RELIGIONS ET CROYANCES

Finalité du nihilisme impérialiste américain et la vision eschatologique de Ratzinger: clash des civilisations et guerre des religions


Dans la même rubrique:
< >

Quel sens donner aux propos insultants qui de manière récurrentes sont proférés aussi bien par des responsables des pouvoirs politiques, économiques, médiatiques et religieux ?
Pourquoi les élites du sionisme international en appellent de leurs vœux des attentats envisagés et redoutés en Europe et particulièrement en France ?
Le pape ne contrôle plus ses pulsions belliqueuses, et son incontinence verbale reflète les sentiments profonds qu’il nourrit envers l’Islam.
‘’Les experts’’ faiseurs d’opinion traumatisent les peuples avec des scénarios terroristes écrits par les ‘’boites à idées’’ financées par la branche propagande du néo-conservatisme américain.


Alter Info
Mardi 19 Septembre 2006

Finalité du nihilisme impérialiste américain et la vision eschatologique de Ratzinger: clash des civilisations et guerre des religions
Pourquoi cette nouvelle avalanche de diatribes contre les musulmans? Pourquoi ce regain soudain de la frénésie islamophobe ? Qu’est-ce ce déferlement de haine et de mépris envers une communauté dont le seul crime serait d’être musulman et même folklorique? A l’origine de tous ces déchaînements de sentiments refoulés, est-ce l’Islam qui serait responsable, les musulmans ou l’impérialisme us et ses avatars ?

L’impérialisme américano-sioniste a démontré sa capacité de destruction et son potentiel meurtrier pour atteindre ses objectifs. Ceux qui aujourd’hui cherchent à minimiser les propos du pape illuminé et l’affaire des caricature sont des gros naïfs s’ils sont sincères ou des gros hypocrites s'ils sont conscients du danger de cette approche et rendent service à la propagande us bon gré ou malgré eux …



Ratzinger, un homme obscur, un pape provocateur et fourbe

Finalité du nihilisme impérialiste américain et la vision eschatologique de Ratzinger: clash des civilisations et guerre des religions
A Ratisbonne, Benoît XVI a prononcé un discours sur la raison et la violence en Islam. Les propos tenus par le pape Benoît XVI à Berlin, au cours d'une conférence sur la « foi et la raison » établissant un lien de causalité entre Islam et violence semblent bien réfléchis et pensés. L'objectif de Benoît XVI est-il de contribuer au clash des civilisations ou bien en tant qu'homme de Dieu, œuvrer pour l'alliance et la paix entre les peuples ? Quelle opportunité y a-t-il à tenir des propos insultants en cette période où les passions sont exaltées et les croyances émoustillées dans la perspective d'un affrontement souhaité ? Déjà aux dernière JMJ en Allemagne, décidemment… Le pape avait fustigé ''l'attitude'' des musulmans et leur demandé de ''maîtriser'' les extrémismes islamiques…



Quelle est l'utilité pour le représentant de l'Eglise catholique (‘‘universelle'') de dénigrer une religion en particulier ? Les intentions et les motivations du pape semblent plus que subversives dans le contexte actuel. Pourquoi tenir des propos dont le contenu est susceptible de creuser les antagonismes entre monothéistes, entre civilisations. Ce nouveau ‘'dérapage contrôlé'' nourrit les extrémismes des deux bords. Mais, cette fois le pape a ouvert une nouvelle phase dans la provocation alors que les souffrances causées par l'affaire des caricatures ne sont pas encore apaisées et les ressentiments tout à fait dissipés. Ratzinger a tenu sur l'Islam et sur son Prophète des propos dont la violence surprend. Que Benoît XVI essai de prouver la véracité de ces convictions et fonde sa théorie d'un Islam supposé violent sur les délires paranoïaque de Manuel II est son droit absolu, mais démontre aussi le peu de consistance intellectuelle dans les dogmes et enseignements de l'Eglise universelle, ce n'est pas en dénigrant l'autre que l'on arrive à prouver sa supériorité supposée. Ratzinger use de méthode politiquement démagogique pour démontrer un fait religieux. Serait-il un disciple de la confrérie sarkosy ?

L'empereur byzantin Manuel II qui, il y a sept siècles, avait écrit La 7e controverse, oeuvre dans laquelle il critique l'Islam, était animé par les sentiments ressentis par la personne humiliée. La haine de l'Islam que nourrissait cet empereur était le résultat d'une défaite humiliante contre les Turcs Ottomans. L'Islam était la religion des Ottomans qui avaient déstabilisé son règne. Cet empereur voulait faire oublier la grandeur de l'Islam en la confondant avec la violence barbare des Turcs guerriers de la période préislamique. En quoi les théories d'un empereur byzantin, dépité et vindicatif de l'époque médiévale, peuvent-elles suggérer une vérité absolue pour que le pape en fasse un argument de prêche et présente cet acte prémédité comme une volonté de dialogue. Puisque, à défaut de s'excuser, Ratzinger à jugé utile d'affirmer que ses propos étaient dénaturés, et que sa démarche était celle d'un dialogue. L'occident Chrétien doit avoir une conception toute particulière du dialogue ?
Ces théories sur la violence et cruauté supposée de l'Islam ont forcément des accents propagandistes et de provocations planifiée. Benoît XVI est aussi chef d'un Etat et rompu aux subtilités de la diplomatie relative à une actualité chaotique, il était tenu par les protocoles de la diplomatie et ainsi faire preuve d'une nécessaire réserve sur la foi des uns et des autres et ontologiquement en proie aux affrontements et déchirement des peuples.


Etait-ce une priorité absolue pour le pape, mais aussi le moment opportun d'étaler ses réflexions sur l'Islam alors que les questions et les problèmes dont l'Eglise est en charge de résoudre sont tellement évidents, on penserait à peine que le pape trouve plus facile d'affronter les convictions antagonistes que de répondre aux attentes et souhaits de ses adeptes (encore un méthode sarkosyenne…) ? A l'instar des nos dirigeants politiques qui pour fuir à leur responsabilité, créés des faux problèmes afin de braquer les projecteurs ailleurs.
Ratzinger est certes un chef d'Etat, mais la particularité de ce chef, est de donner l'exemple aux dirigeants chrétiens, et se donner en modèle de vertu et de moralité pour ses disciples, et non reprendre les méthodes démagogiques de nos politiciens les plus corrompus intellectuellement. Tout en présentant une image négative de l'Islam on veut occulter les méfaits de l'Eglise chrétienne depuis les croisades, en passant par les chasses aux sorcières, les inquisitions, les conversions obligations… les privilèges octroyés par l'Eglise à ses serviteurs. Dans cette logique, nous devons aussi accepter le bien-fondé de l'existence même des empires coloniaux et leurs ‘'aspects positifs'', justifier les crimes du colonialisme qui ont été cautionnés par cette même Eglise.


Finalité du nihilisme impérialiste américain et la vision eschatologique de Ratzinger: clash des civilisations et guerre des religions

L'obejtif de la diabolisation et accusation iniques des musulmans et de l'Islam ?

Pourquoi aujourd’hui, tous les partisans de l’impérialisme ou devrais-je dire du modèle américain, sont d’un parti-pris affiché ou dissimulé dès qu’il s’agit de dénoncer les avatars du sionisme ? Ceux qui appellent de leurs vœux la concrétisation des attentats en France, sont aussi les mêmes qui soutiennent Bush, Sarkosy, Blair.
Les bushistes sont les plus ‘’courageux’’, ils ont une vision du monde et la défendent même si les méthodes sont des plus abjectes.
Les blairistes sont en générale des socialistes ultralibéraux à l’instar de Royal et la frange sioniste en générale de ce parti.
Les sarkosystes sont un peu plus vicieux encore, sous de fausses considérations comme le patriotisme et les valeurs tronquées par la démagogie, ils cachent leurs sentiments refoulés : ainsi sous prétexte de dénoncer le terrorisme supposé islamique, insultes les musulmans et l’Islam sans avoir le courage de revendiquer de tels sentiments. S’ils ont raison dans leur manière de comprendre les choses, pourquoi ne le revendiquent-ils pas ? Connaissent-ils eux même la perversion de leurs convictions politiques et idéologiques et c’est peut-être aussi pour ces raisons qu’ils n’ont le courage d’afficher ouvertement leur mépris des musulmans ?


Quoi qu’il en soit des attentats auront lieu dans l’hexagone, ils scelleront l’union incomplète du club des croisés sionistes, la France se rangera définitivement derrière la politique belliqueuse américaine, comme le souhaitent Sarkosy et les tous les atlantistes de ce pays. L’ostracisme des communautés musulmanes déjà à son paroxysme, laissera, sans doute la place à la violence physique. Depuis que Chirac a refusé de suivre les aventures militaires américaines, le projet des atlantistes est de le ramener dans le giron US. Pour y parvenir, la probabilité d’attentats n’est pas à écarter. A l’instar du 11 septembre, du 11 mars à Madrid, du 7 juillet à Londres, Paris et d’autres capitales européennes ne sont pas à l’abri d’attaques ‘’terroristes’’. Toutes ces litanies et jérémiades autour d’un hypothétique risque d’attentats en France, ces accusations frénétiques de la part ‘’d’experts’’ ès terrorisme, de magistrats médiatiques, de politiques démagogiques reflètent la volonté de faire de la France, un des wagons de la locomotive impériale américaine. Même si cette locomotive se dirige droit vers un mur, ceux qui aujourd’hui se pavanent de plateau télé en plateau télé, n’en ont cure des conséquences désastreuses d’une guerre contre l’Iran et la Syrie. Ils continuent de manière éhontée à véhiculer des préjugés anti musulmans uniquement pour servir la cause de l’impérialisme américano-sioniste et occulter les vrais coupables de la catastrophe annoncée.

L’hypocrisie et le cynisme dont font preuve ces individus, loin de refléter la réalité, projettent une vision fantasmée et volontairement biaisée des réalités dans le seul but d’étayer leurs iniques accusations. L’objectif ici n’est pas de prouver que le terrorisme islamique existe ou pas. Pour comprendre la subtilité de leur propagande, il faut avant tout accepter le postulat du caractère douteux des thèses officielles concernant les attentats prétendument islamiques et tous drames imputé de facto au terrorisme islamique.

En dehors des versions officielles dictées par la diplomatie impériale, et bien qu’aucune preuve tangible ne vienne étayer les théories élaborées autour du terrorisme islamique, aussi bien le juge Bruguière que le ministre de l’intérieur Sarkosy, affirment en toute certitude que le risque d’attentat en France est «d’un niveau élevé et le terrorisme une menace permanente».
Il y a comme un paradoxe dans leurs déclarations alarmantes, si effectivement le risque d’attentats est bien élevé comme ils l’affirment, c’est que des éléments probants sont en leur possession. Admettons, que ces preuves ‘’tangibles’’ existent. Pourquoi ne pas arrêter ces individus. Puisque parler de preuves ‘’tangibles’’ implique l’identification des individus, pourquoi ne pas les stopper d’une manière ou d’une autre ? La France a démontré que les coups tordus commis ses service ne relève pas du fantasme. De plus, à chaque fois que l’actualité l’exigeait, les autorités n’ont pas hésité à arrêter des musulmans sans raison valable puis accusées de terrorisme ?

Selon les affirmations du juge Bruguière, quelques quatre cents individus soupçonnés d’appartenance à la ‘’mouvance terroriste’’ ont été arrêtés dans le cadre des enquêtes anti- terroristes. Près de cent soixante dix d’entre eux ont été inculpés et incarcérés. Ce que oubli de préciser le juge, c’est que ces individus ont été condamnés pour droit commun et pour terrorisme. Seulement une dizaine ont été inculpés de terrorisme et incarcérés pour appartenance à des mouvements armés.
La réalité, il n’y a aucun risque que des attentats commis par des musulmans. Par contre, des attentats auront sans doute bien lieu, mais commandités et perpétré par qui ?
Quand Sarkosy et le juge anti-terroriste Bruguière parlent de risque majeur ils ont parfaitement raison, cependant, ils ne pourront rien faire rien pour les empêcher, à moins qu’ils renoncent aux privilèges inhérents à leurs appartenances idéologiques et acceptent le risque de tout perdre. Leur situation est plus à plaindre qu’à envier…

Tous les ‘’expert (au service de la propagande) s’accordent à dire’’ que le terrorisme islamique est le mal absolu et un risque majeur pour la stabilité du monde (chrétien) et ses ‘’valeurs’’. Si nous poussons le raisonnement reductio ad adsurdum, l’Islam serait donc à l’origine de tous les maux de l’humanité … Et les propos du pape prendre une cohérence dans ce qui ressemble être la phase préparatoire d’une guerre globale contre le monde musulman.





Finalité du nihilisme impérialiste américain et la vision eschatologique de Ratzinger: clash des civilisations et guerre des religions

Le rôle des médias et des responsables politiques

Le rôle des médias et des responsables politiques

La pratique de la corruption intellectuelle institutionnalisée par le système, permet aujourd’hui à des individus à mentir, faire de la propagande pour les intérêts étrangers et dans le même temps se donner le bon rôle et l’illusion d’être un modèle de vertu et d’intégrité morale.
Il y a en France quelques dizaines d’individus qui ont monopolisé la parole, mais aussi la pensée. Il y a en France, des ministres qui utilisent l’appareil d’Etat à des fins personnelles. Il y a des juges qui aujourd’hui ont oublié la notion de déontologie, des ‘’experts’’ géopolitiques, théologiens, politiques, en fait des ‘’experts’’ ès tous et rien qui véhiculent des idées conçues dans une logique propagandiste. On ne sait exactement leurs motivations. Sans faire de recherche poussée, il s’avère que tous ces ‘’experts’’ sont employés pour distiller une propagande atlantiste, ils sont les caisses de résonance de la pensée fasciste, fondement idéologique de l’impérialisme anglo-saxon.

Parmi ces ‘’experts’’ on peut citer Mohamed Sifaoui, pseudo journaliste; Jean-Louis BRUGUIERE juge antiterroriste ; Antoine SFEIR, directeur des Cahiers de l’Orient ; François GERE, président de l’Institut français d’analyse stratégique ; Louis CAPRIOLI, ancien responsable de la lutte antiterroriste à la DST ; Antoine Basbous, fondateur et directeur de l'Observatoire des pays arabes, un cabinet de consultants ; Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement ; Rachid Kaci, initiateur et membre du Mouvement des musulmans laïcs de France aussi secrétaire général de La Droite libre, un courant appartenant à l'UMP ; Olivier Guillard, directeur de recherches Asie à l'Institut de relations internationales et stratégiques ; Roland Jacquard, président de l'Observatoire international du terrorisme et du Centre d'études des menaces contemporaines ; Alain Marsaud, député UMP de la Haute-Vienne, magistrat de profession en tant que juge d'instruction au tribunal de Paris de 1984 à 1986 ; Frédéric Helbert, grand reporter (anciennement ‘’expert’’ en terrorisme).

D’après tous ces ‘’experts’ ou propagandistes, le terme serait plus approprié, la nébuleuse Al-Qaida menacerait la France et chercherait à étendre son influence en Europe. Selon leur interprétation ‘’d’expert’’ la mouvance terroriste aurait annoncé avoir enrôlé sous sa bannière le groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC).
Dans un message vidéo diffusé le 11 septembre 2006, l'Egyptien Ayman Al-Zawahiri tel un oiseau de mauvaise augure, apparaît toujours au bon moment, aurait appelé le GSPC à être "un os dans la gorge des croisés américains et français", de semer la peur "dans le cœur des traîtres et des fils apostats de France" et d'écraser "les piliers de l'alliance croisée".Le groupe menacerait également ceux qui "permettent à la France d'interdire aux femmes de couvrir leur tête à l'école et qui contribuent à tromper les musulmans, à les détourner et à les humilier".
Le ministère de l'Intérieur français estimait par la voix de son ministre Sarkosy, jeudi 14 septembre 2006, que la diffusion de ce message confirme son appréciation sur le niveau de la menace terroriste qui pèse sur la France et sur d'autres pays.
Déjà, quelques jours avant la commémoration des attentats du 11 septembre 2001 et la diffusion de cette nouvelle vidéo, les policiers français affirmaient que le risque d'action terroriste contre la France avait augmenté. Pour eux, l'engagement des quelques 2 000 soldats au Liban-Sud au sein de la FINUL fait peser la menace d'éventuelles représailles.


Espérons qu’un événement majeur vienne perturber les plans américano-sionistes, dans le cas contraire, les violences et les crimes auxquelles nous assistons impuissants aujourd’hui, seront incomparablement plus terribles et insupportables.

''Mots croisés'' exemple d'émission participant à la propagande US


Sainte Sophie transformée en Mosquée en 1453
Sainte Sophie transformée en Mosquée en 1453

Ratzinger nostalgique de Byzance… et de Constantinople ?

Aujourd’hui sur ‘’France Info’’, Ratzinger a une fois de plus dans son discours équivoque et ambiguë, fait preuve de fourberie dialectique: en parlant de son voyage à Istanbul, prévu pour novembre 2006, il a volontairement utilisé ‘’Constantinople‘’ pour confirmer son voyage en Turquie. A priori, cela semble anodin si la personnalité de Benoît XVI n’était pas ce qu’elle est. Ce personnage comme à son accoutumé use d’une phraséologie ambiguë, accuse et se plaint ensuite que ses propos soient ‘’dénaturées’’ et/ou ‘’mal compris’’… Pourquoi ne pas simplement dire que sa visite est à Istambul, au lieu de faire appel à son habituelle sournoiserie en tenant un discours alambiqué et subtilement formulé de manière à dire une chose et son contraire en cas de difficulté comme c’est le cas avec son discours en Allemagne ?




Depuis le début du pontificat de Benoît XVI, nous avons publié dans nos colonnes et tenté d’attirer l’attention de la personnalité obscure et les motivations troubles du personnage. Pour plus d’informations nous vous conseillons les dossiers consacrés aux religions et aux papes, cliquez sur le titre pour le dossier 1/3
Dossier 2/3
Dossiers 3/3
Ainsi que l’article du jour sur la personnalité obscure de Ratzinger.

Finalité du nihilisme impérialiste américain et la vision eschatologique de Ratzinger: clash des civilisations et guerre des religions
Pourquoi Ratzinger a jugé utile de remplacer Istambul par Constantinople ?
L’Eglise de Constantinople et l’Eglise de Rome sont vraiment deux « Eglises sœurs », souligne Benoît XVI devant quelque 35.000 visiteurs du monde entier il n’ y a pas longtemps.
Ses déclarations ont le objectif identiques à celles du dernier empereur byzantin, le dénigrement de l’Islam.

Jusqu’à la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453, Cette ville était le centre spirituel de l’orthodoxie chrétienne. Manuel II le Paléologue ; aurait affirmé à l’époque que le Prophète «Mahomet n’a amené sur terre que du mal et de l’inhumain ». Cette phrase reprise par Ratzinger est à l’origine de la nouvelle provocation occidentale qui n’a pas encore dévoilée les motivations réelles des uns et des autres.
Aujourd’hui, ils s’attaque à une question historique dont les plus fondamentalistes chrétiens n’ont toujours pas digéré. Ils s’agit la prise en 1453 de Constantinople par le jeune Fatih Muhammed. D’autant plus que pour le musulman cette ville a une connotation spirituelle très forte. Puisque le Prophète de l’Islam avait annoncé la prise de cette ville symbole du monde chrétien, et depuis toutes les tentatives de conquêtes musulmanes avaient échouées jusqu’en 1453.


Constantinople fut changé en ‘’Islambol’’ ce qui signifiait initialement ‘’la ville ou l’Islam abonde’’ et ce jusqu’en 1927 à la naissance de la République Turque. Après la fin prémédité du Califat ottoman pour plus d’info sur cette période lisez notre dossier Califat Ottoman et le complot juif, mythe ou réalité ? dans lequel nous expliquons comment le Califat qui n’a pas pu être vaincu par les épées des croisés, ce que les diablerie occidentales ont réussi avec la première guerre mondiale.
Aujourd’hui des plans similaires sont d’actualités, Istanbul en tant que nom, rappelle des mauvais souvenirs aux chrétiens qui vivent dans la nostalgie des croisades.



Alors que Ratzinger n’a pas encore daigné présenter ses excuses et s’est contenté de regretter la non compréhension de ses propos. Il continu sa provocation dans un but bien précis : celui d’associer le monde Catholique aux plans évangéliques américains qui sont les fervents soutiens acharnés d’Israël et du sionisme international, dont l’objectif ultime consiste à transformer ce qu’ils appellent ‘’clash des civilisations’’ en guerre de religions.
Penser encore que le pape soit pour l’alliance des civilisations c’est faire preuve de cynisme et de mauvaise foi.


Mercredi 20 Septembre 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires