Proche et Moyen-Orient

El-Baradei : même sort que celui d'Ayman Nour ou pire ??



G.Houbballah
Vendredi 26 Février 2010

El-Baradei : même sort que celui d'Ayman Nour ou pire ??
Est-ce-que l'ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Mohamed El-Baradei terminera en prison comme Ayman Nour, fondateur du parti al-Ghad ?
 
Une question que se pose le quotidien britannique « Times » qui n’a pas hésité à conseiller el-Baradei à calmer le jeu  avant de se retrouver dans les geôles égyptiennes comme Ayman Nour!
 
Surtout , précise le « Times » que les médias égyptiens ont décrit Mohamad el-Baradei comme étant le magicien venue de Vienne qui  réformera l’Egypte en 24heures !
« Times »  qualifie la campagne d’El-Baradei comme celle d’un seul homme, notant que certes  les Égyptiens ne connaissent pas grand-chose d’ElBaradei, mais qu’ils le préfèrent à Gamal Moubarak, surtout  après les informations que le pouvoir transfert du pouvoir à lui."
Le journal a ajouté que « El-Baradei est conscient de la quasi-impossibilité de garantir les conditions pour être candidat présidentiel », ajoutant qu' « il avait utilisé son statut international pour faire pression sur le gouvernement égyptien pour entamer des réformes, notant que M. ElBaradei joue le rôle d' « agitateur extérieur ».
 
Cela dit, une trentaine de responsables politiques et militants d'opposition ont décidé de former une coalition pour le changement politique autour de Mohamed ElBaradei.
Plusieurs participants ont indiqué à Reuters que le groupe avait décidé de former une "Coalition nationale pour le changement" dirigée par ElBaradei.
 
 
Des représentants de l'opposition et des chefs de file de mouvements contestataires ont rencontré mardi et mercredi l'ancien diplomate de l'Onu.
 
"Tous les représentants présents à la réunion ont pressé ElBaradei de mener la coalition pour le changement", a rapporté l'universitaire Hassan Nafaa, qui coordonne la Campagne contre la succession présidentielle.
 
La coalition va désormais lancer une pétition pour appeler le gouvernement à amender la constitution et permettre aux candidats indépendants de se présenter plus facilement aux élections. L'opposition espère également faire révoquer l'état d'urgence en place depuis 1981, qui permet les incarcérations sans inculpation.
 
Le code électoral égyptien fait qu'il est actuellement presque impossible de présenter une candidature crédible à la présidentielle sans le soutien du Parti national démocratique d'Hosni Moubarak.
 
Parmi les participants à la réunion d'opposants se trouvaient les dirigeants du Front démocratique, du Parti constitutionnel, du parti Ghad, d'une faction du parti Wafd, ainsi que de représentants des mouvements Kefaya et des Jeunesses du Six-Avril.
 
Le chef du groupe parlementaire des Frères musulmans, Mohamed el Katatni, a souligné une proximité de vues entre celles de son mouvement et celles d'ElBaradei concernant le changement politique et social.
 
Les Frères musulmans rassemblent de loin le principal groupe d'opposition parlementaire, avec 20% des sièges. Le parti est officiellement interdit, mais ses membres ont pu se présenter aux législatives en tant que candidats indépendants.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Vendredi 26 Février 2010


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires