Tribune libre

GÉRER SANS L’ETAT ET SES INSTITUTIONS CONTRAIGNANTES NE PEUT ETRE UNE ALTERNATIVE SALUTAIRE


Tout État est évidemment une association ; et toute association ne se forme qu’en vue de quelque bien, puisque les hommes, quels qu’ils soient, ne font jamais rien qu’en vue de ce qui leur paraît être bon.
Aristote (384-322 av


MOHAMED BENALLAL
Samedi 23 Novembre 2019

GÉRER SANS L’ETAT  ET SES INSTITUTIONS  CONTRAIGNANTES  NE PEUT ETRE UNE ALTERNATIVE SALUTAIRE

La société civile est une assise faisant partie à travers toutes les phases de l’histoire de l’humanité et ce depuis la première société primitive, en passant par la société esclavagiste, traversant la société féodalisme pour enfin arriver à la société capitaliste avec ses crises répétées le socialisme arriva pour mettre en place une société communistes vite chassée du décor géo-polito-économique. A Travers toutes ses étapes l’état s’est distingué progressivement de l’ensemble de la société pour devenir un organe par-dessus la société civile.
« Ceux qui se sont assemblés pour former une société civile, ont dès là commencé une démocratie; car, en ce qu’ils se sont assemblés de leur bon gré, on suppose qu’ils se sont obligés à consentir à ce qui sera résolu par le plus grand nombre. »
Les définitions de la société civile vont avec les philosophes selon la vision de l’état des choses tandis pour les grands idéologues équivalent à la hauteur de Marx, pour eux ; c’est bien la société civile qui conditionne l’état par contre pour Hegel la société civile est rendue possible par l’état.
De toutes les façons, l’état est fort mais pas puissant, par sa police, son armée et ses services de renseignement peut se tourner contre la société civile démunie de toute force sauf celle de l’union,
La société civile est parfois utilisée par les courants politiques et intellectuels proches de l’autogestion de toutes les affaires de l’état, par contre les théoriciens du totalitarisme provoquent un écrasement de la société civile par l’état. Ce qui amène la société civile à lutter contre le socialisme ou bien le communisme ( pays de l’Est) et ceci est exploité par le capitalisme qui en fin de compte dévalorise la société civile, alors que le socialisme dévalorise la société civile au détriment de l’état c'est-à-dire il s intéresse plus aux mouvements sociaux comme l’auto-organisation de la société-la nationalisation des ressources naturelles l’anti mondialisation…
Puisque la loi est le lien de la société civile, et que le droit donné par la loi est le même pour tous, il n’y a plus de droits ni de règles dans une société dont les membres ne sont pas égaux.Cicéron (106-43 av.J-C),
Partout la ou je vais au marché ,au café, dans les administrations publiques , dans les écoles, dans les universités algériennes ,dans le train, dans l’avion, en taxi, en bus… on entend parler fréquemment de politique parce tout ne fonctionne pas dans ce pays,selon une certaine logique imprégnée d’une attitude trop simpliste consistant à tout ramener à un combat entre le bien et le mal, le correcte et l’ incorrecte, en un manichéisme dans le sens moderne du terme. Le classement populaire étant fait, d’une part les députés, les élus régionaux et locaux, les ministres , les hauts placés , les responsables , … qui actionnent le gouvernail du bateau Algérie pour ramener ce peuple vers plus de prospérité dans son sens le plus profond c'est-à-dire par l’art du travail , une éducation qualitative pour tous, du bon pain pour tout le monde, le livre pour tout tous, les soins pour tout le monde, la dignité pour chacun, le plein emploi , une culture du bien en générale voila les grands défis que tout le monde espère et auquel nous sommes tous confrontés, la clé est dans chacun de nous, il faut que chacun de nous s’implique dans des actions liées à notre environnement social, culturel, économique éducatif.. La clé est en quelque sorte entre les mains de la société dite civile.
(Plusieurs personnes sont passées de l’état de nature en la société civile, et ont formé un corps de république pour leur conservation commune, et cela par une crainte mutuelle qu’ils ont eue les uns des autres. »Citation
La société civile n’est pas le quatrième, ni le cinquième pouvoir, elle est déjà le pouvoir en soi, c’est pour cela qu’elle est confisquée par ceux qui font de la politique politicienne. Les politiciens ont bien confisquée la société civile pour la transformer en une forme de société commerciale publique facilement négociable dans le sens péjoratif pour ne pas dire soudoyer par l’octroi de privilèges à ceux qui font le poids. Il est clair que la société civile s’octroie les garantis de tous les droits des individus et de la propriété face à l’état quand se dernier se penche vers le système de non droit ou la corruption, le régionalisme, le clanisme, et les relations familiales.
« Vous accordez bien au peuple légalité des droits ais vous gardez bien de lui concéder l’égalité des moyens de les exercer car tous mes droits si je n’ai pas les moyens de les exercer ne sont que pure fiction que pur mensonge » citation
Les médias sont des outils qui appartiennent à la société civile mais avec les temps qui court la société civile est devenue une grande surface de la consommation médiatique ou la TIC fait ses ravages ils sont fait pour parler de tout et son contraire, le mensonge détrône la vérité, les fakes news, la désinformation.. Sont devenus des outils efficaces pour véhiculer des ingrédients qui font le plaisir des maitres de l’argent. Les ONG et les OSC sont devenues de nouvelles institutions étatiques qui n’osent pas afficher des positions critiques vis-à-vis de l’état. Les règles de droit débordent des parchemins de l’état et la source des moyens d’application est tarie et personne n ose y mettre son grain de sel et rien n’est plus efficace pour faire fuir l’art et le travail que la pure incompétence.
« Il est vrai que hors de la société civile chacun jouit d’une liberté très entière, mais qui est infructueuse, parce que comme elle donne le privilège de faire tout ce que bon nous semble, aussi elle laisse aux autres la puissance de nous faire souffrir tout ce qu’il leur plait. »

La société civile doit être organisée selon la formule semblable à l’ordre des médecins, qui regroupe tous les professionnelles mais aussi l’ordre sociale les associations, les partis qui défendent le droit, l’équité, le bien être dans leur programme d’action…
Aujourd’hui, l’Algérie traverse une situation très sensible et compliquée, cela exige de nous en tant que partie pensante de la société civile ,sachant sachant bien analyser, bien apprécier, sachant bien écrire, et bien parler au peuple avec une grande responsabilité tout en gardant la lucidité, la paix et le calme. Les propos ne se dirigent point sur les deux antagonistes : « Hirak » et l’armée mais bien sur l’exclu ex. Président et son gouvernement qui ont failli dans tout et dont leur ombre fait surface encore.
« C’est dans le maniement des affaires de la société civile que les hommes trouvent à exercer leurs plus beaux talents, aussi que leurs affections les plus honnêtes »
Un constat positif sur la situation portant sur les points acquis sur tous ce qui s’est produit depuis le 22 fevrier2019 tout en faisant des arrêts d’ordre négatifs.
Voir les choses de cette façon va peut être me permettre de faire des échappées qui m’apportera des résolutions présumables à la crise qui ronge le pays. La description sur ce qui se produit plus précisément, tout en signalant dans mon parcourt narratif quelques dangers pouvant entacher la démarche et qui est reprouvée par certains.
« Le 22/02/19 était le jour ou le peuple criait son ras le bol du système»
Le 22 fevrier2019, c’était le début du véritable mouvement populaire pour faire barrage au 5ieme mandat, ce mouvement a été baptisé « hirak » .Ce « hirak » etait spontané et sincère, sans aucune attache avec les partis officiels existants ou autres forces internes ou externes. Ce « hirak » avait surpassé les frontières sectaire, régionales, et autre.. le « hirak » exprimait les souffrances, les injustices et les inégalités et toutes les préoccupations et les difficultés des algériens lambadas ;c est à dire le peuple , il n’était pas soumis à une revendication politique qui est du ressort en principe des partis ; le peuple voulait de la considération et n’ accepter pas qu’ il soit humilié, avili et offensé par la représentation d’ un premier responsable ; malade, sourd, muet, paralysé et se déplaçant sur un fauteuil roulant, soutenu par un clan dit : « issaba »le prenant en otage, qui ont ruiné tout le pays , une fausse justice ou le poids de l’ argent représentait le vecteur du passe droit sur les affaire du pays, c’était cette bêtise et cette incompétence qui représentaient le grand danger….le peuple ne demande que : la justice , la distribution équitable de la richesses du pays, l’égalité des chances , le rétablissement de l’ échelle des valeurs , de l’ emploi,….. Enfin tous les responsables sans aucune exception devront rendre des comptes au peuple.
« Le capitalisme sauvage à produit une classe misérable et détruit la classe moyenne »
Tout le respect revient au « hirak » du 22/02/19. Les actions du « hirak » étaient très importantes et ses conséquences étaient excellentes. Aucun des partis officiels existants ne pouvaient faire ce que le « hirak » a pu entreprendre dans toute sa dimension .La rue recevait le « hirak », des manifestants qui ne sont pas des partis constitués mais des mouvements populaires divers crachant leurs colères et leurs refus du système politique ploutocratique menant une politique économique capitalisme sauvage imposée par le FMI et la banque qui profite aux oligarchies locales avec origine des forces exogènes, le pays est devenu le parage ouvert au pillage extérieur de ses richesses( pétrole, gaz, lithium…) avec des traités commerciaux très inégaux qui ont permis de détruire le tissu industriel du pays, laissant ouvert un marché aux marchandises de qualité douteuse importées au nom de la liberté d’ entreprise par la classe « d’ el issaba » qui se sont enrichis en DA et plus en devises facilement exportables ..
« L’usage de la liberté devient dangereux entre les mains incompétentes »
Ce mouvement a quand même réalisé le 1er objectif assigné à savoir
*l’annulation du 5ieme mandat2019
* l’annulation du report des présidentielles de juin 2019
*Début du nettoyage de mauvais gestionnaires, ripoux de 1er rang.
*poursuite judiciaire des corrompus.
* ouverture judiciaire des grands dossiers( autoroute Est-Ouest ;khalifa ;…..)
*le mouvement pacifiste a été soutenu par l’armée.
« Pour les Grec de l’Antiquité ou pour les romains, l’individu n’était rien et la collectivité était tout. Pour les modernes grand nombre de Nation en Europe l individu est tout et la collectivité n’est rien »D.Diderot
Tout le peuple abstraction faite aux vassaux de « issaba » avait exprimé l’ espoir à ce « hirak » , soit ce mouvement pacifique réussisse tout en évitant des dépassements vains comme les insultes, invectives et autres actes de vandalisme et de violence le « hirak » du 22 février à ce jour était pacifique et croyait fort à l’ état ,à l’armée un corps constitué . les « hirakistes » criaient « peuple -armée khaw khawa » sachant comme disait Mao : « le pouvoir est au bout du fusil » qu’il soit a gauche ou à droite ».
L’armée corps constitué bien structurée avec ses propres services de sécurité était bienveillante et compatissante envers le « hirak ».Les manifestants n’ ont pas permis aux partis officiels politiques et même à certaines figures et forces politiques incultes de surfer sur la vague du « hirak » afin de détourner de ses objectifs dans une voie contraire à celle tracée par le « hirak » du 22/02/19 car les revendications portant sur les souffrances et les misères de ce peuple ne sont pas les mêmes, revendications ceux des parties visibles les non apparentes font plus de bruit.
Les aspects retenus louables de ce « hirak » pour que le commun des mortels qui soient sincères, justes, honnêtes et équitables, il faut une condition et une nécessité pour que tout ce qui se passe de bien comme de mauvais dans ce pays de 1,5 million de martyres devrait être mis au service uniquement de l’ intérêt du pays et du peuple tout entier .Les choses intéressantes doivent servir d’assises et ne doivent surtout pas être délaissées, il faut bien les préserver.il ne faut pas se prêter à la naïveté devant la cruauté des réseaux « d’el issaba » car cela mène rarement au succès.
« La destruction de tout pouvoir politique est le premier devoir du prolétariat.
Toute organisation d’un pouvoir politique soi-disant provisoire et révolutionnaire pour amener cette destruction ne peut être qu’une tromperie de plus et serait aussi dangereuse pour le prolétariat, que tous les gouvernements existant aujourd’hui ».”citation.


Les grosses et grandes mauvaises têtes politiques ont été traduit devant la justice pour enquêtes d’abord, suite à une sédition prônée par « yetnahaw Ga3 et yetnaha système » le « hirak » ne se contente pas uniquement du départ des responsables qui sont au pouvoir mais plutôt un changement radical du système c'est-à-dire une vidange de toute la pyramide du pouvoir et ceci aboutirait forcement à une situation de chaos , ce « hirak » ne sait pas ou commence et ou s’arrête ce dégagement. Ce balayage général , total et radical, entraîne le pays vers un désordre sans pareil ou il serait difficile de s’en s’ en sortir ; « echaab yourid isqat el enidham »( le peuple veut que ce régime parte) ce « nidham » ( régime) est composé de corps constitué c’est à dire de l’ armée, de la police, de la gendarmerie, et des directeurs centraux, des S/G de ministères des walis ……. s’il doivent tous partir , mais il faut aussi ajouter également les associations cooptés par le pouvoir les autres institutions de l’état une difficile alternative à imaginer……
« Ou l’ on gouverne mal ,on obéit mal »
le système peut être défini comme les mécanismes et les institutions qui contribuent au processus de la prise de décision au niveau de l’état et ce à tous les niveau de la pyramide du pouvoir, la portée et les limites du « Yetnaha nidham » ou bien « isqat el nidham » le « hirak » ou ceux qui sont cachés par derrière veulent une situation qui aboutirait à un vide institutionnel certain. A commencer par libérer les détenus « d’opinion » ou « politique »est une manipulation car ils veulent faire libérer en fait « el issaba » en se servant du « hirak » ; car ce dernier avait terminé sa mission et avait obtenu le résultat de ses revendications. Quelque soit la nature des démocrates refuser des élections est une aberration, car ceux qui rejettent cela, savent tres bien qu’ ils ne seront jamais élus par le peuple.
Par ailleurs la transition n’est en faite qu’une continuation de cette “issaba » qui dirige cette période par ses larbins sans vote du peuple ,afin de garder le pouvoir et les privilèges, ceci sous entend qu’ ils veulent libérer leurs maitres qui les finances par tous moyens. Le 12 ième vendredi étaient la fin du véritable « hirak » après avoir eu ce qu ils voulaient. Il est clair après ce 12ieme vendredi du « hirak », d’autres revendications se sont fait voir :.
* Attaquer l’armée par le biais de leur chef d’état - major en tant qu’individu pour mieux la systématiser
*Attaquer l’armée en tant qu’institution de la république pour aller vers le chaos et plus facile pour détruire le système.
*La « issaba » a été balayé par l’armée, c’est pour cela que le réseau « d el issaba » redouble de rage, et le plus dangereux il réclame la destitution de l’état , de l’armée conformément au slogan « yetnahw ga3 » pour que « el issaba » revienne diriger le pays.
* Ceux qui veulent la transition une forme de cooptation, sont contre les élections , se sont des dérivées de la « issaba ».
*La liberté, la démocratie, la libération des détenus sont des prétextes fallacieux pour mieux manipuler et tromper le peuple.
« La bonne gouvernance est synonyme de transparence, de participation, de responsabilité et de respect de droit »

Le danger du vide institutionnel devrait être pris en considération si aucune issue n’est envisagée la solution ne se trouve pas dans le vide institutionnel que certains veulent y mettre le pays pour d’autres considérations le vide du pouvoir c’est la ou réside le danger plus grand que ce que demande le « hirak »
Si le vide advient comme certains du « hirak » le souhaitent et y appelle de ses vœux mener le pays vers une impasse ( vide politique), le vide mènerait vers une mauvaise réticence de la situation économique, financière et sociale du pays déjà très difficile et en crise, en plus des difficultés quotidiennes.
Les richissimes que possèdent millions et tous ceux qui surfent sur la vague du « hirak » n’ont aucune idée de la faim, de la misère, de la maladie, de la souffrance ……
Le vide mènera le pays à l’effondrement total du pays, les salaires des travailleurs ne seront plus versés comme ceux des retraités, même l’armée garante et protectrice de la sécurité et de l’unité du pays et de la paix sociale viendra aussi, le chaos ou ceux qui n’auront plus d’argent ne pourront plus de quoi manger, si le pays se dirige vers le vide institutionnel, il n’est pas dit encore vers quoi se dirige le « hirak ».
« La solution de la crise est la démocratie par l’urne, suivie par des reformes »
De l’autre coté, l’impasse n’est pas aussi luisante que l’on ne pense ;car le pays se place dans une phase particulièrement complexe de son histoire contemporaine dont les analyses élémentaires peuvent défier les esprits politiques manipulateurs et peuvent mettre à rude épreuve les apparences les plus en vues aux situations d’extrêmes dangerosités.
Ceux qui détiennent aujourd’hui le pouvoir et veulent par d’autres moyens imposer leur propre point de vue sinon leur propre analyse de la situation sans partage pour :
* Tracer le chemin menant vers la résolution de la crise pour enfin la dépasser.
*Chose délicate surtout à ne pas commettre, est de mettre en place une stratégie destinée à ramener le pays à l’avant du 22 février2019 .
* L’idée de sauvetage est de dépasser la crise articulée par le « hirak » d’après le mouvement du 22/02, en la transformant sous le couvert du retour à la case de départ, tout en s’entêtant à la légalité constitutionnelle , car il ne s’agit pas de mettre en place un modèle neuf ou nouveau de gouvernance par un replâtrage apportée par une simple modification à la composante du personnel politique.
* Eliminer carrément le système réel de gouvernance ( révolution) qui avait conduit a la dérive ce pays et ayant parvenu à une crise tres aigue.
*Il ne s agit pas de changer la façade de l’édifice politique mais de changer carrément le comportement de gestion selon des règles de droit justes préétablies par des reformes de fond( révolutionnaires) et cela nécessite du temps avec beaucoup de volonté .
*Les reformes permettront en principes d’enfanter un nouveau mode de gouvernance régi par des règles justes de droit et de transparence.
*Il n’est pas permis d’induire le peuple en erreur en évitant la crise tout en substituant de nouvelles règles procédurales trompeuses et abusives dans le cadre sociétal à partir d’ un nouveau chef d’état démunie d’ un programme d’ action propre à sa force légitime et fait l’ impasse sur le débat de la nouvelle gouvernance en l’absence sur le grand choix d’ordre économique, social, culturel sur lequel le peuple n’ a jamais été associé.
Comment construire le pays ?
Le peuple algérien aspire à contribuer à construire à sa manière le pays, son pays et sa société, le choix d’un président programme doit se confondre avec le choix d’un projet de société, d’un mode de gouvernance, d’un type de régime et d’un style du pouvoir, car un président de façade qui ne sait pas voir, ni regarder, ni écouter ne peut pas avoir une tête pour gouverner, il ne ferait que renforcer la crise et les élections aussi transparentes qu’elles soient elle, avec des résultats incontestables risquent d’être une tactique sous traitée d’un nouvel « feed back ».
Il est clair et vrai que le peuple ne se contente pas uniquement de voir les prédateurs jetés en prison en guise de soit disant de petites réformettes sans pour cela toucher aux mauvaises structures injustes mises en place et les conditions maintenues qui ont permis de piller facilement le pays . La constance ne doit pas être confondue avec le piétinement et la paralysée et surtout le maintien des privilèges acquis indument par les anciens tenant du pouvoir et leurs acolytes du système.
Le chaos ajouté aux diverses crises économiques sociales et culturelles et que chacun soit amené à chercher comment subvenir à ses besoins si l’état s’effondre.
Le mouvement risque d’être infiltrer par des forces étrangères ou plutôt exogènes via des larbins, le voisinage n’est pas innocent et la vigilance doit être de mise ainsi le débat et le dialogue doit être instauré pour mettre à l’ écart les inopportuns et les intrus.
Pour être bien sincère et franc à la fois suite à ma modeste contribution avec le « hirak » que je soutiens et sans prendre part au jeu politicien, les présidentielles restent la clé de la solution unique car l’urne est le symbole de la démocratie.
En effet , le jugement des faits délictueux, ensuite ce balayage ou nettoyage ne se fait pas d’un jour ou l’ autre comme un coup d’état , il faut du temps pour cette entreprise de grande envergure ; des dossiers lourds nécessitent des investigations, des enquêtes, des appréciations, des pré-jugements une nouvelle culture de sanction qui peuvent prendre du temps vu l’ ampleur des dégâts et la consistance des dossiersCes actions positives ont été réalisées par la force du « hirak » du 22/02/2019 ceux qui ont foulé le sol des rues du bled par conséquent la responsabilité du « hirak » est de préserver les actions réalisées par le mouvement jusqu'à aujourd’hui, ils vont dans l intérêt du peuple. Le « hirak » a pu malgré son endurance imposé au gouvernement la conception et la démarche pour mettre fin au système ancien ou la gabegie, corruption, malversation’, la bureaucratie,’ le clientélisme, népotisme, despotisme ne trouvent plus de place dans le quotidien sociétal du lambda algérien. Dans l immédiat, la construction de l’ état de droit prendrait son chemin pour une évolution sociétale qui prend en charge les aspirations sincères du peuple en conformité avec la justice, la démocratie et l’ équité dans la répartition des richesses et le retour des échelles de valeur ou l’égalité des chance soit de mise.
Malheureusement personne ne souligne et n’explique profondément les aspects positifs aux gens pas même les manifestant, ni ceux qui prétendent diriger le mouvement sauf la presse et les slogans qui s’orientent vers une optique propre a eux sans pour autant éviter de « chauviniser » les états de faits.
« Gouverner doit proportionner la dépense à la recette et non la recette à la dépense » »
Le mouvement populaire n’a pas donné l’écho pour parvenir à imposer a un prétendu gouvernement non admissible vis-à-vis du « hirak », car la formation d’un budget national permet avant tout de faire fonctionner l’état et relancer l’activité économique que personne ne sous estime, du moment que cela touche le quotidien de l’algérien. Un budget non établit a des conséquences fâcheuses et risque de compromettre tout un exercice de l’année dans un désordre sans pareil, ce qui mettra la situation financière de l’état dans une situation de non droit et donc une paralysée totale des finances publiques.
Le « hirak » avec toute la pression de son mouvement n’a pas pu déblayer des représentants capable de véhiculer le message en question contenant la liste de reformes du « hirak » pour contrer celle du gouvernement.

.

Une feuille de route importante étant utile, nécessaire et sans précédent au moins elle pourrait satisfaire en 1er les revendications les plus importantes même si cela reste en deca des aspirations des atteintes et de l’espérance mais c’est un 1er pas important.
D un coté, on demande que tous quittent le champ politique sans aucune perspective en vue ; car neutraliser l’ état et l armée en dehors de la règle de droit, livre le pays vers l’ inconnu ,que le peuple ne peut admettre et risque ce dernier de payer la facture très chère .la démocratie, c’est le principe de l’ urne ou jailli le pouvoir alors que la cooptation ne peut que pérenniser encore cette mauvaise situation de non droit.
Le mouvement a donné l’opportunité à tous de s’exprimer et de dire ce qu’ils veulent sans prêcher des insultes et des injures, les invectives ne sont pas spontanés parfois mais délibérées pour que les forces cachées à l’intérieur de ce mouvement. Les insultes les plus offensantes proférées contre les responsables de l’armée pour blesser les partisans de l’institution sécuritaire et les inciter à pratiquer la violence heureusement le « hirak » ne s’est pas pris dans ce piège que certains voulaient.
Le mouvement a donné à tous l’occasion de venir s’exprimer et de parler de leurs souffrances et difficultés dans leur propre langage selon leurs propres mots et concepts. Essayant de compiler l’ ensemble des objectifs et revendications de ce mouvement, il faut bien- sur écouter le petit lambda Algérien ,les pauvres, les étudiants les chômeurs et les jeunes, il faut savoir compiler toutes les déclarations et définir les objectifs du mouvement ; car il s’agit de revendications sociales en premier lieu ayant trait à la qualité de la vie, aux souffrances, à la pauvreté du peuple, à la misère, à la santé, à l’ emploi, à la propreté de l environnement ; se sont ces problèmes de notre quotidien qui ornent notre mal-vie.
L’Algérie s’est exprimée le22 fevrier2019
Le plus important c’est que les gens se sont exprimés à travers toutes les villes et villages d’Algérie sans aucune crainte, sans aucun obstacle et sans aucune retenue, le risque du détournement de cette action coutera chère au pays.
Cette placidité qui a éblouie et bouleversée le monde surtout ceux qui se prétendent plus démocrates que la démocratie. Ce mouvement avait crée une nouvelle atmosphère qui ouvre la porte à toute les forces sérieuses et compétentes quelles soient presente au pouvoir actuel ou ait les vocations a y faire partie à l’ avenir pourvu qu’elle ait les armes et forces du bien nécessaires pour combattre la corruption, le clientélisme, le népotisme, le despotisme et assister au soulèvement de la classe misérable.
L’APN pour se donner un peu de sa crédibilité avant sa dissolution ; il faut quelle vote une loi pour la récupération de tout l’argent pillé, une loi sur la transparence sur toutes les dépenses publiques depuis les années 1990.
« Le dialogue est un premier pas de résolution de la crise »
Par ailleurs il faut davantage de dialogue et de débat afin de faire avancer le train des reformes surtout économiques la porte étant ouverte, les invitations doivent être ouvertes pour les manifestants au dialogue et même aux négociations
Quel horizon du mouvement, si le « hirak » refuse le dialogue car le danger provient du vide institutionnel qui est a prendre en considération. Ce qui avait été annoncé depuis des mois par l’Etat-major militaire est en train de se produire. Toutes les mises en garde de Gaid Salah contre le danger d’entraîner l’Algérie dans le Chaos, laisser les portes grandes ouvertes pour accueillir une révolution importée par un printemps arabe à l’image de ce qui se passe ailleurs, qui s’entretuent jusqu’à ce jour, ou trimballer le pays vers une autre guerre civile semblable à la décennie noire ou bien fabriquer une démocratie par la révolution de couleurs conceptualisée par la méthode BHL( Bernard Henri Levy) pour mieux y mettre au trône un Zigoto par cooptation, ceci est en train de se manigancer par les ennemis de l’Algérie dans les rues algériennes pour troubler la machine électorale , la seule et unique solution pour sortir le pays de la crise.
i l est évident que l’appel de laisser le choix aux urnes électorales pour décider du sort de l’Algérie n’a pas été souscrit pour une certaine minorité qui se prétend avoir l’ aval du peuple parce qu’ elle alimente à partir de la rue les « Une » des medias, cette minorité a préféré prendre une autre voie non dévoilé mais très risquée car elle n’est balisée et sa démarche est controversée par une transition qui n’a pas un fondement démocratique, cette minorité veut forcer un chef d’Etat limité de prérogatives constitutionnels de prendre un chemin autre que les élections pour décider du sort de tout un peuple en plein évolution stratégique dans les pays voisins, sous les hordes terroristes , ces vautours qui guettent le moindre faux pas du pouvoir pour sauter sur l’Algérie :
il est important de préserver la stabilité du pays par le biais d’une élection présidentielle pour préserver la stabilité du pays et élire un président qui aura le pouvoir légitime et prendre en charge les revendications du « hirak » pour entamer les reformes de sortie de la crise.
« Attention aux faux pas, car un responsable qui n'a pas d'oreilles pour écouter n'a pas de tête pour gouverner »

Hélas, certains n’ont rien compris à 10 ans de guerre civile, 200 mille victimes et des milliers de milliards de dégâts , ils continuent à placer l’Algérie dans l’œil du cyclone en insistant à refuser la voie des urnes pour l’entraîner vers une autre guerre en exploitant à fond la ficelle du » Hirak » .
Les appels pour refus du scrutin montrent clairement que ces voix guidées par une main non innocente venue de Londres, du Maroc, des pays du golfe et Paris : dénoncer et lutter pour l’élimination de toute légitimé existant e dans les institutions du pays même celle de l’armée afin de facilité le chemin à l’ingérence étrangère :
*Alimenter les discours régionalistes
* Favoriser les mortifications internes entre kabyles et arabes : pour permettre à l’impérialisme et au sionisme de mettre les rails pour faire glisser le pays vers le sang semblable à la lybie meurtrie !
*Le soudan le grand pays géographique d’Afrique a été divisé en deux entités, l’Algérie est devenue le grand pays de l’Afrique, et le souhait de l’ex colonisateur, désir que le nord algérien doit être séparé du sud via la remise en question de l’accord d Evian.
* Tous les pays arabes doivent être remis en question selon une nouvelle cartographie nouvelle sous l’auspice sykes picot .
* le lithium avait crée du chahut au chili et la démission forcée de Morales de la Bolivie verra certainement son sort en Algérie qui cache mal ce bien envié par les superpuissances qui ne cachent pas leur impérialisme.
BENALLAL MOHAMED-ANCIEN CADRE-


Vendredi 22 Novembre 2019


Commentaires

1.Posté par YYY le 23/11/2019 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

'' Yatnahaw ga' / ils doivent tous être enlevé-dégager ''
" Al hirak / le mouvement "

Ataharakou khayrrou aw ayhroukoukoum

"La société civile / Al chaa'b / peuple " et l'armée est formée par min al chaa'b / du peuple ,

2.Posté par Karim le 23/11/2019 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui les rend fous c'est que l'armée est revenue à sa nature primordiale et se range aux côtés du peuple, alors qu'ils veulent une armée à leur service comme l'a souligné Mr Gaïd Salah, Chef des Armées dans son dernier discours.Alors, ils ont pris le courant du Hirak qui est devenu une courroie de transmission puisqu'il a abandonné tous les slogans et ne cesse de repeter dawla madania machi askaria pour un état civil et non militaire.

3.Posté par Saber le 23/11/2019 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sionisme danger pour l'Algérie.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires