Géopolitique et stratégie

Echec de la politique US d'isolement



truk2005@hotmail.com
Mercredi 10 Septembre 2008

Echec de la politique US d'isolement
Décidément, le conflit russo-géorgien aura certes été rapide mais ô combien riche en enseignement. Il aura présenté au grand jour les faiblesses de la coalition impérialiste dans ses manœuvres pour déstabiliser la Russie provoquant ainsi un élan anti-impérialiste. Comme nous l'avions évoqué dans l'article "De l'émergence d'un front anti-impérialiste", depuis quelques semaines, les activités diplomatiques entre un certain nombre pays connu pour leur hostilité vis-à-vis de l'hégémonie américaine et occidentale plus largement se sont intensifiées: vente d'armes, accord de coopération militaire, rencontre au plus haut niveau, ... les signes de rapprochements n'ont pas manqué.
Ainsi auparavant, les Etats-Unis avaient toujours su se donner raison en isolant leurs adversaires sur la scène internationale. L'embargo irakien a fait plus d'1 million de morts, dévastant le pays et le rendant infréquentable alors même que les Occidentaux avaient soutenu Saddam Hussein lors de la Guerre Iran-Irak.
C'est cette même politique qui est utilisée à l'égard de l'Iran. Par une manipulation habile des média, les Etats-Unis font croire que les critiques vis-à-vis de l'Iran font l'unanimité. Les média mettent également en évidence les problèmes sociaux qui traversent le pays (situation de la femme, des homosexuels, peine de mort...) afin de forcer la diabolisation et ensuite de légitimer n'importe quelle réaction (même militaire). A ce stade là, le véritable mobile aura disparu ou du moins aura été oublié, on ne se battra plus que pour la "liberté", pour la survie du "monde libre", de l'"Axe du Bien" face à l'"Axe du Mal".
Mais aujourd'hui ce modèle a rencontré une faille. En effet, ce sont comme le précisait Saeed Jalili le responsable du projet nucléaire iranien, une poignée de pays arrogants qui prétendent représenter l'entièreté de la communauté internationale. Or la très grande majorité des Etats ont reconnu le droit de l'Iran à se doter du nucléaire civile. Seuls la France, les Etats-Unis, la Grande Bretagne et l'Allemagne (et leurs quelques alliés) souhaitent retirer à la République Islamique le droit inaliénable de se munir en toute indépendance de la technologie nucléaire.
Ensuite, en plus de ne pas être isolé du tout, l'Iran dispose à présent d'alliés au sein du Groupe des 5+1. En effet la Russie et la Chine s'oppose très souvent aux sanctions. Et quand bien même des sanctions sont imposées, elles ne suffisent plus à entraver la marche de l'Iran. Faut-il préciser que le pays connait un embargo occidental et que malgré cela il est parvenu à se hisser au stade de puissance régionale, qu'il dispose probablement d'une des armées les plus puissantes de la région (menace sioniste oblige) et que il fait maintenant parti du groupe très fermé des nations ayant envoyé une fusée dans l'espace.
Enfin, l'Iran fait partie du mouvement des non-alignés qui compte 114 Etats. Il dispose également du soutien inconditionnel de pays comme le Venezuela, la Bolivie etc.
En réalité, ce sont les adversaires de l'Iran qui sont les plus isolés dans leur combat pour lui enlever son droit.


Gorbatchev: "l'Occident souhaite isoler la Russie"

Dans une interview à une agence de presse espagnole, l'ancien président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev affirmait que l'Occident et en premier lieu les Etats-Unis cherchaient à isoler la Russie. Là encore force est de constater que les manœuvres impérialistes ont échouée. En effet, la Géorgie a véritablement éclatée et Saakachvili n'a plus aucune légitimité politique, en tout cas plus aux yeux de la Russie et de ceux qui l'ont soutenu dans sa riposte. Le pays est maintenant loin d'intégrer l'Otan. Tout comme l'Ukraine en proie à une violente crise politique, déchirée entre pro-occidentaux et pro-russes et qui voit la perspective de son adhésion à l'organisation du traité de l'Atlantique Nord s'éloigner.
Politiquement, encore une fois, le compte est loin d'être fait. La Russie fait partie de l'Orgaisation de la Coopération de Shanghai regroupant la Chine et la Pakistan entre autres. Ces deux pays se sont montrés préoccupés et donc méfiants mais ont affirmé tout comme l'Iran et la Syrie, la légitimité de la riposte russe face à la Géorgie. Le Venezuela et le Nicaragua ont de leur côté été jusqu'à reconnaitre l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie.
Nous assistons donc bien à l'échec de la traditionnelle politique occidentale d'isolement de ses adversaires. Autant celle-ci avait fonctionné à merveille lorsqu'il s'est agi de pays comme l'Irak ,de la Corée du Nord ou même de Cuba dans une moindre mesure, autant elle a montré ses faiblesses vis-à-vis de l'Iran (depuis maintenant quelques années) ou de la Russie au cours du conflit russo-géorgien.

http://lecafepoliticien.blogspot.com/


Mercredi 10 Septembre 2008


Commentaires

1.Posté par belh le 10/09/2008 19:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'occident que de l'intox leur suprématie, je me rapelle dans ma jeunesse un gars qui jouait le caÏd auprès de nous, tout le monde avait peur de lui, mais un jour un de nous décida de se rebiffer et lui mit une raclée, on vu alors le caïd sous son vrai jour, ce n'était que du vent, il nous menaçait simplement pour avoir le pouvoir sur nous et nous avions peur de lui pour rien, depuis cette raclée mémorable il devint tel une souris, et c'est cela qui arrivera bientôt aux laches persecuteurs occidentaux, bientôt le monde vous verra sous votre vrai visage, à avoir qu'en réalité vous êtes des faibles.

2.Posté par rachi le 11/09/2008 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Entièrement d'accord avec vous Belh : qui a peur est un peureux.

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires