FRANCE

France-Israël : Je t’aime, moi non plus


La visite de Sharon en France, s’inscrit selon toute vraisemblance, selon un agenda « israélien » qu’il y a lieu d’analyser avec une loupe.
Depuis la réélection de George W. Bush, les relations entre les Etats-Unis et Israël ne sont plus ce qu’elles étaient. La plus belle histoire d’amour d’Israël avec les Etats-Unis semble bien compromis aujourd’hui.


Samedi 30 Juillet 2005

En effet, suite aux nombreuses affaires - désormais connues depuis l’affaire du 11 septembre 2001, dont de plus en plus d’Américains eux-même sont aujourd’hui persuadés qu’il s’agit d’un complot -, qui ont conduit à l’échec de la politique américaine en Irak ( OSP , affaires de propagande, mensonges divers et variés ,…) et à lutter contre le terrorisme que les Etats-Unis ont délibérément créé , les nombreux néo-conservateurs sionistes de la « Kasher Nostra » qui ont conduit l’Amérique à cette catastrophe : Richard Perle, Paul Wolfowitz,… ont été invités à faire connaître leurs talents ailleurs. De plus, Israël est aujourd’hui englué dans deux affaires très importantes concernant la sécurité américaine qui fait grand bruit dans l’opinion publique qui est en train de demander des comptes à son Président : - l’affaire d’espionnage « Lawrence Franklin », similaire à celle de l’affaire Pollack ; - .l’affaire des ventes d’armes à la Chine Par ailleurs, le gouvernement américain est aujourd’hui bien conscient que son image s’est considérablement dégradé de par son soutien à Israël et sa politique « attentiste » dans le conflit israélo-palestinien. Enfin, Israël a aussi son image qui s’est considérablement ternie dans l’opinion publique européenne. Et ce, depuis la guerre de 1967 auquel il y a lieu de rajouter le puissant « bouclier de l’antisémitisme » qu’il brandit lors de toute critique justifiée à son égard. Israël - aujourd’hui plus que jamais - a besoin d’alliés dans le monde. Et la France, dont le Président est en fin de mandat non renouvelable, est probablement en train de négocier un « golden parachute » sous la pression des lobbies sionistes, dont le très probable futur Président de la France qui, sur cet aspect, est déjà un grave danger pour notre pays. Il y a donc un risque que les pays arabes interprètent la nouvelle position de la France à l’égard d’Israël comme étant celle du « cheval de Troie » au Proche et Moyen-orient. Israël n’en est pas à son coup d’essai et il serait trop long ici de faire la liste des « amicales trahisons » dont ont fait l’objet aussi bien la France que les Etats-Unis et d’autres nombreux pays encore. Il faut bien comprendre que l’intérêt d’Israël passera toujours en priorité avant celle des autres pays et, qu’à cette fin, le gouvernement israélien est capable de tout, du meilleur, mais surtout du pire ! Alors… quand la mariée est trop belle… méfiance ! France-Israël : Je t’aime, moi non plus COUTTE Alain 28 juillet 2005


Samedi 30 Juillet 2005


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires