Actualité nationale

France: Les travailleurs des raffineries Total en grève illimitée


Dans la même rubrique:
< >


Kumaran Ira
Lundi 22 Février 2010

France: Les travailleurs des raffineries Total en grève illimitée
Depuis le 17 février, les travailleurs des six raffineries Total de France sont en grève illimitée dans toute la France pour soutenir leurs collègues de la raffinerie de Flandres près de Dunkerque dans le nord de la France. Ce site est menacé de fermeture ce qui met en péril 800 emplois. La grève risque de provoquer une pénurie de carburant dans le pays dans les jours qui viennent avec l'arrêt des opérations de raffinage.
La grève a commencé à la raffinerie de Flandres le 12 janvier et des travailleurs ont occupé les bureaux de la raffinerie dès le 16 février. Les travailleurs appellent à la reprise de la production à la raffinerie qui a cessé de produire des carburants depuis septembre dernier. La raffinerie de Flandres, qui représente 13 pour cent des capacités de raffinage de Total emploie directement 370 employés et 450 sous-traitants, produit 137 000 barils par jour. Trente pour cent de sa production est exportée vers l'Europe, les Etats-Unis et l'Afrique.
Initialement, quatre syndicats (CGT, SUD-Chimie, FO et la CFDT) avaient appelé à une grève de deux jours, les 17 et 18 février, dans les six raffineries Total de France.
Mais le 18 février, les travailleurs ont voté pour une grève illimitée à échelle nationale. De plus, des travailleurs de sept dépôts de carburant sur 31 que compte la compagnie ont aussi débrayé.
La grève à échelle nationale se tient après que les travailleurs de la raffinerie de Flandres ont lancé un appel à leurs collègues des autres raffineries pour qu'ils soutiennent leur grève. Benjamin Tange, travailleur à la raffinerie de Flandres, a dit au quotidien Le Parisien, « On voulait envoyer un message symbolique fort sur notre détermination à la direction et aux salariés des autres raffineries du groupe. On a besoin de leur soutien maintenant. »
Un des travailleurs de la raffinerie de Dunkerque a dit à la presse, « On est déçus, en colère, on a encore une fois été  trompés. On nous a menti pendant cinq mois et là, on recommence. On ne peut plus se permettre d'attendre six mois à nous laisser pourrir sur le site comme des malpropres. »
Selon les représentants syndicaux plus de 95 pour cent des travailleurs des raffineries, des dépôts de carburants et des sites d'approvisionnement sont en grève, ce qui bloque le transport des carburants. 
Les syndicats insistent pour que la grève soit décidée sur chaque lieu de travail, avec vote des travailleurs lors d'assemblées générales. Entre temps les syndicats oeuvrent pour négocier encore avec la compagnie.
Le délégué CFDT François Pelegrina a dit, « Globalement, la pression des salariés a déjà permis d'établir un calendrier de négociations plus précis, ce qui était l'une des revendications, avec le comité européen du 18 mars suivi pour la partie française du CCE du 29. »
La grève serait en train de se propager à d'autres raffineries. Selon la CGT, les deux raffineries françaises Exxon Mobil de Port-Jérôme en Seine maritime et de Fos-sur-mer dans les Bouches-du-Rhône seront en grève le 22 février.
La grève à échelle nationale des travailleurs des raffineries se déroule dans un contexte de projets gouvernementaux de réduction draconienne des retraites, de suppressions d'emplois dans le secteur public et de coupes des dépenses sociales afin de réduire le déficit budgétaire qui grimpe en flèche, et ce de manière à rassurer les marchés financiers internationaux et les banques.
Cette grève intervient aussi après la grève des travailleurs des magasins d'ameublement suédois IKEA, revendiquant des hausses de salaire.
Le gouvernement français est d'accord sur le principe de la fermeture de la raffinerie de Flandres et appelle la compagnie à proposer des plans pour l'embauche des travailleurs dans d'autres emplois. Le ministre de l'Industrie a dit, « Nous avons dit à Total : le jour où vous apporterez votre projet de substitution pour les employés de Total et les sous-traitants du site, alors le gouvernement admettra que vous mettiez fin à l'activité de raffinage. »
Le 1er février, Total avait remis au mois de juin sa décision de fermer ou non la raffinerie de Flandres. La compagnie avait dit que si la raffinerie de Flandres fermait, elle mettrait en place un centre d'assistance technique et une école de formation afin de réembaucher deux tiers des 370 employés du site.
Total envisage des réductions d'emplois et de production du fait d'une chute de la demande de pétrole en pleine crise économique mondiale, et malgré les profits énormes réalisés par la compagnie. Pour justifier cette fermeture Total a fait une déclaration faisant état d'une «baisse structurelle et durable de la consommation de produits pétroliers. Les évolutions attendues du marché ne permettent pas d'envisager aujourd'hui une amélioration de la situation. »
La compagnie supprime des emplois alors même qu'elle reste extrêmement profitable. En mars dernier, Total a annoncé qu'elle licencierait 555 travailleurs des raffineries d'ici 2013. Début février, la compagnie a annoncé qu'elle avait réalisé 8 milliards d'euros de bénéfices en 2009, après les 14 milliards de 2008.
Total cherche à affaiblir la solidarité entre les différents sites et à isoler la raffinerie de Dunkerque en prétendant que les autres sites français ne sont pas menacés. Ainsi le quotidien Le Monde rapportait vendredi que la direction de Total avait déclaré vendredi 19 février que « La direction de Total a indiqué vendredi 19 février dans un communiqué qu''aucune autre raffinerie du groupe en France' que celle de Dunkerque 'n'est concernée par un projet de fermeture'. »
On ne peut accorder aucune crédibilité à de telles déclarations. Total a des projets de fermetures d'autres sites et une défaite des travailleurs de Dunkerque ne serait que le prélude à d'autres fermetures ailleurs.
Selon l'agence Reuters, Total a pour projet de réduire la capacité de raffinage de 500 000 barils par jour entre 2007 et 2011. Reuters ajoute, « Si Total décide de fermer sa raffinerie de Dunkerque, le groupe devra encore supprimer 150 000 à170 000 barils par jour de sa capacité de production pour atteindre son objectif. » Autrement dit, Total veut de fermer d'autres raffineries mis à part celle de Dunkerque.
Le 5 février, le quotidien Libération citait le président de l'Union française de l'industrie pétrolière (UFIP) Jean-Louis Schilansky: « la situation dans le raffinage de critique. Il faudrait fermer 10 à 15 % des 114 raffineries en Europe pour rétablir l’équilibre avec la demande. »
Jean-Jacques Mosconi, directeur stratégie et plan chez Total a dit le mois dernier que la demande pour les produits raffinés avait atteint son point le plus fort en Europe et aux Etats-Unis en 2007.
Cette grève à échelle nationale pourrait provoquer une pénurie de carburant dans les jours qui viennent. Selon des représentants CGT, « au bout de cinq jours d'arrêt, il peut y avoir un début de pénurie d'essence dans les stations-service. »
Les représentants du gouvernement cherchent à minimiser le risque de pénurie. La ministre de l'Economie Christine Lagarde a dit à France Info, « Il n'y a pas de risque de pénurie. Ce n'est vraiment pas un argument qu'il faut utiliser. »
Mais vendredi l'UFIP déclarait, «Il y a entre dix et vingt jours de consommation de produits finis dans les dépôts. »

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Lundi 22 Février 2010


Commentaires

1.Posté par simon le 22/02/2010 15:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

très bien comme ça ! Continuez la grève et ne reprenez jamais.

Réclamez l'impossible puisque les banques et grosses firmes ont tiré le jackpot de la crise. Exigez une augmentation de 8000 % , de toute façon le fric, ils s'en foutent, les banksters ont juste à l'imprimer.

Plus d'essence, très bien, tout le monde en vélo, on s'arrange avec les voisins, on va plus au travail, petites vacances, on refait un jardin c'est la saison.

Les quelques bricoleurs qui ont des moteur à eau sur leur voiture vont être connus et reconnus si cette grève dure.

Perso, je suis déjà en vélo depuis 2 ans, que du bonheur.

2.Posté par polo2paris le 22/02/2010 20:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourvu que sa dure, ainsi la communauté musulmane aura un peut de répit avant une dernière charge avant le sprint finale des régionales.

3.Posté par Phil le 22/02/2010 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ne cédez pas ne vous faites pas avoir par ses requins pendant les négociations
on vous soutient les gars

4.Posté par john elton le 23/02/2010 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis sur nice et c'est déjà dur de trouver du sp 95 ou 98, la plupart des stations nont plus que du diesel. alors la christine lagarde ferait mieux de la fermer au lieu de raconter des conneries.

sinon, je soutiens vivement les salariés de total ! que la grève continue !

5.Posté par groslau le 24/02/2010 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Non pas que je soutienne TOTAL, cette société est un des cancers qui bouffe notre société, c'est juste qu'il y a un petit détail dont tout le monde se moque.
Fermer une raffinerie, c'est pas éliminer une grosse, très grosse source de pollution ?
Je pense que toutes les considérations écologiques ( pour certaines assez douteuses d'ailleurs) s'envolent quand il y va de l'intérêt personnel.
Je me souviens des syndicats/partis qui manifestaient à Marseille durant la première guerre du golfe en bloquant certains chargements de navires militaires : " La guerre c'est horrible, faut pas aller en Iraq ( et ils ont bien raison ) " et puis quand des emplois étaient supprimés dans les entreprises d'armement, les mêmes syndicats/partis hurlaient au scandale...
ALors je me demande si finalement l'attitude des deux "camps" n'est pas contestable...

6.Posté par perruque le 02/03/2010 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais s'il est possible de reprocher à Total son manque d'anticipation, il convient de rappeler qu'à chaque fois que le pétrolier a tenté de restructurer des sites, c'est le gouvernement qui est venu l'en empêcher. L'an dernier, les pouvoirs public sont montés au créneau après l'annonce de la restructuration de ses activités de raffinage et de pétrochimie. Il faut dire qu'à l'époque le groupe pétrolier venait d'annoncer 14 milliards de profits pour 2008. Et que cette année, il recommence, quelques semaines à peine avant les régionales...

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires