Politique française

Elections régionales/France: l’échec de Nicolas Sarkozy


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 13:34 Le sacerdoce de Manuel Valls : Combattre l’Islam

Mercredi 9 Août 2017 - 12:48 La comédie Française En Marche !



Mardi 23 Mars 2010

Elections régionales/France: l’échec de Nicolas Sarkozy
Le parti de la majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy au cours du deuxième tour des élections régionales en France a subi un échec cuisant symbolisant le refus de sa politique.
Au lendemain de sa sévère défaite aux régionales, la majorité tente de tirer les leçons du scrutin.

Nicolas Sarkozy a reçu hier matin le Premier ministre, François Fillon pour faire le point et préparer un remaniement du gouvernement.

Le bilan des élections régionales est sans pitié pour l’UMP. La droite n’a obtenu que 35,4 % des voix en France métropolitaine au second tour, contre 54,1% des voix pour les listes de gauche.

Le Premier ministre, François Fillon, qui a reconnu la défaite de son camp, s’entretenait ce matin avec le chef de l’État à l'Elysée pour évoquer un remaniement ministériel - remaniement qui pourrait avoir lieu dans la journée.

Le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, annonçait dès ce week-end un remodelage "modeste". Le gouvernement assure toutefois qu’aucun changement de cap n’est prévu. "Les Français n'ont pas dit non aux réformes", soutenait dimanche soir le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand.

Des avis discordants, au sein de la majorité, n’ont pas tardé à émerger après ce camouflet électoral. Dimanche soir, Jean-François Copé a appelé la majorité à "revenir aux fondamentaux". "Dans des périodes comme celle-là, difficile pour une famille politique, on doit faire preuve de beaucoup de lucidité, donc crever les abcès", a asséné le chef de file des députés UMP.

Entre les deux tours, de nombreuses voix s’étaient déjà élevés contre le "rythme" des réformes, le "style" du président et l’ouverture à gauche.

Le président français Nicolas Sarkozy vient de procéder à un remaniement ministériel. Il a renvoyé un ministre lundi. Son intention est de reprendre l'initiative au lendemain de la plus grande défaite électorale jamais enregistrée par un parti de centre-droit en cinquante ans.

Le ministre du travail Xavier Darcos devait conduire les négociations pour procéder à la réforme controversée du système de retraite. La participation limitée au scrutin régional de dimanche dans sa circonscription a détruit toute crédibilité politique et il a été contraint de se retirer.

Il est remplacé par Eric Woerth. L'actuel ministre du budget est en effet apprécié pour son style ferme et son traitement des dossiers complexes avec assurance.

Le parti socialiste et ses alliés ont obtenu 54% des voix lors du scrutin de dimanche.


Mardi 23 Mars 2010


Nouveau commentaire :

Politique française | Société

Publicité

Brèves



Commentaires