Palestine occupée

Fouad Siniora ordonne à l’armée d’intervenir


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 11 Mai 2008 - 13:13 Les derniers développements au Liban

Dimanche 11 Mai 2008 - 11:25 Liban : au seuil d'une crise incontrôlable?



Samedi 10 Mai 2008

Fouad Siniora ordonne à l’armée d’intervenir
Fouad Siniora a choisi samedi la fermeté face au Hezbollah en affirmant que son gouvernement tiendrait bon malgré le coup de force, et en demandant à l’armée de retirer "immédiatement" les hommes armés déployés dans les rues.

Onze personnes ont péri dans des combats et dans une fusillade au Liban, quatre jours après le début des violences entre partisans de la majorité parlementaire et de l’opposition qui ont fait au moins 29 morts.

"La démocratie a été poignardée au coeur (...) mais l’Etat libanais ne tombera pas face aux putschistes", a affirmé Siniora dans une adresse à la nation, son premier discours depuis la prise de contrôle par le Hezbollah de Beyrouth ouest au terme de violents combats.

"Nous n’avons pas déclaré la guerre au Hezbollah et n’allons pas la déclarer. Mais ses milices et celles d’Amal ont envahi les maisons et les quartiers de Beyrouth, mais nous ne permettrons pas cela", a-t-il ajouté.

"Je demande à l’armée d’imposer la sécurité à tous et dans toutes les régions et de retirer les hommes armés de la rue immédiatement", a affirmé Siniora depuis le siège du gouvernement, où il a également appelé l’armée à mettre fin au sit-in de l’opposition dans le centre de Beyrouth, qui dure depuis le début de la crise libanaise, fin 2006.

Siniora a en outre mis en cause la passivité des militaires lors des combats, en estimant que l’armée devait "assumer ses responsabilités nationales sans hésitation ni délai et cela ne s’est pas produit jusqu’à présent".

Les soldats avaient reçu l’ordre de ne pas intervenir dans les combats, de crainte d’une scission au sein de la seule institution encore solide et unie au Liban. Samedi, les militaires étaient fortement présents sur les principaux axes de la capitale. Au Liban l’armée est traditionnellement chargée du maintien de l’ordre.



L’armée appelle les combattants à quitter les rues de Beyrouth et donne des gages au Hezbollah

Le commandement de l’armée a annoncé samedi dans un communiqué avoir ordonné à ses forces d’établir la sécurité dans Beyrouth, et appelle toutes les parties à retirer leurs hommes des rues et à rouvrir les routes.

Quant à la question du réseau controversé de communications du Hezbollah, à l’origine de la crise actuelle, elle sera réglée par le corps des transmissions, précise le communiqué.

Autre geste de conciliation en direction du Hezbollah, le responsable de la sécurité de l’aéroport de la capitale, limogé pour cause de liens avec le Hezbollah, sera rétabli dans ses fonctions.

Ce limogeage, et la décision prise par le gouvernement Siniora de déclaré illégal le réseau de communications du Hezbollah avaient déclenché les pires violences interconfessionnelles dans la capitale depuis la fin de la guerre civile en 1990.


Le Hezbollah accepte l’appel de l’armée à quitter les rues de Beyrouth

La chaîne de télévision du Hezbollah, Al-Manar, a annoncé samedi que les forces de l’opposition allaient retirer tous leurs combattants des rues de Beyrouth, en réponse à l’appel lancé par l’armée.

Peu de temps auparavant, le commandement de l’armée avait annoncé dans un communiqué avoir ordonné à ses forces d’établir la sécurité dans Beyrouth, et appelle toutes les parties à retirer leurs hommes des rues et à rouvrir les routes.

Par ailleurs, des affrontements entre forces pro-gouvernementales, dont des hommes fidèles à Saad Hariri, et membres du Parti nationaliste social syrien, mouvement laïque allié au Hezbollah, ont fait au moins 12 morts et 20 blessés dans le nord du pays, à Halba, dans l’Akkar.

Ces nouvelles victimes portent à 37 le nombre de morts depuis mercredi.

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Samedi 10 Mai 2008


Commentaires

1.Posté par dima le 11/05/2008 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

Et comme si l'armée Libanaises, ait attendu que Monsieur Siniora ordonne qu'elle fit !
C'est et suite à l'intervention de Hozballah dans Beyrouth et tous les partis dignes de l'opposition, qui ont procédé au nettoyage sur le terrain, et ayant livré la commande à l'armée Libanaise, à savoir, et depuis 2 ans Mr. Joumblat et Mr. le maudit Saad Al-Hariri excercent la terreur dans Beyrouth et ses environs, en lâchant des hommes armés, leur seul objectif est de semer la zizanie, et créer l'insécurité et au sein de toutes les communautés Libanaises.

Que cela rebute le gouvernement et ses alliés, qui criait et par la voix de premier ministre Français: "La guerre civile n'aura pas lieue".



2.Posté par Aigle le 11/05/2008 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est en des moments pareils que l'on admire la loyauté d'une ARMEE envers sa PATRIE et non envers des hommes quelque soit leur bord ( et pour certains les qualifier d"HOMMES serait un mensonge ) .L'ARMEE LIBANAISE BIEN QUE DESARMEE PAR LA VOLONTE DES OCCIDENTAUX ( IL FAUT LE RAPPELER !!!!) est digne de RESPECT : VOILA UNE ARMEE REPUBLICAINE ET GARANTE DE LA SOUVERAINTE DU LIBAN SUR SON DESTIN EN TANT QUE NATION !!!! ....quant aux siniora et les ramasseurs de miettes ilsd rejoindront le caniveau comme d'autres mouchoirs en papiers arabes dejà utilisés

3.Posté par Marie le 11/05/2008 15:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette armée Libanaise est toujours pareille à elle même, honorable et loyale, elle avait toujours remplie ses missions, avec noblesse et rigueur, quant aux différentes tâches qu'on aient bien voulu lui confier. Elle est faite d'une foi, qu'est le Liban Souverain, elle est aussi garante de l'emblême, que chaque Libanais à l'honneur, fiere tête puisse partout dans le monde, se dise: 'j'y étais, j'y suis et demeure' un Libanais'.

Il est très difficile, qu'un peuple, après presque 30 ans d'une guerre provoquée, et suite à 60 ans des guerres, que subi sa région de Chypre jusqu'au fin-fond de l'Arabie Saoudite, d'avoir un regard objectif, de rester, digne, honnête, et de garder sa foi en son pays, et de maintenir l'ensemble des règles qui font de lui: 'une identité' qui rassemblant: la langue, une civilisation, une culture, et en les preservant dans la durée.

Je crois que si l'armée Libanaise n'avait pas palpé, le bien-fondé des revendications de Hozballah, elle n'aurait jamais accepté l'adhésion à ses souhaits.

Mais, à quand la démission de ce gouvernement verreux?

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires