Sciences et croyances

Fukushima. Et les physiciens se taisent



Laura Hennemann
Jeudi 26 Mai 2011

Fukushima. Et les physiciens se taisent

Ils ne veulent pas s’exprimer au sujet du Japon. On tente d’empêcher toute discussion. Voici quelques observations faites au cours du congrès printanier de la Société de physique allemande.

C’est une contribution invitée de Laura Hennemann. Elle prépare sa thèse de doctorat en physique à l’Université de Tübingen.

Karl Urban

Dimanche de la semaine précédente, dans le train à destination de Dresde. J’étais impatiente de savoir quelles seraient les réactions des physiciens allemands concernant les terribles nouvelles à propos des centrales nuclé­aires japonaises. Je m’imaginais qu’à l’avenir, je me souviendrais du congrès printanier 2011 de la Société de physique allemande (Deutsche Physikalische Gesellschaft DPG) et que je pourrais dire: Cette réunion était empreinte du choc déclenché par les évènements de Fukushima.
Chaque année, des milliers de physiciens se retrouvent pour la grande conférence printanière de la DPG. Cette réunion de cinq jours a lieu à l’Université polytechnique de Dresde, et cette fois, le nombre de participants est spécialement élevé: environ 7000 personnes dont la plupart travaillent à leur thèse de doctorat. L’énorme programme du congrès, énumère plus de 6000 contributions. Elles sont divisées en divers domaines, de la physique nucléaire jusqu’à la technologie du vide, et il y a environ 30 à 40 conférences parallèles à tout moment sur le campus entier. Je ne pouvais donc pas être partout à la fois. Pourtant voici mon impression subjective:
Je voudrais d’abord dire la chose suivante: Les attentes que j’avais eues durant mon voyage en direction de Dresde ne se sont pas remplies. Ici, on ne débat pas de Fukushima. On ne le mentionne pas, on n’en discute pas, on n’en fait pas même séance extraordinaire. Les physiciens qui autrement ont toujours accompagné de manière cri­tique le nucléaire, qui est leur enfant, eux, ils se taisent ici.
Ou suis-je toujours au faux moment à la fausse place? Je m’enquiers auprès d’une étudiante qui fait partie de l’équipe des organisateurs. Mais elle non plus n’a pas entendu parler d’une conférence extraordinaire, et elle regrette aussi qu’il n’y en ait pas. Je m’adresse à des collègues et des amis, qui ont suivi d’autres conférences que moi: rien. Néanmoins un collègue me répond: j’ai suivi des entretiens, le soir, au moment de la bière, où le terme de Fukushima est apparu. Et quelques fois, quand le sujet s’y prête, l’un ou l’autre des intervenants fait une petite re­marque au début. Une autre collègue a vu dans sa chambre d’hôtel à la télé les déclarations du président de la DPG, Wolfgang Sandner. Les participants au congrès semblent en savoir moins que le spectateur de télé lambda.
Mais le plus incroyable est survenu le premier jour du congrès, lundi, à 12h30: A la suite de la conférence intitulée «L’évaluation comparative des techniques de production de courant électrique» – il y est question entre autres des problèmes environnementaux et sécuri­taires –, un auditeur pose une question concernant les événements récents à Fukushima. Mais avant que l’intervant puisse répondre, le président de la séance s’empare du microphone, et déclare: «Veuillons, s’il vous plaît, rester dans notre sujet, il s’agit ici d’une comparaison de la sécurité de centrales élec­triques.» A ce moment j’aurais voulu qu’on puisse entendre, renforcés par le microphone, mes grattements de tête. Puis le président ajoute: «En outre, nous ne savons toujours pas encore exactement ce qui se passe au Japon.»
Voilà le problème principal. La plupart des participants ont l’impression de ne pas avoir assez de connaissances pour pouvoir juger des événements de Fukushima. Mais pourquoi ils ne veulent pas contribuer à la formation de l’opinion – de leur propre opinion aussi – reste une énigme. Il faut aussi le dire: Le sujet leur semble trop politique. Mais en réalité, le sujet de zu Guttenberg est tout aussi politique, et là, les physiciens, en tant que sous-groupe de la totalité des universitaires, ont une opinion très nette qu’ils ne cachent pas le moins du monde.
Non, ici, je n’exige aucunement que les physiciens allemands, en tant que groupe clos, se prononcent pour ou contre l’énergie nucléaire. Mais j’exige un débat. Pas de politique de l’autruche, comme Dürrenmatt en donne le modèle dans les «Physiciens». «La responsabilité a une grande importance dans la physique», c’étaient les paroles introductrices précédant la grande conférence du soir intitulée «L’honnêteté en physique.» Selon le président de séance, les domaines où cette responsabilité doit jouer son rôle sont: Les armes nucléaires, le comportement face aux données et aux citations. Tout de suite, il y a un renvoi au cas de zu Guttenberg. Et Fukushima passe une fois de plus sous silence.
C’est décevant. Pour moi, la responsabilité, c’est également accompagner de manière critique ses propres enfants spirituels, même si ce sont des beaux-enfants. Et finalement la responsabilité, cela veut dire aussi encourager les nombreux étudiants qui font une thèse de doctorat à discuter de manière interdisciplinaire, à se former leur propre opinion et à la défendre. Et si nous ne sommes pas suffisamment compétents pour le faire, alors qui d’autre le sera?
Jeudi, 10h20: L’avant-dernier jour, l’inattendu se passe. Un de mes collègues arrive dix minutes trop tôt dans une salle où il veut participer à une séance sur «Le programme de missiles iraniens». La séance précédente n’est pas encore terminée, mais à sa surprise, ce n’est pas celle annoncée dans le programme, mais un débat avec des experts sur Fukushima. Un présentateur et trois personnes qui s’expriment; dans une grande salle bien remplie. Tout de même. Franchement, cela aurait été bien d’annoncer ce débat de manière à ce qu’il soit largement connu.     •

Sources: LHC-Kritik. http://lhc-concern.info/?page_id=91
www.wissenslogs.de/wblogs/blog/astrogeo/energie/2011-03-19/fukushima.-und-die-physiker-schweigen du 19/3/11, 9h06
(Traduction Horizons et débats)



Jeudi 26 Mai 2011


Commentaires

1.Posté par Champi le 26/05/2011 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mouais bof. Pas clair votre article. On a franchement l'impression que vous n'êtes pas allé au bout de l'investigation. Manque de rigueur.

2.Posté par Intellecterroriste le 26/05/2011 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Voici quelques observations faites au cours du congrès printanier de la Société de physique allemande."

C'était difficile à saisir?

3.Posté par Alain Bellemare alias Mc_AB le 26/05/2011 22:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est les japonais les pires...ils vont souffrir et mourir en silence. Des lépreux comme dans l'antiquité les gens vont les fuirent et la détresse psychologique les feront sombrer.

Un esprit abattue est pourriture pour les os.

4.Posté par mimiche le 31/05/2011 20:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

un physicien allemand justement (oublié son nom), disait dans son bouquin de vulgarisation lu dans les années 80, quelque chose come ce que je rapporte ici de mémoire :
Plus quelqu'un est compétent, plus il hésite à donner un avis tranché en une phrase lapidaire. Or, plus le monde est complexe, plus il faut de gens très compétents pour prendre les décisions... Malheureusement, dans un monde très complexe comme le nôtre, il y a de plus en plus chances que ce soient des cuistres et des imbéciles qui s'emparent de la parole pour dire n'importe quoi, sous l'oeil vitreux des spécialistes.

5.Posté par joszik le 02/06/2011 23:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@berbere, J'ai bien aimé les commentaires qui à l'époque me visait quand j'annonce la tuile japonaise

http://www.alterinfo.net/OFFENSIVE-CONTRE-L-INDUSTRIE-JAPONAISE_a42497.html

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires