Géopolitique et stratégie

Face à la crise mondiale, ya t-il une stratégie active de la gestion des réserves de change de l’Algérie à l’étranger ? Combien, comment et où sont –elles placées à l’étranger ?


tel quel texte


Abderrahmane MEBTOUL
Mercredi 17 Mars 2010

Suite  à la déclaration du Ministre de la promotion de l’investissement algérien en date du 12 mars 2010, concernant un éventuel rapatriement  de nos réserves de change placées à l’étranger, pour un débat transparent il me semble utile  d’éclairer la population algérienne qui a une faible culture économique mais propriétaire ipso facto de ces réserves, autant que les réserves d’hydrocarbures, étant en droit de savoir comment elles sont utilisées.
 
 
 1.- L’institution, la seule habilitée à gérer, rapatrier, placer les devises, est selon la Constitution et la loi sur la monnaie et le crédit la banque d’Algérie, institution placée sous l’autorité directe du président de la république  et ne dépend en aucune manière du gouvernement.
Tout autre déclaration ne venant pas de cette institution est nulle et non avenue et n’engage pas l’Etat algérien. Alors se pose cette question :
pourquoi cette cacophonie institutionnelle surtout sur un sujet sensible, engageant la sécurité du pays,  et donc cette déclaration d‘un membre du gouvernement nullement habilité?  
 
 
 2. La deuxième question  qui se pose d’abor quel est le montant placé à l’étranger ?  Le Ministre des Finances interrogé par les députés à l’APN en novembre 2008 avait affirmé que 80% des réserves de change de l’Algérie  alors estimées à environ 140 milliards de dollars, et selon la banque d’Algérie au 01 mars 2010 à 147 milliards de dollars y compris les réserves d’or dont la valeur fluctue selon la valeur de l’once d’or, étaient placées à l’étranger, sans donner aucune précision.
 
 
 3- Troisième question quelle est la structure du placement, la part  en bons de trésor, dans ce cas garantis par les Etats, la part dans des banques internationales privées dites bien cotées AAA, la garantie étant moindre, encore que pour ces dernières avec la crise économique d’octobre 2008, bon nombre de ces banques ont été déclassées. Comment ne pas rappeler l’information d’une extrême gravité , publiée par la presse algérienne en février 2010 affirmant que la Sonatrach aurait placé avec l’Accord de la banque d’Algérie plus de 2 milliards de dollars dans une banque émiratie , information non démentie ni par la banque d’Algérie, ni par le Ministère des finances , ni par le Ministère de l’Energie et des Mines. Qu’en est-il avec la semi- faillite financière d’Abu Dhabi ? Rumeur ou vérité ?  
 
 
 4.- Quatrième question existe –il une gestion active  de nos réserves de change et dans quelles monnaies elles sont libellées : dollars, euros, yen, livres sterling. L’information selon laquelle la structure serait de 45% en dollars, 45% en euros, 5% en livres sterling et 5% en yen est-elle vérifiée ?
Ce d’autant plus qu’il y a eu depuis janvier 2000 (cotation 0,90 dollar un euro ) à janvier 2010 une dépréciation du dollar de plus de 40% ?
 
 
 5- Cinquième question, le placement s’est-il fait à long terme, à moyen terme ou à court terme et quelles sont les parts  respectives ?  
 
 
 6- Sixième question- A quel moment et à quel taux d’intérêt se sont fait ces placements , avant la crise, pendant la crise d’octobre 2008, sachant que les principaux taux directeurs des banques centrales ont été ramenés vers zéro et avec le taux d’inflation mondial même très faible , le rendement des placements  peut être négatif ?  
 
 
 7- Septième question- Le rapatriement  des réserves de change peut-ils se faire sans l’accord des partenaires (quelles ont été les clauses du contrat) sans compter qu’un rapatriement prématuré  fait perdre une fraction des intérêts prévus ?  
 
 
 8- Huitième question – S’’il ya rapatriement n’est ce pas la conséquence des dernières mesures gouvernementales où le financement se fait en priorité sur fonds propres dans la mesure où le secteur privé national opérant dans la sphère réelle est dans sa majorité fortement endetté, puisant lui même une grande fraction de son financement au niveau des banques locales, ayant une épargne faible , et se pose cette question : en économie ouverte, la politique socio-économique actuelle se fondant sur un retour au volontarisme étatique est –elle fiable ?  
 
 
 9- Neuvième question liée à la précédente, les dernières mesures gouvernementales des 49/51% donnant la priorité dans le capital à l’Etat, encadrant donc l’investissement étranger, et ces mesures techniques seront-elles suffisantes pour enclencher un véritable développement hors hydrocarbures dans le cadre des avantages comparatifs mondiaux (couple couts qualité pour faire face à l’inévitable concurrence internationale ?  
 
 
 10- Enfin dixième question , le blocage actuel ne réside t-il pas dans le manque de visibilité, de cohérence dans la démarche gouvernementale, liés à la panne dans la réforme globale , une gouvernance mitigée freinant la dynamique économique fondée sur la valorisation du savoir actuellement dévalorisée au profit des emplois rentes, et donc ne permettant pas un transfert du savoir faire organisationnel et technologique, des entreprises concurrentielles s’adaptant aux mutations mondiales freinées par une bureaucratie paralysante et un système financier lieu de distribution de la rente sclérosé , la société reposant sur la rente des hydrocarbures (brut et
semi-brut) qui a engendré malheureusement une corruption socialisée qui devient un danger pour la sécurité nationale. Devant cette situation instable , en évitant d’imputer toujours la faute à l’extérieur, alors que le mal profond est en nous, ce discours populiste  ne portant plus, même en rapatriant les réserves de change , la majorité des hommes d’affaires étrangers ou nationaux ne préfèreront-ils pas les actions de court terme, sans risques sachant qu’ils seront payés avec l’importance des réserves de change qui avec la mauvaise gestion peuvent aller vers l’épuisement avec un impact socio-économique mitigé? Car l’important n’est pas de dépenser en arguant des réalisations physiques, tout le monde même celui qui n’ a pas le certificat d’études sait dépenser en faisant appel aux compétences étrangères, mais de bien gérer sur la base de la dominance de compétences nationales.  
 
 Docteur Abderrahmane MEBTOUL ademmebtoul@gmail.com Professeur d’Université en management stratégique


Mercredi 17 Mars 2010


Commentaires

1.Posté par Larguet le 17/03/2010 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Notre argent est chez les pays qui sont en train de nous créer des problèmes.

Ils sont en train de nous matraquer et nous affaiblir avec nos propres armes.

Tous les pays arabes ont donnés les moyens à leurs propres ennemis.

2.Posté par khaled le 23/03/2010 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Algérie gère notre patrimoine financier sous la férule de spécialistes Algériens.
Nous sommes des néophytes et nous faisons confiance aux économistes Algériens
désignés par des politiques eux-mèmes désignés par le Président de la R.A.D.P,
celui là élu par la majorité du peuple Algérien.
Nous faisons confiance en le président BOUTEFLIKA

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires