Conflits et guerres actuelles

Forte augmentation de 150 pour cent de la mortalité infantile en Irak – une révélation accablante des crimes de guerre américains


D’après un rapport annuel publié par le groupe de défense de l’enfance, Save the Children (Sauvons les enfants), le taux de la mortalité infantile en Irak a connu une augmentation choquante de 150 pour cent depuis 1990 — augmentation la plus forte jamais enregistrée dans un pays du monde.


Bill Van Auken
Lundi 14 Mai 2007


Par Bill Van Auken



Selon le rapport, en 2005, dernière année pour laquelle des données fiables sont disponibles, un enfant irakien sur huit, soit un total de 122.000 enfants, est mort avant d’avoir atteint son cinquième anniversaire. Plus de la moitié de ces décès ont été enregistrés parmi les nouveaux-nés, la pneumonie et la diarrhée causant le plus de morts parmi les nourrissons.

Le taux de la mortalité infantile est depuis longtemps considéré comme l’un des indicateurs clés du progrès et du bien-être de la société. Ces chiffres stupéfiants enregistrés en Irak sont le reflet exact de la dévastation sociale produite à la fois par l’invasion américaine de 2003 et par plus d’une décennie de sanctions économiques, soutenues par les Etats-Unis, qui l’ont précédée.

« Des évaluations prudentes chiffrent à 37 pour cent l’augmentation de la mortalité infantile après l’invasion de l’Irak en 2003 », peut-on lire dans le rapport de Save the Children. Les implications d’un tel changement, en l’espace de tout juste deux ans, sont stupéfiantes. Compte tenu de l’escalade constante du conflit armé en Irak et de la détérioration continue des conditions sociales pour la population dans ce pays, il ne fait pas de doute que le taux d’augmentation de la mortalité infantile s’est encore accru dans le courant de l’année 2006.

Le rapport attribue la responsabilité du terrible déclin de la santé des nourrissons et des enfants depuis l’invasion, à la détérioration continue des conditions de vie pour la population irakienne en général, parmi lesquelles on compte « les ruptures de courant, le manque d’eau potable, la dégradation des services de santé et l’inflation en forte hausse. »

La destruction générale de l’infrastructure sociale de base provoquée par l’invasion et l’occupation américaines s’est traduite par un déclin abominable de la santé des enfants. « Seuls 35 pour cent des enfants irakiens sont entièrement immunisés et plus d’un cinquième (21 pour cent) ont un retard de développement grave ou léger » en raison de malnutrition constate l’étude.

Ces statistiques recueillies par Save the Children soulignent qu’en 1990 le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans en Irak était de 50 pour 1.000 enfants nés vivants – soit un des meilleurs résultats de l’ensemble du monde arabe à l’époque. En 2005, le chiffre était de 125 pour 1.000 enfants nés vivants – chiffre plus ou moins équivalent à ceux enregistrés dans des pays tels le Malawi, la Mauritanie, l’Ouganda et Haïti.

Alors que certains pays — tous des pays d’Afrique, sauf un — ont un taux de mortalité supérieur à l’Irak, aucun d’entre eux n’a enregistré un taux d’augmentation de mortalité infantile qui se rapproche de celui du pays se trouvant sous occupation américaine (le Botswana s’en approche le plus avec une augmentation de 107 pour cent tout en enregistrant cependant un taux légèrement plus bas de 120 décès pour 1.000 enfants nés vivants).

La destruction des conditions et de la vie même des enfants irakiens avait commencé bien avant que les troupes américaines n’envahissent le pays en 2003. La guerre du Golfe de 1990-91 avait vu plus de 90.000 tonnes de bombes et de missiles américains largués sur l’Irak, détruisant la plus grande partie de l’infrastructure fondamentale, y compris les centrales électriques et les systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement, créant ainsi les conditions d’une catastrophe sanitaire pour la population.

La guerre fut suivie par une décennie de sanctions punitives qui privèrent les enfants irakiens et la population en général de matériel médical et médicaments essentiels et de nourriture adéquate. Même le chlore, utilisé pour purifier l’eau, était sous embargo, privant ainsi d’eau pure les nourrissons et les jeunes enfants et entraînant la mort de beaucoup d’entre eux.

500.000 enfants irakiens tués par les sanctions commanditées par les Etats-Unis

C’est durant cette période que le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) avait évalué qu’un demi-million d’enfants irakiens en plus étaient morts entre 1991 et 1998 en raison des sanctions.

En 1998, le coordinateur des opérations humanitaires des Nations unies en Irak, Denis Halliday, avait démissionné de son poste pour protester contre les sanctions qu’il apparentait à une forme de « génocide » et à « une politique délibérée visant à détruire le peuple irakien. » Halliday avait dit à l’époque, « Nous sommes en train de détruire une société entière. C’est aussi simple et aussi terrifiant que cela. C’est illégal et c’est immoral. »

La secrétaire d’Etat du président Bill Clinton, Madeleine Albright, interrogée lors d’une interview télévisée sur le chiffre avancé par les Nations unies de 500.000 enfants morts en raison des sanctions, donna cette réponse qui restera dans les annales, « Nous pensons que c’est le prix à payer. »

L’augmentation des taux de mortalité représente l’expression la plus crue de l’impact meurtrier que l’agression américaine a eu sur l’Irak et sur ses enfants durant une période prolongée. Mais il existe bien d’autres indices montrant que pour ceux qui survivent, les conditions de vie deviennent de plus en plus intenables.

Selon des chiffres publiés par le gouvernement irakien, quelque 900.000 enfants sont devenus orphelins suite au carnage qui dévaste l’Irak depuis l’invasion américaine de 2003. L’on estime que, du fait du niveau de violence actuel, quelque 400 enfants deviennent orphelins chaque jour dans le pays.

Le ministre de l’Education irakien évalue entretemps qu’à peine 30 pour cent des 3,5 millions d’écoliers du primaire vont en classe, une baisse substantielle par rapport aux 75 pour cent de l’année dernière. Une étude parrainée par l’Organisation mondiale de la Santé dans la cité de Mossoul en Irak, a constaté qu’un bon 30 pour cent des écoliers auprès desquels l’enquête avait été menée souffraient de troubles de stress post-traumatique.

Il est significatif de noter que l’autre pays qui est actuellement occupé par l’armée américaine et où se déroule une guerre contre-insurrectionnelle – l’Afghanistan – figure au deuxième rang des taux de mortalité infantile les pires avec 257 décès pour 1.000 enfants nés vivants. En d’autres termes, plus d’un enfant afghan sur quatre meurt avant d’avoir atteint l’âge de cinq ans. En moyenne, chaque mère afghane voit deux de ses enfants mourir en bas âge, tandis qu’une femme sur six meurt en accouchant.

Selon l’étude de Save the Children, 40 pour cent des enfants afghans sont atteints de malnutrition et moins de la moitié ont accès à l’eau potable. Le rapport souligne également qu’« alors qu’un enfant sur 100.000 meurt de pneumonie aux Etats-Unis chaque année, près d’un sur quinze » meurt de cette maladie en Afghanistan.

A l’échelle mondiale, Save the Children rapporte que, « Chaque année, plus de dix millions d’enfants meurent avant d’avoir atteint l’âge de cinq ans, la plupart de causes évitables et presque tous dans des pays pauvres. » L’organisation poursuit en disant qu’alors que les taux globaux de mortalité infantile s’étaient améliorés au cours des décennies précédentes, « les taux du progrès ralentissent et dans de nombreux pays les taux de mortalité infantile se détériorent. »

L’organisation insiste sur le fait que des solutions disponibles et à bas coûts pourraient facilement éviter six millions de ces décès par an. Parmi ces solutions figurent, « des soins qualifiés à l’accouchement, l’allaitement maternel, la vaccination contre la varicelle, la thérapie de réhydratation orale pour traiter les diarrhées et des soins médicaux contre la pneumonie. » Mais, pour beaucoup de personnes dans les pays les plus appauvris et pour bien d’autres ailleurs appartenant aux couches les plus opprimées de la société, ces formes élémentaires de soins et d’éducation ne sont pas fournies.

Les statistiques contenues dans le rapport montrent également que le problème de la mortalité infantile reflète l’augmentation à l’échelle mondiale de l’inégalité sociale qui est littéralement en train de tuer des millions d’enfants tous les ans.

« Un enfant issu du cinquième le plus pauvre de la population a deux fois plus de chance de mourir qu’un enfant issu du cinquième le plus riche de la population, » conclut le rapport. « Le fait d’éliminer l’iniquité en matière de soins de santé — en abaissant le taux de mortalité des 80 pour cent les plus pauvres de la population au niveau des taux existant pour les 20 pour cent les plus riches — éviterait environ 4 millions de morts sur les 10 millions enregistrés tous les ans. »

En plus de l’impact croissant de l’inégalité sociale qui règne dans chaque pays, le fossé qui sépare les pays les plus riches des pays les plus appauvris n’a cessé de se creuser. Alors qu’en 1990 le taux de mortalité infantile était 20 fois supérieur en Afrique sub-saharienne que dans les pays industrialisés, en 2005, ce taux était 28 fois plus élevé, précise le rapport.

(Article original anglais paru le 9 mai 2007) source wsws.org


Lundi 14 Mai 2007


Commentaires

1.Posté par le véridique le 14/05/2007 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les impérialosionistes doivent quitter l irak afin que la paix revienne. C 'est la seule solution; leur présence dans la région n' apporte que la mort et la destruction. Le juge espagnol qui a déposé une plainte contre BUCH et ses valets pour crimes contre l humanité est un vrai Chevalier de la justice pas comme tous ses petits caniches qui lèchent les c........ de BUCH.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires