Diplomatie et relation internationale

El-Baradei confirme une fois de plus la non dérive du programme nucléaire iranien


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Mardi 16 Septembre 2008

El-Baradei confirme une fois de plus la non dérive du programme nucléaire iranien
Le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique a confirmé, une fois de plus, dans son nouveau rapport, la non-dérive du programme nucléaire iranien. " L'Iran a permis l'accès de l'AIEA à ses matières nucléaires déclarés et l'Agence est en mesure de confirmer la non-dérive des activités nucléaires iraniennes" a souligné, Mohammad el-Baradei, dans son rapport, publié, le lundi 15 septembre. " L'Iran a fourni, également, des rapports nécessaires pour le calcul des matières liées à ses activités nucléaires" précise ce rapport. C'est pour la 13ème fois que le Directeur général de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique confirme la non-dérive des activités iraniennes. Ceci dit, El-Baradei a introduit, sous des pressions américaines et pour d'autres considérations, dans son rapport des points qui peuvent créer des malentendus pour tout interlocuteur non averti. A titre d'exemple, il a indique dans son rapport que l'Agence n'avait pas eu un progrès considérable en matière " des études prétendues" Ce, alors que le Représentant permanant de l'Iran auprès l'AIEA, Ali Asghar Soltanieh a souligné, le 30 mai dernier, que des " études prétendues" reposaient sur des faux documents, élaborés et préparés par des groupuscules contre révolutionnaires et la CIA. " L'Iran a continué d'enrichir l'uranium contrairement à la demande, incluse dans la résolution du Conseil de Sécurité" ajoute le rapport. Suite à l'adoption de la première résolution du Conseil de Sécurité, l'Iran a annoncé son refus de suspendre l'enrichissement de l'uranium. Car, l'enrichissement de l'uranium à des fins pacifiques est le droit légal de tous les pays membres du TNP, traité de non-prolifération nucléaire. Dans son nouveau rapport, le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique réitère la non-dérive du programme nucléaire iranien, ce qui a prouvé, une fois de plus que l'envoi de l'affaire nucléaire iranienne devant le Conseil de Sécurité de l'Onu était une démarche tout à fait erronée.

L'AIEA ne doit pas se laisser influencée par les pressions ‎étrangères

Le Porte-parole de la diplomatie iranienne a réitéré la &#8206;poursuite de la coopération avec l'Agence internationale de &#8206;l'Energie atomique, rappelant que l'Agence devait agir, dans le &#8206;cadre des lois, et qu'elle ne devait pas se laisser influencée par &#8206;des pressions étrangères. Lors de sa conférence hebdomadaire &#8206;avec les journalistes iraniens et étrangers, à Téhéran, à &#8206;l'approche de la remise imminente du rapport du Directeur &#8206;général de l'AIEA, Hassan Qashqavi a regretté que les pressions &#8206;s'intensifient toujours, lorsque les questions sont sur le point &#8206;d'être résolues, et que l'Iran attendait de l'Agence viennoise &#8206;qu'elle poursuive ses démarches juridiques, sans tenir compte &#8206;des pressions étrangères. Qashqavi a rejeté les allégations de la &#8206;presse britannique concernant une prétendue disparition &#8206;d'uranium des sites nucléaires iraniens, ce qu'il a qualifié de &#8206;tapage médiatique. "Toutes les matières nucléaires iraniennes, a-&#8206;t-il ajouté, sont sous le contrôle de l'AIEA et portent les scellés &#8206;de l'AIEA. De même, le Directeur général de l'Agence a, à &#8206;maintes reprises, fait savoir qu'aucune dérive militaire n'avait &#8206;été constatée dans les activités nucléaires iraniennes." Qashqavi &#8206;a rappelé qu'il s'exprimerait davantage sur le rapport du &#8206;Directeur général de l'AIEA, après sa publication. "Les &#8206;négociations nucléaires se poursuivent dans une ambiance &#8206;constructive. On peut résoudre les problèmes par les &#8206;négociations.", a-t-il ajouté. Répondant à la question sur l'accord &#8206;de sécurité Washington-Bagdad, Qashqavi a rappelé que la &#8206;sauvegarde de la souveraineté nationale irakienne importait plus &#8206;que tout à l'Iran et qu'il fallait essayer de mettre un terme à &#8206;l'occupation de l'Irak. "Les religieux, les responsables et la &#8206;population irakienne ont exprimé leur position envers la &#8206;nécessité de la fin de l'occupation, positions que Téhéran &#8206;soutient fermement.", a-t-il indiqué. Qashqavi n'a pas oublié de &#8206;s'exprimer sur la diplomatie régionale de Téhéran, après la crise &#8206;du Caucase, pour dire que la récente visite du Chef de la &#8206;diplomatie iranienne, à Moscou et à Bakou, avait eu lieu, afin de &#8206;procéder à des consultations sur les importantes questions &#8206;régionales, dont celle du Caucase, et d'aider à l'établissement de &#8206;la paix et de la stabilité dans la région. "L'affaire sera également &#8206;examinée, a-t-il ajouté, lors de la prochaine visite du ministre &#8206;iranien des Affaires étrangères, en Arménie." Le Porte-parole de &#8206;la diplomatie iranienne a souligné que les événements au &#8206;Caucase avaient eu, sans aucun doute, un impact sur la région, et &#8206;qu'il fallait s'appuyer sur le dialogue, pour parvenir à une &#8206;compréhension commune et à la coopération régionale.&#8206;

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mardi 16 Septembre 2008

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires