Politique Nationale/Internationale

GAZA : KOUCHNER ENCOURAGE LES DIRIGEANTS ISRAÉLIENS À MASSACRER



Mercredi 12 Septembre 2007

GAZA : KOUCHNER ENCOURAGE LES DIRIGEANTS ISRAÉLIENS À MASSACRER
GAZA : KOUCHNER ENCOURAGE LES DIRIGEANTS ISRAÉLIENS À MASSACRER

Publié le 11-09-2007

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a été l’un des premiers à réagir, mardi, au tir de roquettes sur une base de l’armée israélienne, en bordure de la bande de Gaza, qui a fait une soixante de blessés, dont plusieurs grièvement, dans les rangs militaires israéliens.

Kouchner se trouve en effet en Israël, pour manifester son soutien à l’écrasement continu du peuple palestinien par Israël et les grandes puissances. Il participait mardi à une conférence de presse avec son homologue israélienne Tsipi Livni, et les deux ministres ont répondu à des questions sur la « riposte » israélienne au tir de cette roquette Qassam par la résistance palestinienne.

Tsipi Livni a alors déclaré que son armée frapperait, ce qui ne constitue évidemment pas une « information », dans la mesure où Israël, depuis soixante ans qu’existe ce pays, n’a jamais utilisé d’autre langage que celui de la force à l’encontre du peuple palestinien. Tsipi Livni a cependant ajouté, pour pimenter son propos, qu’Israël va probablement avoir aussi recours « à des moyens non militaires ».

Il s’agit là, ont décodé sans mal des commentateurs de presse, d’une allusion transparente à des punitions collectives additionnelles infligées au million et demi de Gazaouis enfermés dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde : par exemple, la coupure de l’approvisionnement en combustibles et/ou en électricité, déjà pratiqué à de nombreuses reprises par l’Etat hébreu.

Mais ce nouveau crime annoncé n’a pas suscité la moindre réserve de la part de Kernard Bushner. « Israël a bien le droit de défendre sa population », a déclaré le ministre, sans même se rendre de l’énormité de son propos : quand Israël se venge, sur la population palestinienne, d’une action militaire de la résistance contre un objectif israélien lui-même militaire, Bernard Kouchner appelle cela défendre la population d’Israël !

Les familles des militaires israéliens touchées par la roquette Qassam ont fait preuve d’un peu plus de lucidité, en manifestant leur colère contre les généraux de leur propre armée.

Les circonstances dans lesquelles les 67 soldats israéliens ont été blessés illustrent en effet parfaitement comment l’armée israélienne, si brillante comme on le vit lors de l’attaque du Liban à l’été 2006, méprise sa propre jeunesse.

La base israélienne touchée par la roquette, Zikkim, se trouve ainsi à peine un kilomètre de la bande de Gaza, c’est-à-dire à une distance que les plus rudimentaires des roquettes palestiniennes franchissent aisément, même si elles tombent le plus souvent dans le vide, sans faire victimes ni dégâts.

Pourtant, les soldats de la caserne de Zikkim ne jouaient absolument aucun rôle opérationnel dans le dispositif permanent d’encerclement et incursions sanglantes mis en place par Israël autour, au-dessus et dans la bande de Gaza, avec avions, hélicoptères, blindés, pièces d’artillerie, etc.

Ces soldats étaient en effet de fraîches recrues du service militaire, effectuant ce qu’on appelle dans le jargon militaire leurs « classes » d’instruction, avant d’être répartis dans différentes unités, que ce soit en Cisjordanie occupée, sur les hauteurs du Golan ou dans des unités et services centraux, pour la suite de leurs trois années de service obligatoire. Aucune tâche de « défense du territoire » face à une hypothétique menace d’invasion palestinienne en provenance de la bande de Gaza ne leur avait jamais été assignée.

Alors pourquoi avoir choisi Zikkim comme centre d’instruction, ont demandé les parents des victimes ?

L’Etat-major s’est contenté de répondre qu’il avait fourni des casques et des gilets pare-balles aux bidasses, et que c’était la faute à pas de chance si les radars de détection des départs de roquettes n’avaient pas été assez rapides pour permettre à la troupe de gagner les abris construits à Zikkim. Mais il s’est bien gardé de donner la vraie raison de ce choix techniquement aberrant : montrer, tant au peuple palestinien qu’au peuple israélien, que « Tsahal est partout ».

CAPJPO-EuroPalestine


Mercredi 12 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par coolzen le 13/09/2007 09:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On appelle ça " mettre de l'huile sur le feu" et ça dure depuis longtemps Pas besoin d'etre fin politologue pour comprendre ce qui se passe là-bas Certains veulent aussi que la gangrène et la schizophrénie s'étende petit à petit jusqu'à chez nous et depuis quelques mois la manipulation s'intensifie Je n'arrive pas encore à comprendre comment une minorité d'excités/décérébrés peut occuper autant de place, à tel point qu'on ne pense et parle plus que de ce conflit !

2.Posté par Maxwel le 13/09/2007 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils n'ont pas été positionnés là par hasard, mais pour qu'ils soient plus sûrement de possible victimes pouvant justifier à posteriori, les massacres en préparations,
Bengourionne clamait haut et fort qu'un état doit savoir faire imposer des sacrifices au peuple! la fin justifiant leurs pires turpitudes.
Ce n'est pas nouveau cela dure depuis plus d'un siècle, depuis qu'un dingue à écris les protocoles de sion.


VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires