Palestine occupée

En Israël, Pelosi parle de l'Iran



Mercredi 21 Mai 2008

En Israël, Pelosi parle de l'Iran
L'église d'à côté ne produit pas de miracle, s'il faut ‎en croire l'un de ces vieux dictons, qui, étrangement, ne ‎perdent jamais de leur actualité : de fait, c'est dans le ‎camp républicain que les Américains ont choisi, en l'an ‎‎2000, par erreur -tout le monde en convient- leur ‎Président, lui confiant la gestion de leur destin, à l'orée ‎du siècle nouveau. Et dans la foulée des élections de ‎novembre prochain, c'est, vraisemblablement, sur les ‎Démocrates qu'ils seraient enclins à jeter leur dévolu, ‎pour sortir l'Union de la crise. Si ce souhait d'en finir ‎avec le règne catastrophique du néo-conservatisme ne ‎fait pas de doute, encore faut-il qu'il ne mène pas, à la ‎longue, à un cul-de-sac. Or, les déclarations que la très ‎anti-Bush Présidente du Congrès vient de tenir, en Israël, ‎laisse craindre le contraire. Dans un entretien exclusif ‎accordé au "Jerusalem Post", Mme Pelosi s'applique à ‎définir les contours de la politique étrangère de son pays, ‎en prévision du très probable changement de la majorité ‎qui se prépare aux Etats-Unis. Jusque là, rien que de très ‎louable, de la part d'une députée, qui s'est toujours ‎distinguée par sa ferme hostilité envers l'unilatéralisme ‎effréné du Président Bush. Mais là où les choses se ‎dégradent, c'est lorsque l'intéressée se met à évoquer ‎l'Iran. "C'est l'attitude, précise-t-elle, envers le ‎programme nucléaire iranien, qui servira de critère, pour ‎décider de la qualité de nos relations avec les autres pays ‎du monde". En d'autres termes, tout Etat désireux de ‎s'offrir l'ombrelle protectrice de la Maison Blanche, ‎devra commettre la bêtise de ne pas saisir la gravité des ‎conséquences de l'irréalisme foncier qui caractérise, ‎depuis l'an 2000, la politique iranienne de l'Amérique. ‎On veut bien croire que Mme Pelosi, personnellement ‎très impliquée dans la campagne pour la présidentielle, ‎souhaiterait, par ce genre de propos-choc, séduire le ‎puissant lobby sioniste des Etats Unis, il n'en reste pas ‎moins vrai que la démarche risque, à la longue, de faire ‎plus de mal que de bien et de desservir le finaliste de la ‎course à l'investiture démocrate qui compte bien surfer ‎sur la vague de mécontentement général, pour sortir ‎triomphalement des urnes. Apres tout, quelle différence y ‎aura-t-il entre un McCain ou un Obama ou entre un ‎McCain et une Clinton, si l'un comme l'autre cherchait à ‎ouvrir un troisième front de confrontation au Moyen-‎Orient, après celui de l'Irak et de l'Afghanistan?

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mercredi 21 Mai 2008


Commentaires

1.Posté par Zorro m.d.s le 21/05/2008 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Républicains ou démocrates ? Patates ou pommes de terre ?

2.Posté par thejoker le 21/05/2008 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pelosi anti bush???

alors qu'elle a tout fait pour bloquer la procedure d'empeachement??
bush aurait du suivre la voix de nixon et cheney avec

or les democrates ne font que le jeu des financiers et autres lobbies sans tenir compte des aspirations du peuple!
ainsi est promu un obama qui defend la finance internationale
et que clinton qui defend les pauvres ceux mis a la rue par la crise des subprimes, se voit vilipendée...

ah les lobbies.....ah se faire reelire
ou est donc passé la notion de bien publique?

3.Posté par Michael le 22/05/2008 03:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment pouvez-vous croire que les Clinton qui ont déjà été au pouvoir ont pu changer ? Si Obama défend la finance internationale, alors Clinton aussi.

4.Posté par elgringos le 22/05/2008 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la notion de bien public n'existe pas chez les "veaux d'oristes" ....

5.Posté par thejoker le 22/05/2008 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

clinton a pris des positions pour proteger les petits proprietaires soumis aux subprime
obama rien de cela

a votre avis pourquoi donc bush est il encore au pouvoir??
obama en tant que senateur aurait pu voté l'empeachment alors que des centaines de milliers d'irakiens civils sont morts...

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires