PRESSE ET MEDIAS

France : Sa démocratie Médiacratique


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 28 Juillet 2019 - 01:16 Sionisme et études globales de l’Afrique



georges zeter
Jeudi 21 Mars 2019

Ah ! le bon vieux temps, ou « la vérité » sortait tous les soir de la Grande Messe du 20heures, par la bouche de Poivre d’Arvor. Zapper sur l’A2 et vous aviez la même soupe, quant à France3 ? C’était le paradis de nos belles campagnes verdoyantes, et de ses ploucs rouleurs d’accent, clope maïs derrière l’oreille et leurs casquettes. Enfin, Canal + nous faisait marrer avec le duo García, de Caunes, et ? C’ETAIT TOUT ! Il y avait ensuite 30 minutes de spots publicitaires qui s’enchainaient entrecoupés par la météo ou ce qui se passait à la bourse de Paris, puis, vers 21heures, un film vue des milliers de fois, ou un débat entre gens de bonne compagnie, pour se terminer vers 23heures, temps d’allez au lit car demain ya boulot mon prolo ! C’était ça la France merdiatique d’il y a ...10/15 ans !
Obsession compulsive de contrôle
Sous de Gaule, simple : l’ORTF = Pravda française : une seule chaine, en black & blanc, un téléphone posé sur le bureau du présentateur Léon Zitrone, relié direct à l’Elysées où, Alain Peyrefitte ministre de l’information (si, si çà a existé !) donnait ses directives, venues du grand Charles ; Les seules news étaient du fait des « speakerines », ou femmes tronc qui au moins annonçaient des choses...Ca a duré comme ça jusqu’à presque dans les années 80... Alors, il y eu la « révolution » mitterrandienne, avec les radios libres et la création de quelques chaines, mais toujours sous contrôle d’état : soit directement comme l’A2, France3, soit indirectement comme TF1, contrôlée par Bouygues, et lui-même dépendant des commandes du gouvernement, et Canal+ qui nageait entre deux eaux, faut pas oublier pour la rigolade La 5 de Berlusconi. Et ce fut comme ça jusqu’à l’aube de 2000 et quelques...
Ah l’époque ! à l’époque
Quesque qu’on se lâchait bien, tranquille, sans témoins, sauf que...
Fin 1994, Etienne Mougeotte chef chez TF1, taille une bavette avec François Liotard ministre de la défense, une camera tourne, ils ne le savent pas. On peut voir la proximité amicale entre les deux, je dirais la connivence. Mougeotte a l’air de suggérer à l’autre que bon ! hein ça va, mais sur le cahier des charges concernant les interruptions publicitaires faudrait être plus généreux, il en va de 150 millions de francs... A l’époque ce petit clip de 2 minutes 35 avait fait un pataquès avec dépôts de plainte, intervention des plus hauts responsables criant au scandale et bien sûr interdiction d’antenne partout, même sur canal + la supposée chaine indépendante... Ah ! que c’était le bon temps car « tous ces cons de cerveaux disponibles » ne comprenaient rien à ce que nous tramions entre nous, les gus interconnecté du petit cercle de l’énarquie et du cénacle.
Le 13 oct. 2009, dans l’émission Ce soir ou jamais! sur France 3 où était interviewé Patrick Le Lay récent ex-PDG de TF1, du haut de sa suffisance, celui-ci prédisait à ce lointain peuple, plutôt populo de France à propos d’un reportage réalisé par un amateur (un mec non-encarté journaleux) :
- Bien sûr son reportage va être regardé sur internet, mais, il n’existera qu’à partir du moment qu’il passe à la télévision.
Le journaliste
- Vous pensez qu’à partir où on est que sur le Net on n’existe pas ?
Le Lay
- En effet, ce n’est pas encore un moyen suffisamment puissant de faire connaître un événement à la population ; hors, un événement il est connu que si il passe au carrefour du 20heures de la une ou de la deux, faut être clair !
Savoureux non ? « Le carrefour du 20heures » est devenu le rond point des gilets jaunes... Autres temps, autres...sens giratoires !
Quand je me dis que j’ai vécu en ces temps là... Je me sens comme Jacquouille la Fripouille poursuivant la bagnole du facteur « Sarrasin » venue nous envahir, et que ça pouire messire !...
La grande braderie pour les milliardaires
Allez, j’vous fais de la théorie du complot.
Si j’avais été avec les têtes pensantes des années 2005 – 2010, j’aurais senti l’envol écrasant d’Internet, son danger, son indépendance, et ses possibilités de nuire à « nos » intérêts. Donc, comment circonvenir un tel danger ? En créant soi même « le monstre ». Ben, oui, des chaines à la chaine « d’infos » en con-tinu pour noyer les vraies news dans un salmigondis inextricable. D’accord, il fallait beaucoup de beaucoup de pépettes, mais il y en avait des milliardaires qui ne demandaient que ça d’aider. Donc, il y eu une foultitude de créations, avec un contenu de plus en plus au ras du tas de fumier, participant à l’abrutissement de la population générale et ainsi, une dizaine de ces richissimes se partageraient la France médiatique. Comme la faim vient en bouffant, ces bouffons pensèrent plus loin : Et si vraiment nous prenions le pouvoir, le vrai ? C'est-à-dire contrôler toutes les manettes de l’état qui asservi à nos petits « besoins » pourraient tirer à 100% dans notre sens...Il fallait fabriquer, le bon pantin porteur du chapeau pointu...
Je dirais que le 1er missile du genre fut Nico le Sarko : bon profil, un bagout d’enfer, une mentalité de petite frappe, et ayant autant de principe qu’un bernique sur son rocher. Ce furent les années bling, bling. Internet montait en puissance jusqu’à 2012...Où il fallu changer les serviettes dans la salle de bain. Hollande, un « socialiste » avec des idées...A la convenance des mecs qui derrière tiraient les gros câbles ; ça faisait vachement démocratie la France : après un mec de droite, un mec de gauche, comme les matchs en 5/7 = Giscard, Mitterrand, Chirac, l’alternance d’une belle démocratie à la mord moi le pneu...Mais, nous étions en 2012...Là, Internet, faisait sa loi, et il fallait sacrement contrôler le bouzin et mettre sous infusion par des subventions très grasses la presse écrite, les radios et les TV toujours tenues par les devenus multimilliardaires et leurs potes du CAC40 qui engrangeaient tellement de pognon que s’en était dingue !
Elections 2017...
En général une élection se passe entre quelques candidats et un peuple. Sauf que là, il y avait un troisième larron trônant sur tout le pouvoir. Cette énorme bastringue devait trouver comme à la nouvelle star la voix idéale, ll fallait un chanteur inconnu, qui pouvait au moins passer de contre-ténor à baryton sans bredouiller, une voix de velours dans un esprit de fer (à repasser), mais où trouver cet archange ?
Nos couloirs du pouvoir ont toujours accueillis en leur soupirail des Belphégor, qui, depuis Clovis, tissent, tissent. L’un d’eux, un Jacques Attali, avait déniché dans une foire à la farfouille un ti lutin qui causait bien, présentait bien, avait « du charme car il en faut pour être banquier dans ce métier de pute »...ooops ! c’est un autre cuistre cui là c’est l’Alain Minc qui vient du même trou ; bref, un p’tit gars qu’avait réussi à 16 ans à s’embourber sa prof de français, ne devait pas être si mauvais que ça. Et ainsi fut crée Emmanuel Macron, qui plus tard sera anoblie en freluquet 1er.
Je vous passe la vraie campagne de fabrication moulée main du ti gars, avec mais alors tout, tout, tout, tout, tout, tout et j’en oublie les medias derrière, devant, au dessus, en dessous de lui, incontournable mecton macron ! Et en face une Marine, qui se prenait une extrême droite au menton, et finissait ko.
Il fut élu avec un score digne d’un pays socialiste : 66% !!! d’abstention ! A peine installé dans les pénates de Hollande, (dommage qu’il n’ait récupéré ses bonnes femmes et son scooter...) il fallait se réunir au palais et rendre des sous : fini l’ISF en moins de deux mois, et tout le reste suivra, surtout les 30% sur les opérations financières... Ce qui fit un gros trou dans les caisses vides, et pis y’avait les gangsters de l’Europe qui lui chauffaient les orteils au fer à souder, Trump qui se foutait de sa poire et Poutine lui pissait dessus... En plus Brigitte faisait la gueule, l’en pouvait plus « mamour »: si bien qu’il s’en prit aux français en les engueulant, les insultant, ce qui faisait le buzz et faisait tourner la machine merdiatique à plein pot, à chaque jour sa petite phrase vacharde, de plus on l’entoura d’une bande de bras cassés, et si l’imbécilité s’appelait Schiappa, elle aurait un nom, et si la vulgarité se nommait castaner elle aurait un prénom... Quant aux députés de la majorité ? Tain ! j’ai encore oublié les clefs du local poubelle !
--------------------------------------
Et ainsi, en mars 2019, nous vivons dans une médiacratie, qui résonne comme une salle des pas perdus, ou il reste tout rouillé, grinçant sur ses gonds, un panneau pendouillant venu droit du passé :
« au-delà de cette limite, votre billet n’est plus valable ».

Georges Zeter/mars 2019


Echange entre François Léotard et Etienne Mougeotte
https://www.dailymotion.com/video/xditmr

Le Lay : c'était hier dans ce soir ou jamais!
https://www.youtube.com/watch?v=dR26bqOFrHk

juste pour la bonne bouche voici un bidonnage fabriqué en live par RF3, à déguster sans remord !!!
https://www.youtube.com/watch?v=XPn0yDFNEvg&feature=youtu.be


Mercredi 20 Mars 2019


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires