Conflits et guerres actuelles

Entre nous mes compatriotes, l'occident veut balkaniser mon pays, unissons nous si réellement nous voulons un changement au Kongo !



Richard Lumumba Jr / Resposable du Front de la révolution Af
Lundi 31 Mai 2010

Entre nous mes compatriotes, l'occident veut balkaniser mon pays, unissons nous si réellement nous voulons un changement au Kongo !
Mon père (paix en son âme) me disait sans cesse tu mettras tes connaissances intellectuelles au service de toute la nation Kongolaise.
 Pour cela je garde encore une pensée pieuse pour ses efforts consentis pour me faire étudier afin que je devienne utile pour mon pays.  
 
 Ne et grandi dans une famille chrétienne, j’avais subi une éducation chrétienne solide ou l’immoralité, l’impudicité, le mensonge, la corruption, la fraude étaient combattus sur la forme mais pas dans le fond.  
 Nous avons vu de nos propres yeux l’injustice qui a régnée au Kongo et la façon dont le pays s’est engage dans un bout de tunnel très sombre.  
 Non partisan de la violence, de coup d’état, des conflits armes , de la rébellion, de l’immoralité, de l’impudicité, de la corruption, de la fraude j’utilise toujours des voies pacifiques pour donner ma modeste contribution à la reconstruction de notre pays qui vit un moment dur de son histoire.  
 
 Une histoire marquée par une guerre infinie qui a tuée plus de six millions de nos compatriotes. Que leurs âmes reposent en paix et entant que fils du Kongo je lèverai toujours ma voix par la sensibilisation et la mobilisation des miens pour dénoncer l’injustice de la communauté internationale face a ce génocide dont personne en parle.
 C’est l’une de raisons qui m’avait poussée à rédiger une lettre ouverte a plus de 600 Politiciens au monde et membres du Parlement pour condamner l’attitude de pays capitaliste face a la guerre du Kongo.  
 
 Le peuple Kongolais a longtemps souffert et il faut coute que coute le libérer totalement de cette emprise, de la domination, de la misère et de la pauvreté. C’est la raison pour laquelle je me sers aujourd’hui de mon stylo pour défendre les opprimes kongolais. Prolétaires Kongolais, unissons nous si réellement nous voulons un changement au Kongo.  
 Le Kongo, c’est le pays a nous tous sans distinction de tribu, de race ou de sexe.  
 
 Nous avons tous le même droit. Pour cette raison, l’heure de la politique fiction est révolue.  
 Libérons-nous de la coterie tribale et choisissons les hommes selon leur moralité et compétences intellectuelles. L’homme congolais a perdu toute sa dignité a cause du système fantôme instaure au pays depuis l’indépendance.
Devant une incertitude de faire face aux nouvelles réalités de la vie, les Kongolais préfèrent quitter le pays pour une aventure à l’étranger au prix des sacrifices et d’humiliation. Se présenter comme Kongolais actuellement au monde est devenu objet de moquerie a cause de la dégradation totale de la vie sociale dans notre pays.
 
 Les attentes du Peuple Kongolais
 
 Ce que le peuple congolais attend de la classe politique congolaise, c’est une pause, un temps de réflexion, une proposition de reformes articulées, clairvoyante. Nous voulons au Kongo, une gestion consciente et volontaire tendue vers une société plus égalitaire.  
 Cela s’explique par la répartition des richesses, sur sa conception de la croissance, sur le bonheur des peuples. L’aspiration démocratique ne peut être cantonnée au domaine politique, elle doit s’étendre au social pour faire prévaloir la justice, les droits de l’homme, la suprématie de l’intérêt du grand nombre sur celui de la minorité, la liberté n’est vraiment respectée que si les reformes économiques et sociales sont éditées par la loi. Le grand changement au Kongo. C’est d’abord une grande mutation humaine et psychologique.  
 
 Le Kongo doit avoir un projet politique ordonne, appuyé sur des convictions profondes. Il faut pour cela que l’homme politique soit toujours au service de la cause que personne ne défend, celle de l’intérêt général. Il doit dire la vérité. C’est son premier devoir. Le peuple Kongolais doit détester l’imposture, le mensonge et la démagogie.
 
 Le Moral
 
 Le redressement congolais tant attendu dans la politique, l’industrie, l’agriculture, le social et la reconstruction doivent se réaliser avec plus d’équité, plus de vigueur, plus de logique et en fonction d’un avenir volontairement choisi. Le moral, et c’est peut être le plus important. Le moral tout entier de la nation congolaise aurait été assaini. Au lieu du triomphe de la fraude, de la corruption, de la spéculation, du marche noir, de l’immoralité, de l’impudicité, de la magie, de la framasonerie, du trafic d’influence et du système d’article 15, on aurait vu que le travail était payant. A cause du mauvais départ, ceux qui ont peine le plus ont été prives le plus. Ceux qui ont triche , ont été récompensés.  
 
 Toute une génération a été élevée comme ca. Au lieu d’éprouver, comme une faiblesse générale pour les débrouillards, le pays se serait dresse contre eux. Nous aurions eu moins de spéculations, de fraudes fiscales, moins d’inflation. Et aussi évidemment pour les catégories privilégiées moins de satisfactions. Les masses du pays n’auraient pas eu le sentiment qu’elles étaient les seules désavantagées. La moralité publique en République Démocratique du Kongo a été réduite pendant plus de 32 ans et il faut à tout prix la refaire. Les responsables politiques tribalistes ne voulant travailler qu’avec les siens. Les Postes stratégiques du pays confies a ceux qui ne méritent pas et ne possédant pas des aptitudes intellectuelles recommandées. Ou va le Congo au juste. La corruption, l’immoralité, l’impudicité, la fraude, le marche noir, le détournement partout. Quel est le rôle de l’état pour mettre fin a tout cela. L’état existe réellement ou pas. ?
 
 Francis Fukuyama n’a-t-il pas raison de dire que l’état dans les pays africains est inexistant ? Quel est le rôle de nos dirigeants ? Le chef ne doit pas être un spectateur mais un concepteur au lieu d’attendre que tout soit fait par ses conseillers ? A tous ces maux qui rongent la société congolaise aujourd’hui, nous croyons qu’il ya des le départ le manque d’une volonté politique pour organiser les choses. Quand dans une équipe de football le capitaine est un homme dynamique et coriace avec beaucoup de stratégies, nous croyons que cette équipe sera toujours performante. Le contraire de cela, c’est le fiasco total. La crise au Congo comme nous pouvons bien le remarquer, c’est d’abord l’homme.  
 Pour cela ii faut renforcer le pouvoir judicaire et lui accorder son indépendance totale pour que ceux qui se disent intouchables se sentent mal alaise et prêts à être poursuivis par les hommes de droit pour un abus commis. La loi doit être au dessus de tous sans aucune exception. Le conseil de la Magistrature sera compose des Magistrats pas nommes mais votés par leurs collègues Magistrats pour plus d’efficacité. Quand un haut Magistrat est nomme par le pouvoir, généralement il ne peut pas exercer ses fonctions librement car il a des comptes à rendre à celui qui l’avait désigné.
 
 Les Provinces actuelles
 
 Les provinces nous le soutenons avec force ne doivent pas jouer qu’un rôle marginal et se contenter d’être des coopératives de départements. Les tenants du pouvoir au niveau central ont été toujours contre une large autonomie provinciale parce qu’ils sont contre la liberté et qu’ils veulent tout régir eux-mêmes. Personnellement, je suis contre la décentralisation bidon, évidemment contre cette loi récente qui crée des organes provinciaux fort peu démocratiques ; beaucoup de freins et moins de vapeur.  
 
 Nous voulons que le Gouvernement central de Kinshasa donne aux régions une véritable personnalité politique avec pouvoir de gérer leurs fonds. Si elles n’ont pas leurs ressources propres, elles ne sont pas autonomes. L’état congolais doit renoncer a une partie de ses propres recettes et permettre aux provinces et aux communes, aux établissements publics etc., d’ordonner et de percevoir a sa place des impôts nécessaires a l’accomplissement de leurs missions élargies. Le fardeau total du contribuable ne serait pas sensiblement modifie, les collectivités locales verraient augmenter leurs moyens et elles les repartiraient au mieux, sous le contrôle d’une opinion de toute proche.
 
 Dans mon esprit, l’état serait déchargé en même temps de certaines de ses attributions (c’est cela la décentralisation) et la perception de recettes qu’il se servait jusqu’ici pour le financer : plus de responsabilités a l’état et moins d’argent ; plus de responsabilités aux régions et plus d’argent. Il est vrai que les provinces surtout les plus pauvres doivent d’autres ressources que les fiscales notamment de l’aménagement du territoire et de la solidarité nationale. Mais en dehors de cela, les provinces jouiront d’une réelle autonomie que si elles ont des rentrées financières.  
 
 C’est-à-dire des rentrées d’impôts. Et cela doit relever d’une assemblée provinciale représentative, élue au suffrage universel. Pour cette raison nous proposons la création d’un conseil provincial Economique et Social. Le Conseil Economique et Social permettra aux Producteurs de toutes catégories, les syndicats, les Industriels, les Professions libérales, les agriculteurs, les Universités de disposer d’une tribune pour se faire entendre sur leurs affaires et leurs intérêts, se confronter et éclairer l’autre assemblée directement élue. D’une part, une assemblée politique, d’autre part une assemblée économique et sociale. L’état leur dira par exemple » Vous êtes chargées d’exécuter le plan en matière de sante ou de l’enseignement primaire. Il prévoit tels moyens de financement pendant 5 ans (autorisations d’emprunts, fiscalité, participation des villes et des
communes) et elles vont s’exécuter.
 
 La Vie Politique
 
 Les guerres, les rebellions, les révoltes, le coup d’état, les conflits armes n’amèneront jamais la paix tant voulue et souhaitée par le peuple congolais. Seules les bonnes suggestions, les meilleures propositions, la coexistence et les résolutions pacifiques ramèneront la stabilité et la sérénité.  
 Le peuple congolais a longtemps souffert. Pour cela la paix et la sécurité durable demeurent des points culminants dans l’agenda du peuple congolais. La guerre a totalement paralyse notre territoire national et beaucoup de congolais en sont morts. Pour cette raison le gouvernement central de Kinshasa doit garantir au peuple congolais l’indépendance nationale et l’intégrité territoire et l’unité de la nation toute entière. La répartition des pouvoirs doit être respectée avec des rôles précis entre les différents organes politiques. L’Exécutif doit être soumis à un contrôle réel et sévère du Conseil Législatif.  
 
 Ce dernier doit jouer pleinement son rôle entant qu’organe du peuple.
L’Exécutif aura comme mission d’exécuter les lois et de traduire dans les faits le programme gouvernemental, au législatif la mission de légiférer et de trancher les litiges en toute indépendance et impartialité. La restauration du pouvoir Judiciaire et celle du Magistrat demeure impérative. Elle a mon avis la condition sine qua non de l’effectivité du caractère démocratique. Le Conseil de la Magistrature doit être compose des membres non nommes par le Chef de l’Etat mais élus par leurs collègues pour plus d’indépendance.
 
 L’Homme Politique Congolais doit savoir qu’en politique « Il doit a chaque instant et quelque soit son idéal pour l’avenir déterminer ce qui peut être fait, ce qu’il peut faire. Il doit agir non pas, certes en ignorant le long terme, mais en sachant au contraire qu’il est responsable des aujourd’hui. S’il oublie le long terme, il improvisera au jour le jour et prendrait des décisions empiriques dont toute la nation payera le prix plus tard. C’est pourquoi il doit savoir ou il va.  
 C’est pourquoi chacune de ses décisions doit aller dans le sens des mutations plus importantes auxquelles il est attache. Seulement il sera charge non de méditer sur l’avenir mais d’y travailler concrètement, jour âpres jour et il n’a pas le droit de renvoyer tout progrès au jour futur.  
 
 A l’heure qu’il est ce qu’il nous faut au Kongo âpres trop de laxisme et de démagogie accepter une période de rigueur. Mais ce sera beaucoup plus dur si on perd encore plus de temps. Et puis cette rigueur doit porter sur ceux qui sont habitues jusqu’ici a se soucier de leurs propres intérêts.
 Dans toute la mesure du possible ce n’est pas à la masse de faire les frais des fautes passées. Actuellement nous payons le prix des politiques de facilite. Le moment est venu d’y mettre un terme dans un passe un peu serre.
Seul au Congo un gouvernement dont la volonté de justice ne peut être mise en doute, jouira la confiance populaire du peuple et aura le droit de demander la patience et le dévouement.
 
 La mission de chaque congolais, c’est d’œuvrer inlassablement pour aller plus vite pour qu’il y ait moins de temps perdu, de vies perdues, de bonheur perdus. Chacun de nous peut y contribuer pour sa part.
 
 Le Social
 
 Il y a nécessite pour que l’état congolais combattre et réduise les inégalités sociales. D’année en année loin d’aller vers une plus grande égalité, la distance entre les riches et les pauvres s’accentue. Il est important que le gouvernement congolais améliore le sort des plus mal payes(les Fonctionnaires, les Soldats, les Magistrats, les Médecins….).  
 
 Les Fonctionnaires sont abandonnes et laisses a la merci de la nature. Cela ne se conçoit pas du tout. Les salaires des députés, des ministres et d’autres personnalités politiques doivent être réduits à 50%. Si réellement tous ces gens sont pour l’intérêt du peuple, ils accepteront ma proposition. Les Politiciens vedettes doivent faire un choix entre la musique et la Politique. Il est inconcevable qu’un monsieur qui a des responsabilités politiques soit chante comme une vedette.  
 
 Cette pratique doit prendre fin. Les Politiciens peuvent faire recours aux musiciens pour citer leurs noms avec une exception particulière seulement pendant les campagnes électorales. Les inégalités plus encore persistent à travers les générations qui doivent être soulignée.  
 
 C’est le caractère le plus frappant de l’existence des classes. Les structures sociales tendent à se perpétuer de père en fils, à s’opposer à l’égalité des chances, a la mobilité. Les enfants qui appartiennent aux milieux aises bénéficient d’une avance au départ par rapport a ceux qui sont d’extraction modeste.  
 
 Ce n’est pas d’ailleurs normal que cela continue. L’hérédité de privilège et des handicaps doit être abolie. Les infrastructures routières, scolaires, académiques, hospitalières, laissées par les Belges sont complètement détruites et personne ne fournit aucun effort pour la réhabilitation. Ou va l’argent du trésor public et qui en bénéficie.
Kinshasa la capitale de notre pays est la capitale la plus sale du monde.



Lundi 31 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par gjingis le 31/05/2010 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sans oublier le continent entier(l afrique)

2.Posté par Flam le 01/06/2010 09:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" Ne et grandi dans une familles chretienne,j'avai subi une education solide ou l'immoralite,l'impudicite,le mensonge,la corruption,la fraude etaient combatus sur la forme et pas dans le fond" ???

-Comment un Africain conscient peut se dire chretien?
Comment croyez-vous que les Belges se sont empares de votre pays? par le
mensonge,la corruption(ce sont eux qui l'introduisent),la fraude!

"Francis Fukuyama n'a-t-il pas raison de dire que l'etat dans les pays Africains est inexistant?"

-Comment un Africain conscient peut-il laisser aux autres le soin de dire ce qu'est
ou n'est pas son pays?
Que Fukuyama aille manger ses Sushis! il n'est ni qualifie,ni designe pour donner
son avis sur l'Afrique,n'importe quoi! avec un nom pareille il vient donner des lecons
aux Africains?

Mince alors! tout le monde se croit permis de dire ce qu'il veut sur les Africains et mama Africa! Ils seront surpris...

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires