Politique Nationale/Internationale

France: retombées politiques des appels à l’agression contre l’Iran lancés par Kouchner


Les appels du ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, à adopter une politique agressive contre l’Iran, sont source d’inquiétude au sein de l’élite dirigeante française au moment où la popularité du président nouvellement élu, Nicolas Sarkozy, baisse rapidement dans les sondages. Certaines sections de la bourgeoisie française ne s’inquiètent pas uniquement pour leurs énormes investissements en Iran, mais aussi de ce que Sarkozy risque de miner son propre gouvernement en devenant l’adjoint de l’administration Bush en matière de crimes de guerre.


Alex Lantier
Lundi 1 Octobre 2007

France: retombées politiques des appels à l’agression contre l’Iran lancés par Kouchner

Par Alex Lantier

Dans l’émission de radio Le grand jury RTL du 16 septembre, Kouchner a dit qu’il était nécessaire de se préparer « au pire » au sujet de l’Iran, ajoutant que « le pire, c’est la guerre, monsieur. » Kouchner a révélé que l’état-major mettait des plans au point en vue d’attaques contre l’Iran et a donné son aval en disant, « il est normal que l’on fasse des plans. » Kouchner a dit aussi que le gouvernement français déconseillait aux entreprises françaises d’investir en Iran, et ce bien qu’elles y aient déjà des investissements s’élevant à 30 milliards de dollars américains.

D’autres représentants du gouvernement ont ensuite essayé de minimiser les remarques de Kouchner. Dans une interview télévisée le 20 septembre, Sarkozy a dit, « je n’aurais pas employé le mot ‘guerre’. » Néanmoins les remarques qu’il a ensuite faites ont démontré que ce qui le préoccupait le plus c’était que Kouchner ait vendu la mèche.

Sarkozy a ajouté, « l’Iran essaie de se doter de la bombe nucléaire, » ce qu’il a qualifié d’ « inacceptable. » Ces remarques ont été faites après son discours de politique internationale du 28 août dans lequel il avait déclaré que si les négociations visant à empêcher l’Iran de se munir de l’arme nucléaire venaient à échouer, alors les seules alternatives seraient « la bombe iranienne ou le bombardement de l’Iran. » Sarkozy a à nouveau abordé le sujet dans son discours du 25 septembre aux Nations Unies en disant que l’arme nucléaire iranienne serait « un risque inacceptable à la stabilité de la région et du monde. »

Kouchner a aussi rencontré la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice lors d’un voyage de trois jours, du 19 au 21 septembre, à Washington. Un communiqué de presse français a dit que « la situation régionale » au Moyen-Orient et le « dossier nucléaire iranien » étaient « au cœur de leurs entretiens. » Dans un contexte où des signes s’accumulent donnant à penser que des frappes militaires américaines sur l’Iran sont imminentes, Rice a déclaré, « Je pense qu'il n'y a, essentiellement, pas de différence dans la façon dont nous [Paris et Washington] voyons la situation en Iran et sur ce que la communauté internationale doit faire, et nous allons travailler dans ce sens. »

Tous ces commentaires ont perturbé certains parmi l’élite dirigeante, notamment à l’intérieur du parti conservateur au pouvoir, l’UMP (Union pour un mouvement populaire), qui craignent que la politique de Sarkozy visant à défendre sans retenue les intérêts de la bourgeoisie française – au moyen de coupes sociales massives contre les travailleurs en France et d’une alliance militariste avec l’impérialisme américain à l’étranger – ne devienne trop apparente aux yeux de la population.

Dans une interview donnée le 23 septembre, l’ancien premier ministre UMP (et rival de Sarkozy) Dominique de Villepin a dit qu’il y avait « un rapprochement, parfois même un alignement sur certaines positions de l’administration Bush » entre Sarkozy et l’administration Bush. Il a fait remarquer que l’administration Bush est « une administration finissante, qui s’est beaucoup trompée en matière de politique étrangère » sur la question de l’Irak.

Villepin avait précédemment critiqué le gouvernement de Sarkozy sur sa politique intérieure. Le 21 septembre il avait critiqué le premier ministre François Fillon qui avait, le même jour déclaré de façon quelque peu hystérique que la France était « en situation de faillite sur le plan financier. » Tout en insistant sur le fait qu’il ne fallait pas « faire de procès à François Fillon », Villepin avait fait remarquer que les 15 milliards de réduction d’impôt en faveur de la tranche d’impôt la plus élevée avait « aggravé la situation financière. »

Le 25 septembre, un autre ancien premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin, avait aussi critiqué les propos de Fillon, les qualifiant de « maladroits et inexacts. » Citant la ministre des finances Christine Lagarde qui avait reconnu qu’elle poursuivrait une politique de « rigueur » envers les travailleurs du secteur public, et citant les propos de Kouchner et de Fillon, Raffarin avait dit « Rigueur, guerre, faillite. Franchement, attention ! »

Néanmoins, le fait que le gouvernement reconnaisse être en train de mettre en place une politique de rigueur, de guerre et d’imprudence en matière financière est tout à fait juste. Ni Raffarin ni Villepin, qui ont tous deux procédé à des coupes sociales lorsqu’ils étaient au pouvoir, provoquant les grèves de grande envergure de 2003 contre le projet de réforme des retraites de Raffarin et de 2006 contre la réforme du contrat de travail de Villepin, n’ont critiqué l’orientation fondamentale de politique intérieure de Sarkozy.

Il est à noter que Villepin a aussi traité de la politique intérieure de la France le 23 septembre. Sur le projet visant à contraindre les immigrés qui font une demande d regroupement familial à se soumettre à des tests ADN, Villepin a dit, « Je pense que ce n’est pas constitutionnel et je pense surtout que cela ne correspond pas à l’histoire et à l’esprit de notre pays. Regardons les autres pays qui pratiquent ces tests ADN. La Grande-Bretagne n’a pas du tout la même histoire que nous, elle n’a pas connu les rafles. »

La référence de Villepin à la collaboration de l’Etat français de Vichy avec l’Allemagne nazie durant la Deuxième guerre mondiale, dans les rafles de juifs français et leur déportation dans les camps d’extermination, était un appel de pied calculé en direction des sections historiquement plus conscientes de l’élite française. En cultivant un style de libéralisme libéré des formes de gouvernance plutôt sociale-démocrate en vigueur en France, Sarkozy a développé des liens étroits avec le néofascisme européen. Il est le premier président à avoir invité Jean-Marie Le Pen, dirigeant du Front national néofasciste, au palais de l’Elysée. Il entretient aussi des liens chaleureux, ainsi que des collaborations littéraires, avec des « post-fascistes » italiens tels Gianfranco Fini de Alleanza Nazionale (Alliance nationale.)

Ces avertissements viennent alors que les cotes de popularité de Sarkozy et de Fillon baissent rapidement – respectivement de 8 et 7 pour cent pour tomber à 61 et 56 pour cent. La vitesse à laquelle elles chutent est, de plus, bien plus significative que leur pourcentage élevé qui reflète la capacité du gouvernement à présenter, de façon déloyale, ses projets de réduction d’impôt et ses coupes sociales comme nécessaires et bénéfiques pour tous. Mais ces pourcentages se révèlent creux eu égard à la forte opposition à des sections-clé du programme gouvernemental, comme par exemple à la « TVA sociale » (baisse des taxes patronales et financement des programmes sociaux en augmentant la TVA) qui ne recueille que 30 pour cent d’adhésion ou encore à la réduction du nombre de fonctionnaires (à laquelle 61 pour cent s’opposent) et à présent aux préparatifs de guerre contre l’Iran.

L’association d’une politique anti-immigrés et d’une obéissance toujours plus servile à Washington dans la fomentation de la guerre au Moyen-Orient, est particulièrement explosive en France où l’on trouve une importante population musulmane et maghrébine. En droite ligne avec sa politique du tout sécuritaire et sa politique basée sur l’identité nationale, Sarkozy avait ciblé cette population lorsqu’il était ministre de l’Intérieur sous Raffarin et Villepin. On se souvient comment, en novembre 2005, lorsque deux jeunes s’étaient électrocutés en essayant d’échapper à la police, la réaction insultante et dédaigneuse de Sarkozy à cet événement avait contribué à déclencher, dans tout le pays, des protestations et des émeutes principalement dans les quartiers à forte population immigrée.


wsws.org


Lundi 1 Octobre 2007


Commentaires

1.Posté par pierre le 01/10/2007 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ah bah si les riches peuvent au moins penser aux pauvres qu'ils ne voient pas, c'est que du bonheur...

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires