Croyances et société

Et si l’église catholique romaine faisait des infidélités à Dieu ?


Marie-Louise ABIA Bouscule les mœurs figées.

« Tout ce qui est biblique est divin. »
Dieu serait-il misogyne ?
Le sexe serait-il un péché ?
Et si la sainte bible était plutôt un livre nuisible ?


Marie-Louise ABIA
Mardi 20 Avril 2010

Le pape vient d’abolir le célibat obligatoire des prêtres !

Et si l’église catholique romaine faisait des infidélités à Dieu ?
Le pape vient d’abolir le célibat obligatoire des prêtres !
 
 Prise aujourd’hui dans la turpide de ses propres tourments, l’église catholique romaine ne saint plus à quel saint se vouer.
 
 
 Du racisme à l’esclavage ordonnancé, en passant par le célibat forcé, la religion a remplacé la volonté de Dieu par celle de l’homme Tout-Puissant, une doctrine anti-humanité qui soumet l’humain à des formes de dictature plus ou moins déguisée. Qu’adviendrait-il de fâcheux à l’humanité si les prêtres catholiques romains se mariaient ?  
 
 « La femme serait-elle, en fin de compte, le talon d’Achille de l’église catholique romaine ? … Si tel est le cas, notre église ne tiendrait-elle donc qu’à si peu que ça ? [ … ]
 
 Après avoir créé Adam, lorsque Dieu déclara qu’« il n’est pas bon que l’homme soit seul », s’il avait pensé, un tant soit peu, que la femme serait inutile voire funeste, croyez-moi, il aurait plutôt créé un deuxième homme pour tenir compagnie au premier. Mais il ne l’a pas fait, il a créé une femme ! Réfléchissez pourquoi ! [ … ]  
 
 A l’heure où je t’écris, il y a quelque part dans le monde un excellent prêtre, sans conteste très dévoué, qui est en train de faire l’amour à une femme qu’il aime, de cette liaison naîtra un bébé qui deviendra probablement prêtre ou pape car la réalité est que personne – exceptée la mère – ne sait dans quelles conditions un pape est conçu. L’église, elle, sera toujours là demain comme hier, ce prêtre amoureux-coucheur ira célébrer la messe et comme tout croyant, il continuera à t’adorer et à te servir avec une foi que le sexe n’aura pas détériorer. [ … ]  
 
 Quand as-tu constaté cette flagrante erreur et décrété que finalement, coucher avec une femme devenait un acte radicalement inique pour un prêtre ? [ … ]  
 
 Si le prêtre catholique romain est le seul homme sur terre qui soit incapable d’assumer une vie de famille ou des sentiments amoureux simultanément avec son travail, alors la question se trouve bien ailleurs et il faudra se la poser autrement […]  
 
 Le célibat imposé aux prêtres, cette simple décision humaine disciplinaire, sur fond économique, qui n’a rien à voir avec la volonté de Dieu et qui ne figure dans aucun des multiples livres de la bible, n’ayant par conséquent aucun fondement spirituel, est dorénavant aboli ! »
 
 
 En mettant les Saintes Écritures et le célibat des prêtres au centre de cette émouvante histoire, Marie-Louise ABIA signe son troisième roman par lequel elle nous immerge habilement dans la source de la relation Homme-Dieu, nous incitant à regarder les choses en profondeur et à nous demander si, en prétendant agir au nom et selon les commandements de leur Maître, les ambassadeurs de Dieu ne seraient pas les premiers à aliéner les droits humains les plus fondamentaux.  
 
 S’il est donc permis de remanier les Saintes Ecritures qui sont censées être non modifiables et non négociables, on est en droit de se demander où commence et où s’arrête la volonté de Dieu, et où commence celle de l’homme !
 L’auteur qui est, elle-même, chrétienne, catholique pratiquante et partisane des droits de l’homme, exprime sans tabous sa conception de la relation Dieu-Humanité et invite également ses lecteurs à pousser leur réflexion un peu plus loin que la simple croyance dogmatique qui peut parfois s’avérer destructrice pour l’humanité.
 
 
 Quelques extraits :
 ─ Tu vas certainement me dire que je perds la tête, et c’est sûrement le cas, mais je n’arrive pas à me passer d’elle, je l’aime à un point inimaginable !… Elle est présente dans tout ce que je fais, même quand je dors, elle est là, près de moi… son sourire, son regard, sa beauté, la douceur de sa voix, de ses mains quand elle me touche !… Oh !… Père Jean-Louis, que crois-tu que je doive faire ?
 ─ Ça dure depuis combien de temps ?
 ─ Six mois environ, mais j’ai le sentiment d’avoir toujours vécu avec elle et de ne pouvoir vivre sans elle. Je ressens une telle sérénité quand je suis près d’elle ! J’ai l’impression de voir son sourire chaque matin quand je me lève !
 ─ Hm, hm !… Mon cher enfant, je ne vois vraiment pas quel conseil te donner, tu es à l’aube de ton engagement, tu es un homme, tu es jeune et tu es entouré de beaucoup de belles jeunes filles. La tentation est grande et elle fait partie du quotidien de notre sacerdoce, de notre sacrifice, et un jour ou l’autre, chacun de nous trébuche et tombe. Ce serait grave si en tombant, on ne se relevait pas. Néanmoins, il serait judicieux que tu te retires quelque temps pour faire le point avec toi-même, le Seigneur t’éclairera dans ta quête, il te donnera les réponses adéquates à tes questions et il te dira quoi faire.  
 ─ Non, je ne crois pas que ce soit nécessaire ; je voulais juste en parler à quelqu’un… merci de m’avoir écouté… il faut que je rentre.
 ─ N’oublie pas, mon fils, notre force est dans le Seigneur, lui seul sait comment nous ramener sur le droit chemin quand nous nous égarons.
 
 […] Quelqu’un aurait dit : « Pour vivre heureux, vivons cachés » et nous nous contentions d’exploiter ce dicton, essayant de nous cacher le mieux possible, partout où nous le pouvions, pour nous aimer car les prêtres se cachent pour aimer.
 
 […] Je voulais savoir ce que son évêque lui avait dit, ce que nous allions devenir, etc., mais il s’était mystérieusement volatilisé. Toute cette semaine m’avait paru une éternité et Lydie-Violette n’arrêtait pas de me dire de commencer enfin à regarder la vérité en face.  
 
 Mais de quelle vérité me parlait-elle ? Celle expressément bafouée par une église qui s’accrochait aveuglément à une doctrine criminelle ? Ou celle où il y avait un homme et une femme qui ne faisaient rien de mal et qui s’aimait d’un amour vrai, pourtant frappé d’interdiction ?  
 
 […] Paolo m’avoua qu’il devait choisir entre la prêtrise et l’amour pour une femme mais qu’il n’arrivait pas à dissocier les deux choses car pour lui, l’une ne pouvait aller sans l’autre.
 ─ Que ferais-tu si je démissionnais de la prêtrise ? Me demanda-t-il.
 ─ Pardon ?
 ─ Je dois choisir entre l’église et toi, en gros, je dois faire un choix entre moi et moi car l’église est une partie de moi et toi, tu es l’autre partie de moi. Alors, je te demande ce que tu ferais si je quittais l’église pour toi !
 Cette déclaration jeta un terrible effroi dans mon esprit. Je pris conscience des proportions hors limites de notre relation. Paolo était partagé entre deux femmes de natures différentes, de statuts différents certes, mais deux femmes, si complices et si unies que les séparer équivaudrait à les détruire et lui, écartelé entre les deux, semblait bien perdu.  
 ─ Pour moi ? Demandai-je interloquée, au bord de la suffocation.
 ─ Oui, pour toi ! Répéta-t-il d’un ton calme et apparemment réfléchi.
 ─ Tu ferais ça ? Demandai-je, incrédule.
 ─ Ça se pourrait ! Tout dépend de toi, de ce que tu veux ! Fit-il, tout aussi sérieux et sûr de lui.
 Rien à dire. Il était bien perdu et moi avec. J’étais restée silencieuse, presque paralysée pendant un moment, à essayer de me poser la même question dans ma tête. C’est vrai, je ne me l’étais jamais demandée, que ferais-je s’il quittait l’église pour moi ? Après tout, c’était son droit ! Mais moi, que ferais-je pour combler ce sacrifice qui risquerait de me rester coincé en travers de la gorge ? Serais-je capable d’assumer le poids de la pression de ses proches qui le considéraient comme le digne représentant de Dieu sur terre ? Et que lui répondrais-je si un bon matin il se réveillait me disant : « je ne me sens pas bien parce que l’église me manque ? » Serais-je capable de passer le restant de ma vie aux côtés d’une moitié d’homme, car c’est ce qu’il serait ?
 Je n’avais pas de réponse à lui donner, je réfléchissais encore lorsqu’il ajouta :
 ─ Si on se mariait ?  
 ─ Tu peux répéter ?
 ─ Et si on se mariait ?  
 ─ Toi… et… moi… ?  
 ─ Hm, hm !  
 ─ Mais tu débloques complètement ! Cette histoire te rend vraiment fou, mon amour !
 ─ Pourquoi ? On a tout ce qu’il faut pour ! On peut se marier ici si tu veux !
 ─ Attends un peu !… Je te signale tout d’abord que dans le monde des humbles humains mortels d’où je viens, pour se marier, il faut qu’il y ait les futurs mariés, un officiant et des témoins !
 ─ Mais nous avons tout ce qu’il faut ! Nous avons l’officiant, moi, les futurs mariés amoureux, nous, et le meilleur des témoins, Dieu. Il me reste encore quelques droits, tu sais ! Alors, j’ai le droit de célébrer mon propre mariage !
 ─ Et ton engagement au célibat, qu’est-ce que tu en fais ?  
 ─ Je quitte l’église ! Alors, je ne suis plus lié par aucun engagement, tu vois ?!
 ─ Tu rigoles ?… Tu vas y retourner !
 ─ Non ! Je quitte l’église pour vivre avec toi et fonder une famille.
 ─ Et si je ne le veux pas ?
 ─ Est-ce que tu m’aimes ?
 
 
 Dieu serait-il misogyne ?


Mardi 20 Avril 2010


Commentaires

1.Posté par cielétoilé le 20/04/2010 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'il avait été misogyne , il n'aurait pas fait que Sainte Jeanne délivre la France . Beau couple en image, sauf que ce ne sont pas les ancêtres de l'homme . Pour le moment, on ne le connaît pas ce couple premier de l'humanité , ni à quel genre il puisse appartenir qui soit celui qui lui délivre l'humanité . Car de l'humanité, il y eut plusieurs espèces ou genres d'humain avant que de n'avoir celui que nous appelons l'homo sapiens sapiens (cro-magnon) . Mademoiselle, si le prêtre se mariait et se préoccupait de choses d'ici-bas, il aurait plus de difficulté à se concentrer sur son sacerdoce . Qui plus est , l'amour peut charrier avec lui la jalousie, la haine , la peur de l'abandon, la responsabilité et plein d'autres contingences d'ici et non de là-haut .

2.Posté par usagi le 20/04/2010 21:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si cette femme aurait vrément lu la bible elle saurais la vérité sur celle ci et qu'un homme de Dieu ne ce doit pas detre gardé célibataire; vive l' endoctrinement catholique et sa prostitution avec la rome antique et vive surtout l'ignorance de certains incrédule qui ose parler de sujet qu'il ne maitrisent pas..
je ferais la meme remarque pour ciel étoilé

3.Posté par cielétoilé le 20/04/2010 21:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pardon ,Usagi mais je ne vous ai pas bien compris , quelle remarque me faites-vous ?
Ceci dit, vous avez raison de dire que les gens parfois réduisent trop vite faute d'avoir bien lu .Mais il est vrai que nous sommes dans l'époque des raccourcis, des caricatures, des pamphlets , des contre-vérités , des invectives, des dénonciations opportunistes en tout genre et tout lieu . Cela va être difficile de s'y habituer , :) , mais nous ne perdrons pas notre bonne humeur pour autant .

4.Posté par Philou Zoffe le 21/04/2010 01:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un jour, un pape vint à mourir...
son fils fut appelé à régner !
Araignée... quel drôle de nom ?
Pourquoi pas libellule ou papillon ?

Bon, elle est bien bonne celle là, mais dieu pendant ce temps là, il fait quoi lui là haut avec sa grande Clémence ? Il (se) gratte le vieux barbu ?

Alors, comme le père-noël auquel croient les petits enfants, -que les curés, ces bourreurs de mou s'envoient un peu en l'air avec une régulière (ou non, on s'en fout); c'est toujours mieux que de s'envoyer en l'air en bourrant l'oignon de ces petits N'enfants !

Et dire qu'il y en a qui se démènent pour nous faire rempiler encore et encore dans ce vieil obscurantisme crasse, hypocrite et criminel, au seul motif qu'il a engendré depuis des siècles une civilisation d'ouailles dont il s'est toujours consciencieusement ingénié à trépaner le ciboulot, ou à leur élargir le fondement dans le secret des sacristies.

Certes, ce n'est pas très reluisant pour nos chers aïeux dociles et crédules, mais pourtant, ne nous faut-il pas admettre que parmi eux, si nous avons tous des Résistants, on a hélas, eu aussi des collabos, soit des cons bien-pensants comme c'était la norme au vatican.

Or, il faut bien reconnaître qu'à un moment, le plus immonde et repoussant des tas de fumier fait pousser les plus jolies fleurs, comme celles qui explosent de partout en ce printemps.

Et ce qui est heureux, c'est que c'est bien aux derniers souffles fétides, aux derniers relents nauséabonds de cette civilisation du mensonge que nous assistons là, maintenant !

5.Posté par Arthur Gohin le 21/04/2010 07:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Eglise catholique d'orient, orthodoxe, anglicane, arménienne, et protestantes marient leurs prêtres popes et pasteurs. Et je n'ai pas vu que cela soit un handicap au sacerdoce de ceux-ci.
Mais si le célibat est un choix libre, pourquoi ne pas le respecter. Chacun est libre d'être catholique ou pas.
Ce qui me gêne dans le langage catholique c'est le nom de "père" donné aux prêtres. J'ai aimé dans l'évangile les paroles de Jésus: "N'appelez personne père, car vous n'avez qu'un seul père, celui qui est aux cieux"."Vous n'avez qu'un seul seigneur et vous êtes tous frères".
Quant à la sainte bible, ce n'est pour moi qu'un livre humain avec toutes les grandeurs, faiblesses et égarements de l'homme.

Pour ciel étoilé: Jeanne d'Arc ne m'édifie pas, je ne suis ni catholique ni royaliste ni nationaliste ni militariste. Un autre monde!

6.Posté par cielétoilé le 21/04/2010 09:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arthur Gohin, Sainte Jeanne m'édifie car voilà femme plus simple , humble et modeste devenir le fer de lance contre l'injustice .Vous avez eu de la chance de ne pas vivre à cette époque de massacres, viols , vols en tout genre (et peste qui s'en suivit) et il est curieux que vous souteniez la cause d'autres peuples dépouillés et meurtris et pas celle de Français de cette époque (lecture de la souffrance à deux échelles ?) . Si Jeanne a eu ces voix c'est parce que le peuple de France avait trop souffert .

7.Posté par Queste le 21/04/2010 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce que l'église catholique n'a pas compris, c'est le célibat du mystique et du moine qu'elle a voulu imposer à tous ses prêtres. Ce célibat-là s'impose par lui-même quand l'homme ou la femme de Dieu arrive à maturité spirituelle et éprouve une compassion totale et inconditionnelle pour ses frères et soeurs en Dieu.

Dans cette maturité spirituelle, les désirs de l'égo s'estompent et finissent par tomber comme de vieux vêtements, le célibat s'impose par lui-même, car il est remplacé par la contemplation et un Amour qui dépasse les contingences humaines, car le monde est lui-même transformé par sa vision de Dieu. Celui qui est spirituellement mûr n'a plus besoin d'une personne particulière pour répondre à ses désirs personnels et ses envies.

L'autre, l'amour conditionnel et conditionné, n'est que passion avec des masques et costumes divers, adaptés à l'époque. Il est aussi un pâle reflet de l'Amour de Dieu que nous exprimons à notre manière, avec ses contradictions, dans le monde où nous sommes

Quand on a compris que tout est vanité et poursuite du vent, il ne reste que l'Amour.



8.Posté par cielétoilé le 21/04/2010 11:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"tout est vanité et poursuite du vent". Il me semble qu'il y a quelque chose comme ça aussi dans le bouddhisme ou que la matérialité et la réalité seraient illusion . Yogifou ou un autre , pouvez-vous nous renseigner là-dessus ? J'aime entendre les analyses de toutes parts dans le monde , de tout peuple et de toute tradition (même les légendes , les mythologies ) . C'est l'humanité et ses siècles de vie sur cette Terre , notre belle "orange bleue" .

9.Posté par Arthur Gohin le 21/04/2010 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ciel étoilé
L'époque était royaliste mais pas nationaliste. Ce n'est que plus tard que l'enseignement... républicain en a fait une héroïne nationaliste. Que les armées anglaises se soient mal comportées vis à vis de la population, c'est une chose. Que la guerre soit une solution, je ne le crois pas.
Les vikings (d'où provient mon nom) étaient la terreur, il a suffit de leur donner le pouvoir en Normandie pour que cela se calme. Ce sont les puissants qui veulent que les peuples se battent entre eux, les peuples n'y ont pas d'intérêt: un seigneur ou un autre, qu'est ce que cela change?
Il n'y aurait pas eu Jeanne d'Arc, le roi de France aurait du négotier son pouvoir, et les choses se seraient calmées. Je ne vois pas où est le problème.
Je suis frappé de ce que ce roi avait une maîtresse très officielle et aucun courage. Quel intérêt à lui donner le trône de ses pères? Surtout qu'il ne faut pas remonter bien loin pour voir que la France n'est qu'une suite de conquêtes injustifiables et parfois abominables (comme la croisade contre les cathares).

Votre fer de lance contre l'injustice n'a sûrement pas établi le règne de la justice en France.

Queste
L'Eglise catholique impose le célibat à ses prêtres, peu importe, elle n'impose à personne d'être prêtre, et aujourd'hui personne n'est obligé d'être catholique. j'estime par contre que l'on est responsable de ses engagements, en particulier celui du célibat. Si l'on s'est trompé, c'est avant tout son erreur à soi.
Par ailleurs la maturité spirituelle et affective n'implique pas forcément le célibat. L'éducation des enfants est un sacerdoce. Et il y a mêmes eu des mariages non consommés pour raison de dévouement aux pauvres, ou à la prière.

10.Posté par Queste le 21/04/2010 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Arthur Gohin,

la maturité spirituelle, la finalité de l'étape humaine sur cette terre, implique comme le dit Jésus, de tout quitter, quitter le monde, ses biens, sa famille, mais pour la majorité des gens, cette voie est progressive. Cela n'empêche pas d'avoir été marié et avoir eu des enfants. On ne peut pas décider de son destin dans sa prime jeunesse, ce sont les expériences dans la foi qui sont le Chemin.

Jésus dit : "Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-je, mais la division". (ou l'épée) dans d'autres versions. L'épée qui coupe les liens relatifs de ce monde et nous connecte à Dieu.


@ Ciel étoilé,

Toutes les religions ont un sommet qui s'appelle "spiritualité ou mysticisme" et ceux qui évoluent dans ces milieux considèrent notre monde comme le reflet de la vraie Réalité. Même Paul aux corinthiens le dit : Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu.

L'illusion ou la maya des hindous, c'est de prendre les choses que nous percevons avec nos sens pour la vraie Réalité qui est intemporelle et supra-matérielle. Bref s'attacher à la matière au lieu de chercher la cause première. Et l'on y arrive que par la seule volonté de connaitre Dieu=Brahmâ/Vichnou/ Shiva

Pour nos philosophes occidentaux c'est prendre le phénomène pour le noumène.
Un phénomène est ce qui est perçu en conscience et dont l'origine se situe dans la nature ou dans le domaine du mental [http://fr.wikipedia.org/wiki/Ph%C3%A9nom%C3%A8ne]

Le noumène est la réalité intemporelle, indéfinissable, telle qu'elle est, on peut au mieux la percevoir, sans jamais pouvoir la décrire avec des mots ou la cerner à l'aide de concepts. [http://fr.wikipedia.org/wiki/Noum%C3%A8ne]




11.Posté par Arthur Gohin le 21/04/2010 14:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ceux qui ont donné leur vie à Jésus Christ forment une famille qu'il n'est besoin de quitter à nouveau. Au contraire, elle est éternelle. Non?

12.Posté par passage le 22/04/2010 01:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour répondre à la question du titre de cette article, il suffit de lire la Bible.
De cette manière, on se rend compte que de toute façon, les institutions religieuses chrétiennes ne respectent même pas ce qui est écrit dans ce livre, notamment, l'église catholique romaine sur le célibat des prêtres.
Où est écrit que le célibat est obligatoire pour les prêtres? Nul part! Donc arrêtons de nous appuyer sur la parole d'hommes dans ce domaine et allons chercher la vérité là où elle se trouve concernant l'église chrétienne, c'est-à-dire, dans la Bible afin de se rendre compte des mensonges qui sont rependus depuis des siècles à ce sujet.

Dieu donne beaucoup plus de solutions et de libertés aux hommes que ce que l'on médiatise.

13.Posté par msakoum le 25/04/2010 01:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est pour une histoire du pouvoir économique que l'église romaine refuse le mariage des prêtres. Si le prêtre meurt, son héritage va à l'église et non pas à sa descendance.
Les prêtres sont des humains alors pourquoi se privent-ils de ce qui est naturel(le sexe opposé)?

14.Posté par passage le 25/04/2010 02:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Msakoum

Pour les mêmes raisons que des gens se laissent convaincre d'aller en Afghanistan, ils pensent sincèrement que les autorités religieuses dominantes surmédiatisées à grand renfort d'images,détiennent la vérité de Dieu et n'ont pas de ce fait, la présence d'esprit ne serait-ce que d'aller voir dans la Bible ce qui s'y passe. Maintenant, il est bien écrit que cette option est possible mais n'ont obligatoire.
Une fois encore, le but est le même que la politique, c'est-à-dire, restreindre la liberté et la connaissance des gens pour mieux les contrôler, toujours favoriser cette hiérarchisation de la société.

Une mise en pratique réelle de la Bible par les prêtres ferait disparaître
la plupart des institutions chrétiennes telles qu'elles existent et l'église catholique romaine à coup sûr. Il y a plus de liberté dans la Bible que dans ces organisations.

15.Posté par Arthur Gohin le 25/04/2010 07:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maksoum
Cette histoire d'héritage est terminée depuis belle lurette. Aujourd'hui c'est une conviction spirituelle qui anime l'Eglise catholique. Elle enseigne avec raison que l'amour est l'unique vraie nature de l'homme, qu'il est suffisant, et peu conduire à d'autres vocations que le mariage.
Rien n'interdit d'être à la foi prêtre et marié, et rien n'interdit d'être prêtre et célibataire engagé dans ce sens avec son evêque et sa communauté.
Ce que l'on peut reprocher à l'Eglise catholique c'est de se faire des illusions sur la réalité des vocations célibataires, comme sur bien d'autres points. Ses erreurs dogmatiques sont beaucoup plus limitées que son aveuglement affectif.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...

Publicité

Brèves



Commentaires