Politique Nationale/Internationale

Face aux enjeux stratégiques horizon 2020/2030, les 16 axes directeurs du chantier du futur président de la république de l’Algérie


ALGERIE


Abderrahmane Mebtoul
Jeudi 12 Décembre 2019

ELECTION PRESIDENTIELLE ET CRISE POLITIQUE


Face aux enjeux stratégiques , politiques, économiques , sociaux, culturels et sécuritaires , horizon 2020/2030, les 16 axes directeurs du chantier du futur président de la république de l’Algérie

Professeur des universités expert international Dr Abderrahmane MEBTOUL

Le monde connait une métamorphise impliquant des stratégies d’adaptations perpétuelles aux nouvelles mutations tant géostratégiques, militaires , politiques et économiques mondiales 2020/2030, n’existant pas de situation statique. Des chantiers complexes impliquant une mobilisation générale et un dialogue productif entre les différentes forces sociales s’imposent pour le futur président de la république autour de16 questions stratégiques impliquant des solutions concrètes

1.-Les 16 axes directeurs

Premièrement, la loi des hydrocarbures 2019 pour être opérationnelle devrait s’inscrire dans le cadre d’une loi organique de la transition et de la nouvelle consommation énergétique ( efficacité énergétique et dynamiser les énergies renouvelables) et afin, au vu de la forte consommation intérieure et des nouvelles mutations énergétiques mondiales, que l’Algérie puisse honorer ses engagements internationaux.

Deuxièmement, le récent découpage administratif, vision bureaucratique administrative avec d’importantes dépenses alors que l ‘objectif comme dans tous les pays développes afin de rapprocher l’Etat du citoyen est d’utiliser les nouvelles technologies ( e-administration) et d’aller vers de grands pôles économiques régionaux et indirectement comment réformer l’administration et lutter contre la bureaucratie néfaste.

Troisièmement, comment mettre en place des subventions ciblées inter socioprofessionnelle et interrégionale passant par un système d’information fiable en temps réel, qui s’est totalement effrité.

Quatrièmement, quel impact sur les équilibres financiers de l’annonce du gouvernement d’augmenter le SMIG sans aborder la sphère informelle qui permet un revenu collectif qui risque de provoque une spirale inflationniste.

Cinquièmement comment éviter l’épuisement des réserves de change courant 2022 et le retour au FMI devant analyser objectivement l’impact de la mauvaise allocation des ressources, du financement non conventionnel, de l’endettement extérieur ciblé. Les importants scandales financiers mis en relief récemment devant l’opinion publique impliquent de saisir les liens entre la production de la rente ( (refonte de la gestion de Sonatrach), le système financier lieu de distribution de la rente ( refonte de tous les segments du ministère des finances).

Sixièmement, comment mettre en place de nouveaux mécanismes de régulation pour combattre la corruption, afin qu’elle ne soit pas conjoncturelle, les mêmes causes reproduiront les mêmes pratiques.

Septièmement, comment redynamiser deux institutions stratégiques inscrites dans la Constitution , la Cour des comptes et du conseil économique et social en berne depuis plus de 20 ans.

Huitièmement, comment rapatrier les fuites de capitaux à l’étranger devant distinguer la part dinars dont celle dans la sphère informelle insaisissable, celle à l’étranger placés dans des paradis fiscaux ou en bons anonymes également insaisissables sauf bien entendu pour les biens réels tangibles avec de longues procédures judicaires pour l’étranger.

Neuvièmement, comment s’adapter au nouveau monde au sein de sous intégrations régionales (espace méditerranée et Afrique, espace naturel de l’Algérie) au sein de sous segments de filières internationalisées devant distinguer le marché intérieur du marché extérieur où l’Algérie fin 2019 a un produit intérieur brut seulement de 180 milliards de dollars irrigué à 80% directement et indirectement par la rente des hydrocarbures qui procurent directement et indirectement avec les dérivées environ 98% des recettes en devises.

Dixièmement, définir les segments stratégiques et non stratégiques qui sont historiquement datés, revoir la règle des 49/51% comme je le recommande depuis 2010, et quels sous segments privilégier où l’Algérie a un avantages comparatif en termes de cout/qualité aux normes internationales et ce sans démagogie : tourisme,(qui ne se limite pas seulement aux infrastructures mais surtout à l’environnement) , segments agriculture, segments industrie, nouvelles technologies et la culture -sport souvent oublié qui par le monde procurent du capital argent et créent des emplois.

Onzièmement, comment mobiliser le capital humain pilier du développement et financier (moyen), en intégrant la diaspora, pour créer 350.000/400.000 emplois par an, pas des emplois administratifs mais des emplois créateur de valeur ajoutée, où les nouvelles technologies modifieront 2020/2030, et la gestion des institutions militaires et civiles , des entreprises , la structure de l’emploi et le comportement des ménages, supposant de faire le bilan de toutes les institutions supposées de créer des emplois ‘Andi, Ansej avec le bilan de tous les avantages fiscaux et financiers) et la réforme profonde du système socio-éducatif du primaire au supérieur en passant par la formation professionnelle.

Douzièmement, comment régler le problème du foncier industriel et agricole pour ce dernier, ne devant pas être utopique, l’Algérie ayant un climat semi aride, la production étant fonction essentiellement des aléas climatiques.

Treizièmement, comment, assurer la nécessaire cohésion sociale (lien entre efficacité économique et justice sociale) instaurer une économie de marché concurrentielle à finalité sociale, et réformer le système de retraite afin d’éviter son implosion.

Quatorzièmement, comment en conciliant la modernité et notre authenticité,(un pays sans son histoire est comme un corps sans âme), restructurer les partis du pouvoir et de l’opposition et les organisations de la société civile , afin qu’ils deviennent des intermédiaires crédibles entre l’Etat et le citoyen, comment redonner confiance à la jeunesse et promouvoir le rôle de la femme signe de la vitalité de toute société.

Quinzièmement, comment redonner confiance en l’avenir, par la refonte de l’Etat devant définir le régime (présidentiel- semi présidentiel- parlementaire) et du système judiciaire qui devra être véritablement indépendant et non instrumentalisé.

Seizièmement, comment réformer notre diplomatie bureaucratisée et la politique étrangère qui devrait se fonder sur des réseaux afin qu’elle soit un soutien actif aux affaires économiques et de nos actions internes et quelle stratégie de notre appareil de défense /sécurité face aux tensions géostratégiques à nos frontières et comment l’adapter aux nouvelles technologies.


2.- Urgence d’une vision stratégique et d’une nouvelle gouvernance : réformes et démocratie

2.1-Sans vison stratégique, sans bonne gouvernance et la valorisation du savoir en ce monde instable et turbulent, il ne faut pas s’attendre à des miracles, mais à une régression économique et sociale de l’Algérie. Nous sommes à l’ère de la mondialisation où les lois économiques sont insensibles aux slogans politiques : pour preuve une étude Bloomberg/le quotidien le Monde du 07 décembre 2019 donne pour la capitalisation boursière de trois géants : Aramco 1700 milliards de dollars, Apple 1180 milliards de dollars et Microsoft 1144 milliards de dollars sur un PIB mondial en 2018 d’environ 84.740 milliards de dollars ,pour une population totale de 7,534 milliards (pour l’ensemble des pays du Maghreb –population environ 100 millions, le PIB ne dépassant pas 420 milliards de dollars). Le poids économique est déterminant dans les relations internationales, l’Economique, ne pouvant distribuer ce que l’on n’a pas préalablement produit, quitte à conduire le pays au suicide collectif. Je tiens à réaffirmer, mes postions constantes, ayant des amis de toutes tendances et de toutes les régions du pays, que je respecte toutes positions contraires, devant éviter tout dénigrement. Je respecte le choix contraire mais l’on doit respecter mon choix. Nous sommes tous algériens et chacun aime l’Algérie à sa manière, personne n’ayant le monopole du patriotisme, à différencier du nationalisme chauviniste source d’intolérance.
2.2- Il faut apprendre à tolérer nos différences à nous respecter, à écouter les avis contraires, source d’enrichissement mutuel, ceux qui sont contre l’élection présidentielle du 12 décembre 2019 et ceux qui sont pour, appartenant au 24 millions d’électeurs en leurs âmes et conscience de décider. Personne n’a le droit en Démocratie d’imposer par la violence son point de vue et le plus grand ignorant étant celui qui prétend tout savoir. Je citerai le grand philosophe Voltaire : « monsieur je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai toujours de toutes mes forces pour que vous puissiez le dire ». Le déterminant est la résolution de la crise politique rapidement, sans laquelle aucun investisseur sérieux ne viendra. Aussi, espérons une élection transparente, l’ANP pour sa part s’étant engagée auprès de l’opinion nationale et internationale de ne favoriser aucun candidat.
2.3- Mais attention au bureau qui détient une part importante du véritable pouvoir en Algérie, devant être attentif aux anciens réseaux dont une partie de l’administration liée aux intérêts de la rente qui a été habituée aux trafics de toutes les élections, jouant sa survie. Il appartiendra aux citoyens d’être attentif et de dénoncer tout dépassement et à l’actuel président de l’Etat de décréter une circulaire qui stipulerait une condamnation et une sanction exemplaire à toute personne ou institution de la république qui par ses actions nuiraient à la crédibilité de l’élection présidentielle et par là, à la crédibilité internationale de l’Algérie. ademmebtoul@gmail.com
Références

Algérie et Africa Presse Paris 28/29 mars 2019 « Pr Abderrahmane MEBTOUL : « La grave situation socio-économique de l’Algérie exige des solutions politiques rapides et une élection présidentielle transparente » -Pr Abderrahmane Mebtoul « l'Algérie a un répit de seulement trois ans pour changer de cap » quotidien international financier français latribune.fr 19 /09 2017 - American Herald Tribune 28/12 2016- « dossier de 45 pages) « sous le titre toute déstabilisation de l'Algérie aurait des répercussions géostratégiques sur tout l'espace méditerranéen et africain » et Americain Herald Tribune USA 11 aout 2018 – Bilan et perspectives de l’économie algérienne » - Africa-Presse Paris France -Pr A. MEBTOUL (1/3) : -« Le développement de Algérie implique la réforme du système politique » 8 août 2018 - Pr A. MEBTOUL (2/3) :« Il est urgent d’adapter nos partis politiques algériens, pour la majorité liés à des intérêts de rente » 9 août 2018 - Pr A. MEBTOUL (3/3) : « Pas de développement pour l’Algérie sans vision stratégique 
d’une économie hors hydrocarbures » 10 août 2018 - Pr A. MEBTOUL : « Les cris de la jeunesse d’Algérie pour un profond changement doivent être entendus » 5 mars 2019. - Voir l’ouvrage collectif sous ma direction regroupant juristes, politologues, sociologues et économistes «Face aux mutations mondiales pour des stratégies d’adaptation approfondissant les Réformes et la Démocratie, et Economie de marché paru en janvier 2005 en deux volumes ( 500 pages) A Casbah Editions Ces analyses traçant les axes des réformes politiques , sociales et économiques de l’Algérie , conciliant efficacité économique, justice sociale et adaptation aux mutations internes et mondiales sont contenues dans le programme de l’Association Nationale de Développement de l’Economie de Marché-ADEM (agrément ministère intérieur 63/62) paru en langue nationale, en anglais et en français en 1992 largement diffusé au niveau national et au niveau international(USA/Europe) et au niveau national entre 1993/1995 dont le professeur Abderrahmane Mebtoul fut président de 1992 à 2016 (voir www.google.com) –
NB -Le professeur Abderrahmane MEBTOUL a été sur BEUR/FM, Paris France -une chaine de grande écoute- le 11 décembre 2019 de 9-9h15- où il où à un question que l’ANP aurait choisi Mihoubi, a mis en relief la neutralité de l’ANP , une élection transparente et de l’urgence de l’élection présidentielle pour éviter la déstabilisation internet et internationale et en respectant les avis contraires. Vous pouvez écouter l’intégralité sur BeurFM Adile Farquane Actua - spécial Algérie Election présidentielle du 12 décembre 2019 et interview sur le même sujet au quotidien gouvernemental Ech-Chaab du 11/12/2019 « l’Algérie sera ce que les algériennes et les algériens voudront qu’elle soit »

• الأولىطالب باحترام خيار الراغبين في المشارك
مبتول: الموعد الانتخابي فريد من نوعه


• دعا خبير الاقتصاد الدولي عبد الرحمان مبتول، المواطنين إلى التوجه نحو صناديق الاقتراع يوم الخميس 12 ديسمبر الجاري، لاختيار رئيس جديد للبلاد.

وقال مبتول في بيان له تلقت «الشعب» نسخة منه، إن الانتخاب يوم 12 ديسمبر، يجنب التوترات الجيواستراتيجية والسياسية والإقتصادية التي قد تؤدي إلى إحداث حالة لا استقرار في البلاد، المهددة بالإفلاس آفاق 2021-2022 على حد قوله.

واعتبر الخبير الاقتصادي، الموعد الانتخابي هذه السنة «فريدا من نوعه» عكس الاستحقاقات الرئاسية السابقة، بعد أن التزمت القيادة العليا للجيش أمام الرأي العام الوطني والدولي بعدم مساندة أي مترشح، كما أن الإدارة لا تتدخل بأي شكل من الأشكال في مجريات الانتخابات، إضافة إلى توفير مناخ متميز بالشفافية.

وبعد أن أكد أنه يحترم جميع الآراء بما فيها الرافضة للانتخابات، طالب مبتول أصحاب هذا الرأي بالخصوص باحترام مواقف وخيارات الراغبين في المشاركة في الانتخابات الرئاسية، حيث قال إننا «كلنا جزائريون وكل واحد منا يحب الجزائر بطريقته، ولا أحد يحتكر الوطنية»، و»التسامح واحترام الاختلاف في الرأي»، موضحا أنه في النظام الديمقراطي لا أحد يملك الحق في فرض رأيه بالعنف».

وأضاف أن الجزائر تواجه اليوم أكثر من أي وقت مضى تحديات كبيرة تحتاج إلى رئيس جمهورية، يتخذ القرارات بشأن كيفية مواجهتها، مشيرا إلى أن هناك تغييرا حقيقيا تشهده بلادنا بعد حراك 22 فبراير، ما يتطلب وجود رئيس يفتح الحوار مع كل فعاليات المجتمع بغرض وضع الإصلاحات العميقة السياسية والإقتصادية والإجتماعية والثقافية وحتى الأمنية التي تحتاجها بلادنا.
الجزائر ستكون مثلما يريده الجزائريون


Mercredi 11 Décembre 2019


Commentaires

1.Posté par YYY le 12/12/2019 07:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

16 points du système démoncratique capitaliste Laïque, singer l'occident n'apportera pas de bénéfice aux Algériens mais le bénéfice sera alors aux Oligarchies financières Occidentales.
On voit où sont arrivés les démoncrates laïques. Ils ont mis en place le Nouveau désOrdre Mondial, promesse sur promesse et Sang suie... Et Gilets Jaunes.
La Bull de la dette mondiale aspire les richesses de se monde et dans sa future explosion, ce sont les dits "gentils goyim" qui vont être les sacrifiés.
Le Brics se forme... Les chinois, les russes, les turcs quittent le navire Dollar, n'embarquez pas, ne suivez pas le modèle démon-kratos La i ka ama ri ka

2.Posté par Naceur le 12/12/2019 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Retournons à nos racines et cessons de suivre aveuglement l'occident prédateur

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires