Croyances et société

Et si le Coran était un plagiat de la Bible?


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 10 Septembre 2017 - 09:40 L'Imamat (Réfutations)


Le Coran a-t-il emprunté de grosses parties à la Bible ou les deux livres sacrés ont-ils été écrits à partir d'une même source? Un commentateur d'Agoravox se demande pourquoi la question du plagiat n'a jamais été soulevée et initie une enquête pour analyser les coïncidences dans les écrits divins.


fr.sputniknews.com
Mardi 22 Août 2017

Ayant remarqué des coïncidences dans les textes sacrés du Coran et de la Bible, un auteur d'Agoravox s'est lancé dans une investigation religieuse. Les conclusions qui ont été tirées ont pourtant soulevé encore plus de questions, le poussant même à se demander si le Coran était copié des écrits bibliques.

Première ressemblance: le Coran mentionne le nom du prophète de l'islam Mahomet autant de fois que le nom du personnage biblique David.

Un autre chiffre qui étonne, c'est le nombre de mentions de personnages bibliques dans le Coran: 500 mentions. Précisément, le prophète Moïse jouit de 174 mentions, Abraham, à qui a parlé le Dieu de l'histoire biblique, en obtient 83. Le héros du Déluge Noé est cité 49 fois et est le seul personnage dont le Coran précise également l'âge à sa mort, 950 ans, à l'instar de la Bible. Joseph et Marie, parents de Jésus, sont mentionnés 44 et 42 fois respectivement. Ce dernier étant quant à lui cité 29 fois.

Concernant d'autres personnages, le premier être humain, Adam, est cité 26 fois, le roi Salomon 25 fois, Aaron 22 et Jacob 20. On trouve également 17 mentions d'Isaac, 12 d'Ismaël et trois de Goliath…

… et ainsi de suite, les personnages bibliques s'avèrent interchangeables dans les textes, verset après verset. De plus, en toute logique, les personnages ont besoin d'être contextualisés dans leurs environnements. Ainsi, des lieux bibliques tels que le jardin d'Éden est cité par le Coran 11 fois.

Troisièmement, les écrits du Coran ne réfutent pas les grands événements bibliques tels que: la création du Monde et de l'Homme, le Déluge, le buisson ardent dans le Sinaï, le passage de la mer Rouge et le Veau d'or.

La citation des sources dans le Coran étonne aussi: la Torah (Ancien Testament) est citée 19 fois, les Évangiles (Nouveau Testament) ont de leur côté mérité12 mentions. L'auteur de l'article présente une phrase illustrative en guise d'exemple:

«Il a fait descendre sur toi le Livre en toute Vérité, déclarant véridique ce qui était venu avant lui, et Il a fait descendre la Torah et l'Évangile.» (Sourate 3-3)

Il est possible que quelques autres cas similaires aient échappé à l'auteur de l'enquête. Somme toute, pour lui, il ne s'agit pas de simples coïncidences. À cet égard, le commentateur d'Agoravox se demande pourquoi personne n'a jamais aperçu cette ressemblance frappante, ni pourquoi le Vatican n'a jamais évoqué le problème d'un probable plagiat.

https://fr.sputniknews.com/societe/201708211032735307-coran-bible-ressemblance/ https://fr.sputniknews.com/societe/201708211032735307-coran-bible-ressemblance/



Lundi 21 Août 2017


Commentaires

1.Posté par Vildavia le 22/08/2017 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le fait que des récits se trouvant dans le texte biblique soient aussi présents dans le texte coranique n'implique pas que le second soit un plagiat du premier : nous musulmans expliquons cette communauté de certains récits par deux raisons…

A) L'une est que le Coran a le même auteur qu'un certain nombre de passages de la Bible :


Le texte de l'Ancien Testament a connu des retouches à cause de l'histoire difficile que connurent ses porteurs, mais il est des éléments s'y trouvant qui ont la même origine que le texte coranique : Dieu. Car il faut rappeler ici que Muhammad n'a jamais prétendu être le seul prophète de Dieu, mais bien le dernier prophète et messager de Dieu, dont le message présente, par rapport à ceux de Moïse et de Jésus notamment, ce qu'on peut appeler un "changement dans la continuité". L'origine commune explique la similitude de certains récits. Une nuance, toutefois : Youssef Seddik écrit : "Le Coran est la transcription, pour ainsi dire brute, d'une révélation qui fut faite à Muhammad le Mecquois entre 610 et 632. Les Ecritures saintes précédentes se contentent de "citer" Dieu" (Le Nouvel Observateur, n° 2042-2043, 24 décembre 2003-7 janvier 2004, p. 78). En effet, la forme qu'a prise ce qu'on nomme l'Ancien Testament est telle que si un certain nombre de passages de cet Ancien Testament contiennent d'authentiques révélations divines faites à des prophètes antérieurs, ces révélations sont insérées dans la narration de la vie de ces prophètes. Les quatre Evangiles constituent quant à eux des "biographies religieuses" de Jésus, où sont relatés sa mission, ses actes et ses propos. Youssef Seddik poursuit : "Le texte du Coran, lui, est "à la première personne" : c'est Dieu qui parle de bout en bout" (Ibid.).

B) L'autre raison expliquant la communauté de certains récits entre le texte coranique et certains écrits judéo-chrétiens non prophétiques est que parfois Dieu a, dans Sa Parole qu'est le Coran, relaté des événements historiques auparavant rapportés par des hommes non-prophètes :


C'est le cas par exemple du récit des Sept Dormants : l'événement que ce récit mentionne s'est déroulé postérieurement à l'époque de Jésus comme de celle de ses Apôtres, et de ce fait ne figure pas dans le texte biblique (ni les Evangiles ni les Actes des Apôtres ni les Epîtres de l'un ou de l'autre) ; par contre il était présent dans la tradition syriaque chrétienne (et notamment dans deux homélies de Jacques de Saroug, mort en 521 de l'ère chrétienne) avant d'avoir été relaté et donc confirmé par Dieu, dans Sa Parole qu'est le Coran, à un moment compris – dans le calendrier d'humains – entre l'an 610 et l'an 632 de l'ère chrétienne (c'est la période des 23 années où eut lieu la révélation du Coran à Muhammad). L'historicité de l'événement explique qu'il ait été relaté par des hommes, et aussi par Dieu lors de Sa dernière révélation, le Coran (récit des "Gens de la Caverne", Coran 18/9-26) : Dieu n'a fait que confirmer un événement que des hommes non prophètes avaient relaté avant qu'Il n'en parle dans une Révélation.

-
Ensuite il faut savoir qu'à côté des similitudes entre texte biblique et texte coranique à propos de certains récits, il existe aussi entre eux trois différences majeures à ce propos…

– 1) Première différence entre la Bible et le Coran :

A côté des récits présents dans la Bible aussi, le Coran contient d'autres récits qui ne figurent absolument pas dans le texte biblique. Ainsi, les histoires de 'Ad, de Thamûd, de Madian avec leur prophète respectif – Hûd, Sâlih et Shu'ayb – ne figurent pas dans le texte biblique, alors qu'ils sont développés dans le Coran (cf. Al-Jawâb us-sahîh 1/180).

-
– 2) Seconde différence :

Il arrive que, pour un même récit, texte coranique et texte biblique présentent de sérieuses divergences. Au regard des musulmans, la raison en est la présence d'erreurs humaines dans la retransmission d'une parole divine antérieure, ou dans la relation d'un événement historique antérieur (pour plus de détails, lire notre article à ce propos). Maurice Bucaille écrit ainsi : "(…) Dans les pays occidentaux, juifs, chrétiens et athées s'accordent unanimement pour avancer (sans d'ailleurs la moindre preuve) que Mahomet a écrit ou fait écrire le Coran en imitant la Bible. On avance que des récits coraniques reprennent les récits bibliques. Cette prise de position est aussi légère que celle qui amènerait à dire que Jésus aurait lui aussi trompé ses contemporains pour s'être inspiré de l'Ancien Testament au cours de sa prédication : tout l'Evangile de Matthieu est – on l'a vu – fondé sur cette continuité avec l'Ancien Testament. Quel exégète aurait l'idée d'enlever à Jésus son caractère d'envoyé de Dieu pour ce motif ? C'est bien ainsi, pourtant, qu'en Occident le plus souvent on juge Mahomet : il n'a fait que copier la Bible. Jugement sommaire qui ne tient aucun compte du fait que, sur un même événement, Coran et Bible peuvent donner des versions différentes. On préfère passer sous silence la divergence des récits. On les déclare identiques et ainsi les connaissances scientifiques n'ont pas à intervenir. Ces questions seront développées à propos des récits de la création et du déluge" (La Bible, le Coran et la science, Seghers, Paris, p. 126).

–--- 2.1) Il est des points où le Coran se démarque explicitement d'éléments présents dans le texte biblique :
Ainsi :
-- le Coran se démarque explicitement de l'idée que Jacob, entendant le récit que Joseph, son fils, lui fait de son songe, l'ait grondé ;
-- le Coran affirme clairement que la main de Moïse est devenue blanche sans aucune maladie (allusion au fait qu'elle ne devenait pas "lépreuse", comme le dit le texte biblique) ;
-- le Coran déclare avec force que Salomon n'a jamais adoré des idoles, etc. ;
-- le Coran donne comme nom au père de Abraham : "Azar", et non "Térah" ;
-- le Coran parle du roi d'Egypte de l'époque de Moïse en disant "Pharaon", mais désigne celui de l'époque de Joseph par un simple "le roi" (nous allons y revenir plus bas)...

-
–--- 2.2) Il est d'autres points à propos desquels le Coran ne confirme ni n'infirme les éléments du texte biblique :
Ainsi :
-- le Coran n'affirme pas que c'est Eve qui a poussé Adam à manger le fruit défendu, et ne dit pas non plus que ce n'est pas elle, tous deux ayant fait ce choix ensemble ;
-- le Coran n'affirme pas que le Déluge de l'époque de Noé ait été universel, comme il n'affirme pas non plus qu'il ait été localisé ; en fait il ne dit rien de son ampleur ;
-- le Coran ne donne aucun chiffre concernant l'importance numérique de la communauté israélite qui émigre d'Egypte sous la conduite de Moïse...

-
–--- 2.3) Enfin, il est des éléments que l'on trouve dans le Coran alors qu'ils sont inconnus de la tradition judéo-chrétienne (ils sont absents aussi bien du texte biblique que des autres écrits) :
Ainsi en est-il :
-- de la présence d'un "Haman", responsable de constructions, dans l'entourage de Pharaon,
-- du sauvetage du corps de Pharaon après sa mort dans les flots (Coran 10/92),
-- de la demande faite par les apôtres à Jésus de prier Dieu qu'Il fasse descendre une table garnie (Coran 5/112-115 ; voir commentaire de H. Boubakeur, tome 1 pp. 332 et 395).

-
– 3) Troisième différence :

Dans le Coran, les détails des récits et la narration linéaire sont souvent estompés, au profit d'allusions et de réminiscences qui mettent en exergue l'objectif premier du récit : la leçon spirituelle, morale et humaine à en retirer. Youssef Seddik écrit : "Faisant preuve d'une profonde connaissance de la matière biblique, il [le Coran] en récapitule l'héritage, du récit adamique jusqu'à l'ascension de Jésus et la prédication de Jean-Baptiste, en passant par le Déluge, l'Exode, le règne de David et de Salomon, les vicissitudes de Job et Jonas… Mais il abandonne la narration factuelle, si frappante dans les deux Testaments, au profit d'un ton métaphorique visant à délivrer une leçon d'humanité. Les péripéties historiques s'estompent, le récit coranique se fait parabole" (Le Nouvel Observateur, n° 2042-2043, p. 78). Je me suis ici contenté de reproduire ces explications de Y. Seddik, tout en sachant qu'il est certains points – qui n'ont rien à voir directement avec le sujet en cours – où il ne partage pas vraiment la vision islamique orthodoxe à propos du Coran.

-
Un point, simple, qui prouve que l'auteur du Coran n'est pas le prophète Muhammad :

La Bible emploie le mot "pharaon" pour désigner non seulement le souverain d'Egypte de l'époque de Moïse mais aussi celui de l'époque de Joseph (Genèse 47/11) et même celle de Abraham (Genèse 12/15-20).

Or, alors qu'il emploie bien ce nom "pharaon" à propos du souverain d'Egypte de l'époque de Moïse, et ce en plus de 74 fois (cf. Al-Mu'jam ul-muhah'ras li alfâz il-qur'ân il-karîm), le Coran n'emploie jamais le nom "pharaon" pour désigner le souverain d'Egypte de l'époque de Joseph : à son sujet il utilise le terme "roi", et ce aux cinq occasions où il fait allusion à lui (12/43, 12/50, 12/54, 12/72, 12/76), et bien qu'il dise explicitement que cette partie du récit de Joseph se déroule en Egypte (12/21, 12/99).

Maurice Bucaille écrit : "(…) les études linguistiques modernes ont montré que le mot "pharaon" a commencé par désigner "la grande maison", la demeure du roi de l'Ancien Empire, vers 2400 avant J.-C., mais son emploi pour désigner la personne même du souverain n'est attesté dans les textes qu'à partir de l'époque amarnienne, vers 1370 avant J.-C (J. Vercoutter)" (Moïse et Pharaon, Seghers, p. 73). "Le roi d'Egypte n'a été désigné par le vocable "Pharaon" qu'à partir du roi Aménophis IV, c'est-à-dire au deuxième quart du XIVè siècle avant J.-C. Toute utilisation du mot pour désigner un roi d'Egypte avant cette époque est un anachronisme (…)" (p. 298), anachronisme "qui serait comparable à l'erreur que commettrait, par exemple, un historien du futur – connaissant l'usage courant que l'on fait du mot "Elysée" pour désigner le chef de l'Etat – en appliquant ce mot pour nommer le roi de France il y a plusieurs siècles" (p. 73).

Si le Coran était un plagiat de la Bible, et si Muhammad, un arabe illettré du VIIè siècle de l'ère chrétienne, était son auteur (comme certains l'affirment) et non pas son récepteur-retransmetteur (comme le dit la croyance des musulmans), alors comment expliquer que cet homme ait pu savoir que, pour désigner 74 fois le souverain d'Egypte de l'époque de Moïse, il fallait bien recopier du texte biblique le terme "Pharaon", mais que, pour parler par 5 fois du souverain d'Egypte du temps de Joseph, il était impératif de délaisser ce même terme (ayant pourtant été ici aussi employé dans le texte biblique), et lui préférer le mot "roi" ?

Bucaille écrit : "Je signale qu'à l'époque de la communication aux hommes du Coran, la langue égyptienne ancienne était disparue depuis plus de deux siècles de la mémoire humaine [cf. p. 252] ; elle en restera effacée jusque dans le cours du XIXè siècle. On ne pouvait par conséquent pas alors savoir qu'un roi d'Egypte de l'époque de Joseph devait être désigné autrement que dans la Bible. Subtilité du choix des expressions, à ce sujet, du texte du Coran, qui suscite la réflexion" (Moïse et Pharaon, p. 298).

-
Un mot pour conclure :

On peut, en un mot, dire que le récit coranique renvoie au récit biblique – dont il confirme des passages, parce qu'ils sont d'origine divine et/ou de relation humaine authentique – et, tout à la fois, se démarque de lui.

Le Coran renvoie au récit biblique dans la mesure où une partie de celui-ci relate des vérités historiques – que l'auteur du passage soit Dieu ou des chroniqueurs humains – et qu'il s'agit de se référer à cette partie du texte biblique si on désire obtenir le détail de ce à quoi le Coran ne fait (comme l'a fait remarquer Y. Seddik) qu'allusion. Tout musulman qui a un tant soit peu étudié les ouvrages de commentaires du Coran (tafsîr) le dira : comprendre certains éléments du texte coranique mentionnés sans détail ni explication (comme par exemple l'identité de Gog et Magog), cela se fait par référence à des éléments présents dans des écrits judéo-chrétiens (désignés par les Commentateurs du Coran sous le nom général de "isrâ'îliyyât"), qu'il s'agisse de passages du texte biblique, ou d'autres traditions (haggada, homélies...).

(Soit dit en passant que parfois, dans le cas des récits coraniques qui renvoient à des événements propres à la péninsule arabique, il s'agit de se référer à des traditions arabes préislamiques, pour les mêmes raisons : ainsi en est-il du récit de l'installation de Ismaël à la Mecque.)

Il est à noter que si le Coran renvoie à des passages de textes bibliques, et s'il s'agit parfois de textes jugés "canoniques" par les autorités religieuses, il s'agit aussi, d'autres fois, de textes qu'elles ont décrétés "apocryphes" : ainsi :
-- l'allusion coranique au tirage au sort par lancer de calame pour désigner à qui devait revenir la garde de Marie encore enfant (Coran 3/44) renvoie à un texte chrétien "apocryphe" (Yussuf Ali) ;
-- l'allusion au miracle de l'oiseau de glaise réalisé par Jésus (3/49, 5/110) renvoie à l'Evangile de l'Enfance (Hamidullah), également "apocryphe"...

Mais parallèlement à tout cela, le Coran se différencie du texte biblique, et ce non pas seulement parce que parfois il contredit formellement certains détails de son récit (comme nous l'avons vu plus haut) mais aussi dans la mesure où les détails bibliques que lui, le Coran, ne contredit ni ne confirme, ne l'engagent pas : dès lors, quand on s'aperçoit, à la suite de recherches scientifiques, que certains de ces détails (comme la période depuis laquelle des humains habitent la terre, l'ampleur du Déluge, le nombre des israélites ayant quitté l'Egypte avec Moïse, la façon dont ils se sont installés en Canaan, etc.) sont erronés, lui n'est pas impliqué.

Tout ceci concerne, rappelons-le, les rapports entre les récits coraniques et bibliques.
Car pour ce qui est des croyances et des normes juridiques, le musulman ne se réfère qu'au Coran (lire à ce sujet le point 3 de notre article à propos de la Bible).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

2.Posté par mourad kada le 22/08/2017 11:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On ne peut trouver pire ânerie.

Celui qui a écrit cet article ne connait rien du Coran pour en parler de la sorte.
Le Coran a été révélé pour une nouvelle religion l'islam, e tce Coran a été révémé par celui Là même qu iest à l'origine des autres révélation. D'ailleurs parlant du Coran les gens disent "Le Rappel" - Parce que le Coran est u nrappel de ce qui a été déà révélé auparavant à d'autres Prophètes, et le coran est là pour être lu et rappelé à la conscience et à la morale des gens.

Le Coran renferme des choses que l'on ne trouve dans aucun autre livre comme la Bible ou la Thora.

Les histoires naturelles dans le Coran

Mr. Youssef Mroué, dans son livre: «Les histoires naturelles dans le Coran» a pu relevé les différentes branches scientifiques qu’a mentionnées le Coran suivant ce tableau:

Mathématique 61 versets
Physique 264 versets
Physique nucléaire 5 versets
Chimie 29 versets
Relativité 62 versets
Astronomie 111 verset
Climatologie 20 versets
Hydrologie 14 versets
Zoologie 12 versets
Agronomie et Botanique 21 versets
Biologie 36 versets
Géophysique 73 versets
Ethnologie 10 versets
Géologie 20 versets
Cosmogonie et Cosmologie 36 versets.

A ne pas oublier enfin que le Coran est le Livre céleste qui a parlé de la création de l’univers et celle de l’homme plus que les autres Ecritures.

Ainsi selon certaines personnes de mauvaise foi, le Prophète Mohammad (Pssl), illettré, a rédigé un Coran, qui renfermait des vérités scientifiques qui ne furent découvertes que plusieurs siècles plus tard.

D'autres ont avancé, que le Coran a été copié sur des livres religieux anciens appartenant à des chrétiens ou des juifs.

Montrez nous ces livres des chrétiens ou des juifs, qui ont servi de modèle. Ne serait-ce que des livres religieux, ou il y a autant de vérités scientifiques.

La mauvaise foi et l'hypocrisie rendent aveugles. Et il y a des gens qui perdent tout esprit critique pour tomber dans le dénigrement et l'insulte gratuite.

Le Coran a défié les hommes qui vivaient à l’époque de Mohammad -qu’Allah le bénisse et le salue- et ne cesse de les défier au fil des jours pour démontrer leur incapacité de produire quoi que ce soit de son texte. Dieu a montré cette incapacité par trois fois durant la révélation ou, si l’on peut dire, dans trois phases».

La première quand II a dit: «Dis: Les hommes et les génies auraient beau se concerter respectivement pour produire un pareil Coran, qu’ils n’y parviendraient XVII, 88].

La deuxième est celle-ci: «S’ils s’obstinent à dire que le Coran est une invention du Prophète réponds: «Composez seulement dix sourates semblables aux miennes. Et, pour cela, recourez à toutes les divinités que vous pourrez en dehors d’Allah, si vous êtes sincères» [Coran XI 13].

La troisième est la suivante: «Si vous avez le moindre doute sur ce que nous avons révélé à notre serviteur, tâchez de produire une sourate comme celle-ci et, pour cela, invoquez les intimes que vous vous êtes donnés en dehors d’Allah, si vous êtes de bonne foi» [Coran II, 23].

3.Posté par Vildavia le 22/08/2017 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Agoravox, Alain Soral et son site « Égalité et Réconciliation », mabalabala Dieudo, Meyssan, et tant d autres sont des sites cryptosionniste c est tout simplement de l inversion Le problème de ces sources ces qu'elle représente l'opinion d'extrême droite » comme je l avais déjà stipulé dans ce site..

4.Posté par ATR le 22/08/2017 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour qu'il y ait plagiat, il faut une œuvre originale à plagier... Donnez nous un seul quart de feuille authentique des évangiles, c'est à dire des écrits compenporains de Jesus (AS), vieux donc de 2000 ans, écrits en araméen ou toute autre langue sémite de l'époque... Vous pouvez chercher, y a rien, tous vos codex sont en Grec et ce n'est ni le profil et le dogme du père du  "christianisme" Paul de Tarse (bandit de grands chemins, n'ayant jamais rencontré Jesus (AS) bien évidemment et ayant vu la "lumière" sur la route de Damas...), ni le Concile de Nicee de ce cher Constantin qui fit du syncrétisme Christanio /greco païen religion de l'Empire Romain (Si le jour du seigneur, c'est "Sunday" ce n'est pas pour rien...) , n'aideront à une quelconque crédibilité de vos postulats ou de votre démarche.
L'Islam cite tous les prophètes bibliques parce que l'Islam n'a pas été écrit par Muhammad (saws) par Allah (swt) qui rapporte l'histoire de tous ses Prophètes (AS), qui d'Abraham (AS) à Muhammad (AS) n'ont cessé d'appeler au même message, le monothéisme pur dogmatique et juridique (ce qui est beaucoup plus logique que la cassure ancien / nouveau testament, la deification surprise d'un israélite ou du dogme trinitaire...)
Fatigué de ces chrétiens qui passe leur journées à se couper les cheveux en 4 pour ESSAYER (essayer seulement...) de decribiliser l'Islam, alors qu'il suffit de 30 secondes pour anéantir tout leur dogme...

5.Posté par Bina le 22/08/2017 14:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est interdit pour un musulman de discuter avec ces gens sur La Parole Divine du Livre Incréé le Coran Al Karim.

Quand on voit qui relit l'article, Sptunik en l'occurrence, on comprend vite l'intention. Ce média a perdu en crédibilité et donc en conséquence une baisse vertigineuse en fréquentation. Il a été prouvé que ce média contribuait de provocante à l'incitation à la haine de manière insidieuse, pernicieuse et sournoise, il n'y a donc pas besoin de diverger sous ce genre d'article véritablement non-avenu.

L'Islam est une bénédiction pour l'humanité, la preuve !

6.Posté par KADIRI jilani le 22/08/2017 20:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

- La question posée :
Le Coran a-t-il emprunté de grosses parties à la Bible ou les deux livres sacrés ont-ils été écrits à partir d'une même source? Un commentateur d'Agoravox se demande pourquoi la question du plagiat n'a jamais été soulevée et initie une enquête pour analyser les coïncidences dans les écrits divins.

réponse : ‘’ Pour la manifestation de la vérité.’’

Le commentateur d’Agoravox aurait mieux fait de fouiller davantage sur l’origine de la Bible et de compter les milliers d’erreurs recensés dans les chapitres et récits mensongers et inventés par les narrateurs Juifs, fraudeurs, imposteurs anonymes, de la Bible judéo- chrétienne. ? L’Islam, n’est pas une doctrine humaine artificielle, comme c’est le cas, du Judaïsme et du christianisme, deux doctrines artificielles, mensongères, inventées par des faussaires et des fraudeurs coupables d’avoir impliquer Dieu et ses prophètes dans une œuvre mensongère facile à prouver à l’opinion publique mondiale.
IL faut savoir, que la Bible, n’est pas la parole de Dieu, quelle n’a pas été transmise par Dieu au prophète Moïse. Le Pentateuque, composé de 5 livres : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, et Deutéronome, sont des livres qui ne sont pas considérés comme révélés, ni inspirés aux prophète Moïse, que ces livres ont été l’œuvre de narrateurs, de fraudeurs, de faussaires, d’imposteurs, et de coupables de mensonges sur Dieu et ses prophètes élus et que tous les livres attribués aux prophètes sont des mensonges. Que le Pentateuque, n’est pas la Thawra divine originelle, révélée et inspirée au prophète Moïse au Sinaï, en Egypte, et non en Israël. Le premier dialogue, entre l’ange de Dieu et le prophète Moïse, s’est déroulé dans la Vallée de Tawa et non au sommet d’une montagne dotée du nom de ‘’Horeb’’ un nom inventé par les juifs fraudeurs. Cette montagne, n’a jamais été identifiée, ni localisée, et jusqu’à ce jour, les adorateurs de la doctrine du judaïsme artificiel, ignorent les lieux sacrés de la Valée de Towa. ? C’est là, que la parole de Dieu s’est exprimée. Le mystère de la terre promise se trouve caché dans les paroles écrites dans les deux tables au sein des dix commandements. La Palestine, n’était pas la terre promise aux fils d’Israël. La révélation de la Thawra, divine originelle au prophète Moïse, n’était pas le Pentateuque. L Thawra porte un nom, divin, le Pentateuque, porte un titre Grec, et la Thawra, paroles de Dieu. Plus de 11 siècles séparent les deux œuvres. Nous avons le témoignage de ceux qui ont écrit les livres du Pentateuque, sur l’origine de l’existence réelle de la Thwra divine originelle. Le narrateur fraudeur juif, anonyme du chapitre 31: 24-26 du livre Deutéronome, le 5èm livre du Pentateuque, écrit : « Lorsque Moïse eut achevé de consigner par écrit le texte de cette loi. IL donna l’ordre suivant aux lévites qui portaient l’Arche de l’Alliance du Seigneur ; Prenez ce livre de la loi, et déposez-le à côté de l’Arche d’Alliance du Seigneur votre Dieu, et il sera là comme témoin contre vous . » La preuve de la disparition de toute trace de la Thawra divine originelle. On lit au Livre 1Rois 8 : 6 – 9, le témoignage d’un autre fraudeur écrivain du livre de l’ancien testament, lequel apporte des précisions irréfutables de la fin de la Thawra révélée au prophète Moïse.
« 6 - Les prêtres introduisirent l’arche de l’alliance de Yahvé à sa place, dans le Débir de la Maison dans le Saint des Saints, sous les ailes des chérubins. »
« 7 - Car les chérubins déployaient leurs ailes au-dessus de l’emplacement de l’arche, et les chérubains protégeaient l’arche et ses barres, par-dessus. »
« 8 - Les barres étaient assez longues pour qu’on en vît les extrémités depuis le Saint, sur le devant du Débir, mais on ne les voyait pas du dehors. Elles ont été là jusqu’à ce jour. »
« 9 - IL n’y avait dans l’arche que les deux tables de pierre que Moïse y avait déposées à Horeb, les tables de l’alliance qu’avait conclue Yahvé avec les fils d’Israël à leur sortie du pays d’Egypte. »

Donc, il ne restait plus ucune trace de la Thawra divine originelle, ni tables, ni livre. Les Juifs, ne possèdent pas même une feuille de Moïse. Plusieurs siècles passèrent, après la mort du prophète, les Juifs Pharisiens, entamèrent la composition de la Bible écrite entièrement par des narrateurs anonymes, inconnus, des fraudeurs, mythomanes, qui ont fait intégrer tous les textes des pays du Proche-Orient. Les textes des Babyloniens ( sur la création du monde), les textes Akkadiens ( sur Sargon 1er ‘’ Charrum-kin’’ et la naissance de Moïse, les textes des Amorrites sur le code de Hammourabi ( Psaumes) sur les textes Egyptiens, Assyriens et les écrivains passent sous silence de la présence des Arabes, les premiers peuples du Proche-Orient, depuis la fin du déluge, aucun peuple autre que les Arabes, n’a dominé cette région sans les Arabes. Si le Coran a fait un plagiat, les versets de ce livre saint, seraient faux et facilement identifiables. Vous allez être surpris et étonné, que toute la bible fut entièrement détruite dès le début du 8ém siècle de notre ère, par les Juifs eux-mêmes et les historiens ne comprenaient pas les raisons majeurs de ces actes de destructions de livres considérés saints. ? Selon le célèbre Saadia ( Saadia ben Joseph, juif Egyptien, né à Fayoum, en Egypte, en 882, nommé Gaon de l’Académie de Sura en 928 , mort en 942. Son livre principal, le livre des croyances et des opinions, écrit en Arabe, a été traduit en hébreu au XII em siècle, par Juda ibn Tibbon. Saadia ibn Youssef, a été le premier traducteur de la Bible, en 930 de notre ère. Les spécialistes chercheurs, estiment, que la destruction des copies des Bibles se situerait vers 950, après la mort de Saadia, mort en 942. IL y a lieu de signaler que les Musulmans, ne savaient rien sur la Bible, ils ne connaissaient pas les livres de l’ancien testament, et aucune traduction n’a été faite avant celle de Gaon Saadia. Sans une traduction de la Bible, les musulmans, n’avaient aucune traduction afin de pouvoir lire tous les livres de la Bible. Le Saint livre du Coran suffisait pour mieux connaitre Allah et son enseignement, les Musulmans, et en particulier, les arabes qui vivaient avec les Juifs et les chrétiens, refusaient toute conversion aux deux doctrines artificielles et ne voulaient pas se convertir à des doctrines fabriquées par des fraudeurs.
L’auteur de l’article va être foudroyé par le savoir, que la Bible actuelle, que nous possédons, que nous avons entre les mains, a été entièrement réécrite par les Juifs Massorètes, entre 1000 et 1400 de notre ère. Selon certains témoignages de spécialites signalaient, que plus anciens texte complet de la Bible hébraïque se trouvait à la synagogue sépharadite et datait d’environ 950 ; Les autorités mettaient la plus mauvaise volonté à le communiquer : seule une page avait pu être photographiée, et peu de temps avant sa mort ‘’ U. Cassuto avait été autorisé durant quelques heures à le collationner. IL a brulé en 1950 au cours de troubles de Syrie ; heureusement, P.Kahle avait pu établir que le codex de Léningrad B 19 a était une bonne copie de ce manuscrit d’Alep, exécutée en 1008. C’est ce codex qui a servi de base à l’édition critique de Kittel. Parmi les autres manuscrits importants, il faut encore citer le Pentateuque de British MUSEUM Or, ( Gn, 39 : 20 à Dt 1 :33) que Ginsburg, datait d’entre 820 et 850 et que Kahle a reporté au milieu du X em siecle. La seconde collection Firkowitsh actuellement à Leningrad, à trois manuscrits du Pentateuque, réaménagé, révisée, corrigée, modifiée, selon les circonstances. Le plus marquant, dans cette rivalité entre les Juifs et les chrétiens, d’un côté et les Musulmans de l’autre côté. D’après les juifs Egyptiens et juifs Algériens, de la région d’Adrar au sud de Béchar (Algérie). Le célèbre Imam Abdelkarim Al-Maghili, originaire de Tlemcen, ce savant avait découvert que les Juifs de cette région pratiquaient à la fois la doctrine du Judaïsme et la religion de l’Islam, d’une autre manière que le ite du Malikite traditionnel, valable au Maghreb. IL avait donc dénoncé cette secte spécialisé dans des pratiques suspectes et douteuses. Au cours de l’enquête, les enquêteurs ont découvert, certains manuscrits, écrits par des érudits juifs, en arabe, dans ces manuscrits, les auteurs, qui appartenaient à la secte des juifs karaites, laquelle avait dénoncé les Juifs qui ont détruit tous les livres de l’ancien testament, pour réécrire une nouvelle collection. Le reproche que fait les membres de cette secte, c’est que les juifs Massorètes, ont fait un plagiat du Coran. Pour retracer l’histoire des fils d’Israël, les fraudeurs des chapitres des livres se sont inspirés de toutes les sourates du Coran pour les intégrer dans les livres du Pentateuque. IL en est de même, que les Juifs Massorète ont conclus des accords avec des chrétiens ‘’ Jacobins’’ pour tenter de modifier les généalogies des fils d’Israël, façon de ridiculiser l’Islam et les Musulmans. IL a été falsifié, le récit sur les parents d’Aron, de Moïse et de leur sœur. Myriam, la sœur était l’ainée, Aron et sa sœur étaient frère de mère et de père. Moïse, était leur frère que de leur mère. Son père était Egyptien. Le père de Aaron et de sa sœur, ne s’appelait pas Amram, mais Youssef, et la sœur, s’appelait Barsa,. La falsification était, de modifier, Youssef, Amram, et sa fille, Maryem ( Marie) Cette falsification, avait pour but de ridiculiser notre prophète, sur le verset concernant la vie de la sainte vierge Marie. Sourate n° 66 :12 « Marie fille de Imrân » le faussaire, fameux fraudeur J. Berque, use de traduction frauduleuse pour modifier le verset 12 de la sourate 66. Le verset « Marie fille de Imrân. » Berque écrit : ( Marie fille de Jaachim.). Personne ne sait d’où il a pu sortir le nom de Joachim. ? Les premiers chrétiens, qui ont vécu durant plusieurs générations et qui ont vécu depuis la mort de Jésus jusqu'à la période du concile de Nicée, ne savaient pas le nom du père de la Sainte vierge Marie, ni Imran, ni Joachim. ? Et aucun religieux ne savait la vérité sur le père de la Sainte vierge Marie. . ? IL a fallu, que ce soit le Coran, qui annonce la vérité sur le nom du père de Marie, Imran, et que Imran père d’Aaron et de Moïse, était un faux falsifié par les Juifs Massorètes et leurs complices chrétiens, Jacobins.

Que l’auteur de l’article sache que le Vatican, a donc décidé il y a plus de deux siècles, a crée un département spécial, chargé d’une mission permanente, de lutter contre l’Islam et son expansion. Lors du Vatican II, le Pape et ses conseillers, ont prononcé le verdict final, Sur les livres de l’Ancien testament, ‘’ les livres de l’ancien testament contiennent de l’imparfait et du caduc’’. Les Catholiques, qui croient aux 46 livres de l’ancien testament, étaient embarrassés de cette décision. En ce qui concerne, le Coran : le Vatican II a fait subir au Coran le plus sévère des analyse les plus sophistiquées, mais les chercheurs n’ont rien trouve de contestable. Les 6.236 versets ont été passés au crible, pendant plus de 170 années et le Vatican reconnait, que le Coran est un livre révélé, authentique et digne de respect. Nous conseillons à l’auteur qui cherche la vérité, au profit de la Bible, qu’il s’adresse au Vatican, pour l’informer et l’orienter. Que la religion de l’Islam, n’a pas été fondée par le Prophète Mohamed. Le fondateur de l’Islam, c’est Allah qui est le fondateur de l’Islam. Le prophète Mohamed n’est que le prophète et messager. En Islam, il y a un verset 256 de la sourate Al-Baqara, ‘’ atteste : « Point de contrainte en Islam. » Cette liberté, ne se trouve nulle part ; Le nom de Thawra, ne se trouve nulle part, dans aucun livre, parmi les livres du Pentateuque, hormis au sein du Coran. Les Musulmans savent depuis la naissance de l’Islam en 610, que les livres des juifs sont des écrits faux. Pourquoi, faut-ils que les musulmans s’inspirent de récits qu’ils savent qu’ils sont faux. ? En revanche, les Juifs et les chrétiens savent que la religion de l’Islam, c’est la seule vraie religion, mais par orgueil, ils ne veulent pas oser franchir la limite entre la vérité et les mensonges.

c’est une religion révélée, authentiquement divine, l’Isam est la vraie religion véridique et l’Islam, n’a pas besoin de frauder et d’user de plagiat pour tromper les croyants pieux et vertueux, lesquels méritent autant de respects et de haute considération. Les musulmans qui vivent un vrai bonheur, défient, les judéo-chrétien
Qu’ils apportent des preuves irréfutables, irrécusables et incontestables, que les versets du Coran sont des plagiats qu’Ils faut le prouver

Nous savons

qu’aucune analyse théologique ou scientifique n’a été capable de trouver un seul récit issu d’un autre texte, en particulier de livres de la Bible. Nous n’accepterons pas et nous nous réfutons toutes les campagnes de dénigrements orchestrées par les judéo-chrétiens pour nous salir notre sublime religion.

Le Coran est bien plus haut et plus noble, il est Saint, il est divin, il est éternel, il n’a pas besoin de se souiller et de se salir de porter le fardeau de tous les mensonges contre Dieu. A bon entendeur salut. KADIRI ;




7.Posté par Eschyle 49 le 22/08/2017 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je vous invite à relire ces quatre ouvrages :

- Le Coran révélé par la Théorie des Codes, de Jean-Jacques Walter (28 euros) :
https://www.amazon.fr/Coran-Revele-par-Theorie-Codes/dp/2851622889
http://ripostelaique.com/lautopsie-du-coran-par-jean-jacques-walter.html?doing_wp_cron=1467391610.2379589080810546875000
http://www.lemessieetsonprophete.com/annexes/Walter_theorie-des-codes_Coran.htm
(13’54’’) https://www.youtube.com/watch?v=k5pF5seXGIM

- Le grand secret de l’islam, d’un auteur dénommé Odon Lafontaine, publiant sous le pseudonyme d’Olaf, joignable à l’adresse suivante : odon.lafontaine@gmail.com ( gratuit en téléchargement ) :
https://legrandsecretdelislam.com/
https://www.amazon.fr/grand-secret-lislam-Olaf/dp/1517011310
https://www.youtube.com/watch?v=P0hcluIab7M

La synthèse de ces deux ouvrages est la suivante : le Coran n’est pas l’œuvre d’un auteur unique, écrivant au sixième siècle sous la dictée de Dieu (Allah), mais un texte écrit par plusieurs personnes (minimum 30, maximum 100, médiane 50), sur une période de 200 ans, les deux tiers de cet ouvrage étant une traduction en langue arabe d’un texte écrit originellement en araméen ; tous les documents du « proto Coran », rédigés entre le sixième et huitième siècle, ayant été systématiquement détruits par les deux califes qui se sont employés à élaborer une doctrine officielle, conçue pour combattre le christianisme, ceci à partir des ouvrages de la secte des judéo-nazaréens, chassés de Palestine à la suite du second sac de Jérusalem, en 586 de notre ère.
Bref, à l’inverse de l’ancien et du nouveau testament, pour lesquels il a toujours existé une exégèse fondée sur des documents de toutes origines, il se révèle que le Coran est exclusivement à but politique.

- Une révolution sous nos yeux, de Christopher Caldwell, publié en anglais en 2009, refusé par tous les éditeurs francophones, et publié dans la langue de Molière en 2011 (500 pages de texte, 100 pages de références , pas un mot plus haut que l’autre , du LE PEN à la puissance dix) :
https://www.amazon.fr/Une-r%C3%A9volution-sous-nos-yeux/dp/2810004447

- La règle de Saint Benoît, aux sources du droit, de Gérard Guyon, où il est démontré que tout le droit européen, sacré comme laïc, civil comme pénal, ceci de Brest à Vladivostok (via Saints Cyrille et Méthode, au neuvième siècle), découle du travail de ce juriste, formé à l’université italienne, imprégné de la philosophie grecque, du droit romain et des deux testaments :
http://www.editionsdmm.com/A-180592-la-regle-de-saint-benoit-au-source-du-droit.aspx

8.Posté par YYY le 22/08/2017 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Allah se serait- Il plagié ???
Depuis Adam (as) le message est le même, en conformité avec les différentes époques et suivant les différents peuples. Tous ayant reçu Le Rappel = Al Dziker sous la forme parfaite et en adéquation avec leur condition et mode de vie, ils n'ont donc aucune excuse.
D'autre part, aucun peuple n'a été détruit sans avoir reçu Le Message émanant d'Allah et transmis par un homme.
Actuellement, donc, chaque faction peut se reconnaître dans le Qor'an et a un message clair. Il n'est pas un être qui ne soit averti de ce Jour = Youm-dzi.
Al-Qor'an Oum Al Kitab et protégé par Allah, transmis en [ langue arabe ] et cela, par la mémorisation et la récitation. De plus il est enregistré à présent.

Qor = dire, expliquer, enseigner, avouer ce qui est intrinsèque
An = infini, éternel.
Oum = matrice, mère, l'ensemble de...
kitab = prescription

Je me permets de conseiller la récitation de ces deux Cheikh (ils respectent bien les temps d'arrêts, l' intonation dans la récitation, pour une bonne compréhension.)
Cheikh Seddique Al Menchaoui
Cheikh Tablawi : à télécharger __ https://archive.org/details/Tablawi_mogawwad

Et Allah guide qui il veut.

9.Posté par wymay le 22/08/2017 23:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je me demande si l'auteur de l'article n'a pas visé juste .... Il a peut-être brandi un faux drapeau juste pour faire réagir ... C'est fort bien manœuvrer. Et ça a marché !

Au fond, c'est une stratégie tellement banale qu'on aurait pu juste l'ignorer. Une provocation de plus ou de moins ...
Les réponses font cependant l'effet d'un feu d'artifice des grandes occasions. Bien fait ! Les références données par tous les commentateurs en réactions mettent en gras l'ignorance de l'auteur de l'article. Espérons qu'il en tirera un peu d'intérêt pour le travail comparatif, et qu'il relira le coran et la bible avec un regard différent. Un peu plus méthodique ; ou juste plus curieux.

Je note ce lien sur la page d'agoravox qui publie l'article original : "Des signes de radicalisation repérés chez les enfants belges dès la maternelle" !! "Repérés", comme s'il s'agissait de petites bestioles qui apparaissent et disparaissent à l'improviste ...

L'auteur de ce titre ne s'en rend pas compte mais son titre est l'expression d'une radicalisation. Chercher des poux dans la tête de jeunes enfants ! Le titre est de plus une barbarie : un enfant ne peut pas se radicaliser ! On se radicalise dans son attitude, ses idées, ses engagements, ses choix ... Un enfant n'a pas cette capacité. Il ne fait pas encore de choix politique, Messieurs Dames.

Ce que le titre fait, c'est mettre en accusation les parents musulmans "en Belgique" (avant que ça ne fasse l'objet de découvertes similaires ailleurs ...). En voici le premier paragraphe : "Ainsi, le document indique que certains petits enfants citent le Coran pendant leur temps libre, qu'ils ne viennent pas à l'école le vendredi à cause des de leurs convictions religieuses et qu'ils refusent de serrer la main pour saluer qui que ce soit." De vrais aliens ...

Une fois dans l'article en question, un autre lien pointe vers un sujet similaire : "Radicalisation dans les lycées en France: le CNRS tire la sonnette d’alarme". ça nous parle tout au plus de l'esprit du site sputnik : on n'en sort pas ... ça ressemble à du noyautage mental.

Je n'ai pas lu ces deux articles ; les titres me rebutent tellement ils sont chargés d'une intention évidente. Quand en viendra-t-on à suggérer de donner des prénoms latins aux enfants musulmans, pour se rassurer soi-même ? Ou parviendra-t-on à faire haïr leurs origines aux enfants. Pour l'instant, tout ce que peut faire ce matraquage, c'est produire de la radicalisation en réaction.

De même, un rabbin espagnol n'hésite pas à affirmer (après l'attentat à Barcelone) que les juifs espagnols sont particulièrement en danger en Espagne du fait de la radicalisation de certaines zones, et qu'ils doivent songer à en émigrer en Israël ... Quel rapport entre l'attentat, la radicalisation et les Juifs ? Celui que peut faire un radicalisé étriqué qui compte bien radicaliser les autres par tous les moyens ; y compris le mensonge absolu.

10.Posté par yukof le 23/08/2017 00:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nos amis complotistes "musulmans" adeptent des médias poutiniens doivent se prendre une douche froide devant cette article de mauvaise foi en plus , qui annonce clairement la couleur ....

pour rappel , l'un des miracles mathématiques du coran qui est le calcul de la surface de la terre et de la mer , on le retrouve dans aucune version de la bible ...

11.Posté par spitit le 23/08/2017 08:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un commentateur d'Agoravox se demande pourquoi la question du plagiat n'a jamais été soulevée et initie une enquête pour analyser les coïncidences dans les écrits divins.

.. et initie une enquête . une enquête .. ?

pour en arriver à lire ce type de conclusion, le lecteur de ces articles se demande surtout s'il ne s'agit pas là de la "méthode' Candy-Crush qui a été utilisée, pour "analyser" des millénaires d'histoires et de faits historiques des religions .. .

L'auteur compare et compte le nombre de fraises, citrons, framboises et tous les bonbons qui lui restent dans son panier et il s'interroge .. pourquoi pas ? et interpelle le .. Vatican . . là on se dit encore ..bon allez pourquoi pas mais .. ?

Mais dans sa palette de fruits et de couleurs affichés à ses compteurs, P.A - Teslier est éblouit au point de ne pas remarquer la perle. La réponse à sa question - Le défi de produire un texte "similaire" est toujours posé. Sourate 11 v13-14

En ouvrant le Coran, Teslier devrait faire appel à son coeur et non pas à de faux témoins. Ses articles seraient plus pertinents, de bien meilleure qualité et contenus intellectuels, ce qui serait hors de portée pour Sputnik.

12.Posté par tarik le 23/08/2017 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

allez il vous ont donné du grain a picorer et tout le monde picore allegrement .
SI ceux qui voient en Le Saint Coran un plagiat de la Bible nous leur disons Bon Vent puisque vous avez enfin decouvert l'eau chaude , Nous AUTRES MUSULMANS ON SE CONTENTE DE NOTRE SAINT CORAN .
et on ferme toute discussion ça ne sert a rien de polemiquer avec ces affidés de Satan

Pour moi c'est un faux debat et il n'y a pas lieu de se laisser entrainer dans des polemiques steriles

13.Posté par kamal le 23/08/2017 14:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL Y A UN ERUDIT QUI A PASSE TOUTE SA VIE A ETUDIER LE CORAN IL S APPELLE PIERRE DE CAPRON DE CAPRONA IL A PUBLIE TOUTES SES RECHERCHES A LA MAISON D EDITION ARRABYYA AU DEBUT DES ANNEES 1980 .IL S APPELLE AUX SOURCES DU LANGUAGE ORACULAIRE.
L AUTEUR S EST CONCENTRE SUR L ETUDE DES STRUCTURES RYTHMIQUES DES VERSETS DU CORAN PAR ORDINATEUR.IL RESSORT DE CETTE ETUDE QUE LES STRUCTURES RYTHMIQUES DES VERSETS DU CORAN SONT RESTEES IDENTIQUES ET CE SUR 23 ANNEES DE REVELATION.OR COMME LES VERSTS DU CORAN SORTAIENT DE LA BOUCHE DU PROPHETE SAWS DE FACON INATTENDUE ET EN FONCTION DE L EVENEMENT IL EST IMPOSSIBLE QUE LE PROPHETE SAWS AIT PU COMPOSER CES VERSETS BIEN AVANT.
L AUTEUR CONCLUT APRES PLUS DE 600 PAGES D ANALYSES QUE LE CORAN EST SANS AUCUN DOUTE LISAN L GHAYB.CE LIVRE EST UN CHEF D OEUVRE PASSE INAPERCU CAR EPUISE DE FACON ETRANGE ET NON REPUBLIE ET QUE DES MUSULMANS SINCERES GAGNERAIENT BEAUCOUP A LE REFAIRE PUBLIER S ILS LE RETROUVENT CAR SES CONCLUSIONS SCIENTIFIQUEMENT PROUVEES DETRUISENT TOUTES CES BALIVERNES SUR LES 50 AUTEURS DU CORAN OU DU PLAGIA DE LA BIBLE.....ET CONSTITUE UNE BONNE BASE DE DISCUSSION AVEC LES GENS DU LIVRE/

Modération: la lecture d'un commentaire en lettres minuscules est beaucoup plus aisée.

14.Posté par ATR le 24/08/2017 12:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Eschyle

Toutes vos soit disant "Évangiles" originaux sont en grec... Jésus était grec ? Les apôtres étaient grecs ?
Vous avez la chaîne de transmission exacte entre Jesus et les grecs qui ont écrit vos chers originaux "authentiques"...?

15.Posté par FER le 25/08/2017 17:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voici un sujet intéressant "La Bible Est Elle La Réelle Parole de dieux ? ]url:http://www.youtube.com/watch?v=mxcU9Na6H1kqt[

16.Posté par Kader le 26/08/2017 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Qur’ān, que cet Occident islamophobe combat avec acharnement, sans aucune juste cause, contient 6236 Versets répartis en 114 Sourates/chapitres.
26 Versets traitent du Jihad ;
38 Versets traitent du Combat ;
06 Verset traitent de la levée en masse.
Ce qui fait en tout 70 Versets, de tous les 6236.
Le reste du Corpus, soit les 6166 Versets, traitent et organisent inséparablement, la vie terrestre, dans tous ses secteurs, et celle de l’Au-delà.
Or, seulement 228 sont consacrés à des prescriptions juridiques, parmi lesquelles 70 concernant la famille, 70 le code civil, 13 la juridiction et la procédure, 10 le droit constitutionnel, 10 l’ordre économique et financier, 25 les relations internationales, 30 le code pénale.
Au total 3% de tout le Qur’ān concerne le droit et 0,05% le pénal.
C'est pourquoi nous pouvons dire que la quasi-totalité du Qur’ān traite de la foi et de la raison, c'est à dire de la voie droite qui signifie les finalités à chercher pour accomplir la volonté de Dieu sur cette terre.
Devant l’impossibilité d'établir l'authenticité de chaque partie du texte biblique. certains ulémas comme Ibn Hazm pensent que la quasi-totalité (mu'zam) des textes actuels de la Torah, des Psaumes et d'autres Livres révélés n'est pas le message authentique laissé par les prophètes qui les avaient communiqués. Et que la part demeurée authentique dans les livres présents aujourd'hui auprès des juifs est très minime. Al-Fissal, Ibn Hazm, 1/229, 237.)
le Qur’ān dit qu'il vient "déclarer véridiques" ("tasdîq") les Ecritures révélées avant lui, deux interprétations différentes du Qur’ān sont dites dans le verset suivant:
"Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous la fassions oublié. Nous en apportons un meilleur ou un semblable. Ne sait-tu pas qu’ Allah est Omnipotent?» Qur’ān 2:106
Le mot arabe mentionné est ayat qui signifie 'signes' ou 'versets' et qui peuve également signifier «révélation». Ce verset du Qur’ān peut être interprété de deux façons différentes:
Les révélations qui sont abrogées sont ces révélations qui ont été révélé avant le Qur’ān, par exemple la Torah, la Zabour et les évangiles.
Ici, Allah affirme qu'il n'entraîne pas les révélations antérieures à être oubliées, mais il les remplace avec quelque chose mieux ou similaire, indiquant que la Torah, la Zaboor et les évangiles ont été remplacés par le Qur’ān.
Si nous considérons que l'ayat mot arabe dans le verset ci-dessus se réfère aux versets du Qur’ān et pas des révélations précédentes, Allah nous indique qu'aucun des versets du Coran sont abrogée par Allah mais remplacé par quelque chose de mieux ou similaire.
Il dit aussi d'autre part qu'il vient "prévaloir" ("haymana") sur elles :
"Et sur toi [ô Muhammad] Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité [il s'agit du Qur’ān], qui déclare véridique l'Ecriture avant lui et qui prévaut sur elle" (Qur’ān 5/48).
Le Qur’ān prévaut sur elles non pas dans le sens où il va les détruire, appeler à les détruire, empêcher juifs et chrétiens de les posséder, ou encore forcer juifs et chrétiens à se convertir à son message à lui, mais simplement dans le sens où il affirme que étant le dernier message de Dieu, ses enseignements constituent les enseignements désormais agréés par Dieu.
Que le Qur’ān sera intégralement préservé dans son authenticité originelle, tel que Dieu l'a révélé (Qur’ān 15/9).
Allah a rassemblé dans le Qur’ān tout ce qui était dispersé dans les autres Livres[ en y rajoutant d’autres éléments.
De même que le Prophète (SAWS) est le Sceau des Prophètes, le Qur’ān est le Sceau des Livres révélés : Mohammad n’est le père d’aucun des vôtres, mais il est le Messager de Dieu est le sceau des prophètes » (Qur’ān 33 40).
Sa Loi (d’essence divine) scelle et abroge les lois, les Livres saints et les Écritures anciennes.
Le Qur’ān reconnaît l'origine divine de l'ensemble des livres sacrés du judaïsme et du christianisme, tout en considérant qu'ils sont, dans leurs écritures actuelles, le résultat d'une falsification assez profonde et ce avait nécessité le remplacement des Écritures par une autre, ce fait est validé par le verset suivant :
Et sur toi Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer les Livres qui étaient là avant lui et pour prévaloir sur eux. (…)Qur’ān, 5:48
Ici, les mots «prévaloir sur eux» confirment que les Écritures précédentes sont remplacées par le Coran.
Ce qui proiscript toute éventualité de plagiat du Qur’ān c’est la rationalité de l’Islam en effet, celui ci oblige à reconnaître toutes les communautés spirituelles, tous les prophètes antérieurs et se considère comme le dénominateur commun à toutes les religions.
Ainsi, l’islam reconnaît comme siens tous les prophètes qui se sont réclamés du dieu unique et éternel, le Qur’ān dit à ce sujet
Il a prescrit pour vous en matière de religion ce qu’il a prescrit à Noé, ce que Nous t’avons révélé, ainsi que ce que Nous avons prescrit à Abraham, à Moïse et à Jésus : pratiquez la religion et n’en faites pas un sujet de division.
(Coran Sourate: 10-13).
Conclusion, c’est par la main des scribes Massorètes que la Bible est truffée de mensonges, de légendes, de contes, d’histoires récit de mythes et d’auto glorification du peuple Juif, qui s'est créé une histoire sur mesure pour exister au milieu des autres civilisations l'entourant qui le dépassaient et ignoraient carrément son existence tellement il était insignifiant.

[ http://kadbehar.unblog.fr.over-blog.fr/

17.Posté par KADIRI jilani le 27/08/2017 01:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Kader
La mauvaise interprétation des livres révélés et livres inspirés, ne fait que diviser les musulmans sur la reconnaissance des livres non révélés et livres non inspirés, des judéo-chrétiens. !
Je commence par vous signaler, que l’Islam ne reconnait pas la Doctrine artificielle du Judaïsme, ni la Bible juive de l’Ancien Testament et l’Islam ne reconnait pas la doctrine artificielle du christianisme, ni la Bible composée des quatre Evangiles du Nouveau Testament.? De grâce arrêter de dire n’importe quoi.
L’Islam ne reconnait que la Thawra divine originelle révélée et inspirée au prophète Moïse dans la walée Tewa au Sinaï, en Egypte, et non au mont de la montagne Horeb, une montagne qui n’existait pas à l’époque du prophète Moïse. Tous les spécialistes, tous les chercheurs, tous les savants, chrétiens, Athées, Juifs, Musulmans, et Israéliens ont passé plus de deux siècles, à fouiller tout le territoire du Sinaï, surtout les Egyptiens, afin de localiser et d’ identifier cette montagne imaginaire. ? Aucune découverte, aucune identification, et les juifs sont dans l’embarras, comment se fait-il, que lieu aussi sacré que les lieux de la révélation ne sont pas. Résultat, la montagne dite ‘’Horeb’’ n’existe pas ; La Thawra n’a pas été écrite en hébreu. ? L’écriture hébraïque n’existait pas encore à l’époque du prophète Moïse. Les fils d’Israël, ont eu le privilège D’avoir le livre de la Thawra, un livre révélé et non inspiré.? De plus, les Fils d’Israël, croyaient au Dieu, du nom d’Elohim’’ et non de Yahvé, un dieu inventé par les Juifs Pharisiens et confirmé par les Ashkénazes adorateurs De la doctrine du Judaïsme artificiel.
La religion suivi par les fils d’Israël, s’appelait le Mosaïsme, qui a vécu jusqu’à la mort du prophète Salomon. Après la mort de Salomon, les judéens ne voulaient pas suivre l’enseignement divins de la religion du Mosaïsme, a été volontairement remplacée par les Jusées qui pratiquaient le culte des païens. Ce fut à l’époque des deux écoles, celle de Hillel et celle de Schammai, que l’écriture hébraïque fut élaboré et que les premiers manuscrits du Pentateuque ont été écrits par des auteurs, non inspirés, anonymes, des narrateurs incompétents, qui ne vivaient pas en Palestine, des ignorants, mythomanes, étaient aussi, des imposteurs.IL n’y a qu’une seule Thawra révélée au prophète Moïse. Même si elle avait été écrite par Moïse, ce n’est ni par l’écriture Hiéroglyphes, ni de l’écriture hébraïque qui n’était en usage et que ni Moïse ni les Fils d’Israël, n’ont jamais entendu parler de cette langue ou de cette écriture qui n’a aucune origine divine. La seule écriture qui avait une étendue à travers tous les pays voisins, jusqu’à l’Inde. C’est l’écriture Akkadienne qui était valable, écriture utilisait par les Pharaons et le roi des Hittites, lors de la signature du pacte de paix entre les deux pays. Le texte écrit en Akkadien, existe partout.
La Bible juive de l’ancien testament, n’est pas divine, n’est ni une révélation, ni une inspiration, une pure invention, que les fraudeurs Rabbins attribuent à Dieu et à Moïse pour que ça pèse lourd. Les cinq manuscrits du Pentateuque de la Bible hébraïque, ne sont pas divins, n’ont pas été écrit en une écriture divine, les manuscrits du Pentateuque, ne sont pas la parole de Dieu. ? Donc les musulmans ne peuvent considérer que les livres du Judaïsme sont des livres reconnus par l’Islam. C’est une grave erreur susceptible de tromper les croyants musulmans. Aussi, je réfute votre opinion, selon laquelle, vous avez écrit que « Le Qur’ân reconnait l’origine divine de l’ensemble des livres sacrés du Judaïsme et du christianisme.»
Et vous ne citez aucune source des sourates du Coran ! C’est grave. ?
Non, monsieur Kader, l’Islam, ne reconnait, pas les livres des deux doctrines artificielles, à savoir les livres du Judaïsme et livres du christianisme.
A - La Révélation divine : L’Islam reconnait les livres révélés ci-après :
1° - La Thawra divine originelle révélée au prophète Moïse ;
2° - Le Coran , divin originel, révélé au prophète Mohamed.
B - L’ inspiration divine : L’Islam reconnait les feuilles et livres inspirées ci-après :
1° - Les feuilles divines inspirées au prophète Abraham
2° - Le Livre du Zabour, inspiré au prophète Daoud (David).ce livre n’a jamais été écrit ni par Daoud (David) ni par un autre auteur inspiré. IL ne faut pas confondre le Zabour avec les Psaumes. Les Psaumes est un livre écrit par les juifs Pharisiens au premier siècle de notre ère. Les traducteurs occidentaux, notamment, Blachère, Berque, Chouraquie, le faussaire, ont traduit arbitrairement, le Zabour par Psaumes. ? Musulmans réveillez-vous et soyez prudents et vigilants, les faussaires et falsificateurs, sont mobilisés pour nous désorienter et nous n’avons pas les moyens pour déceler tous les mécanismes utilisés pour nous imposer leur influence suspecte.
3 ° - Le livre Al In - Jil ( l’Evangile) au singulier, inspiré au prophète Issa ( Jésus). Ce livre n’a jamais été écrit, ni par le prophète Issa (Jésus) ni par un autre ? Les fondateurs du christianisme, notamment Paul, le vrai fondateur du Christianisme, n’ont jamais assistés aux prêches de ce prophète.
4° - Les Hadiths sacrés divins, paroles inspirées du prophète Mohamed. Ces Hadiths, sont considérés par les savants comme complémentaires aux les versets des sourates.
L’Islam ne reconnait aucun livre du Judaïsme :
- L’Islam ne reconnait aucun livre du judaïsme, notamment tous les livres de l’ancien testament de la Bible juive :
A ) – Les livres de l’Ancien Testament :
- Les Catholiques ont 46 + 27 = 73 livres.
- Les Protestants ont 39 + 27 = 66 livres.
1° - Le Pentateuque ( torah) (1) ;
2° - Les livres historiques ;
3 - les livres Poétiques ;
4° - Les livres les Prophètes.
(1) - Le Pentateuque, est composé de cinq manuscrits écrit par des fraudeurs, des falsificateurs, des faussaires, des narrateurs écrivains anonymes, imposteurs et mythomanes. D’après la doctrine juive, et grâce au soutien des rabbins complices de toutes les falsifications, qu’il y a dans les écritures saintes, deux Thawrates, l’une révélée à Moise, est divine, la seconde est le Pentateuque, considéré par les juifs adorateurs de la doctrine artificielle, comme seconde torah. Dans ce contexte, les musulmans qui ne sont pas intéressés par la lecture de la Bible, ne comprennent rien à cette confusion déplorable. ?
B ) - Les livres du Nouveau Testament : ( 27 livres)
1 ° - quatre Evangiles : Matthieu, Marc, Luc et Jean. (2)
2° - Les ACTES
(2) Les Evangiles sont des livres écrits par les quatre auteurs que je viens de mentionner ci-dessus. Ils un niveau inférieur a nos hadiths faibles). Les écrivains, n’ont jamais évoqués les noms des témoins des récits. Le monde occidental, ont dénoncé la manipulation des chapitres et des récits qui composent cette œuvre fabriquée pour impliquer dieu et ses élus prophètes.
Conclusion : IL n’ y a pour nous musulmans, qu’une seule Thawra ( torah) celle qui fut révélée au prophète Moïse. Le Pentateuque artificiel, œuvre humaine non inspiré, n’est pas la Thawra ( torah). Plus de 11 siècles, séparent les deux œuvres et les musulmans doivent savoir que jusqu’à nos jours les rabbins et leurs complices, continuent leurs mensonges sur Dieu et ses élus. IL n’y a qu’un livre, al In- Jil, ( l’Evangile) au singulier, et non les Evangiles une œuvre humaine inventée de toute pièce. Avec mes salutations. KADIRI.



18.Posté par Kader le 27/08/2017 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellente explication, mais certaines personnes vont tout simplement nier cela. A Leur perte.
On nous a toujours dit que c’est la Bible qui dit que la Bible est Vrai ou encore que c’est l’apôtre que Jésus aimé un certain Jean anaphabete et pécheur de son état qui nous confirme la divinité de Jésus le Fils de Dieu, ainsi il est demandé aux musulmans barbares que nous sommes, d’être plus crédule que
les chrétiens pour croire aux contes de ce dogme.
Comme si le christianisme est blanc, et le Judaïsme plus blanc encore pour être à l’abri de corruption et ça suffit à leur bonheur.

N’est pas extraordinaire !

Merci à Dieu, nous n'avons pas ce problème dans l'Islam. Tous les louanges sont dus à Allah, nous avons UN livre tout convenu. À partir du moment où il a été dévoué jusqu'à aujourd'hui. C'est une preuve évidente que Allah a laissé les Juifs et les chrétiens s'égarer dans un désordre et dans la confusion chaque groupe et l'église se vanter de sa propre bible.

Bien, il est clair que le judaïsme et son sous-produit le christianisme sont faux et que les crédibilités Judéo-chrétiennes ne reposent sur rien d'établi.
Fondamentalement, l'Islam corrige et abroge toutes les autres religions avec vérité.

Allah, cependant, dans Son infinie miséricorde et sagesse, n’a pas abandonné les hommes à eux-mêmes. Il a fait descendre des messages et des lois qui leur expliquent comment L’adorer et vivre selon Ses commandements.

L’enseignement de l’Islam, c’est la simplicité du Culte.
C’est cela le Musulman !

19.Posté par Saber le 28/08/2017 01:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

وَقَالَتِ ٱلْيَهُودُ يَدُ ٱللَّهِ مَغْلُولَةٌ غُلَّتْ أَيْدِيهِمْ وَلُعِنُواْ بِمَا قَالُواْ بَلْ يَدَاهُ مَبْسُوطَتَانِ يُنفِقُ كَيْفَ يَشَآءُ وَلَيَزِيدَنَّ كَثِيراً مِّنْهُم مَّآ أُنزِلَ إِلَيْكَ مِن رَّبِّكَ طُغْيَاناً وَكُفْراً وَأَلْقَيْنَا بَيْنَهُمُ ٱلْعَدَاوَةَ

وَٱلْبَغْضَآءَ إِلَىٰ يَوْمِ ٱلْقِيَامَةِ كُلَّمَآ أَوْقَدُواْ نَاراً لِّلْحَرْبِ أَطْفَأَهَا ٱللَّهُ وَيَسْعَوْنَ فِي ٱلأَرْضِ فَسَاداً وَٱللَّهُ لاَ يُحِبُّ ٱلْمُفْسِدِينَ

..............................................................................................................................................

La Table Servie - Al-Mâ'ida
Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le Clément.
[5:64]
Les Juifs ont dit : " La main de Dieu est fermée ! " Ce sont leur mains qui se sont fermées et ils ont été maudits pour ce qu'ils ont dit. Bien au contraire, les mains de Dieu sont largement ouvertes et Il prodigue Ses dons comme Il veut. Mais voilà que ce qui t'a été révélé de la part de ton Seigneur accroît chez beaucoup d'entre eux la rébellion et la mécréance. Nous avons suscité parmi eux l'hostilité et la haine jusqu'au Jour de la Résurrection. Chaque fois qu'ils ont allumé un feu pour la guerre, Dieu l'a éteint. Ils sèment la corruption sur la terre, mais Dieu n'aime pas les corrupteurs.


.........................................................................................................................

Mise en esclavage des peuples d'hier et d'aujourd'hui comme tous les colonialismes sur fond de guerres sont résumés dans ce verset divin.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...

Publicité

Brèves



Commentaires