MONDE

Fukushima: nouvelle fuite d'eau radioactive


Dans la même rubrique:
< >


Ria Novosti
Jeudi 5 Avril 2012

Fukushima: nouvelle fuite d'eau radioactive
Une nouvelle fuite d'eau contenant du strontium radioactif a été découverte jeudi à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima au Japon, rapporte jeudi la chaîne japonaise NHK.
La fuite s'est produite via une brèche dans un tuyau du réservoir du système de décontamination provisoire. La brèche a été colmatée une heure après la découverte de la fuite. La société TEPCO, qui gère la centrale, n'est pas pour le moment en mesure d'indiquer quel volume d'eau s'est répandu dans l'océan.
Fin mars, la société TEPCO a fait état d'une fuite de 120 tonnes d'eau radioactive provenant du même réservoir, et près de 80 litres d'eau contaminée au strontium se sont alors déversés dans l'océan.
En dépit de l'"arrêt à froid" des réacteurs de la centrale réalisé en décembre dernier, des fuites d'eau radioactive y sont toujours fréquentes.
Une série d'accidents survenus dans la centrale de Fukushima à la suite du séisme dévastateur du 11 mars 2011 a provoqué plusieurs fuites radioactives sur le site. Les autorités ont procédé à l'évacuation de la population dans un rayon de près de 30 km autour de la centrale.
Des traces de césium et d'iode radioactifs ont été détectées dans le sol, dans l'eau de mer ainsi que dans des denrées alimentaires, non seulement dans la préfecture de Fukushima, mais également dans les régions alentours.


Jeudi 5 Avril 2012


Commentaires

1.Posté par Cassiopée le 05/04/2012 21:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a un risque économique pour les activités sensibles.

L’aspect économique de Fukushima a souvent été oublier dans les débats des responsabillités (uniquement par l’aspect des dirigeants) bien que ce soit une question réellement globale des sociétés ayant acquis l’activité nucléaire.

Pour faire vite, les dirigeants n’ont pas investi (de l’argent) dans une protection contre des désastres naturelles qui pouvaient mettre en danger l’environnement (en général : humains, économiques, écologiques, climatiques, ect…), avec des protections suffisantes.

Hors lorsqu’on connaît les multiples crises d’ordre économique, on ne se focalise uniquement que sur l’aspect du début d’investissement. Jamais il n’est question du pendant, c’est à dire qu’un problème d’argent sur des activités d’ordre chimiques, nucléaires ou bioligiques ne sont tout simplement pas mise en avant.

Pourtant un exemple existe, les Etats-Unis suite à l’effondrement de l’ Union Soviétique ont entamé des accords et de lourds investissements concernant le maintien et la mise à niveau des activités russes. C’est à dire qu’un investissement étranger a dû s’impliquer dans un processus de stabilisation d’activités dont les répercussions parfois se calculent en millions d’années.

Il y a eu de nombreux débats, de nombreuses inspections pour vérifier les capacités de protections face à des événements d’ordre naturels (climats, montagnes, cours d’eau, ect…), avec des rapports et de calculs de niveaux de sécurité.

Pourtant aucune information même minime ne nous informent en cas de crises économiques (d’ordre diverses) concernant les activités, chimiques, nucléaires ou encore biologiques.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves
19/09/2014

Neo-Chalghoumi


VIDEO
| 12/09/2014 | 2522 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Hicham Hamza | 12/09/2014 | 3798 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 174


Commentaires