions dans le traitement de l’invasion israélienne de Gaza : critiques acerbes du blocus imposé aux journalistes interdits de séjour à Gaza par l’armée israélienne, constats moins édulcorés des crimes perpétrés par cette même armée, etc. Et l’annonce, le 18 janvier, d’une trêve d’une semaine par le Hamas et d’un cessez-le-feu israélien contribuera à effacer les traces du traitement médiatique pendant les semaines qui ont précédé.

Raison supplémentaire de lutter contre l’amnésie par le rappel de quelques prouesses : la désinvolture des présentateurs et des interviewers, l’adoption, notamment par le vocabulaire employé, du point de vue israélien sur les raisons et les objectifs des bombardements et de l’invasion (ainsi que sur les résultats escomptés et les risques encourus). Echantillon…

Ce relevé, présenté chronologiquement, de quelques « bavures » significatives, commises entre le 27 décembre et le 10 janvier, ne porte pas sur les commentaires qui se présentent comme tels (et presque tous favorables à la version israélienne) ; il n’est ni exhaustif, ni exclusif de reportages et d’analyses plus ou moins irréprochables que l’on a pu voir ou entendre par ailleurs.

27 décembre : « Plomb durci » contre « le Hamas »

Nous l’avons relevé d’emblée (« Médias en guerre (1) : Sous couvert de neutralité ») les motifs qu’invoque le gouvernement israélien (des « représailles »), les objectifs qu’il affiche (en finir avec les tirs de roquettes) et la cible qu’il prétend fixer à l’armée (le Hamas) sont enregistrés comme des informations indiscutables.

27 décembre 2008 à 20 h. Les titres du JT de TF1 nous apprennent qu’Israël «  bombarde le Hamas à Gaza en représailles contre les tirs de roquettes ». Et comme il va de soi que les bombardements ne visent que le Hamas et n’atteignent que cette cible, TF1 peut affirmer, sans citer la moindre source : « L’opération israélienne de ce matin a touché avant tout des infrastructures de sécurité et des dépôts d’armement des islamistes du Hamas ».

Il faudra attendre quelques jours, quand l’aviation israélienne aura bombardé délibérément trois écoles de l’ONU, pour que les affirmations deviennent moins péremptoires : « Deux écoles touchées » [charmant euphémisme…] titrera France 2, « une école de l’ONU bombardée », précisera TF1 [1] : des titres qui sont subitement mis à la voix passive et évitent de nommer le responsable.

Le même jour, à la même heure, sur France 2, Marie Drucker reprend la même information : « Israël affirme ce soir qu’il n’y avait d’autre solution que la voie militaire. Israël qui a lancé ce matin des raids aériens massifs contre le Hamas à Gaza. ». Mais elle ajoute aussitôt : «  Objectif affiché  : en finir avec les tirs palestiniens de roquettes de ces dernières semaines  », laissant entendre mais sans le dire qu’il pourrait y avoir d’autres objectifs. Encore un effort et l’information sera fournie avec le recul nécessaire !

Des « raids aériens massifs » qui, selon l’armée israélienne, ne viseraient que le Hamas, cela ne va pas sans « risques ». Mais lesquels ?

29 décembre : David Pujadas interroge

Le 29 décembre, David Pujadas reçoit Avi Pazner. Auparavant, un sujet revient sur l’histoire du Hamas et conclut : « Les tirs de roquettes sur les villages israéliens poussent le ministre de la défense Ehoud Barak à bombarder Gaza , ce qui n’est pas sans risque politique ». Le « risque », ou plutôt la certitude, de tuer un nombre conséquent de civils, n’a en effet pas dû peser bien lourd face au « risque politique » (de récupérer quelques points dans les sondages ?) : autant ne pas mentionner le premier de ces « risques ».

David Pujadas pose alors trois questions à Avi Pazner. Trois questions qui permettront à ce dernier de détailler pendant près de deux minutes sa vision, parfaitement neutre, des opérations militaires que le gouvernement dont il est le porte-parole mène depuis trois jours. La première porte sur l’avenir de l’opération « Plomb durci », ce qui permet de ne pas évoquer son passif, notamment en termes de victimes civiles : « Est-ce que l’armée israélienne va entrer dans Gaza, se prépare à entrer dans Gaza ? ». La deuxième s’appuie sur un rappel dont on se demande le rôle exact : « Alors Monsieur Pazner, pensez-vous vraiment que la solution contre le Hamas dont la plupart des pays du monde s’accordent à penser qu’il s’agit bien d’un mouvement terroriste , pensez-vous que cette solution est militaire et uniquement militaire ? ». Quant à la troisième, qui épouse le point de vue israélien (« Mais Monsieur Pazner, est-ce qu’en augmentant la pression militaire sur le Hamas vous n’en faites pas encore plus un martyr, vous ne faites pas finalement son jeu ? »), elle évite soigneusement la question de la « pression militaire » qui pourrait « martyriser » la population civile de Gaza.

29 décembre 2008 : Harry Roselmack comptabilise

Le 29 décembre, 16 minutes et 20 secondes après le début du journal, Harry Roselmack, se résout à « lancer » un premier « sujet » sur la situation à Gaza : « Les raids israéliens se sont poursuivis sur des édifices du Hamas et contre les forces de sécurité du mouvement palestinien . Le dernier bilan fait état de 345 morts parmi lesquels une cinquantaine de civils  » Or le commentaire, dans le « sujet » qui suit, annonce : « les bombardements auraient fait plus de 340 morts dont une soixantaine de civils  ». S’il est vain d’exiger un bilan « exact » – qui serait le même sur toutes les chaînes – dans un contexte où les informations contradictoires se succèdent, un bilan qui de toute façon ne veut pas dire grand-chose, on peut en revanche s’attendre à ce que les titres correspondent au moins aux propos tenus dans les reportages qu’ils annoncent. On objectera peut-être qu’il n’y a « qu’ » une dizaine d’écart. Une dizaine de morts civils. C’est-à-dire autant que les victimes civiles israéliennes en huit ans de « harcèlement » par le Hamas à Sderot, comme le rappelait par exemple un reportage de la veille (et bien d’autres) : « En huit ans, 700 roquettes se sont abattues sur la ville, faisant dix morts et 150 blessés  ». En trois jours, combien d’obus sur Gaza ?

31 décembre : De même que… de même

Sur TF1, le 31 décembre 2008, à 20 heures, 22 minutes et 15 secondes après le début du journal, il est temps d’évoquer la situation à Gaza. Après quelques brèves informations et l’inévitable reportage à Sderot (voir notre article précédent), la transition « équilibrée » est toute trouvée : « Les frappes israéliennes se poursuivent, pour le cinquième jour, de même que les tirs de roquettes palestiniens sur le sol de l’Etat Hébreu. Ce matin, une vingtaine d’engin ont explosé dans différentes localités israéliennes proches de la bande de Gaza. »

1er janvier 2009 : Harry Roselmack interroge

Le 1er janvier 2009, le « 20 h » de TF1 diffuse une interview (enregistrée à l’ambassade d’Israël) de Tzipi Livni, ministre des Affaires Etrangères d’Israël, par Harry Roselmack, qui laisse libre court, pendant 2 minutes 40, à la propagande attendue. Comment pourrait-il en être autrement quand la question la plus informée et la plus effrontée posée à une ministre directement responsable de la guerre que mène son gouvernement est la suivante : « Est-ce que la position, l’argument, de certains évoquant la disproportion des moyens et des bilans dans cette crise… est-ce que ces arguments-là vous les entendez et est-ce que vous en tenez compte ? » Sauf erreur ou omission de notre part, aucune « voix » palestinienne ne bénéficiera d’une interview similaire sur TF1.

2 janvier : Objectif affiché

Sur France 2, le 2 janvier, il est impossible d’évoquer les manifestations des Palestiniens à Jérusalem et dans les territoires occupés par Israël, sans le faire du point de vue du gouvernement israélien et des objectifs qu’il affiche : «  Des milliers de Palestiniens sont descendus aujourd’hui pour soutenir les habitants de Gaza pris sous les bombes israéliennes. [...] Dans tout le territoire palestinien, les frères ennemis du Fatah et du Hamas ont même défilé côte à côte. C’est une conséquence de cette offensive d’Israël , en voulant assurer sa propre sécurité, le pays semble avoir ressoudé contre lui le peuple palestinien dans son ensemble. »

6 janvier : Un premier chef d’œuvre de Jean-Pierre Pernaut

Ce jour-là, le journal est construit autour d’un fil conducteur : le froid et la neige, bien sûr . Mais ce qui est censé nous tenir en haleine, et ce qui fait périodiquement apparaître un sourire prometteur sur le visage de Jean-Pierre Pernaut, c’est le reportage sur Tahiti promis pour la fin du journal. Plus de 9 minutes après le début du journal, JPP rassure les téléspectateurs : il n’a pas fini de parler du froid. Et il leur promet de se réchauffer. Mais entre temps, entre le grand froid et le grand soleil, il faut bien parler d’autre chose :

- Jean-Pierre Pernaut : « Voilà. On reparlera du froid et de la neige tout à l’heure et on ira aussi se réchauffer [un sourire s’esquisse en promettant les alléchantes images] un petit peu comme tous les jours cette semaine à Tahiti. Venons-en maintenant à la situation toujours aussi préoccupante, très préoccupante, au Proche-Orient ».

L’examen de cette situation « préoccupante » et même « très préoccupante » ne préoccupe pas longtemps Jean-Pierre Pernaut qui lui consacre moins de temps qu’au seul reportage sur Bora Bora (qui s’inscrit dans une série de carnets de voyages), et deux fois de temps qu’aux reportages sur le froid et la neige en France qui occupent 14 minutes 24, soit 34 % du journal. Les effets de la météo et le tourisme à Bora Bora ne prennent que 50% de la durée du JT, et si l’on ajoute un reportage d’une longueur inhabituelle sur… le patois bourdonnais, on atteint le chiffre de 24’20, soit 60% du JT. C’est, en effet, « préoccupant, très préoccupant »…

6 janvier : « Bavure » ?

Le 6 janvier sur TF1 à 20 h, Laurence Ferrari interroge Denis Brunetti : « Est-ce qu’on peut dire que cette attaque qu’une école qui a fait 43 morts au moins parmi les civils palestiniens est la première grosse bavure de l’armée israélienne ? » Le délicat vocabulaire de la « bavure » est de retour… Il se répandra partout, notamment dans la presse écrite [2]

Le même jour, France 2 est, elle aussi, saisie par le doute : « Faut-il parler de bavure militaire ? Il est encore trop tôt pour le dire ». Mais il est déjà trop tard pour s’apercevoir que le terme de « bavure » est parfaitement déplacé, que la version israélienne soit confirmée ou non. Plus généralement, ce sont tous les mots de la guerre qui se sont répandus : nous les avions, à propos de l’ainsi nommé « conflit israélo-palestinien », déjà relevés dès 2002 (« Les mots et les images (1) : Des mots innocents ? »), puis en 2007 (« 24 heures d’information ordinaire sur France Culture »), comme nous l’avons fait pour de nombreuses guerres depuis 1999 [3].

6 janvier : Laurence Ferrari s’inquiète

Ce même 6 janvier, sur TF1, il faut attendre 20h09 avant que Laurence Ferrari « s’inquiète » dans les termes suivants : « Situation très inquiétante qui ne cesse de s’aggraver à Gaza. La violence des combats frappe de plein fouet la population civile palestinienne prise au piège entre l’armée israélienne et les combattants du Hamas. L’illustration la plus terrible en a été le bombardement d’une école aujourd’hui. 43 personnes qui s’y étaient refugiées ont trouvé la mort. L’armée israélienne affirme avoir répliqué à des tirs de mortier. »

« Très inquiétant » : qu’en termes délicats, ces choses-là sont dites ! Si les mots ont un sens, il faut comprendre que la population civile palestinienne subit au même titre les combattants du Hamas et l’armée israélienne… qui l’enferme dans Gaza et bombarde ! Et les 43 victimes civiles seraient une « illustration ». Une « illustration » ! Et de quoi ? D’ un « piège » tendu avec le concours des « combattants » du Hamas, et non d’un bombardement de l’armée israélienne, dont la version est livrée sans recul.

7 janvier : Laurence Ferrari perçoit une lueur

Le 7 janvier, à 20 h, 21 minutes après le début du journal, Laurence Ferrari est moins inquiète que la veille : « A Gaza première lueur d’espoir aujourd’hui avec la trêve de trois heures qui a permis aux habitants de souffler un peu et de faire entrer de l’aide humanitaire. Autre signe encourageant, Israël se dit d’accord pour négocier un cessez-le-feu, proposé par Nicolas Sarkozy et le président égyptien Hosni Moubarak. »

Une « lueur d’espoir » ? Mais pour qui ? Pour une population civile martyrisée qui a « bénéficié » à Gaza-ville (et pas sur toute l’étendue du territoire) non d’une « trêve », mais d’une suspension des bombardements, dont les associations humanitaires diront le jour même que sa durée est trop courte pour que l’aide parvienne effectivement à la population ? Un « signe encourageant » ? Comment dire cela alors que le gouvernement israélien s’est déclaré prêt à un cessez-le-feu, mais à des conditions qui le rendent impossible tant que l’opération « Plomb durci » ne sera pas achevée. Même pas une « lueur » puisque on apprend le jour même que l’invasion doit se poursuivre et même s’intensifier.

Le commentaire, dans le reportage qui suit, est du même acabit : « Les bombardements ont cessé pendant trois heures cet après-midi. Un répit durant lequel la population de Gaza a pu souffler, sortir dans les rues, et surtout s’approvisionner après quatre jours d’intenses opérations terrestres… L’armée israélienne a décidé de cesser ses opérations de 13h à 16 h chaque jour dorénavant, pour permettre aux convois humanitaires de circuler. Geste de bonne volonté après la journée d’hier particulièrement meurtrière : la frappe contre une école aux couleurs des Nations-Unies a soulevé une vague de protestation internationale, malgré l’explication israélienne selon laquelle le site aurait servi de zone de tir au Hamas. »

Une vague de protestation sans objet donc, puisque l’armée israélienne a « expliqué »… et « explique » encore, par la voix d’un porte-parole que l’on entend à nouveau : « le Hamas se protège derrière des enfants dont il se sert comme bouclier humain. C’est inacceptable. Chaque fois qu’il y a des morts ils en sont responsables ». Les déclarations de l’ONU contredisant la version israélienne du bombardement de l’école ne sont manifestement pas des « explications », puisque TF1 ne juge pas utile d’en faire état.

Quant à la présentation des positions en présence sur l’éventualité d’un cessez-le feu, elle vaut son pesant d’ « équilibre » : « Pendant l’enterrement des victimes de l’école de Jabaliya, un représentant du mouvement islamique a refusé de soutenir pour l’instant l’initiative franco-égyptienne , un plan de cessez-le-feu qui doit selon lui clairement exiger le retrait des troupes israéliennes au préalable. De son côté le gouvernement Olmert, lui, l’a accueilli avec intérêt, suscitant une lueur d’espoir [image d’un soldat souriant sortant d’un char], à condition que le Hamas cesse ses tirs et que Gaza soit démilitarisée  ». Les conditions mises par le Hamas équivalent à un « refus » ; les conditions mises par le gouvernement israélien n’altèrent pas « l’espoir » : information ou commentaire de parti-pris ?

7 janvier : Renaud Revel interroge…

Au cours de l’émission « J’ai mes sources » sur France Inter, le 7 janvier 2009, Renaud Revel interroge Olivier Rafowicz sur les conséquences de l’interdiction opposée par le gouvernement israélien à l’entrée de journalistes à Gaza. Des conséquences pour l’information ? Nenni. Pour les palestiniens ? Encore moins. Seulement sur l’avantage qui serait ainsi donné à la propagande du Hamas, au détriment de celle de l’Etat israélien :

- Renaud Revel : - « En interdisant les journalistes à pénétrer à Gaza, est-ce que vous ne prêtez pas le flanc à la propagande du Hamas , dans la mesure où si on va sur Internet aujourd’hui, internet regorge d’images effectivement des combats qui ont lieu en ce moment ? Et qui sont données notamment par le Hamas ? »
- Olivier Rafowicz : - «  Vous avez raison au niveau des images, des images qui sont propagées… Vous savez on a ici affaire à une politique médiatique d’un groupe islamiste intégriste. »

Dans une émission qui, selon sa présentation sur le site de France 2, prétend s’interroger sur le « monde complexe » des médias – « Les médias, tous les médias, rien que les médias » –, c’est ainsi qu’on interroge un porte-parole de l’armée israélienne, qui peut s’exprimer sans contradicteur et sans débat sur la « politique médiatique » du gouvernement qu’il représente.

8 janvier : Un second chef d’œuvre de Jean-Pierre Pernaut

Le 8 janvier, au 13h de TF1, après 17 minutes et huit sujets consacrés à la baisse des températures, Jean-Pierre Pernaut conclut, souriant devant les images d’une plage enneigée : « Un bien bel hiver comme on en rêvait depuis longtemps. ». Et enchaîne aussitôt, en se départissant à grand-peine de son sourire  : «  Autre chose, plus sérieux , le conflit israélo-palestinien […] »

Reprenons avec lui : « Autre chose, plus sérieux, le conflit israélo-palestinien et un regain de tension après les espoirs de paix d’hier. » Les espoirs de paix ! Les bombardements se poursuivent, mais JPP découvre un simple « regain de tension ». Lequel ? La précision est donnée dès la phrase suivante : « Pour la première fois dans cette crise [sic], le Hezbollah a lancé des roquettes sur Israël depuis le Sud-Liban. Il y’a eu 5 blessés légers. », informe l’hivernal Jean-Pierre Pernaut qui introduit ainsi un « sujet » qui propose des informations totalement différentes : «  Une personne a été légèrement blessée à la jambe , mais beaucoup ont été seulement choqués. Selon les premiers éléments, ces roquettes anciennes ne proviendraient pas du Hezbollah , mais d’un petit groupe palestinien installé au Liban.  » [4]

Au cours du même JT, les téléspectateurs auront encore quelques informations sur les « objectifs » de l’armée israélienne : « Pour l’instant Israël maintient sa décision de suspendre ses opérations pendant 3 heures chaque après-midi, mais l’offensive générale elle continue avec pour objectif d’aller chercher les forces du Hamas partout où elles se trouvent.  » En revanche, aucune précision sur les effets de la suspension des opérations. Aucun mot sur le bilan des victimes.

8 janvier : Ferrari hiérarchise

Au 20h de TF1, 18 minutes après le début d’un journal dont les titres ne disent pas un mot du conflit, Laurence Ferrari lance un « sujet » dans lequel on apprend que l’agence de l’ONU chargé des réfugiés palestiniens (UNRWA) a « suspendu ses activités après que des obus eurent touché un de ses convois  ». Le communiqué de l’ONU était nettement moins allusif, évoquant des « tirs israéliens contre un convoi », et expliquant que « des travailleurs humanitaires ont été la cible de l’armée israélienne ». Ban Ki Moon a d’ailleurs « condamn[é] l’attaque israélienne contre un convoi de l’ONU qui a fait au moins un mort  », comme le précisera Ferrari après le reportage. Cette « attaque », la condamnation de celle-ci, et surtout la décision aux conséquences dramatiques qu’elle a entraînée n’en ont pas moins été traitées en deux phrases en tout et pour tout. Pourtant ce jour-là, les titres du journal annonçaient que François Fillon avait jugé « la situation inacceptable ». Mais il s’agissait des embouteillages marseillais. Le même avait, ce même jour, jugé « la situation humanitaire à Gaza intolérable ». Mais on ne le saura que 17 minutes après le début du journal, dont une dizaine consacrée, inévitablement, au froid et à la neige…

8 janvier : Les « frappes » d’Elkkabach

Jean-Pierre Elkkabach, sur Europe 1, le 8 janvier 2009, interroge d’abord Jessica Pourraz, responsable de Médecins Sans Frontières à Gaza :

- Jean-Pierre Elkkabach : - « Mais, est-ce que les habitants de Gaza peuvent demander, ou pourraient demander, au Hamas d’arrêter les tirs de missiles qui ont provoqué les représailles d’Israël ? » Question d’autant plus suggestive de la prise de position hors de propos (mais tellement suggestive…) d’Elkkabach qu’elle s’adresse à une organisation non gouvernementale !

Jessica Pourraz pourra cependant, durant quelques minutes, évoquer la situation humanitaire catastrophique à Gaza. Pour maintenir l’équilibre, après l’interview d’une responsable humanitaire qui refuse de répondre à toute question ayant une dimension politique (comme la précédente), Elkkabach s’entretient alors avec… Avi Pazner. Inutile de préciser que, comme sur TF1, aucune voix palestinienne n’aura, avant ou après, le privilège d’être interviewée dans cette émission. De cet entretien, on retiendra en particulier cet échange :

- Jean-Pierre Elkkabach : - « Est-ce que vous vous excusez ? Ou le gouvernement d’Israël présente des excuses pour ce qui s’est passé à l’école des Nations-Unies, Monsieur Pazner ? »
- Avi Pazner : - « Eh bien, je vais vous dire, Monsieur Elkabbach, ce qui s’est passé à cette école : le Hamas a placé une batterie de mortier dans cette école même , qui tirait sur nos troupes. Nos troupes ont répondu sans savoir qu’il y avait là-bas des civils . Nous regrettons… »
- Jean-Pierre Elkkabach : - « D’habitude… »
- Avi Pazner : - « Nous regrettons profondément la mort de civils innocents. Mais il faut bien comprendre que c’est le Hamas qui utilise ces civils comme boucliers humains. »
- Jean-Pierre Elkkabach : - «  D’habitude, Tsahal vise mieux . […]. »

Ce compliment, même sarcastique, est indécent. En tout cas, il vaut manifestement mieux que le démenti que Jean-Pierre Elkkabach, journaliste bien informé, aurait pu opposer aux mensonges éhontés d’Avi Pazner (voir notre article précédent).

10 janvier : Frédéric Barreyre informe

Le 10 janvier 2009, sur France Inter, Frédéric Barreyre évoque la situation à Gaza : « Cet après-midi, la trêve a été violée des deux côtés ». Comme s’il s’agissait d’une véritable « trêve » – qui supposerait un accord entre les deux parties en conflit… Comme si la décision unilatérale d’Israël de suspendre ses bombardements pendant trois heures n’avait pas concerné, du moins pendant plusieurs jours, la seule ville de Gaza (et non pas les quartiers périphériques), sans changement notable pour les populations civiles, comme le relevait déjà Médecins sans frontières… trois jours plus tôt [5], et comme aucun des JT ne l’a précisé. En « cet après-midi », seul Israël a « violé » ses engagements, comme du reste il l’avait fait la veille, selon la même source : des engagements dont on serait au moins en droit d’attendre que nos zélés informateurs se demandent s’ils ne sont pas une composante de la propagande de guerre.

Il est vrai que depuis deux cessez-le-feu distincts ont été annoncés – l’un d’Israël, l’autre du Hamas. La guerre n’est pas finie pour autant…

A suivre, hélas.

Henri Maler et Olivier Poche
- Grâce à la documentation recueillie et aux transcriptions réalisées avec Denis, Jamel et Raul.

Notes

[1] Sur le site de la chaîne. A l’antenne, on est encore plus allusif : « Tragédie humanitaire ». Notons qu’il faut additionner les deux JT pour disposer d’une information exacte : trois écoles bombardées. On aimerait pouvoir en rire.

[2] Quelques exemples. Le 7 janvier, Ouest France relève « de nombreuses bavures ». Le 9 janvier 20 minutes.fr titre « Ces bavures qui commencent à saper l’offensive israélienne ». Et Le Monde, pourtant prompt à dénoncer les « crimes de guerre » du Hamas, de gémir dans un éditorial daté du 8 janvier et titré « Sinistre scénario » : « C’est toujours le même sinistre enchaînement : il faut attendre l’inévitable “grosse bavure”, et l’émotion qu’elle provoque, pour que les solutions diplomatico-humanitaires commencent à être envisagées. » On est prié de mettre entre guillemets les « grosses bavures » de l’éditorialiste anonyme du Monde

[3] Guerre du Kosovo : « Bavures à Libération » ; Guerre d’Afghanistan : « Guerre des mots, mots de la guerre » ; Invasion de l’Irak : « Les mots de la guerre contre l’Irak ».

[4] Et sur le site de TF1, ce « sujet » est résumé ainsi : « Des tirs de roquettes du Liban sur le nord d’Israël fait planer jeudi le risque d’une escalade militaire à la frontière entre les deux pays. Le Hezbollah nie être à l’origine de ces tirs. » Un « regain » de précision !

[5] Lire, sur le site de MSF : « Gaza : “la trêve des bombardements, ça n’a aucun sens” ». Extrait des déclarations de Jessica Pourraz, responsable MSF dans le territoire palestinien : «  La trêve ne change rien . La trêve n’apporte rien de différent. Elle n’a eu lieu que sur la ville de Gaza, pas dans les périphéries urbaines . Les chars ont commencé à rentrer dans les zones urbaines périphériques de Gaza-ville qui sont des quartiers comme Beit Lahya, Beit Hanoun, Sijaya, Zeïtoun. Il y a de plus en plus de civils blessés, c’est là qu’il faut aller chercher les blessés. Il ne faut pas se leurrer, la trêve n’aide en aucun cas le travail des humanitaires et l’accès des gens aux hôpitaux. »

http://www.acrimed.org/article3051.html http://www.acrimed.org/article3051.html



Lundi 26 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par nervyoko le 26/01/2009 16:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les médias m'ont donné la nausée. Déjà que je ne regarde pas beaucoup la télévision à cause de la débilité de leurs contenus, quand j'ai vu un 20h pour comparer les informations débitées par la télévision (information passive) et les informations circulants sur le net(information active) le sieur David Pujadas avec un parti pris évident et les questions, on ne peut plus tendancieux et débiles, comme citées plus haut, j'ai vite éteint ce meuble innutile(la télé).
N'importe qui se rendrait compte que la télévision appauvri les informations, sa partialité et sa censure mesure la liberté de la presse, mais surtout mesure la complicité des médias d'avec les politiques.

2.Posté par Abdelghani le 26/01/2009 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

NON ! Dans le cas présent il ne s'agit nullement " d'Amnésie" ou de "désinvolture" de la part des présentateurs de TV, mais de flagrant parti pris et DE COMPLICITE EVIDENTE DE NON DENONCIATION DE CRIMES CONTRE L'HUMANITE et de CRIMES DE GUERRE !

" QUI NE DIT MOT CONSENT" !

Ces " présentateurs" n'ont ni morale ni dignité ! COMMENT peuvent - ils mentir avec autant d'insolence et de cynisme sur des faits QUI CREVENT LES YEUX ????!!!!

Ce n'est plus de l'information, MAIS DE LA DESINFORMATION !!!

Tous ces auditeurs qui paient leurs redevances TV se font ouvertement flouer et insulter sans oser réclamer leurs droits ou condamner ces pratiques honteuses!

Que fait donc le CSA - ( gardien institué de la morale de l'information) lui, si prompte à interdire les chaines arabes qui montrent la cruelle réalité sur le terrain ???

Mais voyons... faut pas choquer la douillette population française avec ces vilaines photos de bébés déchiquetés !!! par contre il est permis de lui faire avaler des couleuvres et de la vermine issue de la propagande et mensonges sionistes!

Dans chaque forum ne sont invités que les pro-sionistes...toujours les mêmes à 90 %... où sont l'égalité de chance A UNE INFORMATION OBJECTIVE ET NON PARTISANE ?!

A chaque fois que j'ouvre une chaine francaise: TF1-F2-"france24-BFM etc... qui sont toutes des chaines sionistes... j'ai envie de vomir et de fracasser mon pauvre poste de TV !

...Heureusement que la télécommande existe !

Si par malheur j'ai un jour l'occasion de croiser l'un de ces désinformateurs... je ne manquerai pas de lui faire avaler toutes ses dents... et sa langue avec !

J'ai le profond sentiment que ce serait faire oeuvre de salubrité publique !




C'est écoeurant ! Comment de telles personnes peuvent-elles se prostituer ainsi à la maffia sioniste ...sans rougir de honte ???????????????????????????????????????????????


Ce

3.Posté par anna le 26/01/2009 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas de leur faute ces pauvres petits journalistes .....vive la liberte de la presse....

4.Posté par Aigle le 26/01/2009 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ces JOURNALEUX savent tres bien ce qu'ils sont en train de faire ....Ils sont remuneres en consequence ...De ce Fait ils sont autant CRIMINELS que les sionistonazis qui ecxterminent des populations desarmées

5.Posté par Virgile le 26/01/2009 20:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le pire, c'est que M. Sarkozy, après avoir mis au pas les médias, l'armée et diverses institutions du services public, va injecter des centaines de millions pour "relancer et soutenir" les média !!! Evidemment, c'est pour les copains sionistes-maçoniques, tout comme le "paquet fiscal" !!!

A l'heure où Gaza (et tout l'Orient) gémit de ses morts et de ses grands brûlés au phosphore et uranium par les tenants de la "mission civilisatrice démocratico-chrétienne talmudique", ces grands se reçoivent, s'embrassent, se congratulent, etc, Olmert en tête. C'est à vomir d'être un humain.
Le livre de l'Apocalypse promet un Déluge afin de nettoyer toute cette vermine anti-humanité et fraternité. Il tarde trop maintenant !
Quant aux journalistes, les intègres ou ceux qui veulent faire leur travail (thèse-anti-thèse-synthèse), sont remerciés et souvent calomniés. A eux de défendre la liberté de la presse et surtout, la véracité des informations qu'ils diffusent car nous savons que nous sommes totalement manipulés entre deux pub pour coca ou les Rollex ! Je soutiens la presse mais pas les journalistes affidés, loin s'en faut.
Reste les média-citoyens, avec des antennes dans tous les pays du monde, grâce au Net. Mais la encore, il nous faudra nous battre bec et ongle car ils sont en train de tout verrouiller et de tout filtrer.
C'est bien encore une application du PSS, quoique les sionistes en disent, forcément !

6.Posté par Aigle le 26/01/2009 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL SE PEUT QUE CES JOURNALEUX , TELLEMENT OBSEDES PAR L'AAAAAAAAAAAARRRABE , OUBLIENT QU'A GAZA LES PALESTINIENS CHRETIENS ONT ETE DANS LE MEME BAIN DE SANG QUE LEURS FRERES MUSULMANS ..........JE LES INVITENT A AVOIR LE COURAGE DE VENIR INTERWIEVER PERE ANTONIO .......................CRETINS CRIMINELS ......VOUS PAIEREZ PLUS QUE CEUX QUI ONT TENU LES COMMANDES DES BOMBARDIERS ....

7.Posté par gededoutes le 26/01/2009 22:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Extrait de l’article paru le 12 janvier dans Le Progrès : ]u

« Ils n'ont qu'à partir. S'ils restent, c'est qu'ils veulent mourir. Les arabes sont des menteurs et des voleurs et la presse française les soutient ». «Ils sont violents, brutes et haineux », ajoute sa voisine. Qui ça ? «Les arabes » souffle-t-elle. Un jeune homme proteste. « Ne dites pas cela. Nous voulons tous la paix...»

PROPOS TENUS EN FRANCE PAR DE "GENTILS "JUIFS......FAITES CONNAITRE LA REALITE!!!!!!!]b

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires