Economie

Effondrement de la devise ukrainienne: Timochenko exige la démission de Iouchtchenko



Samedi 20 Décembre 2008

Effondrement de la devise ukrainienne: Timochenko exige la démission de Iouchtchenko
La première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko a exigé samedi la démission du président Viktor Iouchtchenko, selon elle responsable du plongeon de la monnaie nationale, le hryvnia.

"J'estime que le président du pays, qui fait tout pour que la situation aille de mal en pis et tire profit des problèmes actuels, doit présenter sa démission demain aux côtés du président de la Banque nationale", a déclaré Mme Timochenko en direct sur la chaîne Ukraïna.

Selon elle, le président Iouchtchenko et la direction de la Banque nationale d'Ukraine (BNU) ont selon elle spécialement provoqué l'affaiblissement du hryvnia, la monnaie ukrainienne, qui a perdu la moitié de sa valeur en trois mois.

Le 18 décembre, le cours officiel a enregistré un nouveau plus bas historique à plus de 9 UAH/USD, contre environ 5 UAH en juillet.

En outre, affirme Mme Timochenko, le but de ce chaos financier pourrait être de renforcer le pouvoir présidentiel en proclamant l'état d'urgence dans le pays.

"Tant que vivrai et respirerai à proximité du pouvoir, je ne tolèrerai pas une telle évolution de la situation", a fait savoir la première ministre, dont le bras de fer déjà ancien avec le président s'intensifie sur fond de crise politique et financière qui mine le pays.

La Rada suprême (parlement), où une coalition dirigée par Mme Timochenko vient de voir le jour, a décidé jeudi la création d'une commission chargée d'enquêter sur l'activité de la BNU depuis le début de la crise.

Vendredi, M. Iouchtchenko a donné dix jours à la BNU et aux banques commerciales afin de prendre des mesures de stabilisation.

l'Etat ukrainien en grand péril (président de la Rada)

Effondrement de la devise ukrainienne: Timochenko exige la démission de Iouchtchenko
La crise politique et économique dans laquelle est plongée l'Ukraine pourrait provoquer l'effondrement de l'Etat ukrainien, a mis en garde le président de la Rada suprême (parlement), Vladimir Litvine, dans une interview publiée samedi par le journal ukrainien Zerkalo Nedeli.

"Malheureusement, ce risque est bien réel et très élevé. Le pouvoir ne peut tolérer cela. Nous traversons une crise non seulement économique et politique, mais également identitaire (...). Notre Etat état a été bâti selon un modèle étranger, sans tenter de l'adapter ni d'en développer l'idée à notre manière. La faiblesse de notre Etat n'a fait qu'aggraver les conséquences du cataclysme mondial dont nous ne faisons que commencer à sentir les effets", estime M. Litvine.

La crise économique, qui a notamment provoqué la dégringolade de la devise nationale, le hryvnia, s'est superposée au bras de fer récurrent qui oppose le président ukrainien Viktor Iouchtchenko à la première ministre Ioulia Timochenko, qui devraient se faire face lors de l'élection présidentielle prévue l'année prochaine.

Mme Timochenko est récemment parvenue à former une majorité parlementaire à la Rada en provoquant une scission au sein du parti pro-présidentiel, plusieurs de ses députés ayant décidé de rejoindre la coalition contre l'avis de M. Iouchtchenko.

Cependant, estime M. Litvine, la crise pourrait avoir des effets bénéfiques. "Nous sommes arrivés à un seuil critique au-delà duquel soit nous entrerons dans une nouvelle ère, soit ce sera la Ruine", a conclu le président du parlement en référence à l'Ukraine troublée du XVIIe siècle, plongée dans une crise du pouvoir et une décadence politique et sociale.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Samedi 20 Décembre 2008


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires