Actualité nationale

France: Sarkozy mobilise les CRS pour briser la grève dans les terminaux pétroliers


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 22:10 VOTEZ PANAMZA !



Alex Lantier
Lundi 18 Octobre 2010

France: Sarkozy mobilise les CRS pour briser la grève dans les terminaux pétroliers
Le gouvernement français a donné vendredi l'ordre aux CRS de faire évacuer les travailleurs qui occupaient le dépôt pétrolier stratégique de Fos-Lavéra près de Marseille. Des attaques similaires se sont produites au dépôt de Cournon d'Auvergne dans le centre de la France et d'Ambès sur la côte sud-ouest. Les travailleurs des ports, du transport et de l'énergie, rejoints par les lycéens dans tout le pays, sont en grève pour protester contre la politique d'austérité extrêmement impopulaire du président Nicolas Sarkozy.
L'envoi des briseurs de grève est intervenue après une semaine de mobilisations de masse contre les coupes dans les retraites mises en place par Sarkozy et qui incluent un allongement de deux ans de l'âge légal de départ à la retraite et un allongement correspondant de la période de cotisation. Une nouvelle journée d'action était organisée samedi 16 octobre contre les coupes de Sarkozy et une nouvelle journée de grève est prévue mardi 19 octobre.
Le recours à la répression d'Etat contre les travailleurs fait clairement ressortir les questions politiques au coeur de la lutte. La défense des retraites signifie une confrontation politique entre la classe ouvrière et l'Etat. Pour réussir, cette lutte doit être menée de façon consciente comme un combat politique visant à renverser le gouvernement de Sarkozy.
En attaquant les occupations des dépôts pétroliers, Sarkozy cherche à détruire le levier le plus efficace des travailleurs contre les coupes, à savoir la menace d'une pénurie nationale de carburant. Sarkozy était lui-même présent à la réunion de jeudi après-midi qui a décidé de l'action policière ainsi que le premier ministre François Fillon, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, le ministre du Travail Eric Woerth ainsi que des membres haut placés du personnel de Sarkozy.
Les CRS sont intervenus en force au dépôt de Fos, arrivant dans cinquante autocars. Les syndicats ont conseillé aux travailleurs de ne pas offrir de résistance et l'occupation du dépôt par la police « s'est déroulée sans incident » selon des sources policières.
L'Union française des industries pétrolières (UFIP) qui représente les compagnies pétrolières a dit que « plusieurs centaines » seulement de stations service étaient à court de carburant et que moins de 10 pour cent des 12 500 stations service du pays étaient touchées. Mais les reportages continuent de parler de ruées sur les stations service et de longues files d'attente. Les pipelines qui approvisionnent les principaux aéroports parisiens ne fonctionnent plus. L'aéroport d'Orly a 17 jours de stocks et Roissy a des stocks « au moins jusqu'à la fin de ce week-end. »
Il semble que les opérations des CRS de vendredi ne suffiront pas à restaurer l'approvisionnement de carburant. Les travailleurs ont occupé sept autres dépôts pétroliers avant-hier bien que deux de ces occupations aient été évacuées par la suite. Selon des reportages de France Inter, des enseignants ont rejoint les piquets de grève des installations pétrolières à Bordeaux.
De plus, les deux dernières raffineries toujours en marche sur les douze que compte la France se sont mises en grève vendredi, mettant à l'arrêt total l'industrie de raffinage de la France. Un tel arrêt de toute l'industrie ne s'était pas vu depuis la grève générale de mai-juin 1968.
Les porte-parole du gouvernement et du patronat n'ont pas dit quelle quantité de pétrole actuellement dans les dépôts a déjà été raffiné et quelle quantité est encore à l'état de brut. Mais l'UFIP a demandé au gouvernement l'autorisation de puiser dans les stocks de réserve des opérateurs pétroliers et d'avoir accès aux stocks stratégiques de la France. Selon les reportages de l'AFP, les stock stratégiques représentent 17 millions de tonnes de pétrole, soit 99 jours de consommation, dont 60 pour cent de pétrole raffiné et 40 pour cent de brut.
Des sources du syndicat CFDT- Energie (Confédération française et démocratique du travail) disent que si les autorités «dégainent les stocks stratégiques à l'échelle nationale, les grévistes se mettront à bloquer en masse les dépôts de carburants: ça ne changera rien, » ajoutant que tout « ne fait que commencer. »
La grève en cours dans les installations pétrolières témoigne de l'immense pouvoir de la classe ouvrière et qui peut paralyser l'économie si elle s'engage dans une lutte déterminée. Mais l'intervention des CRS souligne un danger important: les sections combatives de la classe ouvrière peuvent être isolées puis vaincues par l'Etat.
La question qui se pose à la classe ouvrière est celle de la préparation d'une grève générale illimitée à échelle nationale appelée dans le but de renverser le gouvernement Sarkozy. Ceci requiert aussi une rébellion des travailleurs contre les syndicats officiels et la création de nouvelles organisations démocratiques de lutte.
La direction du syndicat CGT (Confédération générale du travail) joue un rôle traître, cherchant à désamorcer et disperser le mouvement d'opposition tandis qu'il négocie avec Sarkozy la trahison des revendications des travailleurs.
Dans un entretien au Monde, le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault a fait une critique molle de l'opération des CRS à Fos, regrettant que cela empêche la négociation d'un accord entre le syndicat et le gouvernement. L'attaque contre les travailleurs n'est pas, a dit Thibault, «la méthode qui permettra de sortir de l'impasse sur la réforme des retraites. » Insistant sur le fait que le but de la CGT n'est pas d' arrêter l'activité économique, il a ajouté, «L'objectif de cette mobilisation c'est bien d'obtenir des discussions pour un autre avenir de nos retraites. »
Cette position est une capitulation totale puisque Sarkozy a dit clairement qu'il ne reculera pas. Lors d'un conseil des ministres le 13 octobre il a promis de façon provocatrice qu'il «mettra des réformes sur la table jusqu’à la dernière minute de mon quinquennat. »
Les dispositions les plus importantes de cette « réforme » des retraites, le report de l'âge de départ à la retraite et l'allongement de la période de cotisation, ont déjà été votées. De plus la décision de Sarkozy d'envoyer les CRS contre les travailleurs de Fos souligne le fait qu'il ne veut pas négocier un compromis mais plutôt détruire les mobilisations des travailleurs qui remettent en question sa capacité à imposer ses attaques.
Le World Socialist Web Site propose que les travailleurs en lutte contre les attaques de Sarkozy forment des comités d'action indépendants des syndicats. Le but de ces comités sera d'élargir la lutte à toutes les sections de la population active ainsi qu'aux étudiants, lycéens et aux jeunes, d'appeler les travailleurs d'Europe et du monde entier à des actions de solidarité, et de construire un mouvement de grève générale contre le gouvernement.
Le but de cette mobilisation politique de la classe ouvrière ne peut être le remplacement de Sarkozy par un autre gouvernement bourgeois conduit par le Parti socialiste et soutenu par ses alliés soi-disant de « gauche » tels le Parti communiste et le Nouveau parti anticapitaliste, mais au contraire la mise en place d'un vrai gouvernement de travailleurs, engagé dans une politique socialiste.
Le parti socialiste (PS) est un parti pro-patronal dont la politique n'est pas fondamentalement différente de celle de Sarkozy. Le discours à la télévision mercredi dernier de la secrétaire du PS Martine Aubry est un exemple des efforts, usés jusqu'à la corde, du parti pour dissimuler son soutien aux coupes dans les retraites et à l'austérité sociale derrière un semblant d'opposition à Sarkozy.
Aubry a demandé à Sarkozy de «suspendre» le débat au Sénat sur les coupes dans les retraites et de renégocier l'ensemble du projet avec les syndicats. Mais elle a réitéré le soutien du Parti socialiste à «l'augmentation de la durée de cotisation. » Mais comme la période de cotisation sera allongée à 41 annuités et plus, et que la période d'apprentissage ou d'études universitaires des travailleurs n'entre
pas dans la période de cotisation, ce changement allongera dans la pratique l'âge de départ à la retraite bien au-delà de la limite de 60 ans que le PS prétend défendre.
Le journal Le Parisien a fait remarquer que 63 pour cent de la population ne croit pas en la promesse d'Aubry de restaurer l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans. En début d'année, elle avait appelé à ce qu'il soit reporté à 61 ou 62 ans, exactement ce que recommande Sarkozy.
L'attitude véritable du Parti socialiste à l'égard des luttes des travailleurs est révélée par Patrick Menucci, représentant du PS à Marseille. Il a critiqué les travailleurs grévistes du port de Marseille les accusant de «se cacher derrière cette revendication très populaire pour défendre les intérêts très catégoriels. »
La positions du Parti socialiste le place en opposition aux sentiments populaires qui dominent en France. Illustrant le large soutien populaire qui existe en France pour la lutte contre Sarkozy, les lycéens ont continué à manifester dans tout le pays. Selon le syndicat lycéen UNL, près de 900 des 4 302 lycées de France étaient en grève, et 550 d'entre eux étaient bloqués. Dans les villes de France les lycéens ont organisé des manifestations. Plus de 1 000 étudiants ont défilé à Tours, Reims, Metz, Nantes, La Rochelle, Lyon, Orléans et Versailles. Des étudiants ont bloqué des lignes de chemin de fer dans plusieurs villes dont Rennes, Reims et Agen.
Le ministre des Transports Dominique Bussereau a annulé un voyage à La Rochelle, où il devait prendre la parole devant le conseil général de Charentes-Maritimes, après avoir eu connaissance que des jeunes avaient organisé une manifestation devant le bâtiment du conseil.
Le syndicat de police Alliance a dénoncé « des scènes de guérilla urbaine » et a réclamé des « moyens de défense » plus durs. Plusieurs reportages ont fait état de troupes de CRS lançant des gaz lacrymogènes lors des manifestations de lycéens, la police déclare avoir arrêté 264 « casseurs » dans tout le pays. Mais la préfecture de police de Paris s'est engagée à abandonner l'usage des flashballs après qu'un lycéen de Montreuil a été gravement blessé par un tir de flashball au visage mercredi.
Des centaines de lycéens se sont rassemblés devant la mairie de Montreuil pour protester contre les tirs de la police.
A Paris, des lycéens se sont dirigés vers le Sénat où les derniers éléments de la «réforme» des retraites sont débattus, puis sur Matignon, résidence du premier ministre. Il y a aussi eu des reportages disant que plusieurs centaines de lycéens se sont introduits dans la Bibliothèque nationale (Bibliothèque François Mitterrand.)
La police a dit avoir interpellé 94 manifestants dans des manifestations de la banlieue parisienne. Elle a aussi fait état de sept policiers blessés, mais le plus gravement touché n'a pas été blessé par des manifestants mais par un conducteur de camion, excédé par les embouteillages, qui a tenté de foncer sur les manifestants.

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Lundi 18 Octobre 2010


Commentaires

1.Posté par AS le 18/10/2010 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c pas avec l'armee, il doit attendre le nouveau 11 septembre de son maitre a Tel Aviv pour la sortir dans les rues... au fait y pas d'islamo-bamboulas dans les raffineries... ohhhhhhh

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires