PRESSE ET MEDIAS

Et si ce n'est pas bon pour les Juifs? Ariel Toaff retire son livre du commerce


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective


Introduction du traducteur:
Haaretz est le quotidien sioniste dit de "qualité," un peu comme "Le Monde" en France, du moins à une certaine époque. Il accueille notamment les articles de Gideon Levy, un journaliste courageux et talentueux.


Mardi 27 Février 2007

Ariel Toaff et son livre, qu'il vient de demander à l'éditeur Il Mulino (fondé par Romano Prodi) de retirer de la vente
Ariel Toaff et son livre, qu'il vient de demander à l'éditeur Il Mulino (fondé par Romano Prodi) de retirer de la vente
L'article que je vous propose n'est pas de Gideon Levy et se rapporte à une affaire dont je ne vous aurais pas parlé si la presse hexagonale l'avait fait en temps et en heure, quitte à ce qu'elle s'entoure des précautions qu'elle estime d'usage quand ça l'arrange. Ce texte porte sur un des derniers sujets d'agitation dans l'entité sioniste, agitation causée par la publication en Italie d'un travail de recherche d'un universitaire sioniste, fils de l'ancien grand rabbin de Rome par ailleurs, qui accrédite l'idée que des Juifs auraient pratiqué au Moyen-Age des sacrifices rituels d'enfants chrétiens, l'auteur disant avoir une certitude absolue dans au moins un cas. Diable, des sacrifices humains! d'enfants chrétiens! C'est, de fait, une des thèses classiques de l'antisémitisme européen traditionnel. L'auteur prend pourtant bien soin d'expliquer que cette pratique a été extrêmement marginale et nullement caractéristique de l'orthodoxie juive, au contraire. Peine perdue, l'ouvrage avant même publication est considéré comme venant alimenter ou réalimenter l'antisémitisme chrétien et, peut-être, donner du grain à moudre à quelque chose d'équivalent dans le monde musulman. Du coup, sous de multiples pressions, l'auteur vient de différer la sortie de son livre qui ne sera publié qu'après avoir été amendé. Pour avoir une idée de qui a exercé la pression la plus efficace sur cet historien, il suffit de lire dans La Croix qu'il a décidé de reverser l'intégralité des bénéfices générés par la vente de l'ouvrage à l'Anti-Defamation League, la LICRA aux USA. Comme d'hab, nous attendons au tournant les habituels défenseurs de la liberté d'expression (Philippe Val, Redeker et consorts) qui ne manqueront pas de s'indigner. Surtout Redeker qui "travaille" désormais au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) : soutenir un collègue dans la mouise serait tout à son honneur. Mais l'article que je vous propose a aussi l'intérêt de parler de la liberté de la recherche d'une manière très concrète et cette discussion qui déborde l'entité sioniste est valable dans n'importe quel pays. Et enfin, autre intérêt et non des moindres, il nous permet incidemment d'apprendre comment les Juifs de palestine avaient accueilli la première croisade. Pour moi, ce passage de l'article est un "must" comme on dit en franglais. Lily Galili, février 2007 Traduit et présenté par Djazaïri et révisé par Fausto Giudice

Et si ce n'est pas bon pour les Juifs? Ariel Toaff retire son livre du commerce
Et si ce n'est pas bon pour les Juifs?



Dans un pays où l'histoire fait les gros titres, le livre du professeur Ariel Toaff, "Pâques sanglantes : les Juifs d'Europe et les meutres rituels," sur les Juifs européens et les accusations de sacrifices humains a, sans surprise, déchaîné une tempête. Dans la controverse qui entoure maintenant cet universitaire – qui se trouve également être le fils d'Elio Toff, l'ancien grand rabbin de Rome – l'institution où il enseigne, la Bar-Ilan University, garde un silence presque total. L'université vient à peine de sortir de la posture défensive qu'elle avait été forcée d'adopter suite à la découverte que Yigal Amir, l'assassin du premier ministre Yitzhak Rabin, était un de ses étudiants (certains responsables de Bar-Ilan considèrent que l'université était allée trop loin dans les excuses à cette époque).
Aujourd'hui elle est devant un nouveau casse-tête : on rapporte que le livre de Toaff montre qu'il pourrait bien y avoir quelque vérité dans au moins une des accusations de sacrifice humain – celle dans laquelle les Juifs de Trente [en Italie] étaient accusés d'avoir assassiné un enfant nommé Simon et d'avoir utilisé son sang pour pétrir du pain azyme pour la Pâque de 1475.
Maintenant que Toaff est rentré en Israël après avoir quitté Rome où il s'était rendu pour la publication du livre en italien, Moshe Kaveh, le président de la Bar-Ilan University a demandé à le rencontrer. En attendant, les collègues de Toaff, dont la plupart n'a pas lu "Pâques sanglantes" s'intéressent à ses motifs, avec des explications qui vont de la forte envie d'être publié à celle de faire connaître le lien avec son père qui avait joué un rôle central dans le grand changement concernant les relations entre le monde juif et l'église catholique romaine. C'est lui qui avait accueilli le Pape Jean-Paul II lors de sa visite historique dans une synagogue de Rome en 1986.

Il aurait été bien plus aisé de rejeter ce livre si son auteur avait été chrétien. Le dilemme aurait alors été vite résolu en taxant l'universitaire d'antisémite. Il est également facile de s'occuper des Juifs radicaux de la Diaspora qui non seulement s'en prennent aux politiques israéliennes mais remettent aussi parfois en cause le droit même à l'existence d'Israël. On peut simplement les traiter de Juifs honteux. L'affaire devient bien plus compliquée quand un intellectuel juif d'une université religieuse juive s'occupe d'une question qui ravive des peurs fondamentales chez les Juifs.
Au cours de toute l'histoire des Juifs, les accusations de sacrifice humain, qui réactualisent métaphoriquement l'accusation selon laquelle les Juifs ont tué Jésus, n'ont pas été une simple question d'image; elles étaient une question de vie ou de mort. Certains universitaires pensent qu'elles remettent encore en cause la survie des Juifs parce qu'elles transforment l'antisémitisme en discours rationnel. Le professeur Israël Jacob Yuval de l'Université hébraïque où il enseigne l'histoire déclare : "J'ai moins d'inquiétude pour les développements en Europe qui connait actuellement un processus de sécularisation, Par contre je suis très inquiet des réactions dans le monde islamique où une histoire de de ce genre pourrait exciter les passions et être utilisée à d'autres fins."
Yuval, qui rejette catégoriquement l'éventualité d'une quelconque véracité des accusations de sacrifice humain, compte tenu de la nature précaire de l'existence de la minorité juive dans l'Europe médiévale, avait été lui-même la cible d'attaques du milieu universitaire en relation avec ce sujet très chargé émotionnellement. En 1993, il avait publié un article dans lequel il affirmait que les accusations européennes de sacrifices humains au XIIème siècle étaient liées au comportement des Juifs pendant la première croisade quand, par des actes de martyre, des Juifs s'étaient suicidés après avoir tué leurs propres enfants. Yuval s'était intéressé à la manière dont ces événements avaient été déformés dans la Chrétienté où on affirmait que si des Juifs pouvaient tuer leurs propres enfants, ils faisaient certainement de même avec les enfants chrétiens. Même s'il affirmait que les accusations de sacrifices humains étaient sans fondement et étaient le fruit de l'imaginaire chrétien, il avait fait l'objet d'attaques sévères de la part de ses collègues. Des publications universitaires maintenaient qu'il avait rendu les victimes juives responsables des accusations de sacrifices humains et avait profané leur martyre. Il apprit plus tard que des gens avaient même appelé à son éviction de l'université. En dépit de sa propre expérience, il ne pense pas que les chercheurs devraient s'abstenir de publier des découvertes qu'ils considèrent comme valables.


Même si la Bar-Ilan University affirme n'avoir aucune intention de nuire à la position académique de Toaff, toute cette affaire soulève le problème de la liberté d'expression académique en Israël. La question est devenue l'objet d'un débat public dans la controverse sur une thèse de master à l'université d'Haïfa. Théodore Katz, un étudiant diplômé de premier cycle, avait soutenu que la brigade Alexandroni de l'armée israélienne avait perpétré un massacre dans le village arabe de Tantura pendant la guerre d'indépendance d'Israël. Dans une lettre qu'il avait fait parvenir aux anciens membres de cette brigade, le chef de cette opération affirmait que ses "sentiments de frustration et d'humiliation ne pouvaient se comparer qu'aux émotions provoquées par une accusation de sacrifice humain."
Une chose est indiscutable dans la communauté universitaire israélienne : les limites de la liberté d'expression sont déterminées d'abord et surtout par la qualité et le niveau de la méthodologie de recherche. Tout le reste peut néanmoins être sujet à dispute. Certains universitaires Israéliens maintiennent que tant qu'une recherche correspond aux critères académiques, aucun sujet ne devrait être censuré ou interdit; d'autres affirment que les chercheurs devraient s'auto-censurer et toujours se demander si leur travail est "bon ou pas bon pour les Juifs."
"Je pense que des mesures administratives ne devraient pas s'appliquer à la délimitation des limites de la liberté académique," observe le Dr Ze'ev Hanin qui enseigne la sociologie politique à Bar-Ilan. "Toutefois les chercheurs ne doivent pas seulement essayer d'avoir raison; ils devraient aussi se demander si ce qu'ils font est sage. Nulle part dans son étude Toaff n'affirme de manière étayée que des Juifs ont utilisé du sang chrétien; son livre est plutôt un jeu intellectuel sur des analogies. Si c'est ce qui a été publié, alors cet universitaire manque à la fois de culture et de goût. Il doit tenir compte de sa responsabilité qu'il assume quant aux conséquences qu'aura ce livre." Hanin concède qu'il ne publierait personnellement jamais une telle étude. "Cela tient à ma propre culture académique," affirme-t-il catégoriquement. "Ses découvertes ne sont pas fiables à 100 %. C'est pourquoi je ne me demande pas quel genre d'universitaire est Toaff, mais bien quel genre de personne il est."
Si Hanin parle avec franchise de ses propres limites dans le domaine de la recherche, d'autres parlent de la censure qui leur est imposée, généralement pour des raisons politiques et par des méthodes qui tiennent du "terrorisme universitaire."
L'historien Moshe Zimmerman, professeur à l'Université hébraïque a personnellement subi une telle censure. Zimmerman, qui a le goût de la provocation, avait déclaré que les colons juifs d'Hébron élevaient leurs enfants selon les principes des Jeunesses Hitlériennes. A ce jour, il plaide que cette analogie résultait d'une recherche académique. Le résultat a été affligeant. "Mes collègues avaient exigé mon renvoi," se souvient-il. Même si je n'ai pas été révoqué, mes perspectives de carrière se sont amoindries. Dans mon affaire, comme dans celle de Toaff, le bruit courait que 'les donateurs de l'Université allaient commencer à s'inquiéter'. Et c'est vraiment une menace."
Le Dr Ron Breiman, membre de Professeurs pour un Israël Fort, une organisation de droite, voit naturellement les choses autrement. Pour lui, tout est politique. "Nous abusons de la liberté d'expression universitaire. Même si l'étude de Toaff était correcte du point de vue factuel, qu'a-t-elle produit en dehors du sensationnalisme et de la stigmatisation du nom du peuple juif dans les générations à venir? Une recherche de ce genre, censée être publiée au nom de la liberté de la recherche, entame la validité morale qui pèse sur l'interdiction de la négation de l'holocauste. Ceux qui soutiennent une liberté complète de la recherche doivent accepter la négation de l'holocauste du fait qu'elle fait l'objet de travaux de recherche dans lesquels des universitaires remttent en question l'existence même de l'holocauste ou son étendue."

Cependant Breinman est opposé à toute sanction contre Toaff. "J'attendrais de lui qu'il montre un sens de la responsabilité personnelle. Il y a assez d'antisémitisme dans le monde." Dans ce contexte, Zimmerman fait une suggestion intéressante. Tout Juif qui se sent personnellement humilié et insulté par l'étude de Toaff et pense qu'il est possible de prouver que la méthodologie qu'il a utilisée pour parvenir à ses conclusions était incorrecte a la possibilité d'entamer une procédure judiciaire à son encontre. Il esiste un précédent d'une telle action : "Les Protocoles des sages de Sion," avaient été présentés à un tribunal suisse dans les années 20 en vue de déterminer si c'était un faux. Toutefois, à la lumière de sa propre expérience du système judiciaire ici, Zimmerman pense que les tribunaux israéliens n'aiment pas être impliqués dans des disputes entre historiens.


Dans ce débat, tout le monde admet que Toaff s'est mis lui-même dans la zone de turbulences. Pour un de ces collègues, "ce drame personnel va changer sa vie. D'un autre côté, combien de fois des historiens ont-ils fait la une des journaux en Israël et dans le monde?"






Original : http://www.haaretz.com/hasen/spages/827036.html Traduit par Djazaïri pour http://mounadil.blogspot.com et révisé par Fausto Giudice, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique.

URL de cet article : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=2110&lg=fr



Mardi 27 Février 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires