Politique Nationale/Internationale

Fawzi Barhoum : les médiateurs "mettent bourreau et victime sur un pied d’égalité"



Mercredi 31 Décembre 2008

Fawzi Barhoum : les médiateurs "mettent bourreau et victime sur un pied d’égalité"

Le Hamas a estimé mercredi que les médiateurs internationaux oeuvrant en vue d’une trêve à Gaza "mettent la victime et le bourreau sur un même pied d’égalité".
"Les efforts actuels destinés à faire cessez les combats et instaurer une trêve reviennent à mettre la victime (les Palestiniens) et le bourreau (Israël) sur un même pied d’égalité", a déclaré le porte-parole du mouvement islamiste qui contrôle Gaza, Fawzi Barhoum, dans un communiqué.
"Les efforts arabes et internationaux doivent se concerter pour mettre fin à cette agression (israélienne), rouvrir les points de passage et reconstruire Gaza", a ajouté lé porte-parole.
Selon lui, "toute intervention arabe ou internationale doit avoir pour objectif l’arrêt de l’agression, la levée du blocus et l’ouverture de tous les points de passage".
Réunis à Paris mardi soir, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont appelé à un "cessez-le-feu permanent" à Gaza, permettant une "action humanitaire immédiate" et une réouverture des points de passage de la bande de Gaza vers l’Egypte et Israël.
Dans une déclaration commune, les ministres ont affirmé que "les tirs de roquettes du Hamas sur Israël doivent cesser sans condition et l’action militaire israélienne doit prendre fin".
Simultanément à New York, le Quartette pour le Proche-Orient a demandé un cessez-le-feu immédiat qui soit "pleinement respecté".
Israël examinait mercredi des propositions internationales en vue de l’instauration d’une trêve permanente avec le Hamas, rejetant l’idée d’un cessez-le-feu provisoire ne garantissant pas l’arrêt des tirs de roquettes palestiniennes, au cinquième jour de son offensive à Gaza.
L’offensive aérienne israélienne contre le Hamas à Gaza a fait 390 morts et 1.900 blessés depuis son lancement samedi, selon un bilan médical palestinien.

(JPEG)

Gaza : plus de 20 roquettes palestiniennes tirées contre le sud d’Israël

Plus d’une vingtaine de roquettes ont été tirées mercredi matin de la bande de Gaza contre le sud d’Israël, faisant deux blessés légers, a indiqué le Maguen David Adom, les services de secours israéliens.
Quatre roquettes de type "Grad" tirées en matinée par le Hamas ont franchi une distance record et se sont abattues dans le sud d’Israël, près de Beersheva, à quelque 40 kilomètres à vol d’oiseau de la bande de Gaza, a indiqué un porte-parole de l’armée israélienne.
Le bras armé du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, a revendiqué ces tirs dans un communiqué.
Trois autres roquettes sont tombées sur Ashkelon, blessant légèrement deux personnes, et une autre sur Ashdod, sans faire de victime.
Des roquettes ont aussi explosé à Netivot et Ofakim, ainsi que sur Sdérot, Kyriat Gat et Kyriat Malakhi et dans d’autres secteurs du désert du Neguev.
Depuis le début de l’offensive israélienne samedi contre le Hamas dans la bande de Gaza, trois civils et un soldat ont été tués en Israël par des tirs de roquettes et des dizaine d’autres personnes blessées, selon un bilan officiel de sources hospitalières israéliennes.
Israël a déclaré que son offensive avait pour but de faire cesser les tirs de roquettes sur le sud du pays.

(JPEG)

Gaza : les conditions d’un cessez-le-feu ne sont pas en place, selon Avi Pazner

"Les conditions d’un cessez-le-feu ne sont pas en place", a estimé mercredi le porte-parole du gouvernement israélien Avi Pazner, interrogé sur la chaîne française iTélé au cinquième jour de l’offensive aérienne israélienne sur la Bande de Gaza.
"Le but de notre mission, c’était de convaincre le Hamas d’arrêter ses bombardements sur Israël", a-t-il insisté. "Nous avons encore beaucoup de travail devant nous et il nous faut continuer notre action militaire". Une offensive terrestre "n’est pas exclue mais il y a d’autre moyens : nous possédons une supériorité aérienne que nous entendons bien utiliser (...) mais il y a aussi la possibilité d’une expansion de notre action", a-t-il dit.
"Nous ne voulons plus de trêves transitoires ou temporaires que le Hamas utilise pour mieux s’armer. Nous voulons un cessez-le-feu permanent qui permette aux habitants du sud d’Israël de vivre en paix et en sécurité comme ils en ont le droit", a encore expliqué Avi Pazner.
"Il n’est pas exclu que Nicolas Sarkozy et la France aient un rôle au-delà de la présidence française de l’Union européenne", a-t-il ajouté alors que le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner n’a pas exclu que le président français se rende en Israël en début de semaine. Mardi soir, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne avaient appelé à un cessez-le-feu immédiat et permanent dans la Bande de Gaza.

(JPEG)

Poursuite de l’offensive israélienne sur des tunnels et des bâtiments dans la bande de Gaza

L’offensive israélienne sur la Bande de Gaza est entrée mercredi dans son cinquième jour, Israël continuant pour l’heure ses raids aériens contre le Hamas malgré les appels à une trêve de 48 heures.
Le Premier ministre israélien Ehoud Olmert a discuté mardi soir avec ses ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l’appel de l’Union européenne à un "cessez-le-feu immédiat et permanent" à Gaza avec une "action humanitaire immédiate", lancé à l’issue d’une réunion d’urgence à Paris des chefs de la diplomatie des Vingt-Sept. Selon des responsables du gouvernement israéliens, la réunion s’est achevée sur une décision de poursuivre les opérations.
Un conseil de sécurité se réunissait par ailleurs mercredi.
Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner n’a pas exclu mercredi que le président Nicolas Sarkozy, qui doit recevoir jeudi la ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni, se rende lundi en Israël, comme l’annoncent des médias israéliens. "Le président et moi-même seront dans la région puisque il était depuis très longtemps convenu (de nous rendre) au Sud-Liban", a-t-il dit sur RTL. "Nous verrons bien s’il est possible d’aller en Israël, ça n’est pas précis pour le moment".
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devait rencontrer mercredi le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan en Jordanie pour discuter d’un cessez-le-feu. Le dirigeant palestinien modéré devait également s’entretenir avec le roi Abdallah II de Jordanie.
Tôt mercredi matin, les forces aériennes israéliennes ont pilonné des tunnels accusés de servir à la contrebande d’armes et de vivres, à la frontière entre la Bande de Gaza et l’Egypte. Des témoins ont signalé une importante explosion dans un tunnel de carburant.
Des bâtiments du gouvernement du Hamas, dont les quartiers du Premier ministre Ismaïl Haniyeh, ont été également visés dans l’offensive, a indiqué l’armée israélienne.
Un médecin palestinien a été tué et deux autres blessés, lorsqu’un missile israélien est tombé près de leur ambulance, pendant un affrontement dans l’est de la ville de Gaza, ont rapporté des Palestiniens. Les Israéliens ont dit ne disposer d’aucune information sur cet événement.
Les militants palestiniens ont de leur côté poursuivi leurs tirs sur Israël, augmentant leur portée. Deux missiles sont tombés mercredi à Beersheva et ses environs à 45km de la frontière de la Bande de Gaza, sans faire de victimes.
Les militaires israéliens ont précisé avoir touché 31 cibles mardi, dont un complexe gouvernemental, des sites où se trouvaient des lance-roquettes et d’autres, où les missiles étaient assemblés. Certains des endroits ont d’ailleurs explosé une deuxième fois, après avoir été touchés.
Mardi soir, les dirigeants israéliens ont approuvé un plan, prévoyant la mobilisation en renfort de 2.500 réservistes, si nécessaire.
Le dernier bilan établi par le ministère de la Santé du Hamas à Gaza s’élevait à 374 morts et quelque 1.400 blessés.

(JPEG)

Israël : réunion du cabinet de sécurité pour discuter d’une trêve

Le cabinet de sécurité israélien examinait mercredi différentes propositions internationales de cessez-le-feu dans son offensive lancée contre le Hamas dans la bande de Gaza qui a fait près de 380 tués depuis samedi.
"Le cabinet de sécurité se réunit ce matin à Tel Aviv pour examiner des propositions de cessez-le-feu. La nuit dernière il y a eu des consultations au plus haut niveau", a déclaré à l’AFP le porte-parole de la présidence du Conseil, Mark Regev.
"Israël est attentif aux voix de ses amis dans le monde et le dialogue avec eux est important pour lui. Mais il y a un large consensus sur le fait que la population du sud d’Israël ne doit pas revenir à une situation dans laquelle elle vivrait à nouveau sous la menace permanente des roquettes du Hamas", a ajouté le porte-parole.
A Paris, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE) ont appelé à un "cessez-le-feu permanent" à Gaza, permettant une "action humanitaire immédiate" et une réouverture des points de passage de la bande de Gaza vers l’Egypte et Israël.
L’UE a ajouté qu’elle enverrait une délégation ministérielle "très prochainement dans la région", sans autre précision.
Simultanément à New York, le Quartette pour le Proche-Orient a demandé un cessez-le-feu immédiat qui soit "pleinement respecté".
En Israël, le ministre de la Défense Ehud Barak est apparu favorable à une proposition française de suspension des hostilités de 48 heures selon des responsables israéliens, qui pourrait être reconduite.
Le porte-parole, Moshe Ronen, a dit faire référence à une proposition qui aurait été avancée initialement par le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner d’une trêve de 48 heures pour des raisons humanitaires.
Il a souligné que cela "n’empêcherait pas Israël de préparer une offensive terrestre", soulignant que le ministre de la Défense avait obtenu le feu vert à la mobilisation d’un nouveau contingent de 2.500 réservistes.
Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe devaient se réunir de leur coté mercredi au Caire pour discuter des moyens de stopper l’offensive israélienne.
Tout en parachevant ses préparatifs d’offensive terrestre en déployant de nouveaux renforts autour de la bande de Gaza, Israël a poursuivi ses raids aériens.
Selon un porte-parole de l’armée israélienne, 35 raids ont été lancés dans la nuit de mardi à mercredi contre des objectifs du Hamas dans la bande de Gaza, notamment les bureaux du Premier ministre du Hamas Ismaïl Haniyeh, des dépôts d’armes et de munitions, des locaux du ministère de l’Intérieur à Gaza.
Ces raids ont également visé des tunnels de contrebande entre l’Egypte et la bande de Gaza utilisés par les groupes palestiniens pour s’approvisionner en roquettes, armes diverses et munitions.
Le Hamas, qui a de son côté menacé de tirer des roquettes de plus en plus profondément en Israël si l’offensive se poursuivait, a revendiqué plusieurs tirs de "Grad", des roquettes à plus longue portée, notamment deux à Beersheva mecredi matin, sans faire de victime.
En soirée, deux roquettes tirées par des groupes palestiniens ont atteint pour la première fois la région de Beersheva, la capitale du sud d’Israël située à une quarantaine de kilomètres à vol d’oiseau de Gaza, causant des dommages.
Mardi soir, Ehud Barak avait fait savoir par son porte-parole qu’il envisageait "favorablement" une proposition de cessez-le-feu de 48 heures dans la bande de Gaza. Le porte-parole, Moshe Ronen, a dit faire référence à une proposition qui aurait été avancée initialement par le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner d’une trêve de 48 heures pour des raisons humanitaires.
Il a souligné que cela "n’empêcherait pas Israël de préparer une offensive terrestre", soulignant que le ministre de la Défense avait obtenu le feu vert à la mobilisation d’un nouveau contingent de 2.500 réservistes.
La radio publique israélienne a annoncé une visite du président français la semaine prochaine en Israël et Cisjordanie, mais aucune confirmation n’est venue de source officielle israélienne, et l’Elysée a indiqué qu’il fallait "attendre l’entretien avec Tzipi Livni", la ministre israélienne des Affaires étrangères, qui doit être reçue jeudi à Paris par Nicolas Sarkozy.
En Egypte, le président Hosni Moubarak a également appelé à l’arrêt immédiat des raids israéliens. "Nous disons à Israël que ses agressions sont rejetées et condamnées et qu’elles doivent cesser immédiatement".
Le président américain George W. Bush a appelé le président palestinien Mahmoud Abbas et son Premier ministre Salam Fayad pour discuter "des conditions d’un cessez-le-feu durable", a annoncé la Maison Blanche.
Depuis le début de l’opération "plomb durci", Israël a frappé la bande de Gaza essentiellement par les airs et épisodiquement par la mer, tout en agitant la menace d’opérations terrestres.
Au total, 376 Palestiniens, en grande majorité des membres du Hamas, ont été tués, et plus de 1.900 autres blessés dans les attaques israéliennes depuis samedi, selon les services d’urgence de Gaza.
Des dizaines de civils figurent parmi les morts, dont 42 enfants de moins de 16 ans et 13 femmes, a-t-on ajouté.
Dans la nuit, au moins un Palestinien, un médecin, a été tué dans de nouveaux raids aériens et tirs de la marine israélienne qui ont touché des bâtiments ministériels et une maison dans le camp de réfugiés de Jabalia, au nord de la ville de Gaza.
Les tirs de roquettes et d’obus de mortier ont fait depuis samedi quatre morts en Israël : trois civils et un soldat. Selon l’armée, pendant cette période, près de 300 roquettes et obus de mortier ont été tirés.

(JPEG)

Bernard Kouchner n’exclut pas que le président Sarkozy se rende en Israël lundi

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner n’a pas exclu mercredi que Nicolas Sarkozy se rende en début de semaine prochaine en Israël, en marge d’un déplacement programmé au Liban, pour faciliter la conclusion d’un cessez-le feu avec le Hamas.
"Le président et moi-même seront dans la région puisque il était depuis très longtemps convenu (de nous rendre) au Sud-Liban parce qu’il y a nos soldats dans la FINUL", la Force intérimaire des Nations unies au Liban, a expliqué sur RTL le ministre français des Affaires étrangères. "Nous verrons bien s’il est possible d’aller en Israël, ça n’est pas précis pour le moment".
Bernard Kouchner a assuré par ailleurs qu’entre les membres du Quartet pour la paix au Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Union européenne, Nations unies), il existe "une convergence pour demander un cessez-le-feu".
Le chef de la diplomatie française a par ailleurs espéré que les chiffres du bilan humain des raids israéliens dans la Bande de Gaza, " seront moins élevés" que ceux cités, qui faisaient état de plus de 370 morts.

(JPEG)

L’Egypte annule les célébrations officielles du Nouvel An

Le ministre égyptien de la Culture a annulé les célébrations officielles du Nouvel An en solidarité avec les Palestiniens en raison de l’offensive aérienne israélienne sur la Bande de Gaza.
Le cabinet du ministre a annoncé mercredi que les événements prévus dont un concert à l’Opéra étaient annulés. Le ministère de l’Information a également annulé sa principale manifestation organisée, un concert du chanteur libanais Assi Hilani.

(Mercredi, 31 décembre 2008 - 11h00 - Avec les agences de presse)


http://www.aloufok.net/article.php3?id_article



Mercredi 31 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par redk le 31/12/2008 12:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Y'a quoi a attendre des masse médias larbins des sionistes depuis des lustres?, les rois du larbinage , la chaine autour du coup ils sont a 4 pattes a rampé remuent la queue de joies aux moindre ordre de leurs maitres!! bref des collabos, ni plus ni moins!!

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires