Propagande médiatique, politique, idéologique

Élisabeth Lévy trouve que, décidément, on ne parle pas assez du racisme anti-blanc



Mardi 14 Avril 2009

Élisabeth Lévy trouve que, décidément, on ne parle pas assez du racisme anti-blanc
Connaissez-vous Élisabeth Lévy ? Cette journaliste (Le Point, Marianne) est l’ex-animatrice de l’émission Le premier pouvoir sur France Culture, censée porter un regard critique sur les médias mais célèbre pour avoir instruit le procès à la stalinienne de leur critique radicale (impeccable dissection opérée par Acrimed). Élisabeth Lévy passe sa vie à fustiger la "pensée unique", se revendiquant ainsi en briseuse de tabous. Sauf que les soi-disants tabous en question ne sont jamais que l’expression d’une bonne grosse vieille pensée de droite décomplexée. Elle monte donc au créneau pour défendre Alain Finkielkraut lorsque ce dernier émet l’invraisemblable prophétie suivante, dans une interview au journal israélien Haaretz : "L’antiracisme sera au vingt et unième siècle ce qu’a été le communisme au vingtième". "Vous allez voir qu’on va bientôt découvrir des charniers de l’antiracisme et des goulags de la démocratie, se moque sur son blog Didier Jacob, chroniqueur au Nouvel Observateur. Comment peut-on sortir une ânerie pareille ? Et être adoubé sans l’ombre d’un questionnement par la cohorte des donneurs de leçon, Élisabeth Lévy en tête ?" Ânerie sans doute, mais nouvelle croisade des "briseurs de tabous" : "Il est interdit de dire quoi que ce soit de négatif au sujet de l’islam, hallucine le même Finkielkraut, parce que c’est la religion des opprimés et que si vous la critiquez, c’est que vous êtes raciste." Quelle fascinante discipline que la nouvelle philosophie médiatique. Il serait interdit de dire quoi que ce soit de négatif au sujet de l’islam ! Comme si Yvan Rioufol ne tenait pas chronique dans Le Figaro, comme si ce même titre n’avait pas publié une tribune incendiaire du philosophe (encore !) Robert Redeker, comme si plusieurs journaux français n’avaient pas publié les "caricatures de Mahomet" et comme si la justice française n’avait pas - à raison - relaxé les responsables de ladite publication... Mais non, ce courant de "pensée" entretient le vidéofantasme que la parole anti-islam serait prohibée, pour mieux en rajouter une moëlleuse couche. Survient dans ce contexte la mise en ligne d’une vidéo montrant l’agression d’un homme par plusieurs voyous dans un bus. Qu’en dit le fanatique de l’anti-islamisation de la France (imaginaire et combien chère à l’extrême droite), Yvan Rioufol ? "La peur des faits : la vidéo, proposée depuis lundi par certains d’entre vous sur ce blog, d’un jeune voyageur de la RATP, agressé le 7 décembre 2008 dans un bus à Paris par une bande de voyous aux cris de "fils de pute" et de "sale Français", vient de valoir, ce mercredi, une garde à vue pour un policier qui serait suspecté d’avoir fait diffuser ces images qui devaient rester confidentielles. Circulez, rien à voir..." Nous avons réécouté avec attention la vidéo en question : si "fils de pute" est effectivement audible à plusieurs reprises, nous n’avons pas entendu "sale français". Ce qui n’empêche pas l’extrême droite d’orchestrer le buzz autour de cette vidéo, en premier lieu sur le site de François Desouche - "le premier blog de la diaspora des descendants gaulois" (sic) -, épouvantable propagandiste qui ose titrer Chasse au blanc dans un bus RATP, alors même qu’il ne s’agit que de l’agression d’un homme par des voyous, sans que la couleur de peau n’ait quoi que ce soit à y voir. Et devinez qui vient au secours de cette thèse ? Élisabeth Lévy, pardi !

racailles"Ce qui déplaît, dans la scène de l’agression dans l’autobus de nuit, c’est son casting : les agresseurs étaient “issus de l’immigration” et la victime blanche", croit pouvoir affirmer notre briseuse de tabous. Notons que Lévy n’utilise pas le terme "racaille", mis en opposition avec "Français", comme dans la phrase "un Français agressé par des racailles" qui a titré cette vidéo sur les sites de partage comme YouTube ou Dailymotion, mais que le message est rigoureusement le même. "Bien entendu, poursuit la copine de Finkielkraut, ces faits établis ne suffisent aucunement à conclure à l’agression raciste mais ils ne permettent pas non plus de décréter qu’elle n’avait rien de raciste." Faits établis ? Par qui ? Bel exemple de déontologie journalistique ! Et que signifie ce "ils ne permettent pas non plus de décréter qu’elle n’avait rien de raciste" ? Que dans le doute, l’hypothèse du racisme anti-blancs mérite d’être prise en compte. S’il n’est pas prouvé qu’il ne s’agit pas d’une agression raciste, c’est qu’elle l’est peut-être... On croyait pourtant ce mode d’argumentation l’apanage des "islamo-gauchistes" que nos briseurs de tabous ne cessent de fustiger - sans que l’on sache très bien qui l’expression désigne. "Trois petites frappes qui s’acharnent sur un homme à terre ne représentent rien ni personne d’autre que trois petites frappes, conclut Lévy habilement (à ses yeux, imagine-t-on), qui vient pourtant de nous dire que, si, ils représentaient les personnes issues de l’immigration, dont il n’est pas prouvé qu’ils ne s’attaquent pas à un blanc juste parce qu’il est blanc. "Au lieu de détourner les yeux ou de leur tenir le langage de l’angélisme, il serait temps de leur parler le seul qu’ils comprennent, celui de la force. Sans distinction de race ou de religion." Que la confusion règne ! Lévy croit se dédouaner de son article nauséabond en rajoutant tout à la fin "Sans distinction de race ou de religion", alors qu’elle vient de longuement nous expliquer que, si les médias ne parlaient pas de cette vidéo, c’est parce qu’elle montre un Français agressé par des personnes issues de l’immigration, autant dire un blanc victime du racisme anti-blanc !

affiche identitaireManque de chance pour elle, l’agressé a accordé une interview au Figaro, dans laquelle il remet les choses au point, à commencer par l’imputation d’injures racistes : "Personnellement, je n’ai rien entendu de la sorte. Ces propos, s’ils ont été dits, interviennent dans un contexte où mes agresseurs étaient drogués ou ivres. Par ailleurs, ils n’étaient pas tous issus de l’immigration. La vidéo de mon agression apparaît comme très stéréotypée car, ce soir-là, je suis habillé de façon bourgeoise et je suis face à quatre jeunes qui faisaient beaucoup de bruit. En aucun cas, je ne veux passer pour l’incarnation d’une certaine image sociale qui aurait été prise à partie par des étrangers. Je ne l’ai pas ressenti comme cela. L’un des assaillants en survêtement, rasé, avait d’ailleurs une couleur de peau très pâle" Les choses sont désormais plus claires, n’en déplaise à notre exaltée défenseure de l’opprimé blanc : l’homme a été agressé par des voyous sans qu’on puisse faire un lien avec une éventuelle problématique ethnique. Que dire pour finir de la conclusion de Lévy ? "Au lieu de détourner les yeux ou de leur tenir le langage de l’angélisme, il serait temps de leur parler le seul qu’ils comprennent, celui de la force" : on applaudit à la révélation finale ! La journaliste qui dit se battre contre la pensée unique est seulement capable d’en appeler, en des termes que ne renierait pas Sarkozy, le pompier pyromane à la tête de l’État, à un durcissement de la répression, comme si la source de tous les problèmes résidait dans le laxisme de la lutte contre la délinquance - qui plus est de la délinquance issue de l’immigration ! Quand on en arrive à ce niveau de tartufferie, il ne s’agit évidemment pas de briser des tabous, juste d’affirmer, tranquillement, les pires présupposés idéologiques de la droite réactionnaire et raciste.

Olivier Bonnet

http://www.plumedepresse.info/



Mardi 14 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par ash le 14/04/2009 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam
C’est n'est pas sa foute quand elle ne prenne pas sa dose elle délire!


2.Posté par tonton le 14/04/2009 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tonton
C'est une menteuse. Les jeunes n'étaient pas tous des descendant d'"indigènes".

Voici l'interview de l'agressé, tiré du figaro ci-dessous, et le lien que voici:
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/04/10/01016-20090410ARTFIG00681-la-victime-agressee-dans-le-bus-temoigne-.php

La victime agressée
dans le bus témoigne
Propos recueillis par Christophe Cornevin
10/04/2009 | Mise à jour : 21:31 | Commentaires 781 | Ajouter à ma sélection

INTERVIEW EXCLUSIVE - La victime raconte comment elle a vécu son agression et la révélation récente de celle-ci.

Très posé, âgé de 19 ans et élève en première année à Sciences Po Paris, F. G. n'a rien oublié de son agression, lors de la nuit du 6 au 7 décembre : pris à parti dans le bus Noctilien à Paris, il a été frappé par quatre voyous. La scène, filmée par une caméra de vidéo protection, a circulé sur Internet avant de déclencher la polémique. Un policier, soupçonné de l'avoir mise en ligne, a été suspendu.

F.G. revient sur les événements. Dans une brasserie de gare parisienne où il s'apprête à prendre un TGV, il se livre «en exclusivité pour Le Figaro qui m'a retrouvé le premier. Après quoi, je ne dirai plus rien. Je veux passer à autre chose…»

LE FIGARO. - Que s'est-il vraiment passé dans le Noctilien, cette nuit ?

Je passais une soirée avec des amis et je m'apprêtais à rentrer chez moi dans le XVIIe arrondissement. Je prends le Noctilien gare de l'Est, tout seul. Je tourne le dos à quatre jeunes hommes. Pendant que l'un me demande une cigarette, l'autre me fait les poches. Lorsque je me retourne, je vois l'un d'eux qui manipule mon portefeuille. À l'instinct, je tente de le récupérer. C'est alors qu'a commencé l'affrontement…

Votre agression, très violente,a dû vous sembler interminable…

D'un point vu spatial ou temporel, j'ai beaucoup de mal à évaluer ce que j'ai vécu. En voyant la vidéo, cela m'a permis d'ancrer mon agression dans le réel. Je me souviens juste qu'ils me poussent vers l'arrière du bus, que j'ai été frappé à terre. Dans une seconde phase, je suis revenu vers le conducteur avant de recevoir des coups de pied et de poing. Comme en témoigne la vidéo, d'autres voyageurs aussi ont été molestés, notamment un jeune homme tentant de me porter secours.

Et le chauffeur, qui reste assis ?

Je ne lui en veux pas. C'était très difficile pour lui de réagir. Il est intervenu à sa façon, observant les consignes : il a arrêté tout de suite le bus et a téléphoné aux policiers. Très vite sur place, ils ont arrêté deux personnes tandis que leurs complices présumés l'ont été quelques jours plus tard.

Des sites Internet affirment que des injures raciales auraient été proférées à votre encontre…

Personnellement, je n'ai rien entendu de la sorte. Ces propos, s'ils ont été dits, interviennent dans un contexte où mes agresseurs étaient drogués ou ivres. Par ailleurs, ils n'étaient pas tous issus de l'immigration. La vidéo de mon agression apparaît comme très stéréotypée car, ce soir-là, je suis habillé de façon bourgeoise et je suis face à quatre jeunes qui faisaient beaucoup de bruit. En aucun cas, je ne veux passer pour l'incarnation d'une certaine image sociale qui aurait été prise à partie par des étrangers. Je ne l'ai pas ressenti comme cela. L'un des assaillants en survêtement, rasé, avait d'ailleurs une couleur de peau très pâle…

Comment se sort-on d'une telle épreuve ?

Hormis un hématome à l'œil et des bleus, aucune séquelle n'a été décelée. Deux jours après les faits, je suis allé consulter un psychiatre de l'Hôtel-Dieu de Paris qui m'a dit que j'avais l'air de bien vivre cette histoire. Depuis, je reprends les transports en commun, et même le Noctilien…

Cette histoire vous est revenue tel un boomerang par Internet…

Oui, le 6 avril dernier, un ami me dit qu'une vidéo a été mise en ligne sur Facebook. En voyant le lien, je m'apprêtais à demander à l'internaute qui l'avait postée de la retirer. Je ne me suis pas rendu compte qu'elle allait être diffusée à une telle échelle…

Cette diffusion semble vous avoir autant perturbé que l'agression ?

Il est vrai que la situation est très difficile, très délicate. Beaucoup d'amis ont été choqués par cette diffusion qui me blesse. Diffuser ces images sur Internet est très grave car elles remettent en cause une partie de nos principes juridiques. Il y a eu un grave amalgame entre la réalité de cette scène et sa représentation. Cette vidéo a circulé sur des sites extrémistes et a été exploitée par des politiques. Or, je ne veux pas être instrumentalisé. Le sujet est propice aux idées radicales et je n'ai aucune envie de nourrir cela. Il me fallait sortir de cette réductrice caricature. Le fait d'apparaître brutalement au centre d'une polémique de cette ampleur n'est jamais très agréable. Cela me blesse beaucoup alors que j'avais réussi à dépasser le fait en lui-même. Je quitte Paris sans haine, pour me retrouver au calme avec mes proches.

» Une vidéo d'agression diffusée sur le web crée la polémique

3.Posté par Roland le 14/04/2009 22:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

aller voir un psychiatre parce qu'on a été attaqué !! mon dieu quel monde !

4.Posté par Ûrshalîm Philastīn le 15/04/2009 08:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PURE PARANOÏA

5.Posté par waikup le 15/04/2009 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils se disent anti racistes, mais soutiennent à 200% Israel,
chercher l'erreur !

6.Posté par Base2Données le 15/04/2009 12:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le jeune homme agréssé dans le bus a eu une attitude intelligente concernant le traitement mediatique de l'affaire, il s'est livré a un refus total de toute récuperation politique et explique bien qu'il n'a pas entendu d'injures raciales.

7.Posté par karine le 15/04/2009 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et de cette agression là, vous en avez entendu parler ?
j' ai rien trouvé sur Alterinfo; mais peut-être que je suis passée à côté:

"Alors que les spectateurs venus nombreux étaient à l'extérieur du théatre juste avant le début du spectacle produit par l'association Artevents et organisé par l'humoriste Soraya Gari en soutien aux enfants palestiniens, un groupe d'une quinzaine d'individus casqués apparurent soudainement aux abords du lieu et s'en prirent à plusieurs personnes isolés à coups de bat de baseball aux cris de ' A mort les Arabes, à mort tous ceux qui soutienent la Palestine'. deux personnes furent hospitalisés dans un état grave.

Il semblerait d'après les témoignages qu'il s'agisse de membres de la LDJ et que la police présente ne soit pas intervenue
."

source :


http://www.lepost.fr/article/2009/04/13/1493805_agression-a-paris-en-marge-d-une-soiree-en-faveur-des-enfants-palestiniens.html]

8.Posté par simon le 15/04/2009 15:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Prononcer les mots suivant anti blanc c'est déjà faire une différence.
Dans qu'elle catégorie se met elle ?

9.Posté par simon le 15/04/2009 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Diviser pour mieux régner ENCORE ET ENCORE
maintenant que les goys " Merci à alterinfo pour la définition du mot goy "sont au courant de ce que représente le sionisme en France ,il faut les confronter à leurs bons vieux amis noirs et arabes.
Comme ça les goys nous laisserons respirer !!!

Heureusement que ce jeune homme est honnête sinon les médias en auraient fait leur choux gras.

10.Posté par V le 15/04/2009 15:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment prendre un fait divers et le gonfler hors de proportions

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires