Palestine occupée

Gaza : Ici ou là, des jeunes gens aidaient femmes et vieillards à franchir les obstacles



Samedi 26 Janvier 2008

Gaza : Ici ou là, des jeunes gens aidaient femmes et vieillards à franchir les obstacles
L’annonce du bouclage imminent de la frontière égypto-gazaouie après trois jours d’ouverture "sauvage" a donné lieu vendredi à des scènes de cohue : les Palestiniens se sont rués pour faire leurs dernières "emplettes" avant de retrouver le régime de pénuries que leur impose le blocus de l’occupation.

On a pu voir des grues hisser chameaux, vaches, motos et matelas par-dessus le mur de six mètres de haut construit par l’autorité d’occupation pour isoler les deux territoires mais abattu à l’explosif en plusieurs points mercredi avant l’aube par des militants du Hamas.

Après l’immense bouffée d’oxygène que ce coup de main des militants a apportée aux Gazaouis, l’Egypte a commencé vendredi à colmater les brèches pratiquées dans le mur métallique avec des rouleaux de fil de fer barbelé et a annoncé la fermeture imminente de la frontière.

Des milliers de Palestiniens se sont empressés de profiter au maximum de ces derniers instants de liberté et d’opulence - relative - pour ramener pêle-mêle moutons, matelas, sacs de ciment, jerricans d’essence, pneus, cartouches de cigarettes et "trésors" introuvables ou trop onéreux à Gaza.

Ici ou là, des jeunes gens aidaient femmes et vieillards à franchir les obstacles pour aller chercher, pendant qu’il est encore temps, nourriture et médicaments. Un jeune Gazaoui avisé a acheté une échelle pour faire le passeur moyennant un petit billet.

"Ils ont dit à la télévision que la sécurité égyptienne allait commencer à expulser les gens, alors j’ai accouru. Mais ils ne vont quand même pas expulser des milliers de gens ?" se demande Atta Darouiche, instituteur de 47 ans venu se procurer des pneus ainsi que des médicaments pour soigner l’hypertension de sa mère.

De source militaire égyptienne, on reconnaît qu’il va être difficile de reprendre le contrôle total de la frontière de Rafah, au vu du nombre de trouées.

Ici, appuyés sur leurs boucliers en matière plastique, les policiers anti-émeute égyptiens observent les allées et venues des Palestiniens empressés, sans intervenir.

Là, ils tentent d’installer des barbelés en tenant à distance les Palestiniens avec coups de canons à eau. Mais des militants aplatissent rapidement les fils de fer et des centaines de Gazaouis se précipitent dans la brèche.

Mahmoud Hamed al Masri, 23 ans, confie être venu en Egypte pour aller chercher ses parents partis à El Arich, à 80 km de là. Il craint qu’ils ne puissent revenir si la frontière se referme. "J’ai peur de ne pas les revoir, je veux les ramener."

L’Egypte se trouve devant un dilemme : elle ne veut pas paraître cautionner le blocus de l’occupation, mais elle craint la contagion du Hamas et ne tient pas à ce que son territoire serve de base à des éléments palestiniens incontrôlés.

Mais elle est pressée par les Etats-Unis de "rétablir" l’ordre à sa "frontière internationale". Le président Hosni Moubarak, qui dit avoir laissé faire les Gazaouis depuis mercredi pour des raisons humanitaires, les a invités à rentrer chez eux.

"Je veux croire que tous ceux qui ont acheté ce dont ils avaient besoin, qu’ils soient de Rafah ou d’ailleurs, retourneront dans la bande de Gaza", déclare-t-il dans une interview paraissant samedi dans le quotidien El Osboa.

Un Gazaoui s’est rendu à El Arich à seule fin d’acheter un chameau pour son mariage et il est revenu à dos d’animal. "Nous avons dépensé tout notre argent", avoue un habitant de Rafah. "J’ai acheté une moto, des cigarettes, des biscuits, des chips, du fromage et un petit groupe électrogène. J’estime qu’il peuvent fermer la frontière, maintenant", raconte Saïd al Helo, 38 ans.

Le Hamas n’est pas de cet avis : "Ce que les commerçants ont ramené d’Egypte est insuffisant pour compenser les pénuries des sept derniers mois", a déclaré un porte-parole du mouvement. Le blocus de l’occupation est en vigueur depuis la prise de contrôle de Gaza par le Hamas, en juin dernier

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Samedi 26 Janvier 2008


Commentaires

1.Posté par PALESTRO le 27/01/2008 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voila à quoi mènent les accords conclus avec les sionistes, un désastre humain .
Maintenant il va falloir leur claquer la porte à la face à tous ces Palestiniens sur ordre des Ricains. Mais dans quel monde vivant nous ?

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires