Société

Etats-Unis : des panneaux publicitaires qui traquent et collectent les données des passants



Jeudi 3 Mars 2016

Etats-Unis : des panneaux publicitaires qui traquent et collectent les données des passants

Clear Channel, géant américain de l’affichage publicitaire, a lancé une nouvelle génération de panneaux à la légalité douteuse. Ces derniers utilisent la triangulation pour suivre à la trace les consommateurs et récupérer leurs données.
Même George Orwell n’était pas allé aussi loin dans son roman d’anticipation 1984. L’entreprise Clear Channel, qui possède des centaines de milliers de panneaux publicitaires à travers les Etats-Unis, vient de passer un cap dans la collecte de données privées. Sa dernière trouvaille ? Des panneaux publicitaires intelligents qui transmettent un signal aux téléphones portables des passants et usagers de la route qui se trouvent à proximité. «Radar» de son nom, a été conçu en partenariat avec le mastodonte des télécoms AT&T. Il permet de recueillir les données des potentiels consommateurs : trajets, habitudes d’achats, âge, genre ou encore profil socio-économique. Toute personne se trouvant dans le champ d’action est une cible potentielle. Pour Clear Channel le but de la manoeuvre est simple. Les données personnelles représentent une mine d’or qui se monnaie au prix fort. Et le géant de la publicité compte bien les revendre aux annonceurs et ainsi améliorer le ciblage du consommateur.

 

Nouveau défi juridique

Ces panneaux à la sauce Big Brother ont alerté plusieurs défenseurs de la vie privée outre-Atlantique. Mais le roi des panneaux publicitaires ne se démonte pas. Andy Stevens, vice-président en charge de la recherche chez Clear Channel souligne le caractère «précieux» de ce type de données même s’il avoue que cette nouvelle technologie «fait un peu peur». Il justifie l’action de sa société : «C’est facile d’oublier que nous nous servons dans un écosystème de données déjà existant.»
Un argument qui n’a pas convaincu Jeffrey Chester, directeur du Centre pour la Démocratie Digitale. «Les gens n’ont aucune idée qu’ils sont traqués et ciblés» a-t-il souligné. D’habitude, les géants de l’industrie font preuve de roublardise pour rester dans la légalité. Ils utilisent un langage complexe ou écrivent en tout petit lorsqu’il s’agit d’éditer les termes relatifs à l’utilisation. Les études montrent que seul un consommateur sur quatre lit les conditions d’utilisation des produits dont il se sert.
Mais Clear Channel vient de franchir une étape. Les panneaux interfèrent avec les téléphones portables utilisés sous le réseaux d’AT&T. Le plus gros fournisseur de forfaits de téléphonie mobile américain a rédigé des conditions d’utilisation permettant la collecte de données à des fins commerciales. Jusqu’ici tout va bien. Sauf que l’interaction entre le téléphone et un panneaux publicitaire ne fait, pour le moment, pas partie des règles du jeu. Un point crucial qui pourrait rendre cette forme de récupérations d’informations personnelles illégale.

Des millions d’utilisateurs potentiellement touchés

La Federal Trade Commission (FTC), chargée de veiller sur le droit commercial aux Etats-Unis, a déjà eu à faire à ce genre de procédé. En 2013, Nomi Technologies, fournisseur d’application sur Androïd, s’est fait rattraper par la patrouille. La FTC a démontré que l’entreprise avait failli à informer les utilisateurs que leurs données personnelles seraient collectées et partagées.
Clear Channel a fait part de son nouveau «bijou technologique» lundi. Potentiellement, ce sont donc des millions voire des dizaines de millions de citoyens américains qui peuvent être victimes d’une intrusion dans leur vie privée. Tout cela avec un système qui flirte dangereusement avec la légalité.


Jeudi 3 Mars 2016


Commentaires

1.Posté par Bina le 04/09/2017 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce sont les villes futures (sic!) appelées "smart city".........après Séoul et Tokyo voici Hanoï ( Vietnam)

La ville dite «intelligente» ne relève plus de la science-fiction. Elle est désormais à portée de main. Ce terme désigne une ville utilisant les informations combinées à la technologie pour améliorer la qualité de vie, réduire la demande énergétique et son impact sur l’environnement. La ville «intelligente» cherche ainsi à concilier les piliers sociaux, culturels et environnementaux à travers une approche systémique qui allie gouvernance participative et gestion éclairée des ressources naturelles afin de faire face aux besoins des institutions, des entreprises et des citoyens. Une ville «intelligente» est une cité qui utilise et insère les nouvelles technologies de l’information et des communications (TIC) dans ses différents secteurs dans le but d’optimiser l’utilisation des infrastructures existantes. Actuellement, tous les acteurs économiques - secteurs public et privé confondus - œuvrent pour donner à la capitale ce statut.

Les premiers pas d’une ville «intelligente»

Près de dix ans après l’extension de ses limites administratives, de nombreux stratégies, aménagements et plans de développement de l’agglomération de Hanoï ont été approuvés et mis en place peu à peu. Dans certains domaines, on a déjà utilisé et inséré les TIC dans le but de répondre aux exigences d’une cité «intelligente».

Dans le domaine des communications, le Centre de régulation de la circulation de Hanoï - avec son réseau de caméras, des «points-route» diffusés sur les ondes de la radio nationale La Voix du Vietnam - contribue à la gestion du trafic dans la capitale, premiers pas vers un système de communications intelligent.
En outre, grâce à des efforts constants, le Vietnam a pointé en 2016 à la 89e place mondiale en termes d’Indice de développement de l’e-gouvernement (EGDI) réalisé par l’Organisation des Nations unies, soit dix places de mieux qu’en 2014. L’utilisation de produits de paiement électronique, tels que cartes de crédit et cartes prépayées dans les domaines indispensables comme l’électricité, l’eau, le salaire, l’assurance, facilite la vie des habitants. Le secteur éducatif a lui aussi mis l’accent sur les TIC. Les leçons électroniques ou les examens en ligne sont encouragés par de nombreux établissements scolaires.

En règle générale, les TIC au Vietnam connaissent un développement spectaculaire, permettant de moderniser beaucoup de secteurs de la vie socio-économique. En 2015, le Vietnam se trouvait dans le top 10 en Asie-Pacifique et le top 30 au monde au niveau de la conception de logiciels. Environ 60% des Vietnamiens de moins de 35 ans sont familiarisés avec les nouvelles technologies et 52% ont accès à l’Internet. Des éléments qui donnent la conviction que le pays est parfaitement à même de mettre sur pied des villes «intelligentes».

Néanmoins, deux obstacles majeurs se dressent devant la bonne marche des travaux à Hanoï : l’urbanisation galopante et la faiblesse des infrastructures que cela implique, et les ressources financières. Dans ce contexte, quels secteurs et zones la capitale compte-t-elle privilégier en termes d’investissements pour devenir une cité «intelligente» ?

À une trentaine de kilomètres du cœur de Hanoï, le nouveau centre urbain de Hoà Lac semble ouvrir la voie. Technopôle en devenir, il abrite un parc dédié aux hautes technologies, l’Université nationale de Hanoï et une zone industrielle destinée à accueillir de grands groupes spécialisés dans les TIC comme Viettel, FPT, etc. De plus, Hoà Lac a pour critères obligatoires d’accueillir uniquement des projets opérant dans les technologies numériques avancées.

En outre, un accord de coopération relatif au projet de construction du centre urbain Nhât Tân - Nôi Bài, crédité d’un fonds d’investissement de 4 milliards de dollars et qui couvrira 2.080 ha, a récemment été signé par le Comité populaire de la ville de Hanoï et les groupes BRG et Sumitomo - ce dernier étant l’un des trois plus grands groupes japonais. Idéalement situé, avec un parc foncier important et l’expérience précieuse du Japon dans ce domaine, ce projet a vocation à être une ville «intelligente», avec une cité centrale entourée de citées satellites.

Les transports et communications font aussi l’objet des préoccupations de Hanoï. Un réseau de chemins de fer urbains modernes est en train d’être construit, lequel permettra de faciliter le déplacement des habitants, un point critique.

Dans l’avenir, la capitale doit également agir dans les domaines relatifs à la gestion de l’environnement, à l’énergie et à la sécurité. Dernier point, et non des moindres : l’éducation. Forte de ses potentiels et avantages au niveau des ressources humaines, Hanoï doit considérer l’investissement dans ce domaine comme une composante essentielle en vue de devenir une ville intelligente. Il faut notamment créer, dans les écoles dont la réputation n’est plus à faire, un «environnement numérique» en mobilisant la participation du secteur privé.

b[Is-**-hell prétend investir dans de nouvelles infrastructures mais l'entité prévoit de se mettre à la page en tant que "smart land"

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires