Géopolitique et stratégie

En quoi l’Union européenne est-elle souveraine ?



Mardi 23 Mars 2010

En quoi l’Union européenne est-elle souveraine ?

Chez lui et à l’étranger, Washington a saboté la confidentialité


VDARE, Paul Craig Roberts, 22 mars 2010


      Dans le journal suisse Zeit-Fragen, le professeur allemand Eberhard Hamer demande, « En quoi l’Europe est-elle souveraine ? »


      Il examine la question et conclut que l'Europe a peu de souveraineté, dans le cas où elle en aurait.


      Le professeur Hamer écrit que les droits souverains des Européens en tant que citoyens d'États-nations ont été dissous avec l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne le 1er décembre 2009. Les droits de la personne ont été transmis au commissariat politique à Bruxelles. Les Français, Allemands, Belges, Espagnols, Britanniques, Irlandais, Italiens, Grecs, et ainsi de suite, ont désormais une « citoyenneté européenne, peu importe ce que cela puisse être. »


      L'agrégation des nations a pour conséquence de réduire la participation politique des individus. L'autorité des parlements et des conseils locaux a été compromise. Le pouvoir est désormais concentré dans de nouvelles structures hiérarchiques au sein de l’Union européenne. Citoyenneté européenne signifie participation indirecte et diluée des gens. L’autonomie a cédé la place à un régime autoritaire, de la base au sommet.


      Le professeur Hamer examine ensuite le commissariat de l'UE, et conclut que lui aussi manque de souveraineté puisqu’il s’est soumis à la volonté des États-Unis. Le problème n'est pas seulement que les Européens participent à une guerre inconstitutionnelle sur l’ordre des États-Unis dans une région du monde où ils n'ont aucun intérêt. L’existence de l’Europe fantoche va bien au-delà de son service mercenaire pour l'empire zunien.


      L’Union européenne a cédé à Washington sur sa demande de « libre accès aux données bancaires du fournisseur central des services financiers, Swift en Europe. La totalité des flux financiers en Europe (et entre l'Europe et le reste du monde) sera désormais surveillée par le CIA et d'autres services du Renseignement zunien et israélien. « La surveillance inclura les transferts internes, de l’Allemagne par exemple, et des diverses villes. « Les données, même les données des citoyens absolument inoffensifs, doivent être conservées cinq ans, au détriment naturellement des banques et de leurs clients. »


      En quoi l’Union européenne est-elle souveraine quand elle est incapable de protéger la confidentialité des données financières de ses citoyens contre des gouvernements étrangers ?


      Depuis quelques temps, le journal Zeit-Fragen signale la pression de Washington sur le gouvernement suisse, qui vise à enfreindre la jurisprudence Suisse afin de la conformer aux prétentions zuniennes pour contrôler les flux financiers au sein de la Suisse et entre la Suisse et le monde. Les auteurs manifestent leur étonnement devant le mépris total de Washington envers la souveraineté des autres pays et la vie privée de leurs citoyens.


      Nous, les Zuniens, ne devrions pas être surpris. Au mépris de la législation, notre droit à la confidentialité a disparu depuis longtemps. Aux États-Unis la confidentialité est devenue une farce cruelle et qui coûte cher. Ça signifie que les parents ne peuvent pas savoir les notes de classe de leur enfant sans sa permission. Ça veut dire que les sociétés de cartes de crédit, les banques et les autres établissements financiers, sont tenues de gaspiller de l'argent pour envoyer un flux régulier de « notes confidentielles » à leurs clients sur l'utilisation des informations les concernant. Ça signifie qu’un Zunien ne peut pas obtenir d’information sur son compte de carte de crédit, téléphonique, de câble et de fournisseur d'accès Internet, bancaire, de société de services publics, ni apporter quelque modification à son compte sans fournir à un étranger son numéro de sécurité sociale ou d'autres informations privées bien au-delà de son nom, adresse et numéro de compte. Ces formalités sont une plaisanterie puisque le gouvernement a accès à tout. Que la confidentialité soit protégée par l'obligation de donner au téléphone à des étrangers des données privées fait partie de notre monde orwellien.


      Le mouton zunien [*] a tranquillement accepté l’éradication complète de son droit à la vie privée. Encouragé par la réussite de la répression du peuple zunien, Washington a fini par détruire la vie privée des Européens. [* Ndt : Roberts a écrit sheeple. C’est une contraction de Sheep (mouton) et People (peuple, gens), qui fut utilisée de manière méprisante par George Daobeulliou Bush pour se moquer des pigeons zuniens après le coup monté néo-conservateur (sioniste) du 11/9/2001.]


      En fait de « liberté et de démocratie, » le gouvernement espionne le monde entier et envoie des drones dans les autres pays pour zigouiller les gens que désapprouve Washington.


      Washington dénonce d’autres gouvernements pour des violations envers les droits de l'homme tout en violant lui-même les droits de l'homme chaque jour.


      Washington intente des procès pour crimes de guerre contre des dirigeants étrangers tout en perpétrant des crimes de guerre chaque jour.


      Qu'adviendra-t-il quand le dollar ne vaudra plus rien et que Washington n'aura plus d'argent pour se payer l’acquiescement à ses exigences ? Ce jour arrivant, la liberté réapparaîtra.



      Paul Craig Roberts fut secrétaire adjoint au Trésor durant le premier mandat du Président Reagan et rédacteur en chef adjoint au Wall Street Journal. Il a occupé de nombreux postes universitaires et a reçu la Légion d'Honneur sous François Mitterrand. Il est l'auteur de Supply-Side Revolution : An Insider's Account of Policymaking in Washington; Alienation and the Soviet Economy et de Meltdown: Inside the Soviet Economy. Il est coauteur avec Laurent M. Stratton de The Tyranny of Good Intentions : How Prosecutors and Bureaucrats Are Trampling the Constitution in the Name of Justice. Son tout dernier livre, How The Economy Was Lost, vient de sortir.



Original : vdare.com/roberts/100322_privacy.htm
Traduction copyleft de Pétrus Lombard




Mardi 23 Mars 2010


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires