Palestine occupée

En dépit de toutes les fanfares, ce n’est pas le moment de frapper le Hamas



"Israël" et le Hamas vont sans aucun doute vers la confrontation. Néanmoins, une opération militaire de grande envergure fera maintenant plus de mal que de bien. Une telle opération pourrait faire passer une chance de récupérer Chalit. Pire, on pourrait perdre tout contact avec les kidnappeurs. Il y a trois hypothèses sur lesquels sont d’accords les décideurs israéliens, ainsi qu’internationaux.


Vendredi 13 Juin 2008

En dépit de toutes les fanfares, ce n’est pas le moment de frapper le Hamas
Ben Ksibet


Hier soir, le premier ministre a réuni le conseil des trois : lui, Barak et Tivni. Il a aussi réuni les conseils sécuritaires. Il voulait discuter avec eux de la question d’un feu vert pour une accalmie avec les factions de la résistance, parrainée par l’Egypte ; ou tout au contraire, pour la laisser tomber. A savoir que la situation à Gaza continuera son escalade, jusqu’à une vaste opération dans les semaines à venir.

Ceux qui s’occupent de la sécurité ont dit à la fin de la semaine que laisser tomber l’accalmie maintenant pourrait éloigner tout possibilité de ramener Gilad Chalit. Une grande opération militaire pourrait blesser Chalit. Les milieux militaires répètent le propos des Egyptiens, publiés il y a quelques jours par Maariv : celui qui dit qu’il n’y aura pas d’accalmie sans Gilad, qu’il sache qu’il n’aura pas Gilad sans accalmie. En un mot : l’accalmie d’abord.

Le conseil restreint politico-sécuritaire se réunira après le conseil des trois. Quand bien même l’ordre du jour n’est pas Gaza, on ne pourra qu’en parler. Mais Ehud Barak, ministre de la défense, et Achkinaz, chef des états majors, ne trouvent le moment propice pour une opération militaire importante dans la bande de Gaza, même si cela sera inévitable à un moment donné de l’avenir.

Tout le monde estime qu’une telle opération ne ramènera Gilad. De plus, elle n’arrêtera pas le feu d’Al-Qassam. Un autre choix commence à prendre forme : une opération locale, à l’image de « l’hiver chaud », exécuté par la direction de la région sud, en 2007. Ce ne sera pas une vaste opération, mais elle sera assez suffisante pour pratiquer une pression sur le Hamas et les autres organisations. Elle pourrait également améliorer les conditions de l’accalmie. Selon ces données difficiles vécues par les décideurs, c’est ce choix qui sera adopté.

Le problème, c’est que, dans le conseil politico-sécuritaire, l’option d’accalmie avec les conditions actuelles ne possède une majorité suffisante. Le précurseur de l’accalmie, le ministre de la défense, essayera de convaincre les autres. Il leur dira qu’une telle accalmie ne devra pas être approuvée par le conseil des ministres. Il a déjà informé Maariv qu’elle ne sera même pas écrite et signée.

L’accalmie prendra son effet par un appel téléphonique venant du Caire, lorsque les conditions deviendront propices. A ce moment-là, le cessez-le-feu débutera. Dans les milieux de l’armée israélienne, on dit que les Egyptiens besognent pour freiner le Hamas afin qu’il ne monte en force. Ces derniers disent que le Hamas est prêt à accepter certaines conditions. Ils disent également qu’au lendemain de la trêve, d’intenses négociations débuteront pour relâcher Chalit.

Dans ces milieux, plusieurs idées courent. Le point de passage de Rafah ne sera par exemple ouvert, même après le retour de Chalit. Il y a une autre idée, les prisonniers accusés de crimes de sang seront envoyés vers la bande de Gaza, et même vers l’étranger.

En somme, malgré tous les bruits et toutes les fanfares, et en dépit de toutes les déclarations données la semaine dernière par Olmert et Barak, toutes les données actuelles disent qu’une opération de grande envergure ne se presse pas.
Article paru dans le journal israélien Maariv, le 10 juin 2008
Traduit et résumé par le CPI

http://www.palestine-info.cc http://www.palestine-info.cc



Vendredi 13 Juin 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires