Géopolitique et stratégie

Empire "usraélien" : Le début de la fin



eva R-sistons
Vendredi 30 Juillet 2010

Empire "usraélien" : Le début de la fin
Rien ne sera plus comme avant. Le monde ne devrait plus être sous le joug meurtrier d’une seule puissance ; même à l’ONU, les peuples s’émancipent de plus en plus, et il est significatif de voir que Lula est sur les rangs pour en briguer la présidence. Faut-il rappeler que le Président du Brésil a signé un accord avec l’Iran et la Turquie ? " L’Iran, la Turquie et le Brésil sont parvenus à un accord sur une procédure d’échange de combustible nucléaire, a annoncé dimanche 16 mai le ministre turc des Affaires étrangères. (..) Le Brésil et la Turquie, opposés aux sanctions contre l’Iran et membres du Conseil de sécurité, ont entrepris de convaincre Téhéran de faire des propositions concrètes pour sortir de la crise" (http://www.rfi.fr/contenu/20100516-...).  Les Etats-Unis ne sont plus les maîtres du jeu...

Précipitée par la gestion calamiteuse, à l’intérieur comme à l’extérieur, du Président Bush, la chute de l’Empire est inévitable. Je ne parlerai pas dans cet article de la guerre sournoise qui se joue entre les USA et la Chine par Corées interposées, avec pour conséquences les marées noires de part et d’autre (http://sos-crise.over-blog.com/arti...), ni de l’effondrement financier et, par ricochet, économico-social. L’Amérique aux abois utilise ses dernières cartes pour maintenir sa domination, en installant des bases militaires partout, en multipliant les conflits sur la planète, et en projetant de reprendre en mains le continent latino-américain qui lui échappe (http://sos-crise.over-blog.com/arti.... Voir aussi, par exemple, la situation au Honduras). L’un de ses Présidents n’a-t-il pas annoncé que si l’Amérique du Nord ne pouvait tenir son versant sud, elle ne pourrait jamais maintenir sa domination sur le monde ?


Dans cet article, je me contenterai d’analyser, brièvement, la situation géo-politique. Or, que voit-on ? Partout, de plus en plus de pays refusent de s’aligner sur la politique américaine, des Etats s’émancipent et nouent des liens privilégiés, bien que Washington, à prix d’or, tente de corrompre leurs dirigeants pour mieux les soumettre à ses diktats, ou qu’il essaie d’installer des marionnettes à sa dévotion. Pour exemple, je citerai l’Organisation de Coopération de Shangai, regroupant Chine, Russie, Kazkhstan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Kirghizistan, ou encore la Communauté des Etats Latino-américains et caribéens : "Réunis les 22-23 février 2010 à Cancun (Mexique), les leaders des pays d’Amérique latine et des Caraïbes ont pris la décision de créer une organisation politique sans les Etats-Unis et le Canada. La nouvelle structure, appelée à devenir une alternative à l’Organisation des Etats américains, a vu le jour à l’initiative du président mexicain Felipe Calderón. La Russie est prête à coopérer" (http://fr.rian.ru/world/20100226/18...).


La Russie, depuis l’accession au pouvoir de Vladimir Poutine, retrouve sa place dans le concert des nations, et cette renaissance va de pair avec la montée en puissance de la Chine qui défend discrètement mais fermement ses intérêts un peu partout, comme en Afrique (mais sans bombarder les nations au préalable, elle), au grand dam d’ailleurs d’Israël qui tente de s’imposer sur le continent.


Des pays comme l’Iran ou la Syrie osent affirmer leur identité face à l’Empire, et même s’ils sont encerclés par des Etats arabes asservis à Washington, ils persistent à défendre leur Nation contre l’hégémonie anglo-saxonne, ils tiennent tête, ils résistent, ce qui à la fois leur confère un prestige énorme dans le monde et en même temps provoque le courroux des trois puissances dominantes, anglaise, américaine et israélienne - ces Etats, relayés par une Presse entièrement aux ordres, cherchant par tous les moyens à discréditer ces Nations rebelles et à insinuer qu’elles représentent un danger pour le monde, comme avant elles l’Irak pourtant dépourvu d’armes de destruction massive.


Le remodelage du "Proche-Orient élargi" imaginé par les néo-conservateurs américains et israéliens a échoué : "On y voyait tous les Etats de la région, y compris les alliés de Washington, dépecés en multiples émirats, incapables de se défendre. Tandis que la Maison-Blanche imposait à l’Irak vaincu une partition en trois Etats fédérés (un kurde, un sunnite et un chiite). Alors que rien ne semblait pouvoir arrêter ce processus de domination, le Pentagone confia à Israël le soin de détruire les fronts secondaires avant l’attaque de l’Iran. Il s’agissait d’éradiquer le Hezbollah libanais et de renverser le gouvernement syrien. Las ! Après avoir écrasé un tiers du Liban sous un tapis de bombes sans équivalent depuis la guerre du Vietnam, Israël était contraint de se retirer sans avoir atteint un seul de ses objectifs. Cette défaite a marqué le renversement du rapport de force." (http://www.voltairenet.org/article1...). Dans cette affaire, le mythe de l’invincibilité de l’armée israélienne a fait long feu : Tsahal a été défait, comme dirait le Gl de Gaulle, par un "quarteron" de citoyens décidés à défendre jusqu’au bout leur liberté. Un échec cinglant ! Quant à l’Etat-major US, il n’a "pas de stratégie de rechange après l’échec du « remodelage ». Il se préoccupe exclusivement de stabiliser ses positions" (http://www.voltairenet.org/article1...).


Un acteur jusqu’ici incontournable mais dévoué à la l’OTAN, la Turquie, se libère lui aussi du joug anglo-saxon et israélien. Ainsi, pour défendre leurs intérêts menacés, les frères ennemis turcs, iraniens et syriens ont renoué : " Tous ont réalisé qu’ils devaient s’unir pour survivre et qu’unis, ils pouvaient exercer le leadership régional. En effet, à eux trois, ces Etats couvrent l’essentiel du champ politique régional. La Turquie, héritière de l’Empire ottoman, incarne le sunnisme politique. La Syrie, seul Etat baasiste depuis la destruction de l’Irak, incarne la laïcité. Enfin, l’Iran, depuis la révolution de Khomeini, incarne le chiisme politique" (http://www.voltairenet.org/article1...).


Tandis que l’Empire anglo-saxon perd pied militairement et économiquement (l’un expliquant en partie l’autre, d’ailleurs), tandis qu’il est déconsidéré partout dans le monde et que même ses liens avec l’Etat d’Israël (jouissant de privilèges insensés, violant sans cesse le Droit, honni) sont remis en question dans ses rangs, la Turquie, située au carrefour de l’Occident et de l’Orient, émerge sur la scène internationale en tant qu’acteur indépendant, modérateur, médiateur, au confluent de deux mondes antagonistes, elle mène une politique d’équilibre entre d’une part Israéliens et Arabes, d’autre part Anglo-Saxons et non-alignés. S’arrogeant même le droit de refuser désormais à l’OTAN certaines faveurs (comme le droit de survol) jusqu’ici consenties au bras armé de l’Occident !
Certes, le Japon semble vouloir nouer des liens, notamment militaires, plus étroits avec Washington (http://www.voltairenet.org/article1...), et l’Europe s’aligne servilement sur les diktats des Anglo-Saxons et des Israéliens.


La donne européenne


L’Europe serait née du désir de paix : Saignée par deux guerres mondiales, elle ne voulait plus revivre ces événements ; Elle devait représenter une troisième voie, d’une part entre l’URSS communiste et l’Amérique capitaliste, d’autre part avec son modèle social, auxquels ses citoyens sont attachés. Aujourd’hui, celui-ci est démantelé pour servir les intérêts des grandes banques, avec des hommes comme Strauss-Kahn, maître d’oeuvre de l’Austérité pour tous les citoyens (sauf les nantis), et l’Europe loin d’affirmer une position originale, indépendante, s’est mise à la remorque des Etats-Unis, sans en tirer le moindre avantage. Au contraire, elle risque d’être impliquée dans une nouvelle guerre mondiale, au seul bénéfice des multinationales de mort (Armement, Nucléaire, Pétrole, Chimie etc) américaines, alors qu’elle ne veut plus revivre un nouveau conflit, comme la Russie d’ailleurs, sortie elle aussi exsangue des guerres mondiales, notamment de la seconde, après avoir perdu vingt millions de ses enfants et délivré l’Europe du joug nazi.



russes contre nazisme meyssan
Les Russes libèrent l’ Europe du joug nazi


Dans sa clairvoyance, le Gl de Gaulle préconisait une Europe sans les Américains, et il se méfiait des Anglais : "Pour le général de Gaulle, la Grande-Bretagne est trop naturellement tournée vers les Etats-Unis pour ne pas être le « cheval de Troie » des Américains et le fossoyeur d’une Europe européenne. Ainsi, en janvier 1963, le général de Gaulle s’oppose de manière unilatérale à l’entrée des Britanniques dans l’Europe ce qui choqua particulièrement ses partenaires de l’Europe des Six qui avaient tous accepté." (http://www.lyc-7mares-maurepas.ac-v...). Sa vision de l’Europe allait de l’Atlantique à l’Oural, pour préserver la paix.


Mais si l’Europe a perdu son identité et sa liberté en se mettant sous le joug de Washington, même si le Japon fait des pas vers les Etats-Unis, partout l’influence de l’Empire est remise en question, et de plus en plus d’Etats tiennent à affirmer leur indépendance et à nouer des liens entre eux pour contenir la domination anglo-saxonne et israélienne, le monde unipolaire est battu en brèche par l’émergence de nouvelles puissances notamment en Asie ou en Amérique Latine, et la Russie comme la Chine, à un moindre degré l’Iran, le Liban ou la Syrie, et bien sûr des Etats andins, se dressent sur la route de l’Empire pour contester sa domination et la contenir.



L’Occident jouera-t-il sa dernière carte pour maintenir par la force son hégémonie ? Une guerre mondiale pourrait certes faire redémarrer la machine économique et permettre au secteur militaro-financier de tirer son épingle du jeu, mais à quel prix ? De toutes façons, l’échéance fatale ne sera que reculée, et il faudra se résoudre à l’évidence : L’Empire  "usraélien", par ses excès, est condamné. Inéluctablement.


Ce sera la meilleure chose qui puisse arriver pour les peuples qui, eux, veulent vivre en paix et se choisir eux-mêmes leur Destin...


eva R-sistons à l’intolérable


http://r-sistons.over-blog.com




Unite-et-paix-copie-1.jpg


Vendredi 30 Juillet 2010


Commentaires

1.Posté par Alexandre le 30/07/2010 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nouvelles sanctions européennes contre l’Iran. Et plus ils sanctionnent l'Iran, accélerent encore plus vite leur chut.

L’Union européenne a adopté une nouvelle série de sanctions à l’encontre de la République Islamique d’Iran. Ces sanctions visent les secteurs gazier et pétrolier, les transferts de technologie et certaines compagnies de transport. De plus, des avoirs de compagnies d’assurance et de groupes bancaires ont été gelés. Ces nouvelles sanctions s’inspirent de celles prises par Obama, et vont bien au-delà de celles prises par l’ONU le 9 juin dernier.

Où est passée la question du nucléaire israélien ? Plus personne n’en parle. D’ailleurs la question, enterrée depuis, n’avait été agitée que pour donner une impression d’impartialité, pendant que se préparaient les nouvelles mesures contre l’Iran.

L’Iran a-t-elle agressée une flottille humanitaire dans les eaux internationales pour mériter ces sanctions ? Non, c’est Israël qui s’est livré à une telle agression sans jamais être ni condamné, ni sanctionné (la protection d’Obama vaut droit international !). Comble de l’histoire, l’entité sioniste, puissance nucléaire en dehors de tout contrôle international, exige des sanctions à l’encontre de l’Iran, en attendant peut-être des frappes !

Selon certains quotidiens français, des gouvernements européens (Malte, Allemagne, Suède) auraient qualifié d’excessives (et nuisibles pour leurs intérêts commerciaux) certaines de ces sanctions. Finalement, sur pression d’Obama, ces pays européens se sont inclinés.

On voit très bien le partage des rôles : Israël menace et réclame des sanctions, Sarkozy relaie et augmente les désirs de Tel Aviv, et enfin Obama resserre l’étau. Tout cela se produit alors que le porte-avion nucléaire américain USS Harry Truman se trouve, depuis le mois de juin, dans le Golfe persique et dans la Mer d’Oman (face à l’Iran). Ce porte-avion transporte 60 bombardiers (dont des avions français Rafales), et est accompagné de six autres navires dont un israélien. Ainsi, la politique d’USraël et de ses valets européens consiste d’une part en une tentative d’asphyxie économique et de déstabilisation de l’Iran, et d’autre part en une préparation d’agression.

« Quiconque participe au scénario des Etats-Unis contre l’Iran sera considéré comme un pays hostile » a déclaré le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Quel besoin a la France d’être hostile envers l’Iran ? Aucun, si ce n'est que nos dirigeants sont avant tout israéliens de cœur et de portefeuille, et donc obéissent à Tel Aviv !

Les oppresseurs sionistes doivent savoir que pour la 1ère fois leurs bâtons des sanctions, menaces et en même temps vouloir négocier ne marchera pas face à un peuple et gouvernement déterminé à défendre leurs droits.

2.Posté par MOMO le 30/07/2010 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas le début de la fin. Mais, la fin de la fin !

Le début de la fin a commencé en 1929 !

3.Posté par eva R-sistons le 31/07/2010 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alexandre stp, peux-tu donner le lien, la source ? J'ai lu ce texte quelque part. Parti sioniste ? Bonne soirée, eva

4.Posté par ange le 05/08/2010 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La Chine va se glisser en douce dans le lit d'Israël , au nez et à la barbe des USA . A lire quand la Chine fait la promo d'Israël http://www.voltairenet.org/article166534.html

5.Posté par ange le 05/08/2010 12:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme les choses se passent toujours en douce, les cocus ne s'en rendent pas compte . Je comprends un peu mieux alors l'attitude de notre président quand il s'est excusé aux chinois pour les J.O et la flamme passant à Paris . Je comprends mieux le rôle de la chinoise Chan , bien en accord avec nos autorités pour déclencher une vaccination mondiale face à la fausse pandémie H1N1 . Cette même Chan , autorité mondiale de l'OMS s'étant auparavant bien entraînée à vacciner les poules de Chine contre le H5N1 (avec le déclenchement d'une pandémie dans les poulaillers) .

6.Posté par ange le 05/08/2010 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le nouvel ordre mondial sera celui de la Chine , au bout du compte . Les capitalistes investissent en Asie depuis longtemps , c'est logique . La main-d'oeuvre y est bon marché et servile, c'est parfait pour eux . les droits de l'homme, connais pas . La prostitution et la drogue dans les pays voisins fonctionnent à fond (Thaïlande et sud-est asiatique) . Les religions du Livre moins installées .C'est leur "meilleur des mondes" .

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires