Conflits et guerres actuelles

Entretien téléphonique Poutine-Ahmadinejad 2


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 11 Mai 2008 - 13:13 Les derniers développements au Liban

Dimanche 11 Mai 2008 - 11:25 Liban : au seuil d'une crise incontrôlable?


Le président russe Vladimir Poutine s'est entretenu au téléphone avec son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad pour aborder la situation au Proche-Orient, a annoncé vendredi le service de presse du Kremlin.

"Les deux chefs d'Etat ont examiné la situation au Proche-Orient. Ils ont constaté une nette aggravation de la situation au Liban et dans la région en général", a précisé le Kremlin.

A la demande du président iranien, Vladimir Poutine lui a fait part des efforts diplomatiques déployés par la Russie en vue de mettre un terme à l'effusion de sang. Le projet de résolution russe sur un cessez-le-feu humanitaire déposé au Conseil de sécurité de l'ONU constitue un pas dans ce sens, a souligné le chef de l'Etat russe.

source RIA Novosti


Alter Info
Vendredi 11 Août 2006

 Entretien téléphonique Poutine-Ahmadinejad 2

Le président Ahmadinejad avertit contre l’ampleur de la crise libanaise, si elle devient incontrôlable

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad s’est déclaré vivement inquiet d’une tragédie humaine qui menace le Liban et l’ampleur de la crise libanaise, si elle devient incontrôlable. C’est vendredi dans une conversation téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine, que le président iranien a fait part de sa vive inquiétude envers l’aggravation de la situation au Liban. «Au fil des jours de l’offensive israélienne contre le Liban, la colère des nations de la région notamment des jeunes musulmans s’amplifie. », a déclaré le président Ahmadinejad, qui a ensuite évoqué des milliers de civils libanais notamment les femmes et les enfants, tués ou blessés dans cette guerre. « Le Conseil de sécurité des Nations unies n’a été jamais si impuissant. Les Etats-Unis et la Grande Bretagne se sont lancés dans un jeu politique pour faire gagner du temps au régime sioniste dans son agression. », a ajouté le président iranien. Il a ensuite regretté l’opposition des pays occidentaux au projet de résolution russe pour établir un cessez-le-feu au Liban. « De telles attitudes ne feront que jeter le discrédit sur les instances internationales notamment le Conseil de sécurité des Nations unies et que rendre difficile, dans l’avenir, l’instauration de la sécurité mondiale », a averti le président iranien. De son côté, le président Poutine a rappelé que la priorité actuelle était l’arrêt des hostilités et l’établissement du cessez-le-feu immédiat. « Nous saluons, a-t-il dit, la proposition du gouvernement libanais de déployer 15 000 soldats au sud du pays et nous pensons que simultanément au cessez-le-feu, une partie de l’armée libanaise devrait se déployer au sud et c’est après qu’on doit discuter et de décider des autres questions dont l’échange des prisonniers. », a souligné le président russe. Vladimir Poutine a aussi plaidé pour la pérennité des consultations irano-russes sur le règlement de la crise libanaise.



source: irib

 Entretien téléphonique Poutine-Ahmadinejad 2

Ahmadinejad et Poutine s’entretiennent par téléphone de la situation au Liban


Mahmoud Ahmadineyad et Vladimir Poutine, les présidents de la République Islamique d’Iran et de la Russie ont eu un entretien téléphonique centré sur la crise du Liban, détruit par les attaques sionistes et sur la façon de trouver une porte de sortie à ce conflit.

Après avoir regretté que sous les bombes et offensives militaires brutales du régime sioniste des centaines de milliers de civils soient morts en martyr et continuent à mourir ou à être blessés, en majorité des femmes et des enfants innocents, Mahmoud Ahmadinejad a ajouté : "jusqu'à aujourd’hui le Conseil de Sécurité de l'ONU ne s’est jamais montré aussi impuissant. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont décidé de traiter cette grave crise du Moyen-Orient d’une point de vue politique uniquement pour ainsi gagner davantage de temps dans le but de laisser le régime occupant d'Israël poursuivent ces agressions barbares."

Après avoir insisté sur la nécessité que les pays indépendants fassent ensemble davantage de pression et œuvrent pour mettre un terme à cette guerre injuste, le chef d’Etat iranien a regretté l'opposition de quelques pays occidentaux contre la proposition de Moscou qui a déposé une résolution réclamant un cessez le feu et a déclaré : "si le comportement des institutions internationales, surtout du CS, pour résoudre la crise continue sur cette voie, alors ces institutions auront totalement perdu de leur crédibilité, et dans le futur nous serons confrontés à de nombreux problèmes pour veiller à la sécurité mondiale."

Mahmoud Ahmadinejad a rappelé à son homologue russe que l’Iran a déjà insisté et ce dès le début des offensives militaires du régime sioniste contre le Liban de la nécessité de décréter un cessez le feu immédiat et une cessation des hostilités : "chaque jour qui passe de cette guerre et de ces agressions du régime israélien contre le Liban décuplera la colère des peuples de la région, et surtout la jeunesse musulmane. Nous sommes profondément préoccupés par une très probable explosion humaine dans la région qui transforme ces agressions contre le Liban en une crise incontrôlable."

Pour sa part, Poutine a regretté l'aggravation de la crise au Moyen-Orient, et plus particulièrement au Liban et en Palestine et a souligné spécialement que les priorités dans ce contentieux sont d'arrêter le massacre de civils innocents et décréter un cessez le feu de manière urgente. "C’est pour cela, a-t-il déclaré, que Moscou a présenté un projet de résolution qui a rencontré l'opposition de quelques pays occidentaux."

Lee chef d’Etat russe a souligné la nécessité pour le CS d’aboutir enfin à une décision pour permettre la cessation des hostilités et trouver une solution politique équilibrée et acceptable pour les deux parties et qu’il garantisse la souveraineté et l'intégrité territoriale du Liban et la sécurité de tous les pays de la région.


Vladimir Poutine a déclaré que "la Russie soutient la proposition du gouvernement de Beyrouth de déployer un contingent de 15.000 soldats dans le sud du pays et croit qu'en même temps que il est nécessaire de déclarer un cessez le feu immédiat dans le sud du Liban et ensuite examiner et décider du reste des questions qui se poseront, comme par exemple l'échange de prisonniers."


source: irna


Samedi 12 Août 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires