ANALYSES

Gaza : Israel A Commis INTENTIONNELLEMENT Des Crimes De Guerre, Explications


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »


L'opération " Plomb Durci" contre Gaza a été menée par l'armée israélienne suivant le concept d'utilisation d'une force disproportionnée désormais adopté comme doctrine militaire par l'armée israélienne en violation flagrante du Droit International. Non seulement Israël est coupable de crimes de guerre selon les multiples témoignages rassemblés sur place par plusieurs ONG, mais de plus ils ont été prémédités et commis intentionnellement.


Lundi 16 Février 2009

Gaza : Israel A Commis INTENTIONNELLEMENT Des Crimes De Guerre, Explications
Note éditoriale

Ce texte, dont la traduction est présentée ci dessous, publié trois mois avant l' Opération " Plomb Durci" contre Gaza, sur le site d'un think tank ( boîte à penser) israélien, the Institute for National Security Studies, Insight N° 74 2 Octobre 2008, et dont l'auteur est le colonel de réserve, Gabriel Siboni (voir bio en fin d'article), définit la nouvelle doctrine militaire israélienne mise au point après la guerre du Liban II de l'été 2007, et appliquée lors de cette Opération. Il permet de comprendre les vrais objectifs des dirigeants israéliens et des militaires, et renforce l'arguement que les crimes de guerre étaient prémédités et ont été commis intentionnellement pour faire un maximum de victimes et de dommages. Les deux mots clés de ce texte : "disproportionné" et "punition", deux termes qui renvoie à une violation systématique et intentionnelle du Droit International par Israël.


Force disproportionnée : Suite à la seconde guerre du Liban, le concept israélien de Réponse.

Il y a peu de temps, le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah, a été cité disant : " les Sionistes réfléchiront des dizaines de milliers de fois avant d'attaquer le Liban". La remarque de Nasrallah semble être une référence à la déclaration du premier ministre, Ehud Olmert, faite alors qu'il visitait le commandement central des IDF, que l'IDF aurait moins de limites lors de futures confrontations. Effectivement, la pression sur Nasrallah semble efficace. Le dirigeant du Hezbollah commence à internaliser ce qu'il comprend être un changement fondamental dans l'approche d'Israël pour répondre à une menace venant du Liban.

Effectivement, un concept de sécurité israélien mis à jour concernant la réponse aux menaces des roquettes et missiles de Syrie, du Liban et de la Bande de Gaza, est en train d'évoluer graduellement. Actuellement, plus de deux ans après la Deuxième Guerre du Liban, il semble que la réponse immédiate d'Israël à l'attaque et au kidnapping de Juillet 2006 a renforcé de manière significative sa capacité de dissuader le Hezbollah et la Syrie d'agir contre Israël.

La situation difficile à laquelle est actuellement confronté Israël inclut deux défis majeurs. Le premier c'est comment empêcher d'être entraîné dans une dynamique en cours d'attrition sur la frontière Nord identique à celle qui s'est développée ces dernières années le long de la frontière avec la Bande de Gaza. Le second, c'est de déterminer la réponse de l'IDF à un conflit de grande envergure à la fois au Nord et dans la Bande de Gaza. Ces deux défis peuvent être surmontés en adoptant le principe de frappe disproportionnée contre les points faibles de l'ennemi comme effort de guerre principal, et des opérations pour rendre inopérantes les capacités de lancement de missiles de l'ennemi comme effort de guerre secondaire.

Lors d'ouverture d'hostilités, les IDF devront agir immédiatement, de façon décisive, et avec une force qui est disproportionnée par rapport aux actions de l'ennemi et la menace qu'il pose. Une telle réponse a pour but d'infliger des dommages et infliger une punition au point que cela nécessitera des processus de reconstruction longs et coûteux. La frappe doit être menée aussi vite que possible et doit faire passer en priorité les dommages aux biens plutôt que d'aller chercher les lance roquettes les uns après les autres. La punition doit visé les preneurs de décision et l'élite au pouvoir. En Syrie, la punition devrait évidemment visé l'armée syrienne, le régime syrien, et les structures de l'état syrien. Au Liban, les attaques devraient viser à la fois les capacités militaires du Hezbollah et cibler des objectifs d'intérêts économiques et les centres de la vie civile qui soutiennent l'organisation. De plus, plus la relation entre le Hezbollah et le gouvernement libanais sera proche, plus les éléments des infrastructures étatiques du Liban devraient être ciblés. Une telle réponse créera un souvenir durable parmi les preneurs de décision Syriens et Libanais, renforçant ainsi la dissuasion israélienne et réduisant la possibilité d'hostilités contre Israël pendant une longue période. En même temps, cela obligera la Syrie, le Hezbollah, et le Liban a s'engager dans des programmes intensifs de reconstruction longs et coûteux.

Une récente discussion sur la "victoire" et la "défaite" dans une guerre future contre le Hezbollah a montré une approche largement simpliste. Le public israélien doit comprendre que le succés en général ne peut être mesuré par le niveau de tir longue distance contre Israël atteint à la fin de la confrontation. L'IDF fera le plus possible d' effort pour réduire les attaques de roquettes et de missiles, mais le principal effort sera concentré sur la réduction de la période de combat en portant un sérieux coup aux biens de l'ennemi.

Israël n'a pas besoin d'être entraîné dans une guerre d'attrition avec le Hezbollah. Israël sera testé à l'aune de l'intensité et de la qualité de ses réponses à des incidents à la frontière libanaise ou à des attaques terroristes impliquant le Hezbollah ou le Hamas dans le Sud. Dans de tels cas, Israël ne pourra limiter ses réponses à des actions dont la sévérité est de proportionnalité identique à l'incident isolé. Il devra plutôt répondre de façon disproportionnée pour faire comprendre trés clairement que l'Etat d'Israël n'acceptera pas de tentative pour troubler le calme qui prévaut actuellement le long de ses frontières. Israël doit être prêt à une détérioration et une escalade, de même qu'à une totale confrontation. Une telle préparation est obligatoire pour empêcher une guerre d'attrition à long terme. Le front intérieur israélien doit être préparé à subir des tirs, éventuellement d'être sous un feu intensif pendant une longue période, sur la base d'un raisonnement que l'IDF agit pour réduire au minimum cette période de combat et pour créer un équilibre efficace de dissuasion.

Cette approche est également applicable à la Bande de Gaza. Là, l'IDF devra frapper durement le Hamas et éviter de jouer au chat et à la souris en cherchant les lanceurs de roquettes Qassam. On ne doit pas s'attendre de la part de l'IDF qu'elles stoppent les tirs de roquettes et missiles contre le front intérieur israélien en menant des attaques sur les lanceurs eux-mêmes, mais qu'elles imposent un cessez le feu à l'ennemi en employant certains moyens.

En instillant parmi la population civile les nécessaires attentes d'une réponse de l'IDF, Israël sera capable d'améliorer son niveau de préparation et la résistance de ses citoyens. Néanmoins, le but principal de l'IDF doit être d'obtenir un cessez le feu dans des conditions qui augmenteront la dissuasion à long terme d'Israël, empêcher une guerre d'attrition, et laisser l'ennemi se débattre dans des processus de reconstruction à long terme coûteux.

Article en anglais

Bio Colonel(de réserve) Daniel Siboni, traduction du site de l'INSS

Actuellement Chercheur et directeur du Programme sur la Structure de la Force de l'IDF.

Champs de recherche :

Israël : processus de prise de décision

Israël : relations Civil -armée

Israël: IDF

Révolution dans les affaires militaires (RMA)

Nucléaire ( processus de production, traités, accords.

Site : www.g-bina.com
email : nauass@gmail.com
tel: 03-640-0400 ext 488
portable : 050-838-8961

Gabriel Siboni a rejoint l'équipe de recherche de l'Institute for National Security Studies début 2006, en complément de ses larges activités dans les domaines de la sécurité, l'armée, et l'activité de consultant opérationnel. A l'INSS il est directeur du Programme sur la Structure de la Force de l'IDF.

Au cours de sa carrière étendue au sein de l'IDF, le colonel (res) Siboni a servi comme combattant et commandant dans la Brigade Golani et terminé son service comme commandant de l'unité de reconnaissance de la Brigade. Dans le cadre de ses activités de réserviste, il a servi comme haut officier du personnel de la Brigade Golani, vice commandant de l'unité de logistique, et chef d'état major d'une division blindée dans le Nord.

En plus de son travail à l'INSS, le Dr Siboni est co éditeur de la revue militaire " The Wisdom of Action" et vice dirigeant et chef en méthodologie du Research Center for Force Utilization and Buildup – Experimentation Laboratory. Il est également consultant dans une grand variété de domaines dont les systèmes opérationnels et la technologie militaire, gestion des risques, systèmes d'information, et ingénierie de l'eau de l'énergie et de l'environnement. Il a un B.A et un M.A en ingénierie mécanique de l'Université de Tel Aviv, et un doctorat en systèmes d'information géographique (GIS) de l'Université Ben Gourion du Negev.

Information complémentaire

Ce concept militaire de "force disproportionnée" a été appliqué à Gaza et risque de nouveau de l'être puisque c'est devenu la doctrine de guerre d'Israël comme le prouve les déclarations récentes du premier ministre sortant israélien, Ehud Olmert. Lors d'une réunion du cabinet ministériel israélien du dimanche 1er février 2009, interrogé sur la réponse à donner à de nouveaux tirs de roquettes qui avaient touchés le Sud du Negev plus tôt dans la matinée, Ehud Olmert a alors répondu : " nous agirons selon les nouvelles règles qui garantiront que nous ne sommes pas entraînés dans une guerre incessante d'un prêté pour un rendu ne permettant pas une vie normale dans le Sud du pays....Nous avons dit que s'il y avait des tirs de roquettes contre le Sud du pays il y aurait une réponse israélienne sévère et disproportionnée". (Source www.presstv.ir 01/02/09)

De même, sur la réponse disproportionnée, le Monde avec AFP reprenait également cette terminologie d'Olmert en écrivant dans un article intitulé "les menaces d'israël face aux tirs de roquettes depuis Gaza " du 01/02/09 : " le premier ministre israélien Ehoud Olmert a prévenu, dimanche 1er février, au début du conseil des ministres hebdomadaire qu'Israël allait réagir de "façon disproportionnée" aux tirs de roquettes palestiniennes depuis Gaza en dépit d'un cessez-le-feu entré en vigueur le 18 janvier...."

Le colonel de réserve Gabriel Siboni, qui a conceptualisé et proposé cette doctrine de "force disproportionnée" qui est devenue la stratégie militaire de l'armée israélienne appliquée dans la Bande de Gaza lors d' l'Opération "Plomb Durci", à sa part de responsabilité dans les crimes de guerre commis par l'armée israélienne à Gaza, et par conséquent est à placer sur la liste des israéliens recherchés pour crimes de guerre.



Introduction Traduction Synthèse Mireille Delamarre


Lundi 16 Février 2009


Commentaires

1.Posté par Aigle le 16/02/2009 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

CE CRIMINEL ET SES ACOLYTES EN EUROPE ET USA AURONT BEAU "DOCTRINER" , NOTRE DOCTRINE SERA LA PLUS EFFICACE ET ILS EN RESSENTIRONT LES EFFETS SUR LE TERRAIN

2.Posté par khizr le 16/02/2009 20:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et une panoplie de superman pour le colonel Gabriel Siboni........
non pour lui ça sera la figurine de batman pour sa dissimulation dans l'ombre et comme justicier de sion...
mdr

3.Posté par PREDICATEUR le 16/02/2009 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette 'chose' n'est qu'un CANNIBALE !

Au fil des décennies, les pogroms se sont suivis et se sont ressemblés contre le peuple palestinien.

Le casting changeait : Yassine, Arafat, Barghouti .. mais l'Histoire restait la même :
_____> les bons - les Sionistes VersuS les méchants - les Palestiniens.

Ils dévoraient littéralement la Palestine - c'était l'horreur !

KANIBALS, VADE RETRO SATANAS ... A grands coups de CRUCIFIX !

Avec nos BIBLES et nos CORANS !

Et ainsi, ils brulèrent dans les flammes de l'enfer !

4.Posté par DURANDUPONT le 02/03/2009 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FACILE A COMPRENDRE LA STRATEGIE CONSISTAIT A OFFRIR UN SPECTACLE D'HORREUR A GAZA DE SORTE QU'IL PROVOQUE UNE REACTION DE L'IRAN , QUI AURAIT PU INCITER OBAMA A PRENDRE POSITION ET SERVIR D'ALIBI A ISRAEL A UNE ATTAQUE CONTRE L'IRAN.. UN VIEUX REVE SIONISTE..

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires