Palestine occupée

En marge du dialogue indirect entre la Syrie et les Sionistes



Mercredi 27 Août 2008

En marge du dialogue indirect entre la Syrie et les Sionistes
"Le dialogue entre nous et Israël n'a enregistré aucun progrès considérable". Ce sont les propos du ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, sur les négociations indirectes entre Israël et la Syrie, sous l'égide de la Turquie. Les déclarations de Mouallem témoignent du mécontentement des responsables syriens à l'égard du comportement négatif des Sionistes. Les négociations entre les Syriens et les Sionistes ont été reprises, depuis mai dernier, par l'entremise du gouvernement turc. Cependant, il semblerait que le régime sioniste ne prenne guère au sérieux les pourparlers de paix avec la Syrie, en ne faisant aucun cas de ses promesses. Voilà pourquoi 4 rounds de pourparlers indirects entre les responsables syriens et sionistes, comme les pourparlers des deux parties, en 2000, ont, jusqu'à présent, échoué. En général, on ne peut rien attendre de ces négociations et il est difficile pour la Syrie de croire qu'elle parviendra, par le dialogue, à faire valoir ses droits légitimes. A la veille de l'an 2000 et dans le cadre des pourparlers de paix, au Moyen-Orient, la Syrie et le régime sioniste s'étaient, déjà, assis à la table des négociations, négociations qui sont restées stériles, en raison des tergiversations des Sionistes et de leurs tentatives d'arracher davantage de concessions à la Syrie. Lors des précédents pourparlers de l'an 2000, les Sionistes avaient parlé de leur retrait de la région occupée du Golan, stratégie qui avait amené Damas à entrer en négociations avec les occupants sionistes, mais ils n'ont pas respecté leur promesse. 8 ans après l'échec de ces pourparlers, les Sionistes tentent, à nouveau, leur chance. Ils ont, une autre fois, recouru à leur vieille ruse. Lors des nouveaux tours de leurs pourparlers avec les autorités syriennes, ils se sont efforcés de s'ériger en pacifistes face à la Syrie, lui promettant, dans la foulée, de revenir sur la question du retrait éventuel de leurs forces du Golan. Quoique les hommes d'Etat syriens aient accueilli favorablement la proposition du régime de Tel-Aviv, ils ont affirmé qu'ils n'entreraient en dialogue direct avec les Sionistes qu'après l'obtention de gages sérieux de la part des Sionistes concernant le retrait des forces d'occupation israéliennes des hauteurs du Golan. Ceci dit, les Sionistes ne semblent guère tenir à respecter leurs engagements et s'attèlent plutôt à arracher des concessions à la partie syrienne. En tout état de cause, les pourparlers de paix entre les groupes palestiniens et Israël ont été voués à l'échec. De même, le dialogue indirect entre le régime sioniste et la Syrie est resté, jusque là, sans résultat, ce qui révèle, on ne peut plus clairement, la véritable nature militariste des Sionistes.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mercredi 27 Août 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires