Politique Nationale/Internationale

Erdogan critique les politiciens laïcs


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 25 Septembre 2016 - 02:00 Les Usa, le clown et la furie



Mardi 19 Octobre 2010

Erdogan critique les politiciens laïcs
Rarement, l’extrémisme laïc turc aura vu un adversaire aussi ingénieux, aussi sagace que le Premier ministre Erdogan. On pourrait certes reprocher au personnage une quantité de choses, un certain goût pour la politique- spectacle, une espèce de papillonnage entre conviction et considération, entre conservatisme et non conformisme, il n’en reste pas moins vrai que c’est sous sa primature que la Turquie musulmane a commencé à respirer. Une longue et profonde expiration après des décennies de discrimination, de précarité, de répression, du quasi anonymat qui faisait qu’un Turc pratiquant avait peur de faire sa prière, qu’une Turque croyante craignait de porter le voile.  Cette Turquie là que le kémalisme triomphant n’a cessé depuis 1920 de piétiner, au nom d’un  laïcisme fanatique, aveugle, quasi forcené, sort donc timidement la tête de l’eau et le mérite ne peut en revenir qu’à Erdogan et à son parti « Justice et Développement », si foncièrement impliqués dans ce que les analystes qualifient de «  retour en douceur aux valeurs ». Le dimanche 17 octobre, Erdogan a ouvert son cœur à la presse, égrenant toutes les injustices, toutes les disparités, dont était victime la société musulmane turque sous le règne des Laïcs. A travers cette tribune, le Premier ministre entendait en réalité rappeler aux électeurs, ceux-là mêmes qui s’apprêtent à se rendre aux urnes, pour renouveler dès l’été prochain le parlement, le danger qui les guette. Car l’extrémisme séculier n’est pas un mal qui se guérit par lui-même. Ses avatars continuent longtemps à survivre sous les dehors trompeurs de ces « pseudo envies d’ouverture » qu’expriment, çà et là, les politiciens laïcs. La Turquie de 2010 en est justement là, depuis que les récentes réformes institutionnelles d’Erdogan ont été adoptées par référendum et avec une large majorité. Ces 26 amendements ratifiés à 58 % des suffrages aboutissent à terme à l'affaiblissement des pouvoirs des juges et de l'armée, naguère sacralisés au nom de la doctrine d'Atatürk et à cet égard, il est fort naturel que les bénéficiaires de cette doctrine cherchent à se rattraper en promettant monts et merveilles aux électeurs. Mais l’expérience a bien prouvé une chose : la raison  collective finit toujours par trouver sa voie et en Turquie cette voie est celle qu’a ouvert Recep Tayyeb Erdogan.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mardi 19 Octobre 2010


Commentaires

1.Posté par Altaïr le 19/10/2010 12:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo M.Erdogan, le laicisme maconique est l'ennemi de l'interieur, le cancer, qui avec le sionisme doit être éradiqué du monde arabo-musulman. Il serait bien que cette révolution, cette prise de conscience se fasse en Occident, malheuresement le mal est plus profond...

2.Posté par cerlie le 19/10/2010 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce cancer doit avant tout etre eradique du monde occidental d'ou il est parti, ou il vit et ou il doit mourir. Amen...

3.Posté par Fatih le 20/10/2010 09:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Allah Razi olsun,

Il à fait son devoir d'affaiblir la carapace des extremistes laics maintenant place à Necmettin ERBAKAN insh'Allah et la turquie reprendra couleur et notoriété.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires