Histoire et repères

GENOCIDE AU RWANDA, 13 ans après, Témoignage du réscapé KIZITO MIHIGO: CROIRE EN DIEU APRES LE GENOCIDE



maikirezi@yahoo.fr
Vendredi 4 Mai 2007

GENOCIDE AU RWANDA, 13 ans après, Témoignage du réscapé KIZITO MIHIGO: CROIRE EN DIEU APRES LE GENOCIDE

Kizito MIHIGO est un organiste et compositeur rwandais. A 25 ans, il est étudiant au Conservatoire de Musique de Paris

TEMOIGNAGE

Je suis né le 25 juillet 1981 à Kibeho, province de Gikongoro dans le Sud du Rwanda. Kibeho est une des régions les plus évangélisées de notre pays. Tous les habitants de la région étaient tous catholiques pratiquants. L’Eglise de Kibeho construite en 1934, faisait partie des principaux monuments de l’Eglise les mieux construits chez nous. Lors des massacres des tutsis de 1959, l’Eglise de Kibeho fut l’un des lieux surs et sauveurs, où les tutsis de toutes les régions environnantes pouvaient se cacher sans aucune crainte de l’assassin. Raison pour laquelle la plus part des tutsis, avaient choisi de s’y installer après ces massacres. En 1994, l’année du génocide, plus de 99% de la population de Kibeho étaient tutsis.

Mon Père BUGUZI Augustin, directeur de l’Ecole Primaire de Kibeho et ancien élève des premières écoles religieuses de Save, était quelqu’un de très appliqué dans l’Eglise. Il aurait d’ailleurs voulu devenir prêtre avant de rencontrer ma mère ILIBAGIZA Placidie, qui elle aussi était enseignante à l’école primaire de Kibeho. Mes parents m’ont donné le nom de MIHIGO grâce à mon grand père paternel qui s’appelait ainsi, et le prénom Kizito, grâce aux premiers martyrs ougandais.

En 1990, lors de la première attaque du FPR, Kibeho étant géographiquement mal placé, n’était pas parmi les régions les plus informées de ce qui se passait de l’autre coté, en l’occurrence en Ouganda. Le lendemain de l’attaque, je me réjouissais d’aller raconter à mon père comment notre pays venait d’être envahi par les petits animaux appelés Inyenzi Inyangarwanda. Et très convencu, je lui demandais de tout faire pour que ces animaux, comme nous disait la radio, n’arrive pas dans notre région.
Mon père qui apparemment était au courant de tout, et comprenait la situation beaucoup plus que moi, changea d’attitude depuis ces jours là. Il devint très calme, très pensif, beaucoup plus spirituel, lui qui alla à la messe chaque dimanche, commença désormais à y aller tous les jours, et nous les enfants, on se demandait pourquoi.
En avril 1994, avant même l’attentat de l’avion, les habitants de Kibeho étaient tous envahis de peur. Les écoles étaient fermées depuis quelques semaines, les étudiants hutus menaçaient leurs collègues tutsis, les voisins qui habituellement étaient nos amis, ont brusquement commencé à menacer mon père et ma mère en leur disant que leurs enfants allaient être tués à leurs yeux, et que nos vaches aller bientôt être mangées. Nous les enfants, on y croyait pas. Tous les gens qui venaient chez nous pour demander à manger et à boire, et qui tous partaient contents et rassasiés voire ivres, n’allaient pas, disions-nous, tout oublier d’un seul coup. On pensait au contraire qu’ils allaient nous protéger de cette guerre qui se murmurait depuis quelques mois.

Le 7 Avril 1994 le matin, j’ai croisé mon père dans le couloir de notre maison, et il ne semblait pas avoir dormi. Il avait les yeux rouges, comme quand il était fâché. Il est allé faire un tour derrière la maison, et il est revenu en nous disant : « Venez voir ce qui se passe sur la colline en face » Toutes les maisons de nos voisins en face, brûlaient en même temps, et on se demandait qui étaient capables de brûler ces maisons en même temps car elles étaient quand même nombreuses. …….. Arrivés à l’Eglise, nous avons été traumatisés par des milliers et des milliers de personnes, hommes, femmes et enfants venant de toutes les régions voisines.

L’Eglise était pleine, l’Ecole primaire aussi, et les gens commençaient à s’installer dans une école secondaire voisine.
Mon père était parmi les tutsis les plus recherchés de la région et il avait très peur, moi je l’ai vu. Il est venu nous trouver à la maison et il nous a demandé de partir, et d’aller dans une famille amie à Runyinya, une des communes de Butare. Mon père est resté avec sa mère qui était très âgée et qui ne savait plus marcher. Il nous disait que si la situation devenait trop grave, il allait prendre son vélo, et nous joindre à Butare. On devait partir à pied, et de préférence pas par les routes principales. Nous avons pris le chemin de la foret et nous avons allongé la rivière appelé Uwarunyerera. Après quelques kilomètres avec mes sœurs, ma mère et mon petit frère dans son dos, quelques hutus nous ont vu en train de traverser la vallée. Parmi eux il y avait les enseignants collègues de mes parents, l’inspecteur d’arrondissement, il y avait aussi l’agronome de la commune. Ils étaient assis sur les collines autour de nous, je crois qu’ils attendaient un signal pour aller tuer les gens dans l’Eglise. Ils nous ont vu et ils sont descendus des collines en criant : « Ce sont les riches, ce sont les riches, ils ne doivent pas nous échapper », et nous, nous avons couru dans différentes directions. Ma maman avait mon petit frère dans le dos, elle ne savait pas courir. Elle s’est cachée dans un trou à coté de la rivière, et j’ai rencontré mes soeurs une à une après quelques kilomètres dans la foret. A un certain moment nous avons cru que ma mère avait été tuée.

Ma mère a passé en effet le reste de la journée dans ce trou, et la nuit aussi. Le lendemain, elle nous a rejoint à Butare, et nous avons pleuré ensemble.Elle nous dit que les personnes qui nous poursuivaient ont traîné tout prêt de ce trou en fouillant partout. Quelques heures après son arrivée, nous avons vu l’Eglise de Kibeho en train de brûler, et nous entendions de loin les coups de feu. C’était la première fois que nous avons entendu le bruit d’un fusil, et nous nous demandions ce que devenait papa au milieu de tout cela.
Il nous avait dit que si la situation s’aggravait, il allait prendre son vélo et nous joindre à Butare. Nous avons passée toute la nuit tout yeux tout oreilles. On attendait papa avec son vélo.

Vers les 10h du matin, nous avons entendu « induru » les cris dans le quartier où on logeait. Après quelques minutes, c’était les coups de feu. Le bruit des fusils était tellement proche de la maison qu’on croyait l’entendre dans nos cœurs. Tout le monde tremblait. Maman nous demandait tous de prier, mais on n’y arrivait pas. Personne ne pouvait se concentrer. On prenait les chapelains en main, mais on en faisait rien. On a décidé de quitter la maison en courant. Moi j’ai pris la radio, mes sœurs ont pris les habits, les autres ont pris la vaisselle, et tout ce qui pouvait être portable, mais je vous jure que personne n’a couru plus de 500 mètres avec. Il y avait un très long fil des hutus qui nous demandaient l’argent, tout ce que nous avions, ou alors, nous tuer. Il y avait aussi quelques twa avec eux. Quelques dizaine de tutsi de ce village, sont morts en ce moment là.

Après avoir donné tout ce que nous avions, ils nous ont conduit au centre de Karama, toujours en province de Butare, et ils nous ont dit que les massacres étaient finis. Nous avons failli y croire car on a passé plus de deux semaines dans ce centre, on était beaucoup de milliers dans ce centre et on attendait qu’ils viennent nous tuer, mais je crois qu’ils avaient peur parce qu’on était très nombreux. Pendant la nuit, on était attaqués par des petits groupes des hutus armés mais à chaque fois on les combattait, et on les chassait. Moi et ma famille nous dormions dans une salle paroissiale, entre l’Eglise et l’Ecole. On était tellement nombreux dans cette salle, que quelques fois je préférais aller dormir dehors malgré le danger.
Les gens dormaient au dessus des autres, on dirait les sacs de charbons … Quand on voulait sortir pendant la nuit, on marchait au dessus des gens. Un enfant a voulu aller faire pipi, on lui a dit de marcher sur les gens, et d’aller faire pipi à travers la fenêtre, et il est revenu en morceau. On lui a lancé une grenade à travers la fenêtre. Les gens qui dormaient à coté de la fenêtre, ont été tous blessés. Moi je n’ai rien su, parce que j’étais en dessous. J’étais étouffé, je ne pouvais pas respirer, mais, au moins j’ai été sauvé de ce danger. Nous avons passé une dizaine de jour à ce centre paroissiale de Karama, et le 19 Avril, c’était le jour qu’on attendait.
Toute l’armée de la province de Butare je crois, toute la police, toute la gendarmerie, sont tous venus nous bombarder. Ils lançaient les bombes et les grenades dans les sales, et pendant qu’on criait en essayant de prendre les blessés et en regardant si quelqu’un de la famille avait été touché, les interahamwes entraient dans les sales pour couper les têtes des gens. Chaque personne qui sortait était directement fusillée par les soldats qui étaient dehors. Un homme très courageux appelé Ildefonse, ordonna tous les hommes qui étaient dans notre salle de sortir et de mourir en combattant. Seuls les femmes et les enfants devions rester dans la salle. Ildefonse est sorti premier et sa tête a explosé juste devant la porte, et le sang nous a rejoint en l’intérieur de la salle. Les Interahamwe sont entrés dans notre salle, ils ont coupé les gens, ils ont coupé tout le monde, mais pas moi, ni ma mère, ni mes sœurs. On était très salle, tout le monde était très salle, imbibé dans le sang, je pense qu’ils n’arrivaient plus à distinguer les vivant des morts et des blessés. Dans la salle j’étais avec mes quatre sœurs, ma mère et mon petit frère. Personne n’a été coupé pendant les trois heures de massacres, de midi à 15h. Nous considérons cela comme un véritable miracle de Dieu. A 15h, ils ont dit qu’ils n’avaient plus de balles. Tous les soldats sont partis, et seuls les miliciens sont restés avec leurs machettes et gourdins. Nous nous sommes décidé de sortir, on se disait qu’ils allaient nous couper avec les machettes et nous frapper avec leurs gourdins, mais qu’à un certain moment, ils allaient être fatigués. C’est comme ça que ça s’est passé. On est sorti au milieu de machettes. Le sang partout, on coupait celui qu’on voulait, moi je courait en marchant au dessus des morts et des blessés, où est ma mère je n’en sait rien, où sont mes sœurs ? A savoir plus tard, seule ma vie comptait. J’ai marché au dessus de quelqu’un qui n’avait plus de jambes. Il avait la hanche, les bras et la tête, mais pas les jambes. Il m’a dit : Stp ne marche pas au dessus de moi. Je l’ai regardé et j’ai continué à courir mais cette fois ci en pleurant.
Je ne savais pas quoi faire, je ne savais pas où aller, je ne comprenais pas bien ce qui se passerait dans le monde. Je croyais que c’était le monde entier qui vivait la même situation. J’ignorais que cela était possible, et surtout aussi brusquement.

Je me suis donc séparé de ma famille, et j’ai suivi un groupe des tutsis qui couraient. On a couru, ils disaient qu’on allait au Burundi, mais personne d’entre nous ne connaissait le chemin. On a traversé les vallées, on courait, on arrivait dans une vallée où les hutus nous attendaient avec leurs armes, ils tuaient, et si tu avais quelque chose à leur donner, ils pouvaient te laisser partir en te disant que tu allais te faire avoir devant. C’était juste, à chaque cent mètres on trouvait un groupe qui nous attendait. On a quitté Karama on était un groupe de 500 personnes environs, on est arrivé à Nyakizu, la commune voisine, on était plus qu’une dizaine. Dans la vallée de Nyakizu, c’était le matin du jour suivant, j’ai rencontré les gens que je connaissais. J’étais enfant de chœur dans l’église de Kibeho, je servais les prêtres pendant la messe tous les matins. Dans la vallée de Nyakizu, très tôt le matin, j’ai rencontré un groupe des hutus parmi eux, il y avait un prêtre que je servais tous les jours à Kibeho. Il a dit : Ce garçon je le connais, il est de Kibeho, on a déjà tué son père, il est le plus beau qui nous reste. Un soldat qui était avec lui a dit : « Il faudra le tuer comme dessert alors ». On m’a ordonné de m’asseoir là à coté d’une rivière, en attendant qu’ils finissent le groupe avec lequel j’étais, pour enfin me tuer comme dessert. J’étais assis avec une vieille femme, elle aussi devait être tué comme dessert. Ils ont tué tout le groupe avec lequel j’étais, sauf deux filles qui devaient rentrer avec eux, disaient-ils.

Quelques minutes après, un grand groupe des tutsi est arrivé, il y avait ma mère et ma sœur dedans, je les ai vus. Parmi eux il y avait un homme qui avait encore un peu d’argent. Il les suppliait en disant : Svp, ne me tuez pas je vais tout vous donner. Ils étaient tous distraits par cet homme, et moi j’ai couru sur la montagne, et en montant le soldat à tiré, mais aucune balle ne m’a touché. Actuellement je vois cela dans les films d’actions.

J’ai fait trois jours et trois nuits à pied, pour arriver au Burundi, tout comme les autres tutsis venant de Karama. Arrivé au Burundi c’était un autre combat qui commençait : Pleurer, chercher comment vivre seul sans rien, chercher et retrouver les miens qui seraient toujours vivants, et tout cela seul.
Le HCR était la seule personne qui pouvait m’aider, mais il était trop surchargé pour ça.

Deux semaines après mon arrivée au Burundi, j’ai retrouvé la première personne de ma famille : Ma mère avec mon petit frère qui n’avait pas encore un an. Ils étaient emmenés dans un autre camp de réfugiés qui étaient à quelques kilomètres du mien. J’y suis allée, je les ai retrouvés et je suis resté avec eux. Quelques jours plus tard, quelqu’un m’a dit qu’il aurait vu ma sœur à Matongo, un autre camp de réfugiés de l’autre coté du Burundi. J’y suis allée, deux jours à pied, et j’ai retrouvé Consolée ma sœur aînée. On a pris le camion du HCR et on est revenu à Mureke pour joindre maman et mon frère. Le lendemain j’ai appris que mes deux petites sœurs venait d’arriver à Mparamirundi, un camp de réfugiés tout près de la frontière, je les ai retrouvées, et elles aussi ont vécu des choses croyez moi. Seulement je ne sais pas si elles sont prêtes à les raconter. J’ai retrouvé tous les membres de ma famille de cette façon, à part mon père bien sur. Je rencontrais les gens qui étaient à Kibeho lors du bombardement de l’Eglise, et ils me disaient que lui a été tué à part, par un groupe des hutus dirigé par un Médecin de Kibeho, un docteur appelé MUTAZIHANA. Mutazihana avait une fille qui était une très grande amie à moi. On étudiait ensemble à l’école primaire de Kibeho. On m’a dit que c’est son père qui a tué le mien, et j’ai senti tout l’amour que j’avais pour elle, se transformer en terrible haine. J’ai détesté tous les hutus, et toutes les personnes de parents mixtes. Quand j’étais au Burundi, j’étais capable de tuer aussi, je crois. J’ai voulu entrer dans l’armée du FPR pour venger mon Père, mais j’étais trop petit, on n’acceptait pas les garçons de 12 ans. Je traînais avec les soldats burundais, je leur racontais ce que j’avais vécu, et je leur parlais de mon projet de venger mon père. Ils me soutenaient ces soldats, figurez vous. Je leur demandais de m’apprendre comment utiliser la baïonnette, la grenade et le fusil. Ils me l’ont appris. Je me disais que si jamais le FPR prenait le pouvoir, il y aurait plus de hutu dans notre pays, tout comme les enfants qui ont les parents mixtes. Je les détestais aussi. Je ne faisais plus confiance aux gens, et j’étais devenu très méchant. Heureusement que j’étais au Burundi, si j’avais pu être au Rwanda en ce moment là, j’aurais tué beaucoup de gens. J’en ai tué beaucoup ailleurs dans mes pensés. Je demande pardon à Dieu pour ce sentiment de haine et de vengeance que j’ai eu en ce moment là.

Juillet 1994, le FPR a libéré le pays, et nous sommes rentrés. Il n’y avait pas beaucoup de hutus dans le pays à l’époque, heureusement d’ailleurs. J’étais cette fois-là préoccupé par la recherche d’une belle maison à Kigali, pour mettre ma famille dedans et après aller dans l’armée du FPR. J’ai essayé d’entrer en Armée par le camp de Gashora au Bugesera, le seul camp militaire qui acceptait encore les enfants (Kadogo), et j’y ai rencontré mon oncle qui était dans l’armée depuis longtemps, il m’a donné dix coups de bâtons sur mes fesses et m’a obligé de retourner chez moi. Je suis retourné dans ma famille, fâché, de Bugesera à Kigali à pied. Quelques mois après, les écoles ont repris à Kigali, j’ai fini ma sixième année mais, j’avais une haine trop grande pour les enfants hutus. Un enfant hutu me parlait, et je le frappais. J’ai frappé beaucoup d’enfants comme ça, innocemment.

Après ma sixième année primaire en 1995, j’ai fait l’examen d’entrée au Petit Séminaire de Butare, un collège qui forme les futurs prêtres. J’avais juré à mon père d’entrer dans cette école, et lui m’avait dit que c’était l’école la plus sérieuse. J’ai réussi l’examen d’entrée et je suis parti au Séminaire. Je n’avais pas de vision de devenir prêtre en ce moment là, j’y allais juste parce que c’était une école préférée de mon Père et que je devais me souvenir de ses choix pour moi. Sinon j’avais la haine pour tout ce qui est les prêtre et l’Eglise. Arrivé au Séminaire, je suis tombé amoureux de deux choses aujourd’hui indispensables dans ma vie:

LA MUSIQUE SACREE et le KARATE. J’étais emporté par les compositions de la Chorale de Kigali interprétées par les séminaristes, et en dehors de l’école je me réjouissais à faire du Karaté avec l’équipe de l’école.

On avait la messe tous les matins et moi ma prière quotidienne pendant que le prêtre élevait le pain et le vin, était : « Seigneur, fais de moi un grand compositeur, fais de moi un grand chanteur de ta louange.
Aide-moi à te célébrer et à être célèbre dans ce domaine sacré, fait de moi quelqu’un de très fort dans le chant liturgique, et que tout le Rwanda puisse se servir de mes compositions. Seigneur, fais que mes compositions puissent bouleverser les cœurs de tous les rwandais, comme ces chants des séminaristes ont bouleversés ma vie. Fais que mes chants me valent ton Amour Seigneur et celui des hommes » Puis je disais à Dieu : « Seigneur, aide moi à devenir un grand Karateka, que je puisse être le capitaine de l’équipe de l’école un jour »

Pendant ma première année au séminaire j’ai composé plus de 50 compositions, et certaines se chantaient déjà au séminaire. En deuxième année, étant organiste de la chapelle du séminaire, j’ai fondé la chorale Mélomane, chorale permanente de l’Ecole. Avec une centaine de mes compositions, la chorale mélomane fut première dans des compétitions nationales des chorales. Dans cette chorale, il y avait le fils de l’Inspecteur d’arrondissement de Kibeho et le fils de l’agronome de Kibeho, les hommes qui voulaient nous tuer le 7 avril. Je leur apprenais à chanter tous les jours. Je vous le dis sincèrement, ces deux visages qui étaient tous les jours devant moi, dans ma chorale, m’ont beaucoup aidé à accepter beaucoup de choses dans ma vie. Ils m’ont beaucoup appris qu’on pouvait renoncer à la haine afin de pouvoir bien chanter pour Dieu. Ils m’ont aidé à anéantir ce sentiment amer qui colonisait mon âme depuis quelques années. Ces deux garçons ne le savent pas mais par eux, j’ai appris à pardonner, j’ai pardonné et je me sens plus heureux, plus tranquille, plus libre et surtout, plus proche de Dieu. Pardonner c’est à mon avis une grâce qui vient de Dieu tout seul, mais aussi une grâce qu’on peut demander et obtenir surtout quand on lutte pour être chrétien digne de ce nom, bref quand on veut aimer sans aucune limite.

Ils savaient chanter ces deux garçons, et moi je ne voulais pas me débarrasser d’eux. L’un d’entre eux est devenu finalement mon successeur, il a dirigé cette chorale après mon départ du Séminaire.
En 1997, dans une recollection au séminaire, je me suis souvenu, que quand j’étais au chemin vers le Burundi, j’avais promis à Dieu que si je n’étais pas mort, je n’allais plus pécher et j’allais consacrer toute ma vie à faire quelque chose qui Lui rendra gloire pendant toute ma vie. C’est donc en 1997 que j’ai pris la décision de me consacrer entièrement à la composition, à l’interprétation des chants liturgiques et à l’orgue, bref à devenir artiste de Dieu.
J’ai ensuite composé plus de 380 compositions qui se chantent partout dans les paroisses du Rwanda. J’ai grâce à Dieu réussi plusieurs concours nationaux, dont celui de l’hymne national actuel de notre pays. Je remercie infiniment notre patrie, le Président de la République et son gouvernement qui ont reconnu ma vie entant qu’artiste, et m’ont donné la chance de venir approfondir mes connaissances aux Conservatoires de Musique d’Europe. C’est une expérience artistique incomparable pour moi. C’est un autre monde différent du séminaire mais dans lequel on doit aussi se chercher et se retrouver entant qu’artiste de Dieu.

J’ai toujours voulu savoir si le Docteur MUTAZIHANA qui avait dirigé le groupe assassin de mon père était emprisonné. En 2003 j’étais ici en Europe, et j’ai appris que cet homme était en prison de Gikongoro, lui et sa femme. J’ai en ce moment là pensé à leur fille qui était ma meilleure amie à l’Ecole primaire. Quand je suis allé au Rwanda en 2004, je l’ai difficilement retrouvée, on a mangé ensemble et je lui ai dit que je sais que ses parents ont tué mon père, que je savais qu’ils étaient en prison, mais que la fille ne doit pas avoir honte envers moi. Je lui disais qu’elle devait se souvenir non seulement de ce qu’on a vécu à cause de ses parents, mais aussi et surtout de notre relation à l’école primaire. Je lui ai dit que même si on a tué les corps de nos parents, frères et sœurs, leurs ames, dont nous qui sommes toujours en vie, n’ont pas été tués.

Je lui disais que j’aimerais reprendre contact avec elle, et l’aider si je le pouvais.

Elle n’était pas à l’aise, elle n’a pas pu manger, elle était là devant moi, assise de profil, en train de m’écouter très silencieusement. Elle me disait qu’elle trouvait tout cela trop gentil et incroyablement bon, mais qu’elle n’arrivait pas à y croire. « Ibyo byose ndabyumva kandi ndabyemera, ndabigushimiye. Ariko simbasha kubyakira » Je crois qu’elle ne m’a pas cru jusqu’aujourd’hui. Mais je ferais tout ce que je peux pour que par notre relation, les gens puissent comprendre que le pardon est tout à fait possible, grâce à Dieu, par Lui, avec Lui et en Lui.

Aujourd’hui je suis étudiant au Conservatoire de Musique de Paris. Je remercie Dieu de m’avoir donner la chance de pouvoir lui être reconnaissant dans mes compositions.

Je peux dire que les prêtres m’ont beaucoup déçu, ils ont voulu que je meure alors qu’on donnait l’offrande ensemble chaque matin. Mais ils ne peuvent pas me faire oublier mon Dieu et les promesses que je lui ai faites durant ma propre vie. Mon Dieu m’a permis de devenir compositeur, et aujourd’hui j’ai plus de 380 chants liturgiques qui parlent de Dieu, et qu’on chante pour Lui partout dans les paroisses du Rwanda. Il m’a aussi donné le Karaté que j’avais demandé.

Tous les gens qui m’aiment et qui souhaitent m’aider à faire quelque chose dans ma vie, je leur demande toujours de m’aider à chanter davantage pour Dieu. Merci à mes parents, à l’Eglise, au gouvernement Rwandais, au président Kagame, merci à tous les gens qui m’ont soutenu tout au long de ce voyage que je fais depuis plus de dix ans, entant qu’artiste de Dieu.

Que Dieu qui les accueille dans son Saint Royaume, se souvienne de nous qui faisons toujours ce long chemin : La vie sur la terre

Kizito MIHIGO
www.organistecompositeur.com


Vendredi 4 Mai 2007


Commentaires

1.Posté par Ngango le 11/05/2007 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce témoignage est très enrichissant. Il a quelque chose de different par rapport aux autres que nous avons l'habitude d'entendre. La photo est aussi bien choisie pour cet article.

Pour nous les croyants, il ne fait que parler du Dieu réssucité. Kizito, j'étais dans ta messe de Requiem à Bruxelles que tu as merveilleusement animée et accompagné avec ton orgue et ta voix. J'ai beaucoup aimé tes chansons, mais en particuler celle qui nous fais tous pleurer...

Tu as bien fait aussi, pendant cette période de Paques, de nous parler de la croix-amour, et de Jésus Ressuscité, Lui la Vie qui a vencu la mort.

Ce que je te souhaite, c'est de continuer cette mission que tu t'es donnée. Nos parents qui sont partis croyaient en Dieu, et ils l'ont toujours montré. Continue dans leur exemple, nous sommes derrière toi.

Avec l'amour, nous vaincrons la heine

Bien à toi, Théogène

modération:

Nous avons supprimé les échanges concernant cet article.
Certains utilisent (ils se reconnaitront) plusieurs pseudos, et font du prosélytisme d'une manière éhontée.
Jésus n'a sans doute pas enseigné la supercherie pour convaincre et encore moins le prosélytisme sournois !


2.Posté par Eva-luna le 12/05/2007 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous, Européens, devrons demander pardon (comme l'a fait le premier ministre belge) pour cet horrible génocide que nous avons laissé s'accomplir en détournant les yeux. Encore un passage ignominieux de la très longue liste de notre histoire.

Pas de repentance a déclaré Sarkosy... Nous devrions au contraire nous mettre tous à genoux et demander pardon. Nous nous arrangeons tellement bien avec l'horreur! Que passent la civilisation occidentale, ses trahisons et ses mensonges. Satan paré de la toge immaculée de la démocratie: à vomir.

3.Posté par Lilly le 13/05/2007 00:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis très touché par ce message;

Le génocide des tutsis au Rwanda, doit effectivement être une leçon pour le monde entier. Nous esperons effectivement que la Belgique et les Etats Unis, seront un exemple pour les pays comme la France qui ne veut jamais reconnaitre ses RESPONSABILITES dans ces tragedie.

Cet enfant a tout vecu, il a serré la main du diable. Il a mangé la mort, mais il ne l'a pas avalée, on lui a appris la haine mais il ne l'a pas accepté. Que ce garçon soit un exemple pour tous les gens qui souffrent de l'injustice, et de la mechanceté des hommes dans ce monde.

Merci à vous d'avoir posté cet article

4.Posté par Joseph le 14/05/2007 22:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


"la France qui ne veut jamais reconnaitre ses RESPONSABILITES dans ces tragedie".

Je me suis toujours demandé si "RESPONSABILITES" est le mot juste quand on parle de la France dans ce génocide. Ne serait-il pas plus convenable de dire "Le role, lacheté, ou l'irresponsabilité..." ???

Je trouve aussi que ce garçon est courageux et je lui dit Merci aussi de ma part

Joseph

5.Posté par Didy le 22/05/2007 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


La France??? !!!!

Le nouveau ministre des affaires etrangères Monsieur Bernard Kouchner, s'est toujours montré très interessé et desolé par la situation du Rwanda en 1994 et après;

Attendons voir, peut etre....

Didy

6.Posté par oualid le 13/07/2007 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam a vous tous et a tous les rwandais,
je suis a la recherche d'un témoignage vivant et direct, car je suis un rappeur, et je veux retranscrire l'histoire sur une mélodie,pour que notre jeunesse écoute, comprennent, aprennent et sache, si jamais quelqu'un est interessé, laissez moi un email sur arabian_panthers1@hotmail.fr
j'ai vraiment besoin de se témoignage

7.Posté par concilie le 20/08/2007 09:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Nous qui avions trouve refuge a la Paroisse Sainte Famille a Kigali pendant
le Genocide de Tutsi , et qui y avons vu passer le Ministre actuel des Affaires etrangeres ( Monsieur Bernard Kouchner ) , aimerions savoir ce qu'il a senti
quand il a vu tout ce massacre ; savoir enfin s'il a ete fier de ce la France a fait
a notre Pays le Rwanda en participant toutes ces horreurs .
Que Monsiru Kouchner nous dise ce que la France fera en reparation de ce
qu'elle fait a notre pays

Concilei


8.Posté par jabo le 08/09/2007 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Soyons réalistes.Oui les tutsi ont étés massacrés mais n'oublions pas aussi que les hutus ont connu le même sort depuis l'attaque du FPR en 1990.Donc Kagame aura son tour pour expliquer cela.On verra un jour.

9.Posté par ravaux le 14/09/2007 19:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Honte a la CE, lache que nous avons été, et pas seulement au Rwanda mais aussi en plein coeur de l'europe avec les Balkans.
Nous avions dit en 40 "plus jamais ca", aujourd'hui nous savons ce qui se passe au Darfour et encore une fois nous sommes les temoins d'atrocités.
Je suis responsable de l'entenne de SLD " WWW.sauverledarfour.org" sur Bourges, et nous organisons une conference pédagogique 1er trimestre 2008 sur bourges.
Il y aura entre 200 et 300 personnes, un spécialiste du soudan, ainsi qu'une ong et le directeur de SLD paris,
Je recherche un temoignage d'une personne ayant vecu ses massacres au rwanda, les frais de deplacement ainsi que l'hotel et la nouriture sont financé dans le projet, contacter moi.
Le but bien sur de cette conference est l'information, Metrre un visage sur des atrocités toucherons encore plus nos auditeurs et peut etre alors les ferons bouger.
merci michel

10.Posté par ravaux le 14/09/2007 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'ai oublier mon adresse email
pommdamour@wanadoo.fr

mr ravaux michel

11.Posté par Yvette le 20/09/2007 16:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour ce message du pardon & tolerance. I hope we will all get there.

12.Posté par Liliose le 06/10/2007 22:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci

13.Posté par sonia le 13/10/2007 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ton témoignage vraiment ça touche les gens
surout les gens qui n'ont pa s encore connu
ce que c'est le pardon vraiment je suis fiére de toi
qu'a part de ça tu n'a pas oublier ton DIEU comme
il ne t'oublieras jamais merci

14.Posté par Alain le 19/10/2007 00:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Que la France reconnaisse ses erreur mais aussi sa résponsabilité dans le génocide des tutsis.

Il faut que ce pays arrete de se prendre pour une super puissance, même Bill Clinton est venu demander pardon au Rwanda, alors que ses militaires n'ont jamais ni entrainé les milices ni demandé les carté d'identité aux rwandais, ni combattu contré le FPR

Notre pays sera toujours fier de rompre avec la France sinon, comme Sarkozy divorce avec sa femme

15.Posté par I. Franck le 02/11/2007 14:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Témoignage très touchant et très dtaillé

Le dossier de ce génocide n'avancera jamais si on n'identifie pas l'auteur de l'attentant contre l'ancien président rwandais

16.Posté par Bernard le 05/11/2007 22:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ta temoignage est vraiment ridicule.La justice t'attend aussi la ou tu vas explique ce que tu as fait a Kibeho.Wanjijiwe weho uravuga ngo wazanye umukobwa umwemeza ko ababyeyi bakwicyiye kandi ko bari mu Prison?Tu es un mechant et sans doute au retour cette fille vas te poser la question si tu l'as tue je vais te poser la question mais seulement j'attends la justice de venir au Rwanda quand nous arons tous la parole.. no seulement vous les Tutsis.Merci

17.Posté par BIda le 06/11/2007 23:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N'importe qui sait que le genocide ainsi appelle au Rwanda est devenu l'outil pour chasser et tuer tout l'humanite hutu.Kizito est l'un des gens qui sont alles a Kibeho pour la revange.Tu es connu et la justice t'attend et tu vas aussi etre envites par les millions du Rwanda pour repondre aux questions de la revange a Kibeho.Tu es tres mechant every one knows what you did at kibeho.Les orphelins et les veuves t'appellent dans ton noms,they know you are the one who destroyed the family they know you are fed by their family blood.Sit down and think of that moment where that family will have the freedom as the same you have to ask you where you did put their loved ones.Just sleep and dream that dream.
Thank you

18.Posté par Marie Ange le 07/11/2007 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hallucinant

Je viens de lire les deux commentaires précents et je ne sais pas quoi dire.

C'est moi qui ai demandé la publication de cet article dans ce journal;

Le monde est vraiment malade

J'ai grandi avec Kizito, on a vecu ensemble surtout la période post génocide, j'ai mal à entendre ces foutaises: que "Kizito aurait tué les gens à Kibeho???"

Quel est le but caché des gens qui inventent de tels mensonges à l'égard de quelqu'un qu' ils ne connaissent meme pas??

Pourquoi ne pas dire plus clairement que ce témoignage fout la honte à tout le monde (rwandais et étrangers) mais surtout les génocidaires?

Arreter de vous cacher derrière les mensonges, et de continuer ces fausses propagandes en miroirs. N'importe quoi vraiment

19.Posté par Marie Ange le 07/11/2007 16:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Voici en fait le pire des pires que subissent les réscapés du génocide aujourd'hui: C'est que les victimes sont confondus aux boureaux, et que les boureaux profitent pour se cacher et tuer encore.

Je trouve celà vraiment insupportable.


20.Posté par BIda le 08/11/2007 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais je me demande toujours pourquoi?je me demande porquoi il y a les gens qui se considerent comme les savants et veulent aveugler le monde.Mais n'oublie pas,le monde est a l'oeil nu et tout le monde sait ce qui se fait au Rwanda.Impossible est bruler la maison et cacher la fumee.Il y a deux questions:
1.Peux-tu me supporter si je dis que le genocide qui se faisais au Rwanda en 1994 etait sous des boureaux?
2.Peux-tu me supporter si je dis qu'il s'agit du fouteuses pour celui qui parle du genocide de 1994 au Rwanda?
Peut-etre que votre reponse serrais non.Mais pourquoi?Votre tribu Tutsi vous interessent de plus.Quant a tribu Hutu?oublie ce la car la justice pour les hutus est perdue.Mais ce que j'ai voulu dire est qu'un jour la justice sera aussi pour les hutus et a ce moment-la,les hutus aurons la chance de poursuivre les revangeurs qui ont tue leurs bien-aimes a Kibeho et partout dans le pays meme aux pays voisins comme congo par example.Il y a les information tangible que Kizito est l'un de gens qui sont alles a Kibeho pour la revange.Margre votre information intangible sur l'internet, montre sans nier que Kizito est mechant.Moi personnelement je crois en genocide de 1994 au rwanda comme j'ai le fort croyance au revange contre les Hutus depuis de 1994(en oubliant la massacre de Hutus commis par le FPR au cour du chemains vers le rwanda depuis 1990-).Maintenants les Hutus sont a boucheB mais think when they will stand up and speak.Dis moi,combien de hutus sont entre de mourir en prisons?that is what you call BOUREAUX?Comme tu as dis,le monde est malade,si le monde n'est pas malade,tu serais capable de savoir la velite mais comme le monde est malade,tu seras jamais pu.Il faut savoir rien ne cache!
Merci

21.Posté par BIda le 08/11/2007 22:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais je me demande toujours pourquoi?je me demande porquoi il y a les gens qui se considerent comme les savants et veulent aveugler le monde.Mais n'oublie pas,le monde est a l'oeil nu et tout le monde sait ce qui se fait au Rwanda.Impossible est bruler la maison et cacher la fumee.Il y a deux questions:
1.Peux-tu me supporter si je dis que le genocide qui se faisais au Rwanda en 1994 etait sous des boureaux?
2.Peux-tu me supporter si je dis qu'il s'agit du fouteuses pour celui qui parle du genocide de 1994 au Rwanda?
Peut-etre que votre reponse serrais non.Mais pourquoi?Votre tribu Tutsi vous interessent de plus.Quant a tribu Hutu?oublie ce la car la justice pour les hutus est perdue.Mais ce que j'ai voulu dire est qu'un jour la justice sera aussi pour les hutus et a ce moment-la,les hutus aurons la chance de poursuivre les revangeurs qui ont tue leurs bien-aimes a Kibeho et partout dans le pays meme aux pays voisins comme congo par example.Il y a les information tangible que Kizito est l'un de gens qui sont alles a Kibeho pour la revange.Margre votre information intangible sur l'internet, montre sans nier que Kizito est mechant.Moi personnelement je crois en genocide de 1994 au rwanda comme j'ai le fort croyance au revange contre les Hutus depuis de 1994(en oubliant la massacre de Hutus commis par le FPR au cour du chemains vers le rwanda depuis 1990-).Maintenants les Hutus sont a boucheB mais think when they will stand up and speak.Dis moi,combien de hutus sont entre de mourir en prisons?that is what you call BOUREAUX?Comme tu as dis,le monde est malade,si le monde n'est pas malade,tu serais capable de savoir la velite mais comme le monde est malade,tu seras jamais pu.Il faut savoir rien ne se cache!
Merci

22.Posté par Thierry le 20/11/2007 06:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est trop ridicule Mr. Bida!! tu connais rien de Kizito, tu connaitras jamais rien de lui. Seul Dieu sait celui qui l'a donné la grâce. Tu accuses cet innocent pour quelle raison? Oh mon Dieu, que Dieu te pardonnes et te fasse misercode!

23.Posté par Kamou le 21/11/2007 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Comme a dit Marie Ange dans ses commentaires au dessus, c'est devenu maintenant une habitude, les fausses accusations et les ménaces portés contre les rescapés ont un seul but: RIDICULISER LES TEMOINS POUR QUE LEUR TEMOIGNAGES DEVIENNENT ABSURDES, comme ça les génocidaires se sentent plus tranquilles.

Je voudrais juste dire qu'on peut contrer les gens qui disent la verité, mais jamais la verité sera contrée.

Que ceux qui ont fait le génocide contre les tutsis le sachent, tôt ou tard, ils finiront par payer

24.Posté par Ikram le 24/11/2007 01:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


b[Bonjour, je te trouve vrèment très courageux de nous dévoiler tous ce qui sais passé dans ta vie. ça ma beaucoup appris!
l'Horreur qui ce passe dans ce monde... même avec des témoignage directe comme le tien on ne pourra Jamais savoir exactement ce qu'on ressent a ce moment là!
Il faut le vivre pour comprendre.... (même les esprits les plus tordus ne pouront imaginé ce qui ce passe dans ce monde sans pitié )
Nouvelle géneration: ésperons qu'ils auront plus d'humanité et de courages que les anciens...
Merciiii pour ce témoignage !!! qui ma vrèment touchée

25.Posté par anne lilibeth le 29/11/2007 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi je suis camerounaise ,et moi je ne sais rien de ce génicide rwandais mais ce que je peux dire apres avoir lu ce temoignage et beaucoup d'autres commentaires que ça ne vaut pas la peine de se lancer encore les balles aujourdhui car si le processus de réconciliaition a été lancé ;tout ceci n est plus que passé et pour cela ce qu il faut maintenant c'est le culte de l'amour cultiver l'amour pour que cela ne se reproduise plus et que les enfants ne se souviennent plus des atrocités mais plutot de l'amour et qu ils puissent le repandre dans la foi en jesus christ;

26.Posté par angelique le 30/11/2007 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Je suis d'accord avec vous.

Au Rwanda nous n'avons pas oublié et nous n'oublierons jamais ce qui est arrivé à notre pays, mais aujourd'hui ce qui nous importe plus que tout, c'est de contruire un Rwanda meilleur pour nos enfants dans les années à venir.

Les témoignages comme celui ci nous aide à ne pas rester dans la haine mais à voir la réalité et à chercher du courage pour construire.

Les chrétiens trouvons ce courage en Dieu

Merci

27.Posté par Bida le 30/11/2007 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous n'oublierons jamais ce qui se fait au Rwanda depuis en 1990 jusqu'a cet heure.
Ca devient une chaine de haine et de malfaisance.Donc Rwanda et le pays de trouble pour les Rwandais.

28.Posté par Commoun le 09/12/2007 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Arreter de dire n'importe quoi à propos de la France, ce n'est pas la France qui est venu prendre les machettes et tuer les gens dans votre pays;

Puis je dirais à ce cher Bida d'aller apprendre le Français avant d'écrire ses commentaires. Je n'y comprend rien du tout.

Merci à vous tous, et merci pour ce témoignage

29.Posté par Bida le 10/12/2007 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

commoun or quoi je te dis que le francais n'est pas mon destin.Le francais n'est pas meme ma langue maternelle,je suis ne et grandit au Rwanda.Je comprends que si tu n'est pas cher tu comprendrais ce que je veux dire. J'ai voulu simplement dire que Kizito et ses admirateurs ont extremine les gens,les millions de Rwandais dans la province la ou il est ne (kibeho).Si tu ne saits pas,sache des aujourd'huit.Le Rwanda est souffert et continue de soufre.Il faut que j'y aille et stoper ca.
Merci
N.B Mon ordinateur est progamme en englais et il est difficile pour moi de trouver les accents donc mets les accents la ou convient

30.Posté par Linda le 11/12/2007 14:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher Bida
je vais te demander de commencer à prier comme le fait Kizito, la haine que tu as en toi va te tuer. Les hutus ont toujours considérés les tutsis comme des animaux qu'il faut chasser et tuer juste pour s'amuser, ça fait des décennies qu'on les tue. 59,63,73...Mon père est mort en 1963 juste parcequ'on avait décidé d'exterminer tous les intellectuels tutsis, mon père militait pour l'égalité entre tutsis et hutus, il n' y avait aucune raison de le tuer à part qu'il avait du sang tutsi!!, je ne l'ai donc pas connu car j'avais 1an et ma mère était enceinte de 6mois. malgrès cela ma mère nous a élévé dans l'amour du prochain et dans la prière car elle savait que si on a la haine, on ne pourra rien faire de notre vie. Je connais aussi certains hutus qui avaient un esprit positif et qui l'on payé pendant les massacres des tutsis. Tu dois savoir que le monde change et que la situation actuelle est la preuve que l'amour peut vaincre la haine et que malgré le sang versé, la justice a fini par triompher. le gouvernement actuel de Kagame prone la justice mais il faut que cela dure plusieurs générations pour que les gens qui pensent comme toi ne soient plus de ce monde, pour que les petits enfants de tes petits enfants puissent rentrer au Rwanda sans haine et parler un langage de rwandais et non de hutu. Que Dieu te bénisse et que son amour puisse vaincre le diable qui est en toi.

31.Posté par bida le 14/12/2007 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Linda, merci pour ta reponse mais je merrais te dire que les gens qui etait comme toi sont ceux qui ont extermine ton pere. A partir de ce que tu view de crire,ton pere etait un homme mais il etait dans le temps tres complique de dictature sous la regne de Habyarimana.Beaucoup de Hutus dans le gouvernance de Habyarimana savaient qu'il y avait la democracie mais clairement il n'y avait pas aucune democracy.Il y avait la discrimination contre les tutsis je me souviens l'histoire en l'ecole qui etait base sur la dinastie Nyiginya,on parle de Kanjogera avec sa mechancete(ubugome) cette histoire en l'ecole a cree la haine qui a cause la genocide de 1994.Maintenant Kagame est en train de faire la meme chose.Tuer les hutus sans pitie,detruire leurs maisons.On enseigne meme l'ideologie de la genocide aux petits enfants a l'ecole et a l'universite meme. Sans doute cette ideologie va causer un autre catastrophe et sans doute le sang va etre verse par cette ideologie.Le Rwanda ne changera pas exept si nous avons un autre homme comme ton pere qui combatait pour l'egalisation entre les hutus et les tutsis.Je ne peux pas oublier de te repondre que je ne hais pas les tutsis,je hais tous les malfaiteurs.Que mon ame soit detruit aujourd'huit si j'ai la haine contre les tutsis.Mais seulement je sais que tu ne m'aimeras jamais car tu as les meme caracteres de ces gens qui n'aimaient pas son pere jusqu'a ce qu'ils ont pris son ame sans motif.C'est toi et tu es la.
Que Dieu te benisse aussi

32.Posté par Linda le 18/12/2007 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bida, je me rejouis de voir que tu commences à être un peu positif, Dieu est grand. mon père a été tué sous le regne de kayibanda. je peux t'assurer que je tiens à continuer à penser comme mon père. J'ai des amis hutus et je n'ai pas de rancune contre tous les hutus, ceux qui ont tué mon père, Dieu s'en est chargé et ils ont compris pourquoi. Je ne pense pas que Kagame fait comme tu le dis, au contraire ceux qui viennent avec ce genre d'idées sont séverement punis qu'ils soient hutus ou tutsis. C'est vrai qu'au début les gens dont les familles ont été exterminés ont voulu se venger, mais Kagame a vite arrêté ça. c'est pourquoi même certaines personnes restent en prison, ils se sentent plus protégés, en plus ils sont très bien entretenus, ils travaillent, sont bien nourris, il faut le reconnaitre...Je prie pour que Dieu continue d'ouvrir ton esprit , je suis sure que tu te sentira mieux après...

33.Posté par Marie Ange le 24/12/2007 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Joyeux Noel à Kizito, aux coordinateurs de ce journal, à vous touss, et meileures voeux pour l'an 2008;

Que l'enfant Jésus rennaisse dans nos vies

Marie Ange

34.Posté par Muvunyi le 17/01/2008 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


C'est domage que les rwandais voulons encore se lancer les insulter après tout ce qui s'est passé, au lieu de regarder devant et construire notre pays ensemble

Hutus, tutsis, twa, ... tout celà ne veut rien dire; ce qui est sur c'est que nous sommes tous rwandais et nous ne pouvons construire notre pays que ENSEMLBLE

35.Posté par Marie Ange le 18/01/2008 01:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Je suis tout à fait d'accord avec vous Muvunyi

36.Posté par Kabari le 20/01/2008 20:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais Le Rwanda s'avance. Il y a la grande difference,si vous avez recement ete au rwanda. Kagame est le vrai president du Rwanda apres le roi Rudahirwa.Kagame a le seul ambition:Developement pour le Rwanda.Ceux qui parle du Tutsis,Twa,Hutu ont la bonne chance d'en savoir bien mais la pure verite est que le Rwanda d'aujourd'huit cause les Rwandais comme moi etre fier.Avant on pouvait me demander d'ou je viens et je pourrais mentir"Kenya"mais aujourd'hiut je dis fierement je viens du Rwanda!HOW is that!U Rwandans be Proud

37.Posté par Linda le 25/01/2008 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

rwandans be proud!!!!!!!! et merci Kagame ! ! que le bon Dieu lui donne longue vie ! ! !

38.Posté par Uwase M Agnès le 03/04/2008 08:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y aun changement remarquable apès le Génocide les rwandais sont vraiment unuies il faut remercier le bon Dieu


39.Posté par Uwase M Agnès le 04/04/2008 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour ce temoignage.

40.Posté par zakimu le 04/04/2008 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bida tu n'es pas normal, il faut quand même te comprendre. Je conseille au psychologue clinicien du pays ou tu réside de te faire un lavage de cerveau si non tu peux mourir à cause de la folie. tu es guidé par la subconscience. Un enfant de 13 ans peut être accusé du Génocide comment? Alors que nous étions après le génocide dans la sortie du chaos. Il se vengeait contre qui? Tu n'es pas normal. Je ne peux pas te hair parce que toute haine conduit à la mort et à l'obscurité.
Que le bon Dieu te pardonne.

41.Posté par zakimu le 04/04/2008 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Kizito merci pour vos témoignage. Il faut prier pour BIDA et les autres qui ont de la folie, qui sont guidé par la subconscience.

42.Posté par JC le 15/07/2008 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Esprit Saint, tu rythme d'amour le cœur de Dieu, rassemble des hommes en un peuple d'espérance, fais nous gouter la joie divine d'exister, et deviner déjà les couleurs de l'aurore

43.Posté par mwenegihanga le 07/08/2008 01:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ndi umunyarwandakazi et je dois dire ko bibabaje kubona umuntu yihanukira agashinja undi ibinyoma. Kizito est un chretien digne de son nom, il vit et il chante l'amour et la reconciliation. il n'y a point de haine dans on coeur. so s'il vous plait arreter ces fausses accusations, ntanyungu bizabagirira. Que le Seigneur pardonne a tous ceux qui ont ecrit ces choses mechantes a propos de Kizitoet qui lui accusent des choses qu'il n'a jamais faite et qu'il est incapable de faire. Kizito est un homme bon, infiniment bon.

44.Posté par alicia le 21/11/2008 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis francaise, mariée a un camerounais qui a perdu certains membre de sa famille à la suite de ce génocide.
A vrai dire, malgré toute les information que j'ai pu récolter, je ne comprend pas exactement le rôle de la france dans tout ceci, simplement que comme d'habitude, la France à étée lâche et rejette toute responsabilité, ce dont je ne suis pas fière.
Je pense simplement que le monde entier à une part de responsabilité dans ce génocide, pour le simple fait de ne pas être intervenu.
Malheuresement, la situation se répte encore au Darfour, et cela n'est pas près de s'arrêter tant que nous n'interviendrons pas.
Alors tout ce que je pourrais dire : c'est prions ENSEMBLE (merci BIDA) pour que jamais cela ne recommence !
Rien ne sert de lancer égalemnt des fausses accusation, c'est kan meme le monde à l'envers !

45.Posté par Kizito le 21/11/2008 22:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est vraiment touchant cette histoire et nous espèrons ue celà ne se reproduira plus jamais. "Never again"

46.Posté par Germaine le 14/04/2009 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Aujourd'hui en 2009, soit 2 ans après ce témoignage, et 15 ans après le génocide, par ses activités pour le pardon et la miséricorde azu sein des rwandais, Kizito nous a prouvé que son témoignage est veridique. Dieu se montre dans les activités de ce jeune artiste. J'invite tout le monde a visiter son site: http://www.organistecompositeur.com

47.Posté par Laurette le 14/05/2009 13:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Il est temps que les rwandais se pardonnent entre eux, et qu'ils apprennent à vivre ensemble malgré les differences, et les blessures.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires