Palestine occupée

Emergence et réémergence pathologique de la phobie de l’Islam



Samir MEHALLA
Mercredi 24 Mai 2006

Le Citoyen, Algérie

J’avais vraiment planifié de parler, dans ma chronique d’aujourd’hui, de la pression que subi Sania Mirza, une championne indienne de tennis. En Inde, cette jeune musulmane est l’idole des jeunes et la bête noire des imams. Pourquoi ? Pour sa tenue vestimentaire appropriée sur le cours de tennis. Et voilà que ma parade de lecture me diffère à la nouvelle sortie politique de l’Iran, et particulièrement le nouveau code vestimentaire qui envisage une bande jaune pour distinguer les juifs, rouge pour les chrétiens, et bleue pour les zoroastriens. C’est ce que relève le National Post, dans un article consacré à cette nouvelle loi sur les vêtements qui devront être portés en public. Une loi qui viendrait d’être adoptée par le parlement de Téhéran (Majlis). Le code de couleurs, note le journaliste, permettrait aux musulmans de reconnaître facilement les adeptes d’une autre religion, afin d’éviter de leur serrer la main par erreur et de devenir ainsi « najis » (impurs). L’insigne de couleur sera constitué d’un bandeau d’étoffe cousu sur le devant des habits. Cette mesure, qui rappelle, en Occident, une certaine « étoile jaune » imposée aux juifs par les nazis, avait été présentée en 2004 sous la présidence du modéré Mohammed Khatami, mais à l’époque le parlement l’avait bloquée. La loi est cependant passée cette fois sous la pression du nouveau président Mahmoud Ahmadinejad : la tâche a été confiée à une commission spéciale d’établir d’ici l’automne quels habits devront porter les hommes et les femmes. Ces habits devront toutefois recevoir l’approbation du guide suprême Ali Khamenei avant d’être imposés par la loi. Taheri, journaliste et écrivain iranien en exil, explique que la nouvelle loi est destinée à éliminer « l’influence des infidèles », c’est-à-dire de l’Occident, sur l’habillement des iraniens. Entre autres prescriptions, il y a l’interdiction totale des cravates, considérées comme « un symbole de la croix ». Mais on ne sait pas clairement si les chrétiens seront autorisés à la porter. Le code vestimentaire se substituera à la loi de 1982 qui impose aux femmes le port du tchador et de vêtements longs. L’objectif est d’imposer aux musulmans un mode d’habillement uniforme, sans distinction de classes, pour préparer les Iraniens au retour de « l’Imam caché » qui selon la tradition doit revenir sur terre pour y apporter la justice. L’annonce du code de couleurs ne manquera pas de soulever une nouvelle polémique, après que la président iranien a appelé à rayer Israël de la carte et fait de l’Holocauste « une légende », suscitant les protestations qu’on connaît. Selon le National Post, le Centre Simon Wiesenthal a déjà écrit au Secrétaire général de l’ONU Kofi Annan en lui demandant d’exhorter la communauté internationale à faire pression sur l’Iran pour qu’il abandonne son projet de bandes de couleur pour les non musulmans. Ce qui est est bizarre dans toute cette affaire et que l’Iran a démenti catégoriquement l’information rapportée par ce canard canadien, selon laquelle les minorités religieuses devraient porter un bandeau de couleur pour se distinguer des musulmans. C’est ce qu’indique l’agence officielle de presse iranienne, parlant d’une information "tout simplement ridicule" et accusant le quotidien, le National Post, d’être une publication sioniste. Auparavant, le député iranien de religion hébraïque Maurice Motamed a démenti qu’une telle décision ait été prise par le parlement iranien lors de la discussion du nouveau code vestimentaire. Entre temps, le député Imam al Faruj, qui avait défendu le projet, a souligné que celui-ci n’était pas dirigé contre les minorités religieuses, mais destiné à inciter les femmes à la chasteté et à s’habiller de manière traditionnelle. L’article en question, sous la signature de l’exilé iranien Amir Taheri, rapportait que la nouvelle loi sur le code vestimentaire prévoyait un bandeau jaune pour les juifs, rouge pour les chrétiens et bleue pour les zoroastriens, de manière à pouvoir les distinguer des musulmans. L’information, qui selon le journal avait reçu confirmation d’iraniens exilés au Canada, avait provoqué un écho immédiat dans le monde, surtout à cause du bandeau jaune pour les juifs, qui rappelait l’étoile jaune imposée par les nazis. Toutefois, le même National Post a rapporté le démenti "catégorique" de l’ambassade d’Iran à Ottawa et les doutes exprimés par divers experts des questions iraniennes.
S’agit-il d’une nouvelle attaque contre l’Islam ? Une émergence de la pathologie Islamophobie… enfin une réémergence ?! Qui ment dans cette affaire ? Et pourquoi cette nouvelle attaque sur notre religion qui ne prône que l’égalité et les mêmes droits pour toute l’humanité ?
L’avenir traquera !


Mercredi 24 Mai 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires