Palestine occupée

Film à l'affiche : L'anniversaire de leîla - En territoire occupé



islamenfrance@live.fr
Mercredi 29 Juillet 2009

Film à l'affiche : L'anniversaire de leîla - En territoire occupé
Le cinéma s'avère ,de temps en temps, sans pression des lobbies,  être l'un des rares moyens de savoir et de dire ce que l'homme subit de par le monde comme douleurs, drames et bonheurs épars. En cela, L'Anniversaire de Leïla ne déroge pas à la règle puisqu'il nous donne à voir sous le regard de Rashid Masharawi, le quotidien d'un ancien juge, Abu Leila, devenu chauffeur de taxi après avoir été sollicité lui-même par Yasser Arafat dans la perspective de la naissance d'un Etat palestinien indépendant et moderne. Film sensible et subtilement frontal dans le récit qu'il dresse des territoires occupés, le dernier métrage du cinéaste nous offre donc avec truculence, gravité et poésie l'une des plus notables incursions depuis The Time that remains, Amerrika et Paradise Now dans la vie de ces hommes et femmes qui forment la Palestine d'aujourd'hui.
 
 L'ANNIVERSAIRE DE LEÏLA
 Un film de Rashid Masharawi
 Avec Mohamed Bakri, Areen Omari, Nour Zoubi  Durée : 1h11
 
 
 Entre justesse et sensibilité, un récit émouvant, grave et subtilement
politique
 
 A l'occasion de l'anniversaire de sa petite fille, Abu Leila se décide à
fêter dignement l'événement ; hélas, les territoires occupés sont le lieu
de bien des surprises et cette journée qui promettait d'être belle va
s'avérer plus compliquée qu'attendue. Ainsi, entre ennui mécanique, valse
politique, tir de roquette et insatiable querelle entre Hamas et Fatah, notre
chauffeur de taxi aussi autoritaire que puritain aura toutes les peines du monde
à trouver un cadeau et un gâteau...
 
 Tronquer et caricaturer les situations complexes que connait notre monde est
d'une grande facilité ; l'aborder avec mesure et sérieux par le biais d'une
fiction l'est nettement moins et en cela, L'Anniversaire de Leïla
 affiche déjà une première réussite, celle d'un regard aussi aiguisé
qu'attentif au destin des quidams. Ainsi, suivre Abu Leila au coeur des
territoires offre l'occasion au cinéaste par le biais d'un dispositif
fortement « kiarostamien », d'une plongée sans pathos ni complaisance au
coeur des difficultés de ce peuple privé de terre et d'indépendance.
 
 En effet, les luttes bassement politiques entre mouvements radicaux côtoient
les marques sanglantes de la répression israélienne et les problèmes les plus
essentiels du quotidien - se nourrir, aimer, se déplacer. Sans compter qu'à
cette liste déjà fournie, apparaissent en filigrane l'inconséquence des uns,
leurs refus de la loi, la pression des moeurs et plus encore l'incompétence
d'un Etat palestinien en plein ébauche, davantage concentré sur sa quête de
pouvoir que sur toute autre chose. Dès lors, L'Anniversaire de Leïla dépasse
l'anecdotique récit qu'il se destinait initialement à nous conter. Pour
mieux explorer la société palestinienne et surtout nous faire comprendre que
le seul endroit de paix restera indubitablement celui où s'épanouit le cercle
familial.
 
 
 In fine, servi par un Mohamed Bakri qui sait remarquablement imposer son
charisme et sa présence toute théâtrale, L'Anniversaire de Leïla malgré sa
brièveté fait plus que de nombreux films à thèse et autres documentaires.
Ainsi, complétant avec profit les quelques métrages israéliens qui évoquent
la situation palestinienne avec recul, ce film par sa retenue et par sa
douloureuse humanité s'inscrit dans la veine d'Intervention Divine et Le Sel
de la Mer, ces trop rares films palestiniens capables d'exposer sans fard ni
propagande, la situation d'un pays exsangue et l'espérance de ses valeureux
habitants.  
 
 http://www.islamenfrance.fr



Mercredi 29 Juillet 2009


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires