FRANCE

France : Le WSWS s'entretient avec des travailleurs dans les manifestations


Lors de la journée d'action de samedi 16 octobre contre le programme du président Nicolas Sarkozy de coupes dans les retraites et d'austérité, des millions de travailleurs et d'étudiants sont descendus dans la rue pour manifester dans plus de 250 villes.

A Paris, les chiffres de la police font état de 63 000 manifestants contre 310 000 selon les syndicats.


Antoine Lerougetel
Mercredi 20 Octobre 2010

La manifestation de Nice
La manifestation de Nice

A Nice, il y avait 25.000 manifestants, 18.000 à Marseille.

Les défilés se sont déroulés au quatrième jour de la grève illimitée des cheminots, action qui perturbe gravement le service ferroviaire. La grève et les blocages des dockers et des travailleurs des raffineries menacent de paralyser le pays du fait de la pénurie qui se fait sentir dans les stations-service ; l'approvisionnement de carburant vers les principaux aéroports de Paris, Roissy et Orly, a été arrêté et menace de faire cesser le transport aérien. Des dizaines de milliers de lycéens sont en grève et ont bloqué des lycées durant toute la semaine dernière.

Vendredi dernier, très tôt dans la matinée, des interventions massives de CRS ont évacué de force les piquets de grève bloquant l'accès aux dépôts de carburant et empêchant les camions citernes de faire le plein pour approvisionner les stations-service. La CGT, syndicat majoritaire dans les dépôts d'approvisionnement et les raffineries, n'a lancé aucun appel à une action de masse pour défendre les grévistes des raffineries et s'est contentée de demander aux travailleurs sur le piquet de se disperser dans le calme. La question de l'intervention de l'Etat et de la violence policière contre une section de travailleurs n'a pas été mentionnée lors des manifestations de samedi par les syndicats et les partis bourgeois de « gauche. »

La manifestation de Paris

Le WSWS a parlé samedi à plusieurs cheminots d'Amiens, ville ferroviaire du nord de la France avec des dépôts de maintenance et des ateliers alentours. Les discussions ont clairement montré la nécessité de démasquer le rôle des syndicats et de l'ex- « gauche » à minimiser la gravité de la crise capitaliste et à limiter la grève à l'unique question des retraites.. 

De nombreux travailleurs ont encore des illusions, ou voudraient croire, qu'on peut forcer Sarkozy à « retirer son projet de loi. » Personne dans les syndicats ni dans « l'extrême-gauche » n'a soulevé la revendication que Sarkozy soit renversé par l'action de la classe ouvrière, ni la revendication que les travailleurs ont besoin d'une perspective politique fondée sur des intérêts sociaux indépendants.

Arnaud 24 ans, aiguilleur, manifestait à Amiens. Cela fait six ans qu'il est cheminot, après un apprentissage commencé à 18 ans. Il est membre de la CGT mais reconnaît que les dirigeants syndicaux sont « coupés de la base. Il faut qu'on bloque l'économie. Tous les travailleurs doivent comprendre que nous devons changer le système. Je suis totalement solidaire des dockers et des travailleurs des raffineries de Fos. »

Le piquet de grève des cheminots, rue de Riolan à Amiens

Exprimant des idées anarcho-syndicalistes qui sont courantes chez certains travailleurs en France, il a rejeté la nécessité que la classe ouvrière se batte contre l'Etat capitaliste, malgré le recours à la police nationale pour briser le piquet de grève des travailleurs des raffineries, par exemple. «  Les travailleurs n'ont pas besoin de prendre le pouvoir, il faut juste prendre le contrôle de l'économie. » a-t-il dit.

Geoffrey qui défilait avec le contingent des cheminots a dit au WSWS qu'il était étudiant et que son père était cheminot. Parlant des mesures d'austérité comme moyen par lequel le capitalisme français cherche à rivaliser avec ses concurrents économiques, il a dit: « Je suis contre le patriotisme économique. Je ne veux pas être de la chair à canon dans une guerre commerciale. »

Des reporters du WSWS se sont rendus à l'entrée du dépôt SNCF d'Amiens. Les travailleurs avaient érigé des barricades pour bloquer la route et avaient allumé un feu avec des pneus et des traverses de voie ferrée au milieu de la route pour exprimer leur détermination. Un autre feu brûlait à l'intérieur, une fois les grilles passées.

Aurélien travaille à la SNCF depuis neuf ans. Il est dans la maintenance. « Nous allons tout faire pour étendre la grève. Il faut une grève générale pour faire céder Sarkozy. Les syndicats ne veulent pas appeler à une grève générale. C'est nous, les travailleurs, qui faisons marcher le pays. [Bernard] Thibault [secrétaire général de la CGT] a retourné sa veste. »

Il a ajouté: « Sarkozy ne veut rien discuter. Sa réforme est injuste. »

Lorsque le WSWS a fait remarquer qu'il n'y avait pas eu  dans la manifestation d'appel à la démission du gouvernement, Aurélien a réfléchi un moment puis a dit, un peu secoué: « Vous avez raison. On devrait. Le problème c'est qu'on n'a pas vraiment le choix, le choix en 2012 [date de la prochaine élection présidentielle] entre Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn [candidat probable du Parti socialiste, et actuellement président du Fonds monétaire international] pour la présidentielle n'est pas prometteur pour la classe ouvrière. Je suis un révolutionnaire et un anarchiste. Je ne suis pas syndiqué, les syndicats ne reflètent pas mes idées. »

Jonathan est apprenti à la SNCF. Il a dû quitter sa ville d'origine, Calais, pour trouver du travail. « Il n'y avait pas de travail là-bas. »

« Mon avenir, je le vois mal. Dans cette grève on lutte pour garder ce qu'on a. Les gens du privé devraient nous rejoindre. Le blocage des raffineries est une bonne chose. L'action de la police de faire évacuer les piquets ne fera qu'empirer les choses. Je ne sais pas pourquoi les syndicats n'ont pas appelé à une action de solidarité avec ces travailleurs. On devrait lutter ensemble avec eux, c'est ce qu'on fait ici. Le message que je veux leur donner c'est qu'ils ne doivent pas céder. Sarkozy ne va pas reculer. C'est vrai qu'il n'y a pratiquement aucun appel à sa démission. »

« La classe ouvrière devrait prendre le pouvoir, je suis d'accord. Il faut s'unir au-delà des frontières. Ce ne sont pas les Chinois qui nous prennent nos emplois, c'est les grandes entreprises. »

Loïc a ajouté: « Le Parti socialiste vient maintenant dans nos manifestations. Mais ils sont d'accord avec l'allongement de la période de cotisation. On devrait les éjecter des manifestations. »

http://www.wsws.org/ http://www.wsws.org/



Mercredi 20 Octobre 2010


Commentaires

1.Posté par Zouzou39 le 20/10/2010 16:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les "humains" honnêtes ont peut-être la bonté de laisser une chance à ce gouvernement de reculer, mais je trouve que chez moi (dans le jura) on voit de plus en plus de slogans style "Sarko en prison" où "président voyou, jeunesse voyou: c'est mathématique, c 'est le théorème du Sarkonard", et beaucoup de gens lachent les drapeaux syndicaux pour faire leurs propres panneaux... Ca, il faut le reconnaitre, notre cher président inspire la créativité..

2.Posté par AS le 20/10/2010 18:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

une societe sans interets, meme les peuples occident le demandent eux memes.... c'est la fin des banksters donc du sionisme

http://www.youtube.com/watch?v=QuBy3BzCXwg&feature=player_embedded

3.Posté par fleur le 20/10/2010 20:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme le dit AS, une société sans intérêts;
il suffirait d'interdire dans la société que l'argent rapporte de l'argent, et plus de dette de l'état, les banksters sangsues seraient éjectés; le fruit du travail du peuple profiterait au peuple.
le système capitaliste a suffisamment démontré sa perversité, son inhumanité. Il est temps de changer complètement de système

4.Posté par clode le 22/10/2010 16:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La BAC se déguise en CGT...


vendredi 22 octobre 2010
Témoignage d’un syndicaliste :Je voulais vous signaler un incident qui nous a étérapporté par notre secrétaire de syndicat. Il était sur la place Bellecour avant le début de la manif du 19 octobre avec ses collègues pompiers et des groupes de jeunes, quand ils ont assisté à une agression verbale et physique de la part d’individus, qui portaient des badges CGT, vis à vis d’un groupe de jeunes. les pompiers se sont interposés et ont réussi à ceinturer les agresseurs(ce sont des pompiers et ils sont costauds !).Tant et si bien qu’ils ont eu la surprise de voir ces individus sortir leur carte de police pour se défendre car c’était des flics de la BAC ! Non mais est ce que vous y croyez ?!!! J’ai beau me dire qu’ils sont capables de tout, j’en suis quand même pas revenu !Du coup, les pompiers leur ont arraché leurs badges CGT et leur ont dit qu’ils valaient mieux pour eux qu’ils foutent le camp, ce qu’ils ont fait ! Cet incident illustre la faiblesse du pouvoir qui n’a plus d’autres choix, face à la forte mobilisation populaire, que de faire de la provocation pour faire capoter la résistance à toutes les saloperies qu’il décide ![Modération Rebellyon : nous vous proposons également de visionner le début (au moins) de cette vidéo pour prouver ce genre de pratique : http://www.dailymotion.com/video/xfa7p6_manifestation-lyon-19-10-10-la-cgt_webcam http://rebellyon.info/La-BAC-se-deguise-en-CGT.html


5.Posté par clode le 22/10/2010 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est le moment de demander la démission de Sarkozy !
Les ouvriers doivent prendre le pouvoir

6.Posté par clode le 23/10/2010 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sevriena, l’entreprise sarkozyste de démolition des retraites.
Sevriena, une nouvelle société d’assurance spécialisée dans la retraite par capitalisation, créée par Guillaume Sarkozy, entend bien profiter de la réforme des retraites. Histoire d’une opportune naissance destinée à rafler un juteux pactole compris en 40 et 110 milliards d’euros.
.politis.fr/Sevriena-l-entreprise-sarkozyste,11865.html

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires