Politique Nationale/Internationale

France : Le Parti socialiste envisage des alliances à gauche et à droite



Mardi 2 Juin 2009

France : Le Parti socialiste envisage des alliances à gauche et à droite
Les résultats médiocres du Parti socialiste (PS), principal parti de gauche bourgeois en France, dans la campagne pour les élections européennes provoque une grande inquiétude dans l'establishment politique et médiatique français. Abasourdis par l'incapacité du PS à tirer parti de la crise économique et à dépasser dans les sondages l'UMP (Union pour un mouvement populaire) de l'impopulaire président Nicolas Sarkozy, journalistes et politiciens lancent au PS diverses propositions d'alliance à d'autres partis pour former une coalition électorale qui puisse gagner.
Par Kumaran Ira et Alex Lantier
2 juin 2009




La baisse de la base électorale du PS résulte de son aliénation des larges couches de la population. L'alliance du PS et du Parti communiste (PC) à partir de 1971 avait conduit à l'élection du président socialiste François Mitterrand et à un gouvernement PS-PC en 1981 qui avait très vite trahi les attentes de la classe ouvrière. Il avait mis en place une politique d'austérité à partir de 1982 et par la suite, qu'il soit ou non au gouvernement, avait continué à l'imposer aux travailleurs. Les cinq années du gouvernement de la Gauche plurielle (PS,PC, Verts) de 1997 à 2002 du premier ministre socialiste Lionel Jospin et sa politique procapitaliste avait tellement aliéné la classe ouvrière que Jospin avait été relégué à la troisième place au premier tour des élections présidentielles de 2002, dépassé par le néofasciste Jean-Marie Le Pen.

L'absence d'une alternative électorale viable trouble l'establishment politique français. Une vague de grèves et d'occupations d'usines témoigne de la montée de la colère populaire face à la crise économique et au renflouement des banques par le gouvernement à grand renfort de milliers de milliards d'euros. Il est cependant difficile de voir, dans la situation électorale actuelle et les alliances politiques traditionnelles, comment pourrait venir au pouvoir un gouvernement où l'UMP n'aurait pas un rôle dominant.

La réponse du PS a consisté à chercher à s'adapter à la droite bourgeoise. Des journalistes et politiciens PS en vue appellent le PS à envisager des alliances soit avec le MoDem de droite (Mouvement démocratique) de François Bayrou soit avec une coalition plus large de partis.

Politicien centriste qui a occupé le poste de ministre de l'Education et plusieurs autres postes à ce ministère dans des gouvernements de droite, Bayrou a récemment publié un livre dans lequel il critique sévèrement Sarkozy et sa politique et intitulé Abus de pouvoir. Dans Abus de pouvoir, Bayrou dénonce le fait que Sarkozy place les médias sous influence, son « idéologie de l'argent », la concentration du pouvoir en une « egocratie » reposant sur Sarkozy seul et son mépris des droits légaux et des procédures. Bayrou a parfois recours à un langage excessif, décrivant Sarkozy comme « un enfant barbare » coupable de « viol » envers « la France républicaine ».

Selon un sondage d'avril, si l'élection présidentielle de 2012 devait se tenir aujourd'hui, Bayrou obtiendrait 19,5 pour cent des suffrages contre 20 pour cent pour Royal et 28 pour cent pour Sarkozy. Le quotidien conservateur Le Figaro écrit que « François Bayrou vole aux socialistes le titre de premier opposant de France. » Les sondages montrent que quelque deux tiers des sympathisants du PS sont en faveur d'une alliance PS-MoDem.

Une proposition d'alliance PS-MoDem a été publiquement mentionnée pour la première fois dans une interview le 16 avril dernier de l'ancien secrétaire du PS François Hollande parue dans le magazine L'Express. Il demandait à Bayrou de « clarifier ses convergences et ses divergences avec le PS, puis d'en "tirer les conclusions le cas échéant" ».

Cette proposition n'est pas vraiment une nouveauté: Elle avait été très controversée lorsque la candidate PS Ségolène Royal l'avait faite après le premier tour de l'élection présidentielle de 2007. Mais aujourd'hui la crise économique et les difficultés électorales du PS ont rallié de larges sections du PS à l'idée d'une alliance avec Bayrou.

Le 4 mai, le maire PS de Dijon, François Rebsamen, qui tout comme la première secrétaire du PS Martine Aubry, maire de Lille, avait gagné l'élection municipale grâce à une alliance locale avec le MoDem, a dit, « De nombreux socialistes ont fait alliance aux municipales, sur la base de leurs projets, avec le MoDem. Il en ira de même demain aux élections régionales avant le premier tour ou au second tour. Il faut donc commencer les discussions avec François Bayrou après les européennes... Si des convergences se confirment, il faudra élaborer un véritable contrat de gouvernement. »

Bien que quelque peu moins enthousiaste, l'ancien premier ministre Laurent Fabius a laissé la porte ouverte à une alliance avec Bayrou. Quand on lui a demandé s'il pensait que Bayrou pouvait éventuellement devenir un allié du PS, il a répondu, « C'est avec les civils qu'on fait les militaires. »

Dans son éditorial du Figaro le 4 mai, Paul-Henri du Limbert a fait l'éloge de Bayrou comme possible futur dirigeant du PS, le comparant à François Mitterrand du PS. Mitterrand qui fut président de France de 1981 à 1995, avait lui aussi débuté en homme de droite. Militant dans des groupes des jeunesses catholiques de droite dans les années 1930, il avait servi dans le régime collaborationniste de Vichy pendant la guerre. Il faut ajouter qu'il fut ministre de l'Intérieur puis ministre de la Justice dans la Quatrième République (1946-1958), durant la guerre d'Algérie. A ces postes, il participa à la répression sanglante de la lutte de libération nationale du peuple algérien, perpétrée par l'impérialisme français.

Et finalement il devint dirigeant du Parti socialiste en 1971.

Faisant une référence pas vraiment subtile au passé d'immigré de Sarkozy, Limbert écrit: « Il suffirait de placer un chapeau sur le crâne de François Bayrou pour que la ressemblance [avec Mitterrand] saute aux yeux. L'un était charentais, l'autre est béarnais. Tous deux français jusqu'au bout des ongles, célébrant ce "cher pays de mon enfance", qui fut l'une des chansons fétiches des mitterrandistes lors de la présidentielle de 1988. »

Le principal éditorialiste politique du quotidien Libération, Laurent Joffrin, a aussi soutenu une alliance Bayrou-PS dans son éditorial du 4 mai intitulé « Comment battre Nicolas Sarkozy ? » Il y fait remarquer que l'alliance de « l'union de la gauche » entre le PS et le PC ne parvient plus à fournir une majorité sûre : « L'Union de la gauche, comme la gauche plurielle, était d'abord une union PCF-PS. Or il n'y a plus de PCF, et le PS est moins fort : où est la majorité qu'on cherche ? Les derniers Mohicans de la place du Colonel-Fabien regroupent sous leur drapeau mité moins de 2 pour cent des suffrages. »

Il appelle de ce fait à une large alliance, une « grande coalition de l'après-Sarkozy, rassemblée, non dans une combinaison d'appareils, mais par un projet de rupture avec le libéralisme, les forces écologistes, les socialistes à l'ancienne comme Jean-Luc Mélenchon, le PS, les partisans de François Bayrou et même les gaullistes sociaux et républicains tentés par un Dominique de Villepin. »

Gauche Avenir, un club de membres du PS comprenant l'ancien ministre de la Défense Paul Quilès, la députée européenne Marie-Noëlle Lienemann et le porte-parole du PS Benoît Hamon, propose une alliance entre le PS et les partis à sa gauche, l'appelant le « Nouveau Front populaire ».

Ceci fait référence au gouvernement de Front populaire de 1936-1938 qui comprenait le Parti socialiste et le Parti radical, un parti bourgeois, et qui avait le soutien du PC. Suite à la victoire du Front populaire aux élections de mai 1936, la classe ouvrière avait lancé une vague de grèves, d'occupations d'usines qui s'étaient développée en une grève générale révolutionnaire. Ce soulèvement révolutionnaire avait finalement été trahi par le Front populaire avec le soutien crucial du PC.

Du point de vue de la bourgeoisie, la signification première du Front populaire est qu'il a retiré de l'agenda en France et en Europe la lutte révolutionnaire, laissant les masses dans les pays fascistes sous le joug de dictateurs et ouvrant la voie à la guerre. Afin de venir à bout de la grève générale, le gouvernement de Front populaire avait néanmoins dû accorder des concessions sociales significatives aux travailleurs, lesquelles furent révoquées dans les années qui suivirent.

Ce sont ces concessions que Lienemann, Quilès et Hamon ont à l'esprit lorsqu'ils appellent à un « Nouveau Front populaire. » Mais ceci est une tromperie visant à créer l'illusion qu'une coalition comprenant le PS, le PC, le Parti La gauche et le NPA pourrait mettre en place des réformes sociales progressistes et protéger la population de la crise économique mondiale.

De tels politiciens ne se demandent jamais : qu’est-il arrivé au Front populaire original ? Il s'est effondré en 1938 au milieu de grèves acharnées et dans un climat politique encore plus dur qui avait vu l'interdiction du PC, la déclaration de la Deuxième Guerre mondiale et la capitulation de la bourgeoisie française devant les nazis. La bourgeoisie française ne fut en mesure d'accorder à nouveau les réformes du Front populaire après l'occupation nazie que grâce à l'aide financière massive du capitalisme américain par le Plan Marshall et la restabilisation du capitalisme après la guerre. Mais l'actuelle crise économique mondiale signifie précisément l'effondrement final de ce qui restait de cette situation historique.

Le rôle politique d'un « Nouveau Front populaire » en France aujourd'hui serait en gros similaire à celui du gouvernement italien « L'Unione » de 2006-2008 qui regroupait le Parti démocrate de Romano Prodi, Rifondazione Comunista et un certain nombre de plus petits partis de protestation petits-bourgeois et chrétiens-démocrates : cela signifierait l'austérité sociale et le soutien à la guerre. La principale différence est que « Le Nouveau Front populaire » fonderait sa politique sur des bases économiques dévastées par l'avènement de la crise mondiale.

On pourrait ajouter qu'il existe un autre précédent à une telle alliance. Lors de l'élection présidentielle de 2002, lorsque Jacques Chirac et le néofasciste Jean-Marie Le Pen étaient restés au second tour, aucun des partis de gauche n'avait appelé à un boycott. Au contraire, le PS, le PC, les Verts et la LCR (le prédécesseur du Nouveau Parti anticapitaliste NPA) s'étaient tous unis pour appeler à voter Chirac. Il en a résulté que Chirac fut élu avec un soutien électoral écrasant, qu'il utilisa ensuite pour faire voter un bon nombre d'attaques sociales avant que l'opposition populaire grandissante ne limite sa liberté de manoeuvre politique.

Dans un reportage publié par le journal L'Humanité affilié au PC et signé conjointement par Marie-Noëlle Lienemann et Paul Quilès, tous deux prônent un Nouveau Front populaire fondé sur un « accord global dans le respect de chacun », fondée sur « l'organisation immédiate d'une "convergence des gauches" (politiques, syndicales, associatives, citoyennes) pour faire reculer le gouvernement, imposer des mesures plus justes, présenter une autre logique que celle de N. Sarkozy. »

Qualifiant un tel Front populaire de « seule voie sérieuse pour organiser la victoire de la gauche en 2012 », ils proposent la formation après les élections européennes d'un comité pour un Nouveau Front populaire. Ce comité définirait un programme politique permettant « un candidat unique de la gauche à l'élection présidentielle, ainsi qu'un accord législatif assurant une représentation de la diversité des composantes de la gauche » de la coalition.

Ségolène Royal émerge comme la partisane la plus en vue d'une alliance à la fois avec Bayrou et simultanément des alliances plus « à gauche. »Le 12 mai elle participait à un symposium sur « l'avenir de la gauche en Europe » organisé par le quotidien espagnol El Pais et le quotidien grec To Vima. Elle partageait la tribune avec des chefs de file droitiers en vue de la social-démocratie européenne: le président du Pasok (Parti socialiste de Grèce) Georges Papandreou, l'ancien premier ministre italien Massimo D'Alema et l'ancien premier ministre espagnol Felipe Gonzalez.

Dans son discours-programme, Royal a dit, « Tout devrait réussir à la gauche européenne. La faillite de Wall Street et la crise financière mondiale ont entraîné la condamnation du libéralisme et ont fait place à des demandes que la gauche a toujours défendues : le besoin d'Etat, la demande de protection sociale, des règles financières réelles, la nécessité de mettre la finance au service de l'économie et l'économie au service du progrès humain. »

Royal a ajouté, « Il faut aussi réconcilier la gauche avec la radicalité qui se développe partout en Europe. »

Le bilan toutefois est clair: La réponse du PS et de ses amis des médias face à la crise a consisté à appeler à la collaboration avec des personnalités d'une variété de partis, allant de l'UMP au PC, dont l'unique point commun est leur bilan de mise en place de politiques d'austérité sociale contre la classe ouvrière.

http://www.wsws.org/ http://www.wsws.org/



Mardi 2 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par kaliayev le 02/06/2009 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très drôle cet leçon en pureté politique publiée sur un site contenant plus de pub que lemonde.fr ou liberation.fr ! Problème de crédibilité, non ?

2.Posté par redo le 02/06/2009 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le jour ou les francais arreteront de se focaliser sur le parti unique droite gauche, et que la politique sera de la vraie politique avec des debats et la prise en compte d un maximum de citoyens, et puis, si un jour, ce ne sont pas les plus de 80 ans (dans l esprit et en vrai !!) qui votent pour Sarko comme on vote a miss pute au camping, les poules auront des dents ... c est foutu !

3.Posté par Betov le 02/06/2009 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

kaliayev, je souhaite à alterinfo de faire un max de pognon avec la pub. ça fait un peu chier, mais c'est un prix que j'accepte de payer. C'est même parfois hyper drôle, quand on a droit à une pub pour faire du tourisme en Israël.

Redo, faudrait peut-être arrêter de pisser sur les vieux. Je suis moi-même un vieux con, et les seuls Sarkosistes que je connaisse sont des jeunes cons en costard-cravate. Et oui... "c'est foutu". Mais ce n'est pas parce qu'on est sûr de perdre, qu'il faut se déshonorer en s'abstenant de combattre. Pour le moment... vive Dieudo.

4.Posté par Sophie le 02/06/2009 19:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils ont peur!!!!!!! allez lire l'article d'hier

POURQUOI L'ABSTENTION EST UN DROIT REPUBLICAIN ?

Sophie

5.Posté par Roland le 03/06/2009 00:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

votez tous pour le Front de gauche ou le NPA que ce vestige pourri qu'est le PS disparaisse enfin du paysage politique !
Il faudrait que au moins l'un de ces deux partis les dépasse à lui tout seul, et montre bien à tout le monde que la gauche ce n'est plus eux (ce ne l'est plus depuis trente ans déjà en fait mais qu'il en faut du temps pour que tout le monde accepte enfin de voir que le roi est tout nu !)

6.Posté par Betov le 03/06/2009 07:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Non, Roland. Front de Gauche et NPA sont tous deux totalement sionistes, et, de toute façons, un front de gauche ne peut rien donner de plus que ce qu'a fait l'union de la gauche en 81. C'est-à-dire relancer la machine infernale pour le temps de l'illusion.

7.Posté par zenbreko le 04/06/2009 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On appelle çà du batardisme politique ,ce qui ressemble aussi a 1789 , le peuple va aider encore une fois la bourgeoisie technocratique a maintenir son niveau et son standing de vie. En verité le peuple sera encore trompé et bien roulé dans la farine, les structures dirigeantes des partis politiques et des syndicats trouveront leur compte , parceque en france la lutte politique a une caracteristique essentielle corporatiste .
Cette union batarde et contre nature ne remet pas encause le systeme liberal, Segolene
royale comme sarkozy ou n' importe quel autre leader ne sont que des agents d' un systeme qu' ils ne veulent pas s' en defaire parcequ'il fonctione a leur avantage. Si ce regroupement politique parle de lutte contre le sionisme et le systeme economique qu' il sous tend, peut etre aura t il la chance de voir le jour , sinon ce n' est que du leurre . La preuve est donné aujourd' hui , tout le monde croit gagner alors que les problemes de
fonds aucun parti a gauche au centre ou ailleurs, personne n' a le courage de les posés, de les rendres publics et d'en parler ?????

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires