Sciences et croyances

Éclairs galactiques


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 24 Mars 2018 - 00:32 Dieu est unique et transcendant



Mel Acheson
Lundi 26 Juillet 2010

Éclairs galactiques

Nébuleuse de la Tarentule (à gauche et au centre). Amas stellaire R136 (à droite).
Crédit : ESO/P. Crowther/C.J. Evans.


      En examinant des points isolés de lumière, des astronomes orthodoxes ont découvert les plus gigantesques étoiles qui soient. En examinant la totalité du complexe filamenteux, les spécialistes de l’Univers électrique voient quant à eux des particularités typiques de foudre galactique.


Thundebolts, Mel Acheson, 26 juillet 2010


      L’astronomie postule une relation entre masse et luminosité. En observant un système d'étoile double, dans l’amas montré ci-dessus, les astronomes ont été capables de calculer un jeu de relations et d’extrapoler la masse des étoiles les plus brillantes. Ils ont trouvé que quelques-unes d’entre elles sont près de deux fois aussi massives que ce qu’ils pensaient possible. Quant bien même, puisque les théories sont souvent réajustées pour expliquer toutes les observations, les attentes avortées ne pourront guère être assimilées à des réfutations de la théorie officielle.


      L'astronomie du plasma postule une relation entre tension électrique et luminosité. La gravité, et par conséquent la masse, est une manifestation [en français, ndt] atténuée de la tension électrique. Dans les régions relativement isolées des effets originels de l'électricité (dans les gaines stellaires, comme l’héliosphère du Soleil par exemple), la gravité déterminera majoritairement les mouvements orbitaux.


      Cependant, la masse calculée à partir d'une analyse orbitale représente la charge [électrique] contenue, et non pas la quantité de matière tel que c’est admis ordinairement. Dans un univers électrique, aucun maximum ou minimum à la taille des étoiles n’existe.


      L’objet de l’intérêt du spécialiste du plasma sera les filaments hélicoïdaux qui donnent à la région autour de l'amas sa structure électrique typique. Dans la vue lointaine (à gauche), des arcs de filaments parallèles paraissent s’enrouler autour des tubes vrillés qui convergent vers l’amas, un indice de grands canaux de décharges plasmatiques.


[Ndt : Agrandissement des photos ci-dessus]


      Là où les canaux se croisent (photo du milieu), la tension augmente. Des bulles se forment (des explosions de doubles couches, semblables aux éjections de masse coronale du Soleil), des décharges secondaires sont induites, et des instabilités du plasma se pincent en [formant des] étoiles. Mal qualifié de masse (et mal nommé « vent »), l’important écoulement de matière que l’on observe est une décharge de courant électrique se déplaçant rapidement à travers la région, comme un coup de foudre galactique.


      Au lieu d'une dispersion aléatoire, influencée par des vents chauds, de l'effondrement gravitationnel des nuages, ces régions sont de simples formations galactiques de décharge plasmatiques, mieux nommées éclairs.



Original : thunderbolts.info/tpod/2010/arch10/100726thunderbolts.htm
Traduction copyleft de Pétrus Lombard



Dernier article apparenté


Encore un beignet sur un bâton (19/07/2010)
      Commotion astronomique : Une formation discoïdale autour d'un jet, typique des décharges plasmatiques, a été découverte autour d’une étoile de forte masse.




Lundi 26 Juillet 2010


Commentaires

1.Posté par IDecius le 28/07/2010 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

i[La gravité, et par conséquent la masse, est une manifestation [en français, ndt] atténuée de la tension électrique.]i

Deux remarques:
- quel est le rapport entre la masse d'un objet et le champ de gravité dans lequel il "baigne" ? La masse est indépendante de la gravité, ce qui n'est pas le cas du poids, qui dépend de la masse et de la gravité.
- comment est-ce que la masse est-elle une manifestation (atténuée) de la tension électrique?

i[la masse calculée à partir d'une analyse orbitale représente la charge [électrique] contenue, et non pas la quantité de matière]i

et par quel moyen cela se détermine-t-il?
A noter aussi que rigoureusement, il y a distinction entre masse et quantité de matière ; et par conséquent ce n'est absolument pas "admis ordinairement".

Dans un univers électrique, aucun maximum ou minimum à la taille des étoiles n’existe.

Ce qui simplifie tout d'affirmer un telle chose. Autrement dit, toute boule de gaz peut devenir une étoile avec une telle convention.

2.Posté par sismic le 15/08/2010 01:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.chemtrails-france.com/complicite/presse_scientifique/futura-science/pages/futura-science_001.htm

"Ce qui simplifie tout d'affirmer un telle chose."
Le rasoir d’Occam ou rasoir d’Ockham
« Les multiples ne doivent pas être utilisés sans nécessité » (« pluralitas non est ponenda sine necessitate »).

L'énoncé « Entia non sunt multiplicanda praeter necessitatem », littéralement « Les entités ne doivent pas être multipliées par delà ce qui est nécessaire », est une variante souvent attribuée à Guillaume d'Ockham sans cependant qu'il y en ait trace dans ses écrits.

Une formulation plus moderne est que « les hypothèses les plus simples sont les plus vraisemblables ». C'est un des principes fondamentaux de la science.

"Autrement dit, toute boule de gaz peut devenir une étoile avec une telle convention. "
de gaz non de plasma oui ! Il faut mieux suivre le raisonnement !

"A noter aussi que rigoureusement, il y a distinction entre masse et quantité de matière" une distinction fourre tout et rigoureusement encore à ce jour personne n'a prouvé ce qu'est réellement la gravité parmi ceux qui dépense le plus d'argent pour le faire . Il est encore temps de faire des économies !

3.Posté par Anita1945 le 15/08/2010 01:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

2. Posté par sismic le 15/08/2010 01:17

4.Posté par IDecius le 17/08/2010 00:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"http://www.chemtrails-france.com/complicite/presse_scientifique/futura-science/pages/futura-science_001.htm "
Donc Futura-Sciences est bourré d'inepties. Merci de m'avoir ouvert les yeux.

"de gaz non de plasma oui ! Il faut mieux suivre le raisonnement ! "
A considérer qu'une étoile est définie comme une boule gazeuse de taille suffisante à l'amorçage de réaction thermonucléaire, je ne fais pas une grosse erreur. Le plasma est un état de la matière.

"à ce jour personne n'a prouvé ce qu'est réellement la gravité parmi ceux qui dépense le plus d'argent pour le faire . Il est encore temps de faire des économies !"

Si la recherche fondamentale ne vous intéresse pas, ce n'est sûrement pas la peine de lire ce genre d'article.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires