Politique Nationale/Internationale

GEORGE SCHULTZ S’ATTAQUE À LA DÉMOGRAPHIE GALOPANTE DU MOYEN ORIENT


George Schultz, le contrôleur de Dick Cheney et l’homme qui a sélectionné à l’origine les membres de l’Administration Bush, a dévoilé le fond de sa pensée dans la livraison d’août/septembre de Policy Review, la revue de la Hoover Institution. L’article, intitulé « Maintenir notre détermination », est écrit à partir d’un discours de Schultz à la Woodrow Wilson School de l’université de Princeton. Rappelons ici que ce sont le Princeton Project on National Security, avec le Rohatyn Center for International Affairs de Middlebury College, et la Woodrow Wilson School of Public and International Affairs de Princeton qui furent les co-organisateurs de la conférence de 2004 pour promouvoir auprès de l’opinion américaine l’idée d’une privatisation croissante de l’armée et des forces de sécurité américaines.


Solidarité et progrès
Jeudi 17 Août 2006

  GEORGE SCHULTZ S’ATTAQUE À LA DÉMOGRAPHIE GALOPANTE DU MOYEN ORIENT




Au moment précis où le monde se précipite vers un krach financier doublé d’un début de conflit mondial de type asymétrique, cet article dévoile l’état d’esprit d’un des opposants les plus acharnés de la pensée et du courant de LaRouche. Dès les premiers paragraphes, Schultz y revendique son attachement à la doctrine de « prévention, préemption et riposte active. » Dans un discours très similaire à celui de Cheney, Schultz se plaint que « depuis l’époque de la guerre du Vietnam et depuis le Watergate, nous avons nous-mêmes, morceau par morceau, dénigré, démantelé, et mis en danger jusqu’à l’extrême nos capacités de renseignement. » Il attaque ensuite le New York Times pour avoir mis en péril la guerre contre le terrorisme par sa dénonciation des mesures de l’Administration Bush de mise sous écoute illicite de citoyens américains. Enfin, s’inscrivant dans la tradition du malthusianisme fascisant de Bertrand Russell, il affirme sans honte que « les pays du Moyen Orient connaissent des taux de fertilité qui font sortir leurs populations de tout contrôle, avec un grand nombre de jeunes inoccupés dont les existences sont détachées du type de réalité qu’exige l’acte de travailler. » Comme si tout cela n’était pas encore assez explicite, Schultz écrit dans la dernière section, sous le titre « jardinage » (sic) que « L’idée, c’est d’arracher les mauvaises herbes quand elles sont petites afin de développer un agenda de travail qui sera utile aux deux camps. » Selon LaRouche, ceci ne constitue rien de moins qu’un appel à l’infanticide.

Dans son discours de Princeton, Schultz dit aussi qu’« Il ne faudrait pas négliger le fait que nous sommes en guerre, et que nous allons continuer à l’être pour longtemps » ; « Ce à quoi nous sommes confrontés » dit-il, « ressemble plus à la situation de la guerre froide, qui s’est prolongée pendant des décennies. »

Structurant son discours en trois phases - la phase passive de 1970 jusqu’au 11 septembre, le 11 septembre, et l’après 11 septembre, c’est-à-dire la phase réactive actuelle - Schultz prétend que la politique américaine commence a montrer ses fruits : « aider des éléments décents au Moyen Orient à transformer toute la région ». Selon lui « il y a eu un changement majeur pendant la dernière année, avec les peuples de la région qui ont commencé à se rendre compte qu’ils devaient cesser de se considérer comme des victimes d’un monde dirigé de l’extérieur par les Etats-Unis, et qu’ils devaient faire face à leurs propres éléments terroristes, dictatoriaux et aux fanatiques religieux ; qu’ils devaient répondre aux besoins de changement de la région vers la démocratie, les droits des femmes et la liberté de l’information. »

http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_article.php3?id_article=2351 http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_article.php3?id_article=2351



Jeudi 17 Août 2006


VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires