ALTER INFO

Exxon dépense des millions de dollars pour jeter le doute sur le réchauffement


Dans la même rubrique:
< >

La plus grosse société d'énergie du monde dépense toujours des centaines de milliers de dollars pour financer des organisations européennes qui cherchent à jeter le doute sur le consensus scientifique relatif au réchauffement planétaire et à saper le soutien à législation pour réduire les gaz à effet de serre.


Andrew Buncombe à Washington et Stephen Castle à Bruxelles
Vendredi 8 Décembre 2006

Exxon dépense des millions de dollars pour jeter le doute sur le réchauffement

Par Andrew Buncombe à Washington et Stephen Castle à Bruxelles

The Independent le 7 décembre 2006

article original : "Exxon spends millions to cast doubt on warming"


Des données collectées par un groupe de surveillance basé à Bruxelles révèle qu'ExxonMobil a mis de l'argent dans des projets qui critiquent le traité de Kyoto et qui mettent en doute les découvertes des groupes scientifiques. Des militants écologistes disent qu'Exxon, qui est basée au Texas, essaye d'influencer les faiseurs d'opinion à Bruxelles parce que l'Europe - plutôt que les Etats-Unis - est la force motrice de l'action contre le changement climatique.

"ExxonMobil investit des sommes importantes pour laisser des groupes de réflexion, respectables en apparence, semer le doute sur la nécessité pour les gouvernements européens de prendre des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre", a déclaré Olivier Hoedeman, de l'Observatoire Européen sur les Entreprises. "Les financements occultes en direction des sceptiques sur le climat sont profondément hypocrites parce qu'ExxonMobil dépense des sommes importantes en publicité pour se présenter comme une société écologiquement responsable".

On sait depuis longtemps que ce géant pétrolier, qui a enregistré en 2005 des records absolus de revenus trimestriels, a dépensé des millions de dollars pour financer les sceptiques du climat. On ne sait pas combien exactement, mais certains évaluent cette somme à 19 millions de dollars depuis 1998.

Dans son rapport sur l'année 2005, le groupe de M. Hoedeman détaille les paiements effectués par Exxon Mobil à deux organisations, l'International Policy Network, qui a reçu 130.000 dollars et le Centre for the New Europe (CNE), qui a reçu 50.000 dollars.

L'observatoire soupçonne Exxon d'avoir aussi financé d'autres groupes engagés dans le sabotage de la législation. Son rapport déclare : "Il y a des preuves qui s'accumulent selon lesquelles un grand nombre de groupes de réflexion axés sur l'UE sont lourdement financés par des grandes entreprises et ceci soulève des inquiétudes sérieuses quant à leur agenda et à leur indépendance". Les deux groupes cités dans ce rapport sont accusés depuis longtemps de nier le changement climatique. Le site internet de Greenpeace 'ExxonSecret' note qu'en 2004 le réseau a diffusé un communiqué de presse critiquant la Commission Intergouvernementale sur le Changement Climatique, disant qu'elle avait "exagéré intentionnellement ses estimations de l'augmentation des températures, en usant de scénarios improbables de croissance future des émissions de gaz à effet de serre".

"Greenpeace inclut aussi dans sa liste un message de 2004, relevé sur le site internet du CNE, qui affirmait : "Le Protocole de Kyoto échoue parce qu'il est inefficace, coûteux et injuste. Il est aussi 'scientifiquement défectueux'."

L'année dernière, le quotidien The Independent avait révélé comment un groupe de lobbying basé aux Etats-Unis et qui avait reçu un financement substantiel de la part d'Exxon cherchait à développer un réseau de groupes de réflexion, de journalistes et d'entreprises majeures, dans toute l'Europe, pour agir contre la législation destinée à contrer le changement climatique. Cette organisation a soutenu que ses approches avaient été platement rejetées.

Kert Davies de Greenpeace a déclaré : "L'Europe a pris la tête du monde en termes de politique climatique. Exxon sait que si elle peut [recruter] des lobbyistes, elle sera peut-être capable de ralentir les choses. C'est sa tactique exacte en ce moment-même." Voilà quelles sont inquiétudes concernant ExxonMobil dont la Royal Society, considérée comme étant l'académie scientifique principale de Grande-Bretagne, lui a fait part par écrit, lui demandant de cesser de financer des groupes qui ont "déformé la science sur le changement climatique par un déni total des preuves".

Ellen Bisnath, une porte-parole de ce réseau, a confirmé que son organisation avait accepté 130.000 dollars de la compagnie pétrolière. Elle a déclaré : "Nous sommes un groupe de réflexion indépendant et nous contribuons au débat scientifique sur le changement climatique".

Le président du CNE, Stephen Pollard, a déclaré : "Nous avons bien reçu un versement en 2005 pour un projet qui n'avait rien à voir avec le changement climatique". Il a déclaré que sous sa présidence, le CNE "n'était pas dans le business du déni du changement climatique".

Dans une déclaration, ExxonMobil affirme : "Notre soutien s'étend à gamme assez large d'organisations qui font de la recherche sur des questions importantes de politique intérieure et de politique étrangère et encourage la discussion sur des questions d'intérêt direct pour notre entreprise".

Ce que disent les sceptiques sponsorisés

* "À ; présent que les coûts des politiques environnementales de l'UE commencent à devenir insoutenables - alors que fossé entre les taux de croissance américain et européen s'accroît - le "scepticisme" commence à gagner de la considération. Combien de temps encore cela va-t-il prendre pour rejeter les politiques environnementales qui affaiblissent l'économie sans améliorer l'environnement ?"

Site internet du Centre for the New Europe

* "Certains pensent que le changement climatique est un problème environnemental exceptionnel qui nécessite un règlement mondial. En réduisant aujourd'hui les émissions, est-il dit, nous achetons une assurance contre des changements futurs catastrophiques. Mais contre quoi exactement Kyoto nous assure-t-il et à quel prix ? En lui-même, Kyoto aura peu, voire aucun impact sur le climat mondial."

Site internet de l'International Policy Network

"En réalité, l'Union Européenne ne peut plus accuser avec crédibilité les Etats-Unis au sujet de l'état actuel de Kyoto. À présent, la question est : l'Union Européenne acceptera-t-elle l'échec de Kyoto et son propre échec et acceptera de repenser d'une façon plus pratique les questions concernant le futur ? Dans le cas contraire, elle ne pourra que s'en prendre à elle-même".

site internet de l'European Enterprise Institute, accusé d'accepter des financements d'Exxon

Traduit de l'anglais par [JFG-QuestionsCritiques]

http://questionscritiques.free.fr/edito/Independent/Exxon_rechauffement_planetaire_071206.htm http://questionscritiques.free.fr/edito/Independent/Exxon_rechauffement_planetaire_071206.htm



Samedi 9 Décembre 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires