Analyse et décryptage

FUTUR EN FAILLITE, RÊVE EN DÉRIVE


Dans la même rubrique:
< >

"S’il ne faut au travailleur qu’une demi-journée de travail pour vivre une journée entière, la deuxième moitié de la journée de travail est du travail forcé, du surtravail" (Marx), volé par les accapareurs qui préfèrent aujourd’hui le rejouer au casino mondial, plus lucratif, plutôt que de le réinvestir. Cet argent usurpé aux populations par quelques milliardaires gonfle d’années en années, et se multiplie très vite dans les réseaux informatisés de la spéculation financière.


lukasstella@no-log.org
Dimanche 1 Mars 2009

FUTUR EN FAILLITE, RÊVE EN DÉRIVE
Le travail c’est l’enfer grâce aux rafles exorbitantes des actionnaires qui imposent leur dictature économique, et dont l’avidité sans limite approche maintenant des 50% par an. Plus de 70 milliards d’Euros versés en 2008 aux actionnaires du CAC 40, dividendes multipliés par 7 en 7 ans. Des profits historiques accumulés par Total de 13,9 milliards, 2 milliards de bénéfice à Loréal, 1,2 pour Air Liquide, 3 milliards pour EDF et jusqu’à 7 milliards chez Sanofi-Aventis.

Contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire les banques se partagent aussi leur part du gâteau, des bénéfices de 3,4 milliards à la BNP, 2 milliards à la Société Générale et 1 milliard au Crédit Agricole... Ceci n’empêche pas le gouvernement de sortir de son chapeau 365 milliard d’Euros pour les banques, plus deux rallonges de 10 milliards et 26 milliards pour l’économie, soit 411 milliards et seulement 1,4 milliards pour le social.

Si le gouvernement n’avait pas réduit les impôts directs, cadeau pour les plus riches, il aurait économisé depuis l’an 2000, 30 milliards d’Euros par an, soit 240 milliards. Si on y ajoute les réductions des cotisations patronales qui n’ont pas vraiment créé d’emploi, 20 milliards multipliés par 8 années, on aurait un total de 400 milliards d’Euros qu’on aurait pu injecter dans le social, soit 285 fois plus que ce qui a été prévu, et ceci sans avoir à piller un futur déjà en faillite.
L’arnaque est aujourd’hui générale et mondiale, c’est toute la société qui est escroquée par un petit groupe de multimilliardaires sans aucun scrupule. Et pendant ce temps, le petit larbin des milliardaires, le fou des rois de la finance fait son spectacle quotidien et brouille les cartes pour mieux servir ses maîtres...

La confiance a disparu et la finance dérive en terre inconnue. La crise est nouvelle et personne ne sait ce qu’elle va devenir. Les banques sautent, la bourse perd les pédales et tout le monde attend ce qu’il va arriver. Le marché devait être régulateur, mais il n’a jamais régulé que le pillage de la planète pour le profit de quelques multimilliardaires qui s’accaparent ce magot démesuré, par les jeux obscurs de leurs spéculations sans limite.
Dans la panique, les politiques retournent leur veste et appellent, dans le désespoir, à plus de contrôle. Mais lorsque tout est informatisé, plus de contrôle provoquerait la multiplication de combines pour les éviter, et par conséquent plus de risques de dérapages. Les remèdes ont parfois des effets secondaires inattendus.
L’argent qui abondait, il y a quelque temps, dans les sphères de la haute finance, n’a pas disparu avec la crise, il a seulement changé de main. Les prises de bénéfices s’accélèrent aussi dangereusement que les faillites. La crise est crue, les pauvres paieront.

La richesse de quelques uns s’est réalisée par l’accumulation permanente d’une part de la valeur du travail dérobée aux travailleurs. Ces sommes cumulées depuis des années représentent aujourd’hui des richesses colossales qui circulent sur les marchés financiers à la recherche de profits faramineux à court terme. Les richesses usurpées dans l’économie réelle passent par des paradis fiscaux, des comptes numérotés, puis sont rejouées dans l’économie virtuelle beaucoup plus lucrative mais aussi plus incertaine.
C’est le temps des jeux sur la valeur de la valeur dans le temps. Sous le règne de l’arnaque, il s’agit de faire miroiter beaucoup d’argent facile et l’appât du gain fait le reste. Puis, il faut bien sûr, retirer sa mise avant la fin de la partie, sortir du jeu sans respecter les règles, ni les enjeux. A ce jeu pipé, les petits sont perdants car ils subissent les fluctuations. Par contre, les très gros spéculateurs créent les mouvements et les renversements, de ce fait ils ont toujours un temps d’avance sur les autres, ce qui leur permet de rafler le pactole.

Dans ce monde barbare, les truands de la fortune "à tout prix", ont tous les pouvoirs, et notamment celui de disparaître aux yeux du monde. Leurs larbins répandent la peur de la catastrophe pour maintenir le peuple dans la soumission et la servitude. Recroquevillé dans son quotidien, la trouille au ventre, il ne se rebelle pas. Et quand cette folie des accapareurs de richesse provoque de gros dégâts dans l’économie réelle, on demande aux populations appauvries de payer les réparations, afin d’éviter la banqueroute du casino mondial. Les gestionnaires d’État sèment la panique à tout vent pour mieux justifier ce détournement des fonds publiques, qui n’est qu’une escroquerie sociale de plus, mais une de taille.
N’oublions pas que les richesses n’ont pas soudainement disparues. Pendant cette période de confusion, certains font des affaires stupéfiantes.

"Ce qui est traité en bourse, cette plus-value volée aux travailleurs puis rejouée aux dés sur le marché, n’est que la partie visible de l’économie. La masse invisible de cet iceberg a plus que doublé en 10 ans, en échappant à toute réglementation. Elle représenterait plus de 80% des opérations financières. Les transactions sur le marché des changes et les produits dérivés négociés entre particuliers, représentent aujourd’hui environ 50 fois le volume des transactions de l’économie réelle. Elles se comptent en millions de millards de Dollars, et peut-être beaucoup plus car si elles ne sont pas contrôlées, on ne peut pas en connaître précisément le montant.
Ce que la propagande nous montre de la spéculation n’en n’est qu’une petite partie. En effet les quatre cinquièmes des opérations financières se déroulent hors-marché, de gré à gré entre ordinateurs, de particuliers à particuliers, sans comptabilité, sans contrôle et sans entrave. La finance s’est numérisée et l’économie dématérialisée."
(Stratagèmes du changement, de l’illusion de l’invraisemblable à l’invention des possibles, extrait du chapitre III)

Le spectacle, qui n’est rien d’autre que la vision publicitaire du monde marchand sur lui-même, ne parle que de débâcle économique, doublée d’une récession sociale, pour mieux faire disparaître cette gigantesque rafle des richesses par quelques accapareurs au dessus des lois, au delà du visible. Dramatiser la situation leur permet de faire croire à la fatalité de cette crise inévitable, bouc émissaire planétaire, afin de mieux cacher cette monstrueuse arnaque ainsi que les suivantes qu’ils nous préparent. La prochaine crevaison viendra-t-elle de la bulle des fonds de pension, des matières premières, de l’énergie, des produits agricoles, ou alors des paris sur le futur ? La réaction en chaîne qu’elle pourrait entraîner n’est pas prévisible. Tout est possible...
La peur de l’avenir n’est que l’expression de l’incertitude du devenir des capitalistes qui n’ont plus de futur. Tous ceux qui n’ont plus grand chose à perdre ont tout à espérer d’un nouveau monde émergeant par nécessité.
Ce qui nous arrive n’est pas un accident de parcours, mais bien l’aboutissement du capitalisme, l’achèvement d’un monde suicidaire.

Non, les richesses n’ont pas disparu dans la tourmente. Comme l’affirme Georges Sorros, les multimilliardaires, spéculateurs de haute volée, ont déjà profité largement de la crise en réalisant leurs plus gros bénéfices par des affaires douteuses, mais combien juteuses.
C’est maintenant les États qui spéculent sur les banques et s’endettent pour créer de l’argent à tout prix, en l’empruntant à un avenir incertain, ce qui dévalue les monnaies, provoque de l’inflation qui appauvrit les populations. Les paris sur l’imprévisible pillent un futur en dépôt de bilan, le précipitant dans la fin d’un monde qui n’a plus de devenir, laissant échapper malgré-lui, de nouvelles perspectives qui esquissent l’ébauche de changements devenus possibles, et surtout indispensables.

La crise économique et financière, cancer qui ne fait que commencer à se développer avec cette première bulle, est maintenant une crise sociale générale. Il est aujourd’hui clair que les décideurs de la dictature économique ont largement fait preuve de leur irresponsabilité en menant la société à sa faillite promise, ruinant un futur déjà condamné, en polluant toute vie sociale et détruisant irréversiblement la planète. La confiance a disparu, et les décideurs sont tenus responsables de cette situation désastreuse. C’est la fin des prédateurs qui se réalise, et rien ne sera plus comme avant, le spectacle de la fin n’y pourra rien changer.

"Tous les experts du pouvoir, et tous leurs ordinateurs, sont réunis en permanentes
consultations pluridisciplinaires, sinon pour trouver le moyen de guérir la société malade, du moins pour lui garder autant que faire se pourra, et jusqu’en coma dépassé, une apparence de survie...
Les jours de cette société sont comptés ; ses raisons et ses mérites ont été pesés, et trouvés légers ; ses habitants se sont divisés en deux partis, dont l’un veut qu’elle disparaisse."
Guy Debord, Préface à la quatrième édition italienne de "La société du spectacle", 1979.

La seule issue est à vivre avec nos différences. Tout en nous ré-appropriant l’usage de nos vies quotidiennes, instaurons la démocratie directe dans les entreprises et tous les établissements publiques, une personne une voix, qu’il soit élève ou inspecteur, manutentionnaire ou actionnaire. L’autogestion généralisée de la vie dans le cours des jeux écologiques des relations, est un minimum nécessaire à un changement de perspective devenu incontournable. Quand tout devient insupportable il est prudent de ne plus supporter, et le désir de changer peut alors se transformer en plaisir de changer avec les autres.
Notre devenir sera ce que nous en ferons tous ensemble.

Ni entrave ni temps mort !
Lukas Stella

Les inventeurs d'incroyances sur http://inventin.lautre.net


Dimanche 1 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par vili le 01/03/2009 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

EXPLICATION COMPLETE ICI:

http://video.google.fr/videoplay?docid=-3962070356288160346

2.Posté par inventin le 11/03/2009 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le bouquin de Lukas Stella, "Stratagèmes du changement" édité par les Editions Libertaires, va sortir très bientôt, on peut maintenant le commander à Courtcircuit Diffusion.
http://courtcircuit-diffusion.com/Stratagemes-du-changement

3.Posté par azerty le 11/03/2009 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MANIFESTE POUR UNE DÉSOBÉISSANCE GÉNÉRALE
>
La terreur d’État, l’asservissement industriel, l’abêtissement capitaliste et la misère sociale nous frappent tous et toutes. Insidieusement et continuellement, ces forces néfastes séparent notre être intime. Une partie de nous se voit subrepticement contrainte à être le bourreau de notre autre moi, celui qui rêve, sait et veut que ce monde ne soit pas celui-là. Combien d’entre les citoyens tentent difficilement de défaire la nuit ou pendant leur maigre temps libre ce dont ils ont été complices chaque jour travaillé ? Ce mépris dans lequel nous tient le système est essentiel, comme est fondamentale la négation de nos envies authentiques au profit d’un seul désir : consommer. Au moment où la perspective de l’implosion du système capitaliste devient enfin plausible, il s’agit d’accompagner son effondrement et de s’organiser en « communes » qui privilégient l’être à l’avoir (parce qu’il n’y a plus rien à attendre de l’État) et offrent la possibilité à chacun d’entre nous d’accéder librement (en limitant dans la mesure du possible les échanges d’argent) à la nourriture, à un logement, à l’éducation, et à une activité choisie.
>
Sous-Comité décentralisé des gardes-barrières en alternance (contact sccdgbea@free.fr)
Par Francis LAVEIX

4.Posté par Redboul le 11/03/2009 18:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bientôt la création de :

- l'Association des victimes Du Mensonge.

et

- l'Association des Victimes De la Crise Financière.

bien entendu il va falloire déposer une plainte auprès des autorités compétentes, et mettre en évidence que cette crise à été crée et développée par certaines organisations financières.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires