Politique

Élections : N’importe lequel et qu’on en finisse.


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 24 Février 2011 - 03:59 Ce que j’ai dit à Stuttgart

Jeudi 14 Janvier 2010 - 10:59 Turquie-Russie : amour et tubes


Proposé par l'auteur


echofrance@hotmail.fr
Vendredi 9 Mars 2007

Écouter les journalistes, est-ce faire preuve de civisme ?

N’importe lequel

et qu’on en finisse.


Cela dure depuis des mois.
C’est à croire que les journalistes n’ont rien d’autre à faire que de nous parler des élections présidentielles.
Pour en dire quoi ? Il est vrai que pour les journalistes, c’est leur gagne-pain. Ils sont payés, eux, pour cela.

Écouter les journalistes, est-ce faire preuve de civisme ?
Bien sûr, il faut que le discours soit accessible à la totalité du nombre.
C’est simple, il suffit de se retrancher derrière le culte de la personnalité. D’autres, depuis longtemps, avaient tout compris.
Bref, on prononce un nom et tout est dit ! On a droit aussi à un ressassement de toujours les mêmes choses, pour ne pas dire les mêmes conneries. « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. »

De pseudos économistes, la tête étouffée sous les diplômes, jamais sortis de leur petite cellule scolaire, à mille lieux des réalités et convaincus de leurs conneries nous commentent les discours de chacun. Décidément, la politique c’est comme le reste. L’important, c’est de comprendre et non pas de savoir.

Dans la réalité, pour générer de la croissance, c’est simple. Il suffit de multiplier la misère et de fabriquer des malades pour en augmenter le nombre. Les moyens ne manquent pas. Ils sont bien connus, notamment par les hypocrites de la politique.

Pour en arriver à quoi ? C’est quoi ? Un Président de la République ?
Dans la réalité, contrairement à ce que font croire les intellectuels et les professionnels de l’intox, un Président de la République n’a aucun pouvoir. Il est aux ordres. On le promène à droite, à gauche. On lui offre des voyages un peu partout dans le monde. On lui demande de répéter, en de bons termes, ce qu’on lui impose de dire.

En politique, rien de ce qui se dit, ou se fait, ne relève du hasard. Si d’aventure un Président de la République a une idée personnelle, il n’a juste qu’à la garder pour lui. C’est tout ce qu’on lui demande.

Un Président de la République n’est que représentatif.
Et, il représente qui ? Il représente quoi ? Comme on va le constater, un Président de la République ne représente même pas lui-même.

Le Président de la République est à la botte du Pouvoir. Le vrai Pouvoir ! Le Pouvoir qui lui a donné la possibilité de se présenter aux élections et les moyens de se faire élire.
Le président est à la botte du pouvoir du grand Capital, le Capital de la Dette publique, pour la France , environ cinq fois de budget net de l’état.

La première préoccupation de ce Pouvoir est de pourrir la vie du plus grand nombre. Misère, conflits, désordres, insécurité sont les mamelles d’un Pouvoir. (La misère est le fondement de la société de l’argent.)

La deuxième préoccupation est de prendre l’argent là où il y en a le plus pour le réinjecter là où on en a besoin. Bien sûr, entre temps, l’argent change de propriétaire.

Là où il y a le plus d’argent, ce sont les caisses sociales. Là où on en a le plus besoin, ce sont les poches des plus riches. (Pour être pauvre, on n’a pas besoin d’argent.)
Les moyens de la transaction sont les pauvres et surtout les malades. On ne discute pas ! La santé d’un malade c’est sacré.

Les politiques font leur travail.
Ils parlent beaucoup. Ils critiquent leurs adversaires beaucoup aussi. Ils sont en permanence en activité.
C’est un dur travail. On pense aux têtes d’affiches qui, jour et nuit, sont assaillies pas les journalistes. Bref, la politique c’est un métier. Quand il faut y aller, il faut y aller. Surtout au moment des élections. Pour le reste, on verra bien après. D’ailleurs, peut-on demander à un beau parleur, sans aucun pouvoir, de faire un travail ?

On donne l’illusion.
Dans les milieux populaires, on dit : « La place doit être bonne ». C’est sans doute un peu vrai. La place est bonne, peut-être. La place est surtout honorifique. Mais, même si la place n’est que honorifique, il faut l’assumer quand même.

En réalité, la meilleure place est celle de l’opposition.
Les ressources financières sont assurées d’office.
La place de l’opposition est tout aussi lucrative et surtout bien plus confortable. Sans responsabilité, ni devoir rendre des comptes, on n’a qu’à critiquer. Générer des désordres aussi, sans doute.

Le ton des discours.
Depuis des décennies, l’impression ressentie est que chaque candidat alimente l’adversaire. Si c’est pour en arriver là, il n’est pas nécessaire de nous gonfler pendant des mois, voire des années. D’autant qu’une fois les élections passées, la mécanique est connue. C’est du pareil au même, bonnet blanc, blanc bonnet.

Un simulacre de démocratie, c’est comme une vraie dictature. Tout repose sur l’intox.
Même si l’on sait pertinemment qu’il ne sort jamais rien d’une élection, l’important est que les électeurs éprouvent le besoin d’aller voter en nombre.
Gare ! S’ils ne se déplacent pas pour voter ! Pour les punir, on leur enverra Monsieur Grippe aviaire et le vilain Chikungunyyaaa.

Ne jamais l’oublier : « La misère est à la base de tout discours politique ».




Contrairement au discours des journalistes et, à ce que nous racontent les crétins d’enseignants, la France n’est pas une République laïque ! Quant à l’Europe ?

Depuis longtemps, les curés se sont donné les moyens.
La loi 1905 (La loi des curés) exonère fiscalement les immenses ressources des curés. Pourquoi se priveraient-ils ? Les curés ne s’imposent-ils pas comme les garants de la moralité ?
Derrière cette image d’Épinal, on découvre une tout autre réalité !

On peut en faire, des choses ! Avec cette énorme masse monétaire qui résulte de la misère et des malades. Cette énorme masse monétaire issue des caisses sociales et publiques qui, après avoir transité par le nombre des malades, les hôpitaux et l’industrie du médicament, grâce à la douce loi 1905, disparaît en grande partie sans laisser de traces dans les grandes poches loi 1905 des curés.

Financer les Partis, arroser les Hommes politiques, contrôler les réseaux associatifs, les syndicats, imposer un discours aux médias, faire pression sur les fonctionnaires, imposer les lois, acheter les juges, couvrir les crimes. Faire ici, le profit des tortures que l’on pratique ailleurs, etc. C’est sans fin ! On ne dit pas tout !

Grâce à la loi 1905 qui défiscalise leur immense ressource, les curés contrôlent le capital de la Dette publique. (Pour la France , le capital de la Dette publique, c’est cinq fois le budget net de l’État.)
La loi 1905 a donné aux curés un pouvoir absolu. On peut préciser : « Un pouvoir fascisant ». (Un pouvoir qui se régale des misères qu’il produit, qui impose des croyances dogmatiques et qui s’habille volontiers de l’étiquette politique de gauche.)
Les curés ont mainmise sur l’administration, l’État, la justice, le Médical et, bien entendu, les médias. Les médias dont le premier travail est de se taire, le deuxième est de mentir.


L'avis de l'auteur ne coïncide pas forcément avec celui de la rédaction Alter Info



Vendredi 9 Mars 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires