MONDE

Exclusif : Obama a accepté de garder le secret sur l’arsenal nucléaire d’Isarël



Lundi 5 Octobre 2009

Exclusif : Obama a accepté de garder le secret sur l’arsenal nucléaire d’Isarël
Le Président Obama a réaffirmé l’accord tacite sur le secret de 40 ans qui a permis à Israël de garder son arsenal nucléaire sans l'ouvrir aux inspections internationales, ont déclaré trois hauts fonctionnaires au courant de l’accord tacite.  
 
 Les hauts fonctionnaires, qui ont parlé à condition de ne pas être nommés, ont déclaré que M. Obama s’est engagé à maintenir l'accord, lorsqu’il a reçu pour la première fois en Mai, le Premier Ministre Israélien Benjamin Netanyahu, à la Maison Blanche.  
 
 Entendez par « accord tacite » que les États-Unis ne feront pas pression sur Israël pour révéler ses armes nucléaires ou pour signer le Traité de Non Prolifération nucléaire (TNP), qui pourrait obliger Israël à abandonner son arsenal estimé à  plusieurs centaines de bombes nucléaires.  
 
 Israël était nerveux que M. Obama ne poursuive pas l’« accord tacite» en place depuis 1969 en raison de son soutien important pour la Non Prolifération et sa priorité d’empêcher l'Iran de développer des armes nucléaires. Les États-Unis et cinq autres puissances mondiales ont réalisé des progrès lors des entretiens de Jeudi avec l'Iran à Genève, alors que l'Iran a donné son accord de principe pour transférer une certaine quantité de son fuel, pouvant servir à la fabrication de bombe, hors du pays et pour ouvrir son site récemment révélé à l'inspection internationale.  
 
 La semaine dernière, dans une remarque qui a attiré peu d’attention, M.
Netanyahu a laissé entendre que l’accord Israélo-Américain pourrait être compromis. Il avait été questionné par la chaîne Israélienne Channel 2 s’il s’inquiétait que le discours de M. Obama à l'Assemblée Générale de l’ONU, pour un monde sans arme nucléaire, puisse s’appliquer à Israël.
 
 
 « Il est tout à fait clair, vu le contexte du discours, qu'il parlait au sujet de la Corée du Nord et de l'Iran, » a déclaré le leader Israélien.
« Mais je voudrais vous rappeler que lors de ma première rencontre avec le Président Obama à Washington, j'ai reçu de lui, et j'ai demandé à recevoir de lui, une liste détaillée des « accords tacites » stratégiques qui existent depuis de nombreuses années entre Israël et les Etats-Unis sur cette question. Et ce n'est pas pour rien que je l'ai demandé, et ce n'est pas pour rien que j'ai obtenu [ce document]. »
 
 Cet accord tacite sur le nucléaire remonte au sommet du 25 Septembre 1969 entre le Président Nixon et le Premier Ministre Israélien Golda Mei. Avner Cohen, auteur d’ « Israël et la bombe » et principale autorité, en dehors du gouvernement Israélien, sur l'histoire du programme nucléaire Israélien, a indiqué que l’accord consiste à ce que « les Etats-Unis acceptent passivement le statut des armes nucléaires Israéliennes tant qu'Israël ne dévoile pas publiquement ses capacités ou ne réalise pas de test. »  
 
 Il n'y a aucune trace formelle de l'accord, et ni le gouvernement Israélien ni le gouvernement Américain ne l’ont jamais publiquement reconnu. Cependant, en 2007, un mémo déclassifié du 19 Juillet 1969, du conseiller pour la sécurité nationale, Henry Kissinger, représente le document le plus révélateur de la politique des États-Unis sur la question. Ce memo dit, « même si nous aurions idéalement aimé stopper la possession Israélienne actuelle, ce que nous voulons vraiment au minimum, est juste de d’empêcher que la possession israélienne ne devienne un fait international établi. »  
   
 
 M. Cohen a déclaré que politiquement cela consiste en « Ne demandez pas, n'en parlez-pas ».
 
 Le gouvernement Netanyahu a cherché à réaffirmer cet accord tacite en partie parce que l'Iran demandera que le programme nucléaire Israélien soit révélé, dans ses négociations avec les Etats-Unis et les autres puissances mondiales. L'Iran a fréquemment accusé les États-Unis de mener une politique du « deux poids, deux mesures », en ne s'opposant pas à l'arsenal d'Israël.  
 
 M. Cohen a déclaré que la réaffirmation et le fait que M. Netanyahu ait voulu et obtenu un document écrit de cet accord « tacite » (qui ne l’est plus du coup) suggère qu’ « il s'avère non seulement qu'il n'y ait eu aucun accord écrit de ce qui avait été convenu en Septembre 1969 mais il apparaît également de façon évidente, que même les notes des deux leaders (Nixon et Golda Mei) pourraient ne plus n'exister. Ce qui signifie que Netanyahu a voulu avoir quelque chose d'écrit qui sous-entende cet accord tacite. Cela confirme également que les Etats-Unis sont en fait associés dans la politique d’opacité nucléaire d'Israël. »  
 
 Jonathan Peled, un porte-parole de l'ambassade Israélienne à Washington, a refusé de commenter, de même le Conseiller à la Sécurité Nationale de la Maison Blanche.  
 
 L’accord tacite secret pourrait saper l’objectif de l'administration Obama d'avoir un monde sans arme nucléaire. En particulier, il pourrait mettre à mal les efforts des États-Unis pour mettre en vigueur le Traité d'arrêt complet des essais et le Traité de coupure de matière fissile (Comprehensive Test Ban Treaty and the Fissile Material Cutoff Treaty), deux accords que les administrations des États-Unis ont par le passé conclu qu’ils devraient s'appliquer aussi à Israël. Ils consistent en l’arrêt des essais nucléaires et de la production du combustible pour les armes.
 
 Un membre du personnel du Sénat, au courant de la « réaffirmation » de Mai, qui a demandé à ne pas être nommé en raison de la sensibilité du sujet, a dit, « ce que cela signifie, c’est que le président a donné des engagements que politiquement il n'a pas d’autre choix que de céder concernant le programme nucléaire Israélien. Cependant, cela remet en question pratiquement tous les volets de l’agenda présidentiel pour la non-prolifération. Le président a donné à Israël une carte « libéré de prison » concernant le Traité de Non Prolifération. »  
 
 Daryl Kimball, directeur exécutif de l’Arms Control Association, a déclaré que le maneouvre était moins nuisible à la politique des États-Unis.  
 « Je pense que les deux présidents entrants des Etats-Unis et d'Israël voulaient de paire clarifier les précédents accords tacites entre leurs gouvernements sur cette question, » a-t-il dit.  
 
 Toutefois M. Kimball a ajouté, « je suis profondément en désaccord avec le discours du Président Obama concernant M. Netanyahu. La résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU de 1887 s'applique à tous les pays indépendamment des accords tacites secrets entre les États-Unis et Israël. Un monde sans armes nucléaires est compatible avec l’objectif déclaré d'Israël d’avoir un Moyen-Orient exempt d’armes de destruction massive. Le message d'Obama devrait être que les mêmes responsabilités sur la non-prolifération et le désarmement devraient s'appliquer à tous les états et pas simplement à quelques uns. »  
 
 La doctrine nucléaire d’Israël est connue sous le nom de « the long corridor».  Selon cette doctrine, Israël commencerait à considérer le désarmement nucléaire seulement après que tous les pays officiellement en guerre contre eux, aient signé des traités de paix et que tous les pays voisins abandonnent, non seulement, leurs programmes nucléaires, mais également leurs arsenaux chimiques et biologiques. Israël voit ses armes nucléaires comme une garantie existentielle dans un environnement hostile.  
 
 David Albright, président de l'Institut pour la Science et la Sécurité Internationale, a déclaré qu’il espère que l'administration Obama n'a pas fait trop de concessions à  Israël.  
 
 « On espère que le prix de telles concessions est l’accord Israélien avec le Comprehensive Test Ban Treaty et le Fissile Material Cutoff Treaty et l’acceptation de l’objectif à long terme d'une zone sans arme de destruction de masse au Moyen-Orient, » a-t-il dit. « Autrement, l'administration Obama aurait payé le prix cher, étant donné sa vision pour un monde exempt d’armes nucléaires. »
 
  Traduction Alter Info

http://www.washingtontimes.com/news/2009/oct/02/president-obama-has-reaffirmed-a-4-decade-old-secr/



Lundi 5 Octobre 2009


Commentaires

1.Posté par Jean le 06/10/2009 04:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La doctrine nucléaire d’Israël est connue sous le nom de « the long corridor». Selon cette doctrine, Israël commencerait à considérer le désarmement nucléaire seulement après que tous les pays officiellement en guerre contre eux, aient signé des traités de paix et que tous les pays voisins abandonnent, non seulement, leurs programmes nucléaires, mais également leurs arsenaux chimiques et biologiques


En fait ce qu'ils veulent, c'est être les seuls à détenir la bombe nucléaire. Devinez pour quoi faire !.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires