Géopolitique et stratégie

En 2015, la Russie sera invulnérable à toute attaque aérospatiale


Tout semble indiquer que les dirigeants russes ont mené à bonne fin la conception de ce que l'on appelle la "réplique asymétrique" au programme global américain de défense antimissile. Les mesures russes elles aussi revêtent un caractère global et le schéma de la disposition de l'échelon antimissile russe se présente comme des mieux réussis.


Andreï Kisliakov
Lundi 19 Mars 2007

En 2015, la Russie sera invulnérable à toute attaque aérospatiale
Par Andreï Kisliakov, commentateur politique de RIA Novosti



Conformément à leur projet, les Américains déploient une défense antimissile (ABM) destinée à neutraliser des missiles balistiques nucléaires stratégiques et tactiques ( d'une portée maximum de 5.000 kilomètres) au moyen de missiles balistiques intercontinentaux.

Ici faisons abstraction de la question de savoir qui, selon les Etats-Unis, serait sensé tirer tous ces missiles. Cependant, force est de convenir que quel que soit le cas de figure, la Russie se doit de réagir à la création désormais évidente de zones de positionnement d'éléments de l'ABM.

Examinons le problème de deux côtés.

Premièrement, si l'on parle de l'armement stratégique, alors les contre-mesures russes auront un caractère asymétrique. En d'autres termes, la Russie, tout comme l'Union soviétique à l'époque du programme dit d'Initiative de défense stratégique (IDS), s'emploiera à renforcer et à perfectionner ses armements nucléaires offensifs.

Cette approche est appropriée si deux facteurs sont pris en considération. D'abord, la suprématie évidente des moyens offensifs sur les moyens défensifs demeurera longtemps encore. Les technologies militaires actuelles ne sont pas à même d'assurer un taux d'interception élevé aux systèmes ABM chargés de détruire les ogives des missiles balistiques de longue portée, surtout si ces ogives sont équipées de toutes sortes de dispositifs pour percer la défense antimissile adverse.

Enfin, le perfectionnement des armements offensifs capables de traverser le bouclier ABM restera longtemps encore le moyen le moins onéreux de répliquer au déploiement des systèmes antimissiles qui coûteront aux Etats-Unis pas moins de 60 milliards de dollars d'ici à 2015. Par conséquent, bien que le cédant de beaucoup aux Etats-Unis en terme de budget militaire, la Russie pourra néanmoins, grâce à ses contre-mesures, conserver un avantage substantiel sur l'armement défensif selon le critère universel "coût-rendement-faisabilité".

Deuxièmement. Les événements de ces derniers temps permettent de dire que dans le cas d'un conflit militaire de grande envergure on utilisera des missiles de moyenne portée avec un soutien massif de l'aviation. Partant, il faut donc envisager la création de systèmes défensifs aérospatiaux appelés à protéger les sites tactiques.

Un missile de cinquième génération pouvant être utilisé par la défense aérienne et spatiale est prêt à la fabrication dans les entreprises du consortium russe Almaz-Anteï, a annoncé le premier vice-premier ministre Sergueï Ivanov au cours d'une réunion de la Commission militaro-industrielle tenue à la fin du mois de février.

Cette arme nouvelle destinée notamment à frapper les missiles balistiques tactiques, associe tout ce qu'il y a de mieux dans le missile sol-air S-300 en dotation dans les forces armées et le missile S-400 trioumf qui sera opérationnel cette année. "Nous entreprenons la création d'un nouveau missile antiaérien qui surpassera de beaucoup le S-400. Des conditions sont en cours de création pour passer des développements théoriques aux développements pratiques", a déclaré le commandant en chef des Forces aériennes russes, le général d'armée Vladimir Mikhaïlov, qui le 13 mars s'entretenait avec des attachés militaires.

Si la conception russe de la réponse au déploiement de l'ABM est réalisée conformément au calendrier du programme d'armement public, alors d'ici à 2015 Moscou disposera des moyens offensifs et défensifs nécessaires pour contrecarrer une éventuelle attaque aérospatiale.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Lundi 19 Mars 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires