Tribune libre

Espagne : les musulmans s’affrontent sur le mariage homosexuel


Dans la même rubrique:
< >

Abdel Nour Brado sème la controverse dans la communauté musulmane d’Espagne. Secrétaire de la Commission islamique d’Espagne, M. Brado a lancé un appel pour l’ouverture d’un débat sur le mariage homosexuel au sein de la communauté musulmane nationale. Plus que le thème de l’appel lui-même c’est la position de son initiateur qui crée l’émoi dans les mosquées espagnoles. Car la Commission islamique est un organisme créé en 1991 par le gouvernement pour représenter la minorité musulmane estimée à six cent mille personnes. Et depuis un an Madrid autorise le mariage homosexuel.


almas_31@msn.com
Lundi 4 Juillet 2005




Devant le tollé général soulevé par sa proposition, M. Brado pose son appel comme une conséquence de la législation espagnole sur le mariage homosexuel. Il en précise néanmoins le cadre de sa démarche : « ma position sur le mariage homosexuel est un point de vue personnel et n’a rien à voir avec la Commission islamique d’Espagne dont le Secrétaire général Mansour Escudero est opposé aux mariages homosexuels ».

M. Brado se défend de vouloir instaurer le mariage homosexuel dans la communauté musulmane. « Ce que je vise est l’ouverture d’un débat sur la question » explique-t-il.



Dans la religion musulmane comme dans la religion catholique, le mariage homosexuel n’est pas une pratique admise. Intervenant sur ce type de mariage, Monseigneur Ricardo Blazquez, nouveau Président de la Conférence épiscopale d’Espagne a déclaré que « d’un point de vue chrétien, éthique et culturel, il n’agit pas d’un mariage. Dieu a créé l’homme à son image, et la femme avec tout autant de dignité, mais différenciés pour qu’ils soient complémentaires, et pour la fécondité ». Une approche à laquelle adhèrent de nombreux milieux musulmans. Lors des débats sur le projet de loi portant sur le mariage homosexuel, l’Eglise catholique d’Espagne s’était vivement opposée allant jusqu’à qualifier le mariage homosexuel de « virus » ou de « fausse monnaie ». L’appel de M. Brado intervient donc comme un pavé dans la marre. Ses contradicteurs n’ont pas manqué de se faire entendre.



Pour Omar Reibas, secrétaire de l’Association catalane des études islamiques ce type d’appels est contraire aux préceptes de l’islam. Il soupçonne l’auteur de mener une campagne de promotion personnelle en soutenant des idées comme le mariage homosexuel ou l’imamat des femmes.

Il faut dire que l’appel de M. Brado intervient après l’initiative de la féministe américaine Amina Wadud qui a dirigé une prière mixte le 18 mars dernier à Manhattan. Cet événement, une première dans l’histoire de la communauté musulmane, a été suivi, le 19 mars, par l’ouverture d’une mosquée à Amsterdam dans laquelle toutes les activités rituelles sont exclusivement menées par des femmes. Ce projet mené par des mouvements féministes, bénéficie de financements gouvernementaux.



Autant d’initiatives qui posent les termes d’un débat nouveau et souvent polémique dans les milieux musulmans pas seulement occidentaux. D’aucuns parlent de l’émergence d’un « islam d’Occident ». Mais d’autres y voient un piège dont le but est de distraire les musulmans des pays occidentaux de leurs préoccupations véritables.


Mardi 5 Juillet 2005


Commentaires

1.Posté par msawri le 16/10/2007 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Abdnour Brado a vu juste et soulève à juste titre la nécessité d’ouvrir un débat sur l’homosexualité dans tous les pays musulmans et plus spécialement dans tous les états occidentaux qui viennent de libérer l’homosexualité jusqu’à légitimer le mariage entre deux personnes de sexe opposé. Si le mental et la rationalité des non musulmans a évolué suivant un chemin perverti et contre nature jusqu’à arriver à accepter ces horreurs, les musulmans par contre doivent demeurer inébranlables sur ce sujet et se posaient même la question problématique de connaître les modalités et la manière de vivre aux seins de ces sociétés. Pourquoi ? L’homosexualité est condamnée sévèrement aussi bien par le saint Coran que par la tradition du prophète sws d’une manière claire et explicite. De nombreux versets nous donnent des exemples avec tous les détails sur la communauté de prophète Loth asws que Dieu le Très Haut a foudroyé à cause de ces pratiques dépravées et la tradition nous ordonne d’éradiquer les acteurs des deux camps de cette perversion, les actifs comme les passifs. Donc, il n y a pas à tergiverser là- dessus. Tout est clair. A la fin du texte, une phrase attire particulièrement l’attention nous laissant entrevoir les objectifs maléfiques que veulent atteindre les ennemis de l’islam : < D’aucuns parlent de l’émergence d’un islam de l’occident>. Quels sont ces d’aucuns et quels buts visent-ils ? Ce sont des adorateurs du diable c’est-à-dire ces amateurs du drame du matérialisme athée qui, sous prétexte d’œuvrer pour le triomphe des religions, se sont infiltrés dans toutes sociétés pour semer leur venin surtout pour corrompre les générations montantes pour les détourner de tout chemin droit préférant ruiner leur âme par des pratiques alléchantes crées et constamment poussées plus loin par les industriels du plaisir qui les exploite sans vergogne. Leur espoir c’est d’entraîner cet islam d’occident à se détourner de ses nobles sources immuables pour prendre du plaisir à le voir évoluer à l’instar du christianisme jusqu’à le voir admettre dans son sein des imams homosexuels au même titre que l’église anglicane. C’est un rêve qui, au lieu de se réaliser, ne va qu’ajouter que plus de chaos aussi bien en occident qu’en orient car l’islam a un Dieu Puissant sur toute chose, qui le protége comme Il l’a protégé depuis 14 siècles contre tous les complots. A notre époque, notre Seigneur s’IL ne nous punit pas pour notre faiblesse à faire triompher son règne par le phénomène de l’homosexualité, Il nous met à l’épreuve comme Il a éprouvé le peuple d’Israël au temps des Pharaons avec cette énorme différence. Si les juifs souffraient et luttaient contre un tyran extérieur, nous, par contre nous devons combattre un ennemi intérieur, nos instincts, pour ne pas succomber devant les multiples plaisirs autant alléchants que miroitants que nous offre la vie. Du fait que la souffrance est imperceptible, la lutte sera plus difficile. Voilà pourquoi le débat est necessaire et urgent.

2.Posté par dupont le 22/10/2007 17:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message supprimé !

3.Posté par waheb le 04/12/2007 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En Islam, la sexualité est l’expression de la manifestation du besoin de l’autre, la qualité d’un manque innée en l’humain pour vivre la réalité de deux êtres en quête de l’Un ; « De toute chose Nous avons créé un couple. Peut-être vous vous en rappelleriez », dit le Coran, sourate LI, verset 49. Le corps exprime ainsi ce que Dieu a inscrit en lui comme instincts, pulsions et attirance vers le sexe opposé. Il ne s’agit pas d’une sexualité débridée qui serait liée à la culpabilité mais, d’un instinct qui développe un rapport au corps en totale responsabilité avec la conscience de l’homme du don que Dieu lui a accordé. Nous n’approchons pas, ici, l’homme par une vision psychanalytique selon la sexualité infantile freudienne où, tout s’expliquerait par le rapport au plaisir, que ce soit le sentiment d’aimer ou l’instinct de boire et de manger, mais nous considérons que le corps vit et se nourrit, vis-à-vis de Dieu, du même élan et souffle que d’autres aspects de la personnalité de l’être humain. Il ne s’agit pas seulement de génitalité, lorsque l’on parle de sexualité en Islam mais il s’agit de s’approprier la complémentarité et la richesse de nos différences tant morphologiques que psychologiques. Le naturel en l’homme impose la quête d’un équilibre, d’un épanouissement en vue de s’accomplir dans son humanité. Ce qui est une donnée objective de son identité en quête de valeurs. Celle-ci consiste en l’aspiration au Transcendent, par le souffle divin, fitra, qu’entretient l’être par cet élan naturel dans l’intimité avec Dieu. C’est donc une spiritualité active qui rapproche l’humain du divin avec tout ce qui le constitue. A partir de l’âge de la puberté commence la responsabilité de l’homme tant sur le plan moral que sexuel, découlant de son innocence. L’attirance par l’autre est de l’ordre de l’instinct naturel, l’étouffer serait un crime, alors que sa maîtrise est une digne responsabilité. Cependant, l’instinct peut, soit détruire, soit construire, tout comme l’esprit pourrait penser mal ou bien. Ainsi, la sexualité est une force vitale fragile qui peut construire l’être ou le détruire. La chose naturelle en l’homme n’est pas forcément de l’ordre de la recevabilité sur le plan des valeurs et de l’éthique. L’homme pourrait avoir un excès de colère, de haine ou d’égocentrisme naturel. Ce qui implique une nécessaire et totale maîtrise de ses élans naturels en vue d’une réforme de son être en tant qu’agent social et spirituel. La maîtrise de ces élans est une condition sine qua non de sa spiritualité. C’est, autrement dit, construire sa propre dignité. L’Islam valorise le rapport à la sexualité et le droit à la volupté charnelle comme élément d’harmonie du couple et, n’est pas seulement axé sur la procréation. Du temps du Prophète se pratiquait la contraception naturelle, al-azl, en vue d’assouvir l’instinct pour le simple plaisir. Ainsi, l’Islam exclue toute forme de monachisme et ne fait pas l’apologie du célibat. La sexualité est considérée être un acte de foi car, elle est nourrie par le rappel de Dieu. En Islam, l'accouplement manifeste l'harmonie et, incite à la glorification de Dieu en chantant Sa gloire dans l’unité ontologique des deux êtres. La tradition prophétique définit l’acte sexuel comme une aumône, sadaqa, tant qu’il manifeste la grandeur de Dieu dans le cadre légitime du mariage, où l’homme vie la maîtrise de son ordre loin de la négligence de ses pulsions. Le mariage est un contrat civil au sein duquel le don et l’abandon du corps pour l’être que l’on aime se fait dans l’union devant Dieu, sans sacrement aucun. Cependant, notre société dépressive relativise toute morale et encourage toute forme de permissivité au nom de la liberté des mœurs. L’individualisme y entraîne l’être vers la seule référence au plaisir. La perversion sexuelle devient, ainsi, un signe visible de la tyrannie de la liberté individualiste. De la pornographie à l’homosexualité, en passant par la prostitution, tout ceci montre combien cette culture du non-sens qui prend forme est le signe d’un malaise éthique. La permissivité est un phénomène tant moral que social qui sème le désordre, voire le chaos et qui voile les valeurs fondamentales et naturelles du patrimoine de l’humanité. La pornographie y est une manière de brandir une vision dégradante de l’amour purement technique et mécanique. Une forme de bestialité et, de dépassement de la vie privée, la mise en image de l’humiliation de l’homme. L’acte sexuel se fait dans la noblesse de l’intimité de l’homme. Au-delà de la séduction, il s’agit de combler et de maîtriser un manque, une pulsion dans l’élan de son émotion, par sa spiritualité, sa quête de sens, par une éthique de la sexualité. L’homosexualité revient à transgresser l’harmonie, c’est porter en soi une rupture et, entretenir l’anti-nature à l’instar du peuple de Sodome et Gomorrhe. Le Coran la considère comme une forme de turpitude et décrit cette réalité sociale dans le dialogue entre le peuple et son Prophète Loth, sur Lui la paix : « Et Loth qui dit à son peuple vous livrez-vous à la turpitude alors que vous êtes clairvoyants. Vous venez par la passion vers les hommes en deçà des femmes ? Vous êtes plutôt un peuple ignorant. La réponse de son peuple n’était que de dire expulsez de votre cité la famille de Loth, car ce sont des gens qui affectent la pureté », sourate XXVII, versets 54-56. Le Coran blâme, ici, le refus de la discrétion dans cette pratique et, la non-aspiration à la pureté de la part du peuple en critiquant ceux qui sont porteurs d’une éthique de la sexualité, de « gens qui affectent la pureté », yatataharun. Le terme tajhaloun, ignorant, signifie ignorer ce qui atténue les penchants à réformer. Notons, par ailleurs, que le châtiment qui est infligé, à ce peuple, est dû, tant, au fait de démentir le messager de Dieu, qu’à sa négligence de la pureté originelle. Ainsi, le Coran stipule la colère de Dieu contre divers peuples qui ont transgressé les recommandations de leurs Prophètes. Dans ce contexte, est relaté le récit du peuple de Loth, sur Lui la paix : « Vous livrez-vous à la turpitude alors que nul, parmi les mondes, ne vous y a précédé ? (…) Vous êtes bien un peuple outrancier. (…) », sourate VII, versets 80-82. La description mousrifûn, outrancier, renvoie à l’absence de modération dans l’usage de la sexualité qui n’était pas de règle chez eux. L’Islam se veut être une voie de tempérance et d’équilibre. Ceci étant, il est important de préciser que notre attitude à l’égard de l’homosexuel ne doit pas être celle du rejet ou du jugement, mais celle de l’accompagnement sans négliger les évènements de son histoire personnelle. Il s’agit surtout de ne pas développer une culpabilisation de rejet mais un accompagnement dans la compréhension, par soucis de réforme et, offrir une écoute sereine qui, sans accepter ce qu’il fait ne refuse pas ce qu’il est. Cependant, le tabou de la question de la sexualité au sein des communautés musulmanes a développé un discours frileux et maladroit de silence. Ces circonstances peuvent pousser un nombre de personnes à vivre leur sexualité hors nature. L’homosexuel se trouve alors sans aucune espérance. Il ne peut être ici, bien sûr, question d’exercer une pression entretenant la culpabilité ou l’intimidation. L’éducation sexuelle débute dès le bas âge en Islam. Le Coran en parle sans aucun tabou et la tradition prophétique, Sunna, met en évidence l’exemple des préoccupations sexuelles de nombreuses femmes et hommes du temps de la révélation. Les politiques de répressions qui s’érigent, dans certains pays musulmans, comme protectrices des mœurs et du bien, ne sont rien d’autre que des gages accordés aux opposants puritains, qui seront vite satisfaits de voir les régimes saoudien ou égyptien condamner les homosexuels, sans aucun accompagnement dans la réforme. Il est facile de jeter le discrédit sur quelqu’un en le traitant d’homosexuel, vu que la culture le refuse. Par contre, aucune préoccupation, de la part de ces puritains face aux questions d’écologie, d’éthique ou encore sur le plan de la justice sociale et des valeurs absolues, n’anime leur spiritualité. Le Coran et la Sunna condamnent catégoriquement l’homosexualité comme toute perversion sexuelle. Il en va de même pour la fornication, l’adultère, l’inceste, la trahison, le mal, la haine, le vin, l’arrogance, la violence, l’usure, le crime, etc. Toute personne touchée par une perversion quelconque devra ne pas la mettre en évidence comme la norme et avoir le soucis du respect de l’ordre des valeurs éthiques. La discrétion sera la garantie d’une éthique commune naturelle. Vivre son homosexualité, dans son intimité, ressort de la seule conscience de la personne même face à son rapport à Dieu et, nul n’a le droit de la juger. Ceci étant, sur le plan de la reconnaissance sociale, l’Islam blâme l’homosexualité qui s’affirme en tant qu’identité et qui revendiquerait une législation spécifique. La gay-pride en est l’expression populiste visible ; une forme d’exhibition de cet esprit de communautarisme prosélyte qui entretient le rêve de son exclusivité. Ce sont malheureusement des considérations matérielles qui ont amené les associations d’homosexuels à revendiquer le droit au contrat de mariage et à l’adoption. L’homosexualité n’est pas, en principe, une source de droits, par contre les êtres humains sont sujets de droits et de devoirs. Etant donné que nos sociétés libérales ont pour valeurs l’aspect financier et économique ; l’homosexualité, qui représente près de 17% dans le monde, revendique, dans le cadre de nos législations sociales, un espace sur le plan du droit, alors que le simple concubinage, sans aucune prétention à un traitement d’exclusivité, serait un cadre respectant la diversité de choix de vie. Il n’est pas sage d’inscrire l’homosexualité dans la loi, par un contrat de mariage ou d’adoption ou encore en créant un délit d’homophobie, notion qui veut intimider la réflexion critique sur l’homosexualité en la pénalisant par une loi d'exception qui ne constitue rien d’autre qu’une démagogique de ce phénomène et une propagande qui le banalise. Par contre, en Islam, la hiérarchie des valeurs est l’éthique fondée sur une spiritualité partant d’une conception de l’homme comme agent responsable qui s’accompli dans l’aspiration au Transcendent. Ainsi, l'homosexualité n'est pas un fait majoritaire même si l’on a tendance à banaliser sa réalité. Sans jeter le discrédit sur ceux qui la vivent, c’est au nom du respect des minorités sexuelles que les médias évoquent cette sensibilité pour exprimer sa liberté à pouvoir revendiquer un choix exclusif. Ce qui risque de les claustrer dans un ghetto de communautés homosexuelles et les affranchir d'un conformisme social. Certains politiciens promulguent de nouvelles lois qui accentuent les clivages sociaux et mettent en danger la notion de famille. Nous aspirons à une citoyenneté égalitaire sans aucun traitement spécifique. C’est, en fait, dans l’effort de la résistance que l’homme retrouve la dignité de sa maîtrise. Il s’agit d’un jihâd, effort, tant corporel, spirituel qu’intellectuel, celui de la maîtrise et de la résistance. En cette intimité, chacun trouvera un élan, « Celui qui est lié à Dieu ne désespère jamais », Ainsi, il sera donné, à notre société, de vivre la diversité de ses mémoires et, à l’éthique humaniste de la sexualité de pouvoir contribuer au futur. C’est par rapport à une transcendance des principes éthico-moraux d’une sexualité maîtrisée, que nous situons ces valeurs.

4.Posté par msawri le 19/12/2007 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

M. Waheb, je vous félicite de tout coeur pour cet exposé qui, grâce à quelques renseignements, a largement contribué au changement de ma coception de l'homoxexualité. J'ai lu votre écrit que j'ai fort apprécié au point de vous assurer que je partage actuellement tous vos points de vue forts enrechissants et aptes à nous fournir la solution de nos préoccupations. Bravo! et merci.

5.Posté par Eloïse Martin le 29/02/2008 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je fais actuellement un exposé sur le mariage homosexuel, merci car votre commentaire m'a bcp aidé :)

6.Posté par Zorro bobo killer le 01/03/2008 01:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En tant que Francais laique la vision que propose Waheb, car je ne suis pas certain que ce texte est de lui, est recevable et je conseillerais a tout musulman desireux de vivre en paix avec ce pays de la faire sienne.

Maintenant je me demande comment le Coran s articulerait avec la bisexualité, peut etre Waheb a t il la reponse car sur ce sujet les "camps" sont moins delimités...

Si certains a l instar de Msawri dans le premier poste sur ce fil se risquaient a parler d eradication, il ne devraient pas s etonner alors que nombre de Francais se mettront a souhaiter ardemment leur depart du pays.

Je cite Msawri avant sa Wahebisation:

"De nombreux versets nous donnent des exemples avec tous les détails sur la communauté de prophète Loth asws que Dieu le Très Haut a foudroyé à cause de ces pratiques dépravées et la tradition nous ordonne d'éradiquer les acteurs des deux camps de cette perversion, les actifs comme les passifs."

N oubliez pas mes amis musulmans que dans ce pays les homosexuels sont aussi souvent de fervent laiques et defenseurs de l etat de droit.S ils devaient etre mis a l indexe voir pourchassés, ce serait tres mauvais signe pour les musulmans aussi.
En effet imaginez vous la France retombant sous la domination chretienne integriste?... Les musulmans n auraient pas plus de place que les homosexuels lors un tel retour en arriere.

Je trouve abjecte et revelateur que les homosexuels revendiquent avec tant d extremisme le mot mariage.Ce terme est un terme RELIGIEUX, ils n ont donc aucun droit dessus.
Il devrait leur etre proposé une union leur conferant simplement les meme droit c est bien suffisant.
De toute maniere toutes ces revendications comme celle de l adoption ne sont le fait que d une minorité.Passer sa vie a revendiquer sa sexualité comme une identité quel non-sens proposé a la jeunesse mais surtout quel manque d ambition... !

Nombreux sont ceux qui en viennent a nier un ordre naturel qui conduit a la procreation rejetant tout leur deboire sur l hetero-centrisme de le societé.Mais est ce le fait des heterosexuels purs ( s il en existe) si pour procréer naturellement il faut un homme et une femme?
Pour ma part j ai souvent entendu lors des conversations meme avec des homosexuels affirmés que leurs unions et les couples ainsi formés ne perduraient guère dans le temps plus de quelques années.

En resumé je dirais qu il est vain de fonder sa vie comme son identité sur sa sexualité, ceci aboutissant souvent a s interdire une rencontre eventuelle avec l autre sexe, celui qui permet l enfantement...La est le mensonge dominant propagé par quelques enfants de riche gatés ghettoisés et souvent dans la "com", de quartier parisiens ou de San Francisco...politic and buisness?

7.Posté par Fred is back le 01/03/2008 09:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

msawri dit "la tradition nous ordonne d'éradiquer les acteurs des deux camps de cette perversion".
Les termes sont clairs dans cet appel au meurtre. L'éradication, ce n'est pas autre chose que la destruction des individus, donc leur mort. Je suis très étonné que la modération laisse de tel propos êtres tenus !

Pour Waheb, toujours aussi plaisant à lire, je dirais que tout son propos c'est de la belle théorie, mais qu'elle est loin de la réalité de la vie quotidienne des musulmans. De plus j'y trouve une contradiction entre une vie ici sur terre pleine de retenue sexuelle et une vie promise dans l'au delà ou dès le départ 70 vierge nous attendraient. Si ce n'est pas uniquement pour le sexe, pourquoi nous préciserait’ on qu'elles sont vierges. Une autre chose sont l'accommodement fait par le mariage misyar servant à forniquer sous couvert de la loi islamique, mais tout aussi pervers que ces relations sans lendemain que l'islam dénonce en occident. Entre la théorie et la pratique il y a toujours un abîme !
J'ai plusieurs fois discuté avec des homosexuels, aucun d'entre eux ne voulait l'être. Ils ont du s'accepter comme çà et tous ont essayé de combattre leur penchant naturel en côtoyant des femmes. Leur condamnation est un peu facile. Mettre à l'index une personne pour ses "défauts" supposés, c'est oublier que nous devrions d’abord nous battre contre nos propres défauts bien réels avant de vouloir juger les autres !

8.Posté par naciri le 01/03/2008 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si les les paroles que vous citez dans votre site s avere juste,ce monsieur vient de legaliser ce que allah avait interdit,il a rendu licite ce que allah a rendu illicite dans tt les message divin.
bref,je ne suis pas savon mais le soleil n a pas besion de telescope pour etre vu,IL VIENT DE S OPPOSTASIE,
il doit faire tawba et demander pardon et revenir a la raison

9.Posté par msawri le 27/04/2008 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J’ai lu avec intérêt tous les commentaires, m’arrêtant notamment avec réflexion sur les messages de Zorro et Fred. Si le premier se disant laïc, est ouvert au débat et semble raisonner pour convaincre ou être convaincu ou du moins chercher une meilleure orientation sociale entre les différentes cultures, le second, par contre, faisant preuve de méchanceté, semble comprendre le sens des termes et dicter ses pensées au gré de ses désirs. C’est bien triste de le voir gratuitement raisonner ainsi me traitant d’un simple d’esprit préconisant la destruction d’individus et, poussant l’arrogance à son paroxysme, reproche au responsable du site de manquer à son devoir de ne pas m’avoir condamné par une radicale suppression de mon texte. Quelle tyrannie ! Mon cher ami Fred, écoutez.

Pour condamner l’l’homosexualité, je me suis référé à l’histoire. Je n’ai rien inventé. Cette perversion bien que pratiquée par une minorité, a été rejetée par tous les peuples de la planète depuis l’avènement de notre prophète Loth asws jusqu’à nos jours. Pour un homme comme vous épris de la modernité, passer en revue le passé est une déchéance. Pourtant, la lecture de la Thora, de l’Evangile et le Coran vous aurait amplement renseigné sur l’origine de ma manière de comprendre et d’exposer avec condamnation certes, les effets négatifs de l’homosexualité. Constatant que je ne faisais que signaler les prescriptions divines, peut-être, auriez-vous évité tant de méchanceté à mon égard. Ce n’est pas tout ! Ecoutez.

La phrase (éradiquer la perversion des deux camps) semble vous avoir séduit, vous procurant le prétexte nécessaire pour falsifier ma pensée, la déracinant du terrain bénéfique pour la planter dans l’envie de détruire. Vous dites que mes termes sont clairs, c’est un appel au meurtre. Eradiquer, c’est tuer, criez-vous ! C’est vraiment malheureux. Devant un homme malade, la médecine emploie le verbe phagocyter en guise d’éradiquer le mal. Pour moi c’est pareil. L’homosexualité est une perversion qu’il faut extirper du malade, le rendant ainsi utile et meilleur pour la société. D’ailleurs, ce sont vos grands philosophes qui se sont exprimés ainsi sur ce sujet. Qu’a-t-il cherché Darwin à nous communiquer par sa sélection naturelle ? Etre toujours sur le- qui-vive pour préserver notre santé car les faibles, les malades, les pervers, les criminels…s’anéantissent sans arrêt au profit des hommes forts et raisonnables. C’est nous qui avons détourné son résonnement, le falsifiant pour assouvir nos ambitions par des guerres injustes ayant pour but la suppression des déshérités trop gênants pour les intérêts des nantis. Frédéric Nietzche n’a-t-il pas cherché à sauver les européens de la décadence en leur enseignant le surhomme ? Malheureusement, les individus ne pouvant abandonner leurs petits plaisirs éphémères et destructifs n’ont pu suivre ses enseignements préférant demeurer comme ce grand savant l’avait prévu, des petits hommes tout ronds qui pullulent de nos jours à travers le monde. Nous avons bien une minorité qui se prend pour des géants dans le domaine du spectacle. Mais ces mannequins, ces danseurs, ces chanteurs…sont-ils vraiment des super hommes ? Ami Fred, écoutez.

L’âme humaine se ruine imperceptiblement au fil du temps. Le libertinage à outrance, les obscénités de toutes sortes qui se propagent parallèlement à des guerres injustes dégénèrent le grand chaos qui règne de nos jours dans le monde. Tout se dégrade, le climat avec son réchauffement, la pollution détériore la terre et son atmosphère, la forêt se désertifie à grand pas, la mer avec sa faune…le ciel…l’homme, insouciant, préoccupé par ses intérêts égoïstes et ses plaisirs toujours renouvelés…rit et s’amuse ignorant qu’il est à un pas de la grande catastrophe.














Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires